Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne priez pas pour une vie facile, priez pour avoir la force d’endurer la difficulté.» Bruce Lee, Acteur, Artiste, Cinéaste, Pratiquant d’art martial, Sportif (1940 - 1973)

Microfinance : Avec la CIF, les Caisses populaires virent au logiciel bancaire pour accélérer l’offre numérique

Accueil > Actualités > Multimédia • LEFASO.NET • dimanche 23 août 2020 à 23h00min
Microfinance : Avec la CIF, les Caisses populaires virent au logiciel bancaire pour accélérer l’offre numérique

Au cours d’une conférence de presse animée, le samedi 22 août 2020, la Confédération des institutions financières d’Afrique de l’ouest (CIF-AO) et la Faîtière des caisses populaires du Burkina (FCPB) ont annoncé la mise en service d’un nouveau système transactionnel qui consacre le virage numérique du leader burkinabè de la microfinance. A terme, ce modèle sera dupliqué dans l’ensemble des six réseaux ouest africains de microfinance, membres de la CIF-AO.

Une première en Afrique de l’ouest. La Faîtière des Caisses populaires du Burkina (FCPB) a annoncé le basculement de ses 200 points de vente répartis sur l’ensemble du territoire vers un nouveau logiciel transactionnel dénommé SAB-AT.

Partenaire du projet, la Confédération des institutions financières de l’Afrique de l’ouest (CIF-AO) et la FCPB ont expliqué samedi en conférence de presse, les enjeux de ce Système unique d’information et de gestion (SIG). Dans sa déclaration liminaire, Mathieu Soglonou, directeur général de la CIF-AO, affirme que ce système va connecter les six réseaux ouest africains de microfinance, membres de la CIF-AO.

Participants à la conférence

Il rappelle que le projet a démarré en 2015 et a fait l’objet d’une expérimentation au Burkina Faso, au profit des quelques 600 000 membres des Caisses populaires. Pour lui, ce fut une expérience pilote réussie car, dit-t-il : « malgré quelques perturbations liées à la mise en place progressive de ce nouveau dispositif transactionnel, nous sommes entièrement satisfaits des premiers retours recueillis sur le terrain ».

Il ajoute qu’à l’horizon 2021, le dispositif couvrira l’ensemble du Réseau CIF-AO établi au Sénégal, au Mali, au Togo et au Bénin. « C’est dire que bientôt, l’ensemble des points de vente et 39 caisses du RCPB et les Faitières membres établies au Sénégal, au Mali, au Togo et au Bénin vont adopter ce nouvel outil en temps réel, d’une manière totalement centraliste, permettant à leurs membres de réaliser des transactions via les agences mais également via le téléphone mobile » précise le patron de la CIF-AO.

L’acquisition de ce logiciel bancaire qui a mobilisé un dizaine de milliards de F CFA d’investissement, modernise les activités des coopératives d’épargne et de crédit. En ligne de mire, il réduit les délais d’attente des usagers dans les guichets, en permettant d’effectuer des opérations bancaires de dépôts, de retraits et de paiements depuis leurs domiciles. Autres avantages du logiciel, c’est la possibilité pour tout client d’effectuer des opérations dans le réseau CIF en Afrique de l’ouest, dans les mêmes conditions, lorsque l’interconnexion entre ces réseaux sera établie.

Mathieu Soglonou, Directeur général de la CIF-AO, principal conférencier

Le Directeur général de la CIF-AO rassure que ce nouvel outil va rendre les transactions possibles 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 et plus sûres pour les membres, ainsi que les entreprises en portefeuille. Il promet que le projet va ensuite connaitre une accélération avec son extension aux autres réseaux de microcrédits.

Répondant aux questions des journalistes, la Directrice générale de la FCPB, Mme Azaratou Sondo/ Nignan, a expliqué que le système permet aux Caisses populaires de répondre aux besoins des membres. Prenant l’exemple de l’opération d’octroi de crédit, dont la procédure inclut le passage du dossier d’un bureau à l’autre, pour parvenir au niveau central pour la prise de décision, elle note qu’avec ce système intégré de gestion, l’autorisation est donnée instantanément et le client accède facilement à son crédit en moins de 48 heures et en moins de 72 heures pour les crédits élevés. Pour elle, au-delà des produits classiques les membres ont besoin de plus en plus de nouveaux produits et le système intégré offre la possibilité de développer ces produits.

Le Président du conseil d’administration (PCA) de la FCPB, Alain Ousmane Zidouemba, a réitéré ses remerciements a la CIF et au personnel des Caisses populaires, fer de lance de la matérialisation effective du projet. Il s’est excusé auprès des membres du réseau, pour les désagréments constatés depuis le basculement vers le nouveau logiciel. « Nous sommes convaincus que c’est un outil d’information et de gestion qui va changer positivement et radicalement les prestations à nos membres et clients » a-t-il souligné.

La CIF-AO regroupe six réseaux de coopératives et mutuelles d’épargne et de crédit établis au Burkina Faso, au Mali, au Bénin, au Togo et au Sénégal. Avec près de 800 points de ventes et plus de 4 millions de clients appelés membres, le réseau a atteint, au 31 décembre 2019, plus 600 milliards d’actifs pour des fonds propres estimés à 163,5 milliards de F CFA. Dans le même temps, il a mobilisé 400 milliards de F CFA d’épargne contre un encours de crédit de l’ordre de 327,8 milliards de F CFA. Faut-il le rappeler, le Réseau CIF n’est pas à son premier projet intégrateur sous régional. Il a créé en collaboration avec le secteur privé et les réseaux de microfinance, des compagnies d’assurances vie au Benin, Burkina Faso, Mali et Togo.

Elle a aussi créé la Financière de l’Afrique de l’ouest (FINAO) basée au Sénégal qui, en plus du refinancement des SFD, offre, à partir d’une plate-forme de porte-paiement DANAYA CASH, une diversité de produits.

Quant à la RCPB, elle a plus de 48 années d’expérience et pèse plus de 70% du secteur de la microfinance au Burkina Faso. En 2019 le réseau a collecté 138 milliards de F CFA d’épargne, contre 96 milliards de F CFA de crédits octroyés, et compte pour 200 milliards d’actifs, en hausse de 13% sur un an.

Etienne Lankoandé
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 23 août 2020 à 21:16, par Felicitations En réponse à : Microfinance : Les Caisses populaires virent au logiciel bancaire pour accélérer l’offre numérique

    Vu la clientele de la microfinance (en majorité du monde de l’informel) vouloir proposer des produits identiques à la banque n’est peut être pas ce qui interesse. Cette même clientèle se retrouve chez vous parce qu’elle nest pas à l’aise avec les banques.
    Par contre le volet concernant la monnaie mobile sera très interessante. Ce service aura beaucoup d’engouement auprès de votre clientèle. Elle pourra transferer de l’argent instantanément à partir de son mobile, faire des depots, payer ses factures, obtenir des micro credits, etc, le tout sans se deplacer a l’agence.
    Bonne suite à vous.

    Répondre à ce message

  • Le 24 août 2020 à 06:25, par Ouedraogo En réponse à : Microfinance : Les Caisses populaires virent au logiciel bancaire pour accélérer l’offre numérique

    Bonjour Mon frère
    Je me réjouis de ce changement et bravo, je rejoins aussi à votre commentaire à savoir si les dispositions des caisses populaires deviens comme les banques classiques, autant partir dans les banques je ne trouve pas de différence, les africains ont besoins beaucoup de souplesses dans les institutions financière pour se développer je vous remercie.
    Joel depuis la France Nice

    Répondre à ce message

  • Le 24 août 2020 à 07:50, par TANGA En réponse à : Microfinance : Les Caisses populaires virent au logiciel bancaire pour accélérer l’offre numérique

    Puis après deux ans de marche, on va proposer au réseau des caisses de s’intégrer ou s’affilier à une ou des banques, ce qui sera les prémisses de sa chute.
    Les argentiers ont remarqué que le réseau marché bien et veulent s’en accaparer. C’est tout. Pauvres populations Africaine.
    Allons seulement.

    Répondre à ce message

  • Le 24 août 2020 à 18:12, par SAVADOGO Mahamadi En réponse à : Microfinance : Les Caisses populaires virent au logiciel bancaire pour accélérer l’offre numérique

    Sans être de la FCPB ou de la CIF-AO, permettez-moi de dire aux internautes M./Mme Felicitations, Ouedraogo et TANGA que l’objet du logiciel transactionnel n’est pas un changement de cap par rapport à la clientèle, les activités financées, la proximité et la relative souplesse en matière de garantie. Il s’agit en mon sens sens d’augmenter l’efficacité de ce qui se fait déjà en y ajoutant des éléments permettant une meilleure inclusion financière à savoir l’argent via le téléphone portable, la réduction du temps d’attente dans les guichets et points de vente, la rapidité dans l’octroi du crédit ( en moins de 48 heures et en moins de 72 heures pour les crédits élevés) et une meilleure consolidation de l’information financière..
    Pour la remarques de TANGA, il convient de dire que les banques ont déjà investis le secteur de la microfinance. Cf. Ecobank, Coris Banque, Atlantique,....... Ils savent qu’il y a des affaires à faire avec les non riches comme nous. Après ce prodada fait par DG CIF-AO, j’espère que ce logiciel acquis à coût de milliards va vraiment rendre la vie meilleure aux autres comme nous.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Conseil supérieur de la communication : La magistrate Valérie Saouadogo remplace le conseiller démissionnaire Alexis Konkobo
Votre journal Courrier confidentiel N° 271 vient de paraître !
Expulsion de Fanny Kabré : Le gouvernement burkinabè regrette l’acte et réaffirme son engagement à préserver la liberté de la presse
Journaliste expulsée du meeting de Kémi Séba : Les organisations professionnelles des médias dénoncent « un manque de respect et de courtoisie à l’endroit du peuple et des autorités burkinabè »
Centre-est : Les journalistes des éditions Sidwaya renforcent leurs capacités
Digitalisation au Burkina : Du matériel informatique remis à quatre universités
Lutte contre la Cybercriminalité : Un réseau de présumés auteurs d’actes d’avortement et de proxénétisme mis aux arrêts
Service d’information du gouvernement : Jérémi Sié Koulibaly, nouveau coordonnateur, installé dans ses fonctions
Lutte contre la cybercriminalité : Des acteurs de la police judiciaire et de la gendarmerie à l’école de la gestion des infractions
Votre journal Courrier confidentiel N° 270 est disponible chez les revendeurs de journaux
Technologie au Burkina : SAFLAN, le nouveau logiciel révolutionnaire dans le domaine des recharges téléphoniques
Achat de drones dans la lutte contre l’insécurité : « Avoir de l’argent ne suffit pas », soutient l’expert Younoussa Sanfo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés