Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le succès n’est pas final, l’échec n’est pas fatal : c’est le courage de continuer qui compte.» Winston Churchill

Soixantenaire de l’indépendance du Burkina : A Banfora, l’espoir d’une nouvelle ville au soir du 11 décembre 2020

Accueil > Actualités > Société • • samedi 12 septembre 2020 à 23h45min
Soixantenaire de l’indépendance du Burkina :  A Banfora, l’espoir d’une nouvelle ville au soir du 11 décembre 2020

La région des Cascades est à l’honneur en cette année 2020. Elle abrite dans un peu moins de quatre mois, les festivités du 60e anniversaire de l’indépendance du Burkina Faso. Dans le cadre de cette célébration, plusieurs infrastructures sont prévues pour la région. Et depuis maintenant quelques mois, la ville de Banfora, chef-lieu de la région vit au rythme des préparatifs de ces festivités nationales.

De la salle polyvalente à la cité des forces vives en passant par l’aménagement des principales rues de la ville, les différentes entreprises s’attellent pour être au rendez-vous le 11 décembre 2020. Les principales artères de la capitale de la cité du paysan noir sont occupées par les niveleuses, les chargeuses, les bennes. Circuler dans certains secteurs de la ville de Banfora est devenu un parcours de combattant, surtout avec le manque de déviation à certains endroits associés aux fortes pluies.

Les gens sont obligés de se frayer des chemins de contours dans les différents six mètres pour pouvoir rejoindre leur domicile ou leur lieu de travail. Il faut dire que les désagréments dus aux travaux sont multiples, les plus constatés sont les coupures intempestives et souvent localisées d’eau, le blocage des eaux de ruissellement devant certaines concessions qui d’habitude s’écoulaient sur les voies.

De l’espoir de disposer d’infrastructures de qualité

Mais, ne dit-on pas qu’« on ne peut pas faire des omelettes sans casser les œufs » ? Pour bien bâtir, il faut obligatoirement détruire et ces désagréments auxquels font fassent actuellement les populations de la cité du paysan noir devraient normalement être un vieux souvenir d’ici quelques mois. Banfora aura, en effet, une nouvelle image, celle d’une ville moderne dotée de voies bitumées avec des caniveaux d’évacuation de ruissellement, d’une salle polyvalente digne, d’une cité des forces vives moderne, d’un stade régional réhabilité, etc.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Lefasonet

Vos commentaires

  • Le 14 septembre à 09:18, par kwiliga En réponse à : Soixantenaire de l’indépendance du Burkina : A Banfora, l’espoir d’une nouvelle ville au soir du 11 décembre 2020

    "une ville moderne dotée de voies bitumées avec des caniveaux d’évacuation de ruissellement, d’une salle polyvalente digne, d’une cité des forces vives moderne, d’un stade régional réhabilité,etc"
    Et avec tout ça, qu’est-ce qui va permettre le redémarrage économique de la cité ?
    On pense à court terme, on réfléchit au protocole, on envisage les festivités,... et après ?
    La formidable expansion qu’a connu la ville ces 20 dernières années, aurait-elle pu se réaliser sans l’afflux touristique ?
    L’envie de rouler sur des voies bitumées, le goût de loger dans les somptueuses villas des "forces vives", qui seront abandonnées après les festivités,... donneront-elles l’envie aux touristes occidentaux de revenir enrichir Banfora ?
    Non seulement, on est incapables de pensée à moyen et long terme, incapables de voir nos priorités, mais en outre, dans ce cas, on met la charrue,... sans avoir les bœufs.

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre à 17:51, par Lom-Lom En réponse à : Soixantenaire de l’indépendance du Burkina : A Banfora, l’espoir d’une nouvelle ville au soir du 11 décembre 2020

    @Kwiliga, peut être que vous un fils de la Région où de la ville et vous connaissez bien les enjeux économiques à moyen ou long terme. Dans ce cas, faites rapidement des propositions pour qu’on évite le pire ! Quand vous parlez de tourisme, je ris car le touriste va là où on ne s’intéresse pas forcément à sa religion et où on ne cherche à vérifier s’il a réaliser 5 prières ou plus et où on ne cherche pas à vérifier si la tête d’une femme est couverte à 100%. Malheureusement, c’est cette image que nos pays refletent avec le phénomène du Djihadisme et qui dépasse le seul cadre des Cascades et de Banfora. Tourisme égal à un minimum d’acceptation des différences de l’étranger que l’on reçoit ! À nous de travailler pour retrouver l’image que nos pères ont laissée à ce pays !

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre à 18:45, par Yovis En réponse à : Soixantenaire de l’indépendance du Burkina : A Banfora, l’espoir d’une nouvelle ville au soir du 11 décembre 2020

    Juste. Mieux aurait fallu réhabiliter les infrastructures industrielles qui auraient permis de relancer les activités et favoriser les emplois !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Rencontre Premier ministre/Forces vives du Centre-Est : Satisfecit à l’issue des échanges
Education : L’ENEP de Tenkodogo officiellement inaugurée
Koupela : Une ville exemplaire
Deuxième promotion de Cluster Shalom : 154 enfants formés pour être des responsables et citoyens dignes de ce nom !
Sécurité routière : Quand la sensibilisation quitte le virtuel pour le réel
Concours directs session 2020 : Dans la région de l’Est, 53 520 candidats frappent à la porte de la Fonction publique
Boucle du Mouhoun : L’Ocades caritas Burkina, ‘‘ l’ange gardien’’ des personnes déplacées internes
Boucle du Mouhoun : 158 millions de FCFA pour améliorer les taux d’accès à l’eau potable et les conditions de vie des populations
Concours directs session 2020 : 25 679 candidats en lice dans la région du Sud-Ouest
Education : La F-SYNTER proteste contre la répression de ses militants et sympathisants
Concours directs session 2020 : 1 290 142 candidatures pour 4 721 postes à pourvoir
Route nationale N°4 : Le Premier ministre inaugure le tronçon Koupéla-Gounghin réhabilité
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés