Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il faut apprendre à rester serein au milieu de l’activité et à être vibrant de vie au repos.» Gandhi

Traitement des déchets plastiques : L’entreprise Keïta Ahmed (EKA) en fait son cheval de bataille

Accueil > Actualités > Environnement • LEFASO.NET • jeudi 27 août 2020 à 22h15min
Traitement des déchets plastiques : L’entreprise Keïta Ahmed (EKA) en fait son cheval de bataille

Les déchets en plastique constituent l’une des plaies modernes dans les communautés burkinabè. Ils s’accumulent dans les décharges, le long des trottoirs et des rues. Conscient de ce fait, le superviseur de l’entreprise Keïta Ahmed (EKA), située à Yagma, un quartier de Ouagadougou, Moussa Ouédraogo nous a confié, ce mercredi 26 août 2020, que l’entreprise se donne pour mission d’améliorer le cadre de vie des habitants, valoriser les déchets plastiques et créer des emplois durables par la collecte et traitement des déchets plastiques.

Nous sommes allés à leur rencontre avec une première interrogation : comment se fait le traitement ou la valorisation des déchets plastiques dans l’entreprise Keïta Ahmed (EKA) ?

En réponse à cette question, le superviseur de l’entreprise Keïta Ahmed (EKA), Moussa Ouédraogo, explique que le traitement des déchets plastiques passe par plusieurs étapes. En effet, dans le site se trouve un dépotoir où sont stockés les déchets plastiques provenant des quatre coins du Burkina Faso.

Les travailleurs en train de découper les déchets plastiques

A leur arrivée dans le centre de tri, les déchets plastiques sont séparés selon leur composition. Ensuite, ils sont compactés et découpés selon l’épaisseur du plastique, puis broyés dans une machine pour obtenir des granulés plastiques. Ces granulés plastiques vont subir une opération de tamisage pour faire partir la poudre. Apres le tamisage, vient le lavage et le séchage des granulés plastiques. Enfin, ils sont conditionnés dans des sacs de 100 kilogrammes pour être transportés dans les industries de transformations nationales (FASOPLAST) et internationales (Ghana, Côte d’Ivoire, la France, etc.).

Cette machine sert à broyer les déchets

« Grâce à elle, nous parvenons à nourrir nos familles… »

L’entreprise EKA est spécialisée dans le traitement des déchets plastiques. Elle possède trois sites au total dans les quartiers Tampouy, Yagma et Yimdi. L’objectif de la création de cette entreprise est de lutter contre la pollution de l’environnent en assainissant les cadres de vie de la population, de lutter ensuite contre le chômage en créant des emplois durables à certaines couches vulnérables des populations et de redonner vie aux objets plastiques usés, nous explique Moussa Ouédraogo.
Selon le superviseur d’EKA, plus de 300 personnes gagnent leur pain quotidien dans cette entreprise. « Parmi ces personnes figurent des élèves et étudiants, qui pendant les vacances viennent travailler pour pouvoir payer leur scolarité », a laissé entendre Moussa Ouédraogo.

Photo du superviseur d’EKA, Moussa Ouédraogo

En plus de ces écoliers, même les autres travailleurs arrivent à tirer leur épingle du jeu. Pour la représente des travailleurs d’EKA, Sanata Zon, la création de cette entreprise les aide énormément. « Grâce à elle, nous parvenons à nourrir nos familles, à payer leur scolarité et à les soigner quand ils sont malades », confie-t-elle. Elle souhaite, par ailleurs, que l’entreprise prospère davantage afin que ceux qui y travaillent aussi gagnent davantage.

Après avoir lavé les déchets plastiques,

« Ces mêmes produits nous reviennent très chers »

A EKA, tout ne roule pas sur des roulettes. En effet, les promoteurs disent connaître des difficultés financières. « Nous sommes confrontés à un problème de financement de la part de nos autorités et partenaires. Nous travaillons sur fonds propre, ce qui fait que nous ne sommes toujours pas arrivés à la phase de recyclage de nos déchets plastiques », nous informe Moussa Ouédraogo.

De son avis, en plus de l’accompagnement technique des agents de l’environnement, le gouvernement et toutes les personnes de bonne volonté peuvent les soutenir financièrement pour que le site de recyclage de Yimdi puisse répondre aux attentes, c’est-à-dire traiter les déchets plastiques au Burkina et les recyclés sur place. Cela permettra aux citoyens d’avoir les produits finaux à des prix abordables.

ils sont séchés

« Nous effectuons le gros travail que nous transportons à l’étranger à un prix dérisoire et après fabrication, ces mêmes produits nous reviennent très chers », souligne-t-il.
En rappel, l’entreprise Keita Ahmed (EKA) porte le nom du promoteur. Elle a été créée en 2002 et emploi plus de 300 personnes (femmes et hommes). Elle produit environ 21 tonnes de granulés plastiques par semaine. Elle a un chiffre d’affaire annuel de près de 100 millions francs CFA, selon les responsables.

Dofinitta Augustin Khan
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Lutte contre le changement climatique : Reboiser pour diminuer l’emprunte carbone
Environnement : Vers la création et le classement des corridors Pô-Nazinga et Pô-Eastern
Journée climatique : L’Afrique et l’Europe ensemble pour un partenariat vert
Changements climatiques : La transparence du Burkina en matière d’atténuation et d’adaptation évaluée
Région du Centre-Sud : Bientôt, les populations des communes de Doulougou, Ipelce, Kombissiri et Saponé n’auront plus soif
Bobo-Dioulasso : Le ministère de l’Environnement dédommage des victimes de dégâts causés par les animaux sauvages
Protection des ressources naturelles : Des journalistes s’imprègnent de l’approche APAC
Protection des ressources en eau : Un atelier national pour faire l’état des lieux
Gestion participative des forêts classées au Burkina : Le PGDD/REDD+ s’achève sur de bonnes notes
Assainissement au Burkina : Un rapport sur la problématique de la gestion des boues de vidanges sur la table des autorités
Réduction des émissions de gaz à effet de serre : Le Burkina élabore son système MRV
Gestion du froid en Afrique : Les acteurs réunis à Ouagadougou pour mutualiser leurs forces
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés