Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Qui ose traverser les grands fleuves ne craint pas les petites rivières.» Proverbe Chinois

Don Bosco Mullan : L’Irlandais qui veut ériger un monument du capitaine Thomas Sankara au siège de l’Union Africaine

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mardi 14 juillet 2020 à 06h30min
Don Bosco Mullan : L’Irlandais qui veut ériger un monument du capitaine Thomas Sankara au siège de l’Union Africaine

C’était la première fois qu’il foulait le sol du pays des Hommes intègres, en 2019. Il tenait avant tout à rendre hommage au capitaine Sankara. Les larmes qu’il versait au Conseil de l’entente, le lieu de l’assassinat de Thomas Isidore Sankara, ne suffisaient toujours pas. Il lui fallait nécessairement rendre hommage au leader de la révolution burkinabè, autrement. Et, pour lui, en se rendant sur sa tombe, à Dagnoén, c’était l’ultime façon « de communier avec le révolutionnaire », d’août 1983, comme lui-même se le murmurait. Il s’est agenouillé, et a pleuré sur le sépulcre du capitaine Sankara ; c’était pour lui « un pèlerinage ». Comme s’il en fallait plus, il se promettait, les larmes aux yeux, accroupi devant l’effigie de Thomas Sankara, le lieu même de sa mort, de « lui bâtir un monument. Un monument de l’un des plus grands visionnaires d’Afrique, qui l’établira comme l’origine de l’initiative de la Grande muraille verte pour le Sahel ». Un projet qui veut reboiser, développer toute la bande sahélienne. Un an après (18 mai 2019 au 18 mai 2020), le rêve de l’écrivain irlandais Don Bosco Mullan, demeure. Mais, il ne réalisera plus dans un grand carrefour de Ouagadougou, mais à Addis-Ababa, au siège de l’Union africaine.

Dans une correspondance adressée à son ami, un journaliste burkinabè, dont nous avons obtenu copie, l’écrivain irlandais Don Bosco Mullan écrit : « Je voudrais que tu prennes contact avec la famille de Thomas Sankara, pour obtenir sa permission et sa coopération dans l’idée de bâtir un monument. Un monument de l’un des plus grands visionnaires d’Afrique ».

Cette correspondance fait suite à un premier écrit en 2019, dans lequel l’écrivain Don Bosco Mullan manifestait son désir de construire un monument en hommage au capitaine Sankara, dans une grande rue de Ouagadougou. En effet, alors qu’il était en mai 2019 dans la capitale burkinabè, au contact de certaines autorités politiques et religieuses, Don Bosco Mullan ne manquait pas de répéter : « La mise en œuvre de l’idéologie sankariste pouvait allier le développement économique, écologique, social et humain de façon harmonieuse pour l’Afrique ».

Des projets sociaux tels que l’agriculture, l’industrie locale, la consommation des produits locaux, l’autonomie des femmes, etc., réalisés sur le modèle sankariste, il en parlait à chaque conversation. C’est le même Don Bosco Mullan, à la 3e Assemblée plénière des évêques de l’Afrique de l’Ouest à Ouagadougou, qui invitait le clergé africain à user « des valeurs africaines pour l’éducation de la jeunesse ».

Venu de l’autre côté de l’atlantique, l’Irlandais Don Bosco Mullan voulait avant tout livrer son message au clergé africain. Sa conférence orientée sur le développement de l’Afrique et la protection de l’environnement était tirée du projet continental « l’initiative de la Grande muraille verte pour le Sahel ». Un projet qui veut reboiser tout le Sahel, faire de cet espace désertique un lieu verdoyant, une plaque tournante de l’Afrique de demain. Mais aussi, un centre forestier qui pourrait garantir la protection de l’environnement et la lutte contre le réchauffement climatique.

C’est bien à ce niveau que l’idéologie protectrice de l’environnement sankariste rejoint la vision de Don Bosco Mullan. Parlant de ce sujet, avec les poings serrés, on pouvait l’entendre dire : « Je suis venu rendre hommage à Thomas Isidore Sankara, un révolutionnaire, un visionnaire, un combattant de la liberté, un intègre et un homme qui a cru en l’Africain ».

Et quand il parle de l’Afrique, il pense qu’on peut la développer à travers la mise en œuvre des idées de Sankara. Lorsqu’il fait référence aux pages sombres de l’histoire de l’Afrique, notamment de l’esclavage, la colonisation, etc., c’était comme s’il parlait de l’Irlande, son pays natal ; ce pays qui connut jadis la domination britannique, avant de s’affranchir par la lutte de son peuple. Tout comme un leitmotiv, il se répétait toujours : « C’est la lutte libère, non une lutte par les armes, mais une lutte intellectuelle, de formation, de prise de conscience et de référence aux visionnaires ».

Homme rapide, toujours pressé, regard baladeur comme s’il guettait une opportunité à saisir, Don Bosco Mullan a démontré qu’il était capable de braver toutes sortes de défis. Au moment où des chancelleries occidentales conseillaient à leurs ressortissants d’éviter les pays du Sahel, à cause de la situation sécuritaire, Don Bosco Mullan les voyait comme « des pays pleins d’opportunités et de futur ».

Contre tout paradigme, l’écrivain Don Bosco Mullan, auteur de « Saint Patrick », dit voir le Burkina Faso avec optimisme. Quand il regarde le pays des Hommes intègres, il le voit sous les lentilles de Sankara. Et lorsqu’il parle du peuple burkinabè, il pense qu’il devrait s’identifier au discours de Thomas Sankara. Et pour les politiques, il suggère d’appliquer « l’idéologie sankariste dans son intégralité ».

Comme pour conforter sa position, il soutenait : « Ici, on peut tout faire ; ici, il y a des ressources économiques, naturelles, humaines abondantes ». Epris des valeurs humaines et écologistes, Don Bosco Mullan, à travers l’Initiative de la grande muraille verte pour le Sahel (IGMVS), veut mobiliser des fonds pour le Burkina Faso et les pays sahéliens. Il veut lancer des projets, créer des opportunités pour les femmes ; créer l’emploi pour les jeunes, sauver la nature par les arbres. Cela, à travers les idées de Thomas Sankara.

Un an après son premier passage sur le sol burkinabè, son rêve continue de bruler comme du feu sans flamme. Il l’active en silence par ses gestes et ses mots. C’est ainsi que dans une correspondance adressée à son ami, il dira, lorsqu’il parle de Thomas Sankara : « Ce monument le dépeindra dans une position de plantation d’arbres aux côtés d’une jeune fille burkinabè, preuve de sa clairvoyance sur la protection de l’environnement, de son respect pour le leadership féminin et sa croyance en la renaissance de l’Afrique à travers sa jeunesse et ses futures générations ».

Alors que le coronavirus et ses conséquences de fermeture de frontières bloquent les déplacements des humains, Don Bosco Mullan continue de rêver à « rendre hommage à son idole ». D’ailleurs, il appelait Thomas Sankara « un Messie pour l’Afrique ». Fort de cette conviction, il écrira à son ami : « Ma pensée est de donner ce monument de Thomas Sankara à l’Union africaine (UA) pour qu’on l’implante dans le quartier général d’Addis-Abeba ».

Aujourd’hui, plus de 87 jours après sa venue au Burkina Faso, l’écrivain Don Bosco Mullan croit dur en ses idées, et n’hésite pas à se les rappeler. Après avoir versé des larmes pour le capitaine Sankara, invité à l’appropriation de la « pensée sankariste » et exprimé sa foi en la réalisation de l’Initiative de la grande muraille verte pour le Sahel, Don Bosco Mullan attend l’autorisation de la famille du capitaine Sankara pour la construction d’un monument en hommage à Thomas Sankara, à Addis-Abeba.

Certes, le nom de Thomas Isidore Sankara est écrit dans les annales de l’histoire contemporaine et future de l’Afrique et du monde en lutte pour la liberté ; mais son monument n’est encore guère bâti dans les contrées des peuples qui aspirent à la liberté, pour qu’il serve de lumière.

Alors que les bouleversements du monde actuel demandent le déboulement des statuts de ceux qui furent jadis la négation des libertés humaines, l’heure est désormais sonnée pour le Burkina Faso, l’Afrique et tous les terriens épris de la liberté des peuples, de bâtir des murailles éternelles pour ceux qui furent jadis au-devant des mêmes luttes et sur les cendres de l’oppression.

Edouard Kamboissoa Samboé
(samboeedouard@gmail.com)
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 14 juillet à 08:01, par nicanor En réponse à : Don Bosco Mullan : L’Irlandais qui veut ériger un monument du capitaine Thomas Sankara au siège de l’Union Africaine

    Intéressant  ! Bon courage, Il est temps d’ouvrir les yeux et être décisionnel.

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet à 08:03, par kwiliga En réponse à : Don Bosco Mullan : L’Irlandais qui veut ériger un monument du capitaine Thomas Sankara au siège de l’Union Africaine

    Et Sankara, s’il pouvait donner son avis, souhaiterait-il que l’on investisse dans l’idolâtrie, dans le culte de la personnalité ?

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet à 08:29, par TANGA En réponse à : Don Bosco Mullan : L’Irlandais qui veut ériger un monument du capitaine Thomas Sankara au siège de l’Union Africaine

    Faites y la statue.
    quand les chefs d’états iront à Addis, ils feront les photos de famille au pieds de cette statue. Cela sera un rappel pour tout chef d’état Africain ;

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet à 09:30, par BORO En réponse à : Don Bosco Mullan : L’Irlandais qui veut ériger un monument du capitaine Thomas Sankara au siège de l’Union Africaine

    Ceci montre à quel point nous avons vraiment eu un messie : j’ai l’habitude de dire que si Dieu dit qu’il nous donne une goutte d’eau pour verser sur la tombe d’un burkinabè pour qu’il se reveille diriger notre pays, ce serait bien sûr Sankara/ Nous ne serons pas fou, pour réviler une autre personne/

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet à 11:13, par ô pays mon beau peuple En réponse à : Don Bosco Mullan : L’Irlandais qui veut ériger un monument du capitaine Thomas Sankara au siège de l’Union Africaine

    Hommage à TOM SANK. Au delà de la vérité il n’y a que l’égarement. Les Travaux d’Intérêt Commun( TIC) a permis à des communauté rurale de construire de leurs mains des retenues d’eau, les cités de la révolution,.... Les trois lutte, la promotion de produire et consommer local( la tenue danfani à créer des milliers d’emplois dans les villes et campagnes), la vaccination commando, l’alphabétisation de masse pour les adultes, l’austérité dans les dépenses publiques( Renaud 5 comme véhicule de service), l’implication de toute la population dans la défense de la patrie( formation militaire pour tous, Service National Populaire). Mon cœur saigne. Juste pour pouvoir construire un palais dans son village et semer la merde dans la sous région, un homme à détruit notre espoir. Comme le dit un adage de chez nous, "Dieu ne contracte pas de dette mais rembourse des dettes pour les homme". Il en a qui vont mourir dans l’humiliation.

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet à 11:47, par Menet En réponse à : Don Bosco Mullan : L’Irlandais qui veut ériger un monument du capitaine Thomas Sankara au siège de l’Union Africaine

    Les assassins de Sankara et leurs commanditaires font payer au peuple Burkinabé une addition très salée : misère, sous-développement, corruption généralisée, analphabétisme etc etc...Gageons que le Pays des Hommes Intègres retrouve ses valeurs et trouve la force de se sortir d’une servitude morale et financière dans laquelle cet assassinat les a plongés. Leur salut ne dépend que d’eux-mêmes. Le comprendront-ils un jour ?...

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet à 12:04, par Moris En réponse à : Don Bosco Mullan : L’Irlandais qui veut ériger un monument du capitaine Thomas Sankara au siège de l’Union Africaine

    L’idee est louable, mais cela ne nous honor point. Que ce soit un occidental qui vienne constuire ce monument a l’effigie de Thomas Sankara de surcois au siege de l’union fricaine pose probleme. Tous nos malheurs viennent justement de labas. L’idée est bonne mais merci nous pouvons faire notre moument nous meme car cela donnera l’impression que nous ne sommes meme pas capable de reconnaitre la grandeur de celui qui aurait donner sa vie pour nous, ni les moyens, ni l’idee ou l’initiative. Je ne vois pas un Africain sous pretexte d’aimer le General Charles Degaulle aller faire construire un monument a son effigie a Bruxelle. Les Europeens ne l’accepteraient jamais. Ce Monsiuer peut ecire un livre ou autre mais pardon laissez cet honneur aux Africains. Nous savons qui est Sankara, nous l’apprecions plus que quiconque. Ne venez pas nous voler cet honneur, ce plaisir. Nous le ferons en temps et en heure avec nos maigres ressource quand l’occident nous lachera les baskettes. Nous savons qui sont les commanditaires de l’assasinat de Sankara. A ce jour plus de 250 leaders Africians ont ete assassinés pour juste s’accaparer de nos ressources. Quoi qu’il arrive les Europeen s’entre aident toujour au detriments des Africains. Les pretres blancs ont bien ete les precurseur de la colonisation et les confessions, que vous faites naivement dans les eglises remontent en Europe pour mieux vous soumettre et vous dominer ; ne vous y tromprez pas. Les renseignements L’intelligence et la collecte des informstions n’a pas commncé aujourd’hui par les Europeens.Ils en savent plus sur vous que vous ne pouvez l’imaginer. C’est de la provoque a la limite ce que ce monsieur propose de faire mais comme bons nombre d’entre nous sont naifs ; ils ne voient pas la portée symbolique de l’acte qui pousee un occidental a vouloir initier ou financer au siege de l’union africaine une telle realisation. Cela reviendrait a confirmer l’image que ce que les occidetaux veulent coute que coute donner des Africains.C’est a dire incapable de prendre des inititatives, de faire quoi que se soit par eux meme. En somme pour nous infantiliser (comme avec le CFA ils disnet qu’on ne peux gerer une monnaie). Monsieur ecrivez un livre ca suffira. Merci pour votre compassion et tant pis pour les critiques des negres de maison. L’Irlande a telement de probleme avec la grande Bretagne qu’il s’investisse dans cette lutte et il sera grandi.

    Répondre à ce message

    • Le 14 juillet à 17:25, par SOME En réponse à : Don Bosco Mullan : L’Irlandais qui veut ériger un monument du capitaine Thomas Sankara au siège de l’Union Africaine

      Que non, mon frère, je ne suis pas du tout d ´accord avec toi. Tous nos malheurs ne viennent pas des occidentaux. Pas du tout ! Tous nos malheurs viennent des africains, telle est la triste réalité. M Mullan ne fait que nous renvoyer notre propre image à nous mêmes. Il faudrait plutôt le remercier.

      Ta vision est contraire à l’idéologie de Thomas Sankara. Sankara ne voyait pas l’impérialisme en termes de races mais en termes d’une idéologie. Même si l’idéologie est portée par une région où il y a une certaine race. Mais je signale que l’idéologie de qui lutte contre cette idéologie du capitalisme provient de ce même occident et de cette même race.

      Donc ce n’est point une affaire à voir sous cet angle de race comme ton intervention peut laisser entendre, mais une affaire de classes d’interets. Comprends que l’assassinat de Georges Floyd aux États Unis est bel et bien une provocation pour désunir les peuples sur une base raciale. Il ne faut pas tomber dans ce piège.

      Meme si je comprends ce que tu veux dire, il est important de préciser les choses sinon justement c’est la posture que souhaite l’idéologie du capitalisme. Sankara a dit que ceux qui exploitent les peuples africains sont les mêmes qui exploitent les peuples occidentaux. Tu vois bien que c’est une affaire d’idéologie contre une idéologie et non de peuple contre peuple. Et justement la démarche de M Cullam n’en est que la preuve que Sankara est delà du racialisme. Je comprends ce que tu veux dire mais tu prends la question du mauvais côté.

      Si les occidentaux nous mettent la honte comme tu l’écris c’est la faute à qui ? Sinon celle des africains eux mêmes. C’est honteux a dire mais il faut reconnaître que les occidentaux mus par une certaine idéologie ont utilisé des africains (d’une même idéologie) contre des africains. Je te signale que n’eut été l’engagement de certains Européens, Sankara ne serait pas sorti de l’anonymat. Les africains se sont indignés de l’assassinat ils ont manifesté par ci par la, ils ont été matraqués par des soldats africains dans des pays africains sous ordre de dirigeants africains.

      Je signale que le film « Thomas Sankara l’homme intègre » a été le démarrage du réveil de la conscience et de l’engagement populaire en Afrique y compris au Burkina Faso et que ce film a été réalisé par un occidental et distribué par un occidental. Je signale que le site internet thomassankara.net a été créé et géré par un occidental et a permis de sauver ce nom de domaine qui serait aux mains des assassins de Thomas Sankara et qu’on n’aurait pas le droit de l’utiliser. Etc, etc. Toutes ces initiatives qui ont permis de lancer de façon active Thomas Sankara provient des occidentaux.

      Oui je suis d’accord avec toi que là ils nous ont mis la honte, mais en réalité nous nous sommes mis la honte à nous mêmes tout seuls. Et heureusement que des occidentaux comme M Mullan sont la. Les africains ont passé tout ce temps à essayer de détruire tout ce qui est de la mémoire de Thomas Sankara : du Burkina jusqu’en Afrique du Sud en passant le Congo, etc.

      Effectivement les africains ont été incapables de prendre des initiatives et se sont infantilisés eux mêmes. C’est un faux procès que tu fais à M Mullan et tu joues contre Thomas Sankara lui même. C’est ce genre d’initiative qui est à féliciter. D’ailleurs pose toi la question pourquoi il veut que ce soit au siège de l’Union Africaine : ce serait une victoire symbolique énorme. Rappelles toi le discours de Sankara à cette même Union Africaine quelques mois avant son assassinat...etc etc. Le fait même d’en donner l’idée fait trembler certains.
      Je crois que tu as réagi de façon au premier degré. Le révolutionnaire doit rester vigilant pour déjouer les pièges sinon il se transforme en réactionnaire luttant contre sa propre lutte sans le savoir
      SOME

      Répondre à ce message

  • Le 14 juillet à 12:49, par Massagnouman En réponse à : Don Bosco Mullan : L’Irlandais qui veut ériger un monument du capitaine Thomas Sankara au siège de l’Union Africaine

    C’est cela la part de vérité de la part de ce patriote irlandais.Toutes les autres parts de vérité sont à revoir.Merci pour l’initiative et que Dieu l’accompagne de ce projet.

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet à 12:55, par Ka En réponse à : Don Bosco Mullan : L’Irlandais qui veut ériger un monument du capitaine Thomas Sankara au siège de l’Union Africaine

    Voilà ce que disait un proche de l’idéologue et visionnaire Thomas Sankara : ’’’’Je crois que Thomas Sankara a une image encore plus grande aujourd’hui dans le monde. Comme lui-même le disait : « On n’assassine pas les idées, on combat les idées ». Ainsi, ceux qui ont cru qu’ils pouvaient le classer dans les oubliettes en l’assassinant l’ont même grandi parce que ses idées sont devenues encore plus populaires. Les gens d’ailleurs en les analysant les trouvent d’un grand humanisme.’’’’ Alors que ce mémorial de Thomas Sankara se réalise au siège de l’UA.

    Et comme demandait le plus proche de Thomas Sankara pour son mémorial sur le lieu de son assassinat, on doit aussi demander une plus grande implication de l’Etat dans l’édification du mémorial au siège de l UA.

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet à 13:33, par Moris En réponse à : Don Bosco Mullan : L’Irlandais qui veut ériger un monument du capitaine Thomas Sankara au siège de l’Union Africaine

    L’idee est louable, mais cela ne nous honor point. Que ce soit un occidental qui vienne constuire ce monument a l’effigie de Thomas Sankara de surcois au siege de l’union fricaine pose probleme. Tous nos malheurs viennent justement de labas. L’idée est bonne mais merci nous pouvons faire notre moument nous meme car cela donnera l’impression que nous ne sommes meme pas capable de reconnaitre la grandeur de celui qui aurait donner sa vie pour nous, ni les moyens, ni l’idee ou l’initiative. Je ne vois pas un Africain sous pretexte d’aimer le General Charles Degaulle aller faire construire un monument a son effigie a Bruxelle. Les Europeens ne l’accepteraient jamais. Ce Monsiuer peut ecire un livre ou autre mais pardon laissez cet honneur aux Africains. Nous savons qui est Sankara, nous l’apprecions plus que quiconque. Ne venez pas nous voler cet honneur, ce plaisir. Nous le ferons en temps et en heure avec nos maigres ressource quand l’occident nous lachera les baskettes. Nous savons qui sont les commanditaires de l’assasinat de Sankara. A ce jour plus de 250 leaders Africians ont ete assassinés pour juste s’accaparer de nos ressources. Quoi qu’il arrive les Europeen s’entre aident toujour au detriments des Africains. Les pretres blancs ont bien ete les precurseur de la colonisation et les confessions, que vous faites naivement dans les eglises remontent en Europe pour mieux vous soumettre et vous dominer ; ne vous y tromprez pas. Les renseignements L’intelligence et la collecte des informstions n’a pas commncé aujourd’hui par les Europeens.Ils en savent plus sur vous que vous ne pouvez l’imaginer. C’est de la provoque a la limite ce que ce monsieur propose de faire mais comme bons nombre d’entre nous sont naifs ; ils ne voient pas la portée symbolique de l’acte qui pousee un occidental a vouloir initier ou financer au siege de l’union africaine une telle realisation. Cela reviendrait a confirmer l’image que ce que les occidetaux veulent coute que coute donner des Africains.C’est a dire incapable de prendre des inititatives, de faire quoi que se soit par eux meme. En somme pour nous infantiliser (comme avec le CFA ils disnet qu’on ne peux gerer une monnaie). Monsieur ecrivez un livre ca suffira. Merci pour votre compassion et tant pis pour les critiques des negres de maison. L’Irlande a telement de probleme avec la grande Bretagne qu’il s’investisse dans cette lutte et il sera grandi.

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet à 15:33, par Neekre En réponse à : Don Bosco Mullan : L’Irlandais qui veut ériger un monument du capitaine Thomas Sankara au siège de l’Union Africaine

    Moris, vous avez peut être de bonnes intentions, mais je pense que vous faites fausse route. Si il est vrai que l’Occcident a toujours été à l’origine des malheurs de l’Afrique, en quoi cet irlandais a avoir avec cela ? C’est comme si tu disais que l’amitié qui liait Jean Ziegler a Thom Sank ne devait pas être du fait de la nationalité Suisse de Mr Ziegler. Il faut mettre de l’eau dans son vin.
    Che Guevara était-il cubain ? Que fais tu de la solidarité entre les peuples ?
    Et puis si c’est deshonorant qu’un occidental vienne construire un monument en memoire de Sankara au siege de l’Union Africaine, à qui la faute ? L’inconscience et la legereté de nos dirigeants est une realité. Et c’est ce qui plombe l’Afrique. Nous accusons les occidentaux de piller nos ressources, mais peuvent ils le faire sans la complicité passive ou active des africains que nous sommes ? Tant que nous n’accepterons pas de nous regarder dans la glace, nous serons la à nous endormir avec de faux slogans. Reveillons nous.

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet à 16:04, par Tengbiiga En réponse à : Don Bosco Mullan : L’Irlandais qui veut ériger un monument du capitaine Thomas Sankara au siège de l’Union Africaine

    Le culte de la personnalité se fait du vivant de la personne. Après la mort, c’est un hommage qu’on lui rend pour l’oeuvre accompli et parce qu’il fait rever la jeunesse. Les idées de Thomas Sankara etaient en avance sur son temps et restent etrernelles.

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet à 16:21, par Amadoum En réponse à : Don Bosco Mullan : L’Irlandais qui veut ériger un monument du capitaine Thomas Sankara au siège de l’Union Africaine

    Dans l’histoire de l*humanite, une fois en passant I’ll arrive un Thomas Sankara dans un pays. I’ll transcende les frontiers des nations et deviant un citoyen du monde. Embrassons Toute personne qui voit en notre Thomas Isidore Sankara, AKA Tom Sank, cet individu. Malgre ses limitations, le president Sankara a fait beaucoup pour le Burkina. Et M. Mullen en voulant eriger une statuette ne diminue aucunement les Burkinabe ou les Africains. Acceptons et apprecions a sa just valeur notre Tom Sank.

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet à 16:25, par Yamsoba En réponse à : Don Bosco Mullan : L’Irlandais qui veut ériger un monument du capitaine Thomas Sankara au siège de l’Union Africaine

    Les frères PAK et BORO ont dit l’essentiel et je valide. Quant à laisser l’initiative aux Africains, c’est aussi juste mais hélas mon frère, ça ne se réalisera pas et les mêmes assassins trouveront comment éteindre cette belle initiative. SANKARA n’appartenant plus au Burkina mais plutôt à l’humanité je ne trouve pas incorrecte cette initiative. Le Burkina doit être fier surtout d’avoir secrété une étoile de son poids pour éclairer le monde de tous les êtres opprimés. Que ses idées triomphent sur le mal et comme il l’avait si bien dit : Malheur à ceux qui bâillonnent leurs peuples.

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet à 18:01, par Ka En réponse à : Don Bosco Mullan : L’Irlandais qui veut ériger un monument du capitaine Thomas Sankara au siège de l’Union Africaine

    Internaute Moris sache que même quand il était vivant, malgré qu’il a permis toutes et tous les Burkinabé d’éprouver le sentiment d’être chez eux au Burkina, par ce que terre d’Afrique, aucun Burkinabé ni Africain n’a songé à écrire sur lui ou même donner une rue à son nom. A son vivant j’ai été à son voyage aux Etats Unis, le Lendemain après son discours à l’ONU, le quartier Harlem était couvert des posters, des graffitis à l’effigie de Thomas Sankara. A son vivant sauf quelques amis du visionnaire ont osé sans pudeur écrire sur lui, a ne citer que le journaliste Malgache Sennen Andriamirado et Bruno Jaffré. Des proches comme c’était Congo Kaboré N. du MTP, ou Ernest Nongma Ouédraogo du BSB, et autres pouvaient écrire sur Thomas Sankara et même demander un mémorial au siège de l’UA, ou au siège de l’ONU : ‘’’Mais durant 27 ans ils étaient ballonnés par l’introverti Blaise Compaoré et ses fillettes du RSP qui tirent sur tout ce qui bouge. Même à travers le monde entier, ne parlons pas à tous les pays du continent dont il foutait la merde, tout le monde avait peur de parler de Thomas Sankara tant que Blaise Compaoré était au pouvoir.’’’’ Sauf le Kenya ou si vous vous présentez dans le pays en tant que Burkinabé, on vous appelle Sankara, même vous orienté à l’hôtel Sankara. L’initiative de l’écrivain Don Bosco Mullan est louable, car aucun Sankariste ni moi, ni SOME, ni Moris n’a pensé à lui donner cet honneur.

    Oui mon ami SOME, aucune disparition d’un dirigeant Africain n’a été pleurée aussi profondément dans leurs pays ou aussi largement à travers le continent comme a été celle de l’idéologue et visionnaire Thomas Sankara. Et comme je ne cesse de le répéter dans ce forum, aujourd’hui plus qu’hier, le mythe Sankara est plus vivant que jamais. Il a défié le temps à tel point que l’enfant de tout le continent paraît aujourd’hui comme le chemin, pour beaucoup de Burkinabè et de jeunes Africains. C’est pourquoi il a été porté dans l’histoire par les voies réservées aux chevaliers de la liberté et aux hommes de progrès.

    Répondre à ce message

    • Le 15 juillet à 14:24, par SOME En réponse à : Don Bosco Mullan : L’Irlandais qui veut ériger un monument du capitaine Thomas Sankara au siège de l’Union Africaine

      Oui mon ami ka, j’adore ! j’adore ! oui quand on parle d’experience certains viennent deposer leur caca ici croyant qu’on va les laisser. Non jamais et qu’il nous traitent de tous les noms qu’ils veulent nous on sait notre action et leur action.

      Oui, je confirme je suis passé au Kenya (The pride of africa) et certains pays de l’afrique et je confirme tes dires. en ecosse je participais a un colloque, un irlandais (déja !) est venu vers moi quand il a su que j’etais burkinabe et il etait heureux de rencontrer quelqu’un qui pouvait lui parler de thomas sankara et pendant 2h on a echangé tellement il etait heureux de savoir qu’il y avaient des dirigeants africains comme sankara

      je confirme NOUS DEVONS REMERCIER M MULLAN. Oui qu’avons nous fait nous autres sankaristes a part utiliser le nom Sankara pour manger ? et manger salement pour parler africain ! Je confirme ma deception comme toi a propos de ceux que tu cites, et plus particulierement concernant Ernest Nogma. Il y en a d’autres comme tu dis. Voila comment nous sankaristes au burkina on a aidé a tuer encore Sankara

      Je soutiens entierement ce projet au siege de l’Union Africaine. C’est une vraie lutte a mener, contrairement au memorial thomas sankara du conseil de l’entente a ouaga. Comme je l’avais dit, non que je sois contre un memorial la bas, mais contre les circonstances et le contexte et les acteurs impliqués dans ce memorial. Memorial il doit y avoir, mais pas avec ces gens qui ont concouru a son assassinat qui essaient aujourd’hui de se racheter une conscience. NON ! Apres l’exhumation le dossier en est ou ? Voyons comment cette exhumation et analyse d’ADN ont été gérées. C’est purement et simplement criminel. J’ai consulté les diverses ebauches de ce memorial, il y en ont de la valeur, mais pour moi il y a des prealables comme je l’ai appris dans mon militantisme au sein de l’ASL (association des Scolaires du Lobi) et de l’AEVO-UGEV.

      cette initiative de M Mullan doit recevoir notre soutien entier et indefectible
      SOME

      Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 09:58, par Ka En réponse à : Don Bosco Mullan : L’Irlandais qui veut ériger un monument du capitaine Thomas Sankara au siège de l’Union Africaine

    Merci mon ami SOME : Nous devons soutenir ce projet si la famille de Thomas Sankara et ses proches ouvrent la voie. Même si nous n’avons pas pu faire plus, nous qui tenons vaille que vaille sa mémoire, souhaitons que ce mémorial au siège de l’UA soit une réalité. Nous avons vu durant les 33 ans de son assassinat, des journées de réflexion en l’honneur du visionnaire et l’idéologue Thomas Sankara, dont beaucoup des représentants et de nombreux adeptes disséminés un peu partout sur le continent et dans le monde entier, de Genève à Cuba, Du Kenya en Irlande excet….

    Oui mon ami SOME, la souffrance de la famille de Thomas Sankara, sans oublier sa famille adoptive qui est le peuple du continent, a assez durée. Simplement à ne penser que durant 27 ans, une tombe entouré d’une petite muraille de briques blanchies à la chaux, avec pour épitaphe : ’’Thomas Sankara président du Faso.’’ Avec dans un coin les couleurs du Burkina Faso peintes sur une brique, d’ailleurs dispersées, comme le prouve la photo avec l’écrivain Don Bosco Mullan. C’est ce détail seulement que Blaise Compaoré a permis pour qu’on puisse distingué durant 27 ans la dernière demeure de Thomas Sankara président du Faso, et de celles de ses douze compagnons, assassinés eux aussi le 15 Octobre 1987.

    on ami SOME, celui qui a bien voulu remuer les cocotiers avec la formule au cocktail très simple qui était du marxisme mélangé de Guévarisme, ajouté d’une pincé du panafricanisme, et au final de l’humanisme, le visionnaire Thomas Sankara avait compris a l’instar des sages du mandé, que la main qui donne est au-dessus de celle qui reçoit : Notre visionnaire Thomas Sankara ne tendait pas la main : Car, il aurait été gêné d’avoir à faire comme les autres et de recourir constamment à l’étranger pour boucler les fins de mois difficiles, il l’a fait comprendre à ses paires au siège de l’UA lors de son fameux discours demandant aux Européens d’effacer les dettes du continent. Et à nous ses compatriotes, il nous invitait à consommer local, et à ne pas attendre notre salue d’ailleurs.

    Oui mon ami SOME, notre visionnaire était un citoyen du monde, et il mérite ce mémorial au siège de l’UA : Car ses actions fascinaient beaucoup de personnes à travers le monde, dont on venait à Ouaga a son époque comme on allait à Katmandou. On se rappelle qu’on rencontrait dans les maquis Daniel Cohn-Bendit, Daniel le rouge, le cauchemar de De Gaule en mai 68, ainsi que d’autres comme Olof Palme, Danielle Mitterrand qui a accueilli Miriam et ses enfants en France après l’assassinat de son mari, Harlem Désire que j’ai eu l’occasion à l’époque de discuter longuement avec lui, Jean Ziegler, ont fait le pèlerinage à Ouagadougou pour rencontrer le président qui voulait changer les choses et les hommes, sans succomber au charme du pouvoir comme l’a fait Blaise Compaoré. La cour de Thomas Sankara avait ses habituées à ne citer que l’ancien journaliste Zaïrois Bawana Kabué, et tant d’autres. Oui l’idéologue et visionnaire Thomas Sankara avait appliqué avant tout le monde ’’les préceptes de la bonne gouvernance ; très chère de nos jours aux institutions appelant à la rigueur, pour combattre la corruption, surtout en encourageant la consommation des produits du cru.’’ Thomas Sankara mérite son mémorial au siège de l’UA.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Cybercriminalité : Une nouvelle brigade pour traquer les cyber-arnaqueurs
Redevabilité sociale et veille citoyenne : 20 communes du Burkina Faso passent à la loupe
Prix Nobel alternatif 2018 : Le gouvernement burkinabè octroie un passeport diplomatique à Yacouba Sawadogo
Réconciliation nationale : Le HCRUN consulte l’Unité d’action syndicale
Adoption du statut-cadre de la Police nationale : Des policiers expriment leur reconnaissance au Médiateur du Faso
Cantines scolaires : L’engagement présidentiel à assurer « un repas équilibré par jour » sur la table de réflexions !
Centre social de l’UFC-Dori : 29 jeunes filles achèvent leur formation en coupe-couture
Assurance agricole au Burkina : Le projet expliqué aux producteurs
Conflits communautaires : L’implication de la femme dans la restauration de la paix et la promotion de la cohésion sociale
Santé communautaire : Bientôt une task-force pour coordonner les interventions
Nestlé Burkina : Trois respirateurs pour sauver des vies
Ziniaré : Le directeur de la maison d’arrêt et de correction placé sous mandat de dépôt pour extorsion de fonds
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés