Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a deux façons de faire face aux difficultés : soit on les transforme, soit on se transforme en les affrontant» P. Bolton

Crise sécuritaire dans le Sahel : Les filles vivent dans la peur, selon un rapport de Plan international et de l’UNFPA

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • lundi 29 juin 2020 à 21h45min
Crise sécuritaire dans le Sahel : Les filles vivent dans la peur, selon un rapport de Plan international et de l’UNFPA

En prélude au lancement sur le plan international du rapport intitulé « Les filles dans la crise : Voix du Sahel », les responsables de l’ONG Plan international Burkina Faso étaient face à la presse ce 29 juin 2020. Ce rendez-vous avec les journalistes a été animé par le directeur du développement des programmes et de l’influence de Plan international Burkina Faso, Claude Kané, entouré de sa collègue Rasmata Ouédraogo, responsable du programme des urgences humanitaires, et de Dr Dalomi Bahan, spécialiste de suivi-évaluation à l’UNFPA. Ils ont voulu ce cadre d’échanges pour faire connaître le fruit des travaux de recherche menés par Plan international et l’UNFPA, en collaboration avec le Centre pour le genre et les catastrophes, et l’Institut pour la réduction des risques et des catastrophes de l’Université College de Londres.

Ces travaux de recherche ont été menés auprès de 800 filles et adolescentes de 10 à 19 ans, qui subissent les conséquences de la crise sécuritaire et humanitaire que traversent le Burkina Faso et le Mali. « C’est un rapport assez important qui a permis de donner la voix à la jeune fille au niveau du Burkina Faso et du Mali. Sur le plan national, nous avons interrogé les filles déplacées qui ont donné leurs préoccupations et leurs besoins spécifiques », a expliqué le directeur du développement des programmes et de l’influence de Plan international Burkina Faso, Claude Kané.

Des résultats des travaux de recherche, il ressort que la crise sécuritaire compromet l’accès des filles à l’école. Et lorsqu’elles ne vont plus à l’école, elles sont exposées à beaucoup de risques, notamment les violences basées sur le genre, selon le conférencier du jour. Ce rapport en donne des illustrations concrètes.

Des témoignages issus d’entretiens, des filles et adolescentes interrogées décrivent comment les normes sociales et de genre en vigueur au sein de leurs familles et de leurs communautés leur donnent le sentiment d’être impuissantes face à ces défis. « Le mariage nous effraie. Nous avons peur d’être mariées à un homme qui nous battra », confie une fille d’un groupe de discussion de filles de 15 à Bomborokuy, au Burkina Faso. « Souvent, nous ne pouvons pas faire ce que nous voulons parce que nous ne nous appartenons pas », a renchéri une autre d’un groupe de discussion de filles de 10 à 14 ans, à Kongoussi. L’on retient aussi que dans les zones de l’étude, les questions de mariage précoce, de travaux forcés, de filles victimes de violences physiques se sont multipliées.

Faire des filles des actrices de changement

Au regard de ce qui précède, M. Kané estime que l’heure est maintenant à l’action. C’est pourquoi, dit-il, « nous avons porté la voix de ces filles de sorte que l’ensemble de la communauté humanitaire puisse connaître leurs préoccupations et agir maintenant ». De son côté, Plan international Burkina, à l’instar de l’UNFPA, a engagé plusieurs actions en faveur de ces filles.

Dans le domaine de l’éducation, par exemple, cette organisation a ouvert des centres d’éducation temporaire au profit des jeunes filles pour qu’elles puissent continuer à apprendre. Il y a également des programmes qui protègent la jeune fille contre les violences basées sur le genre. A ce sujet, des centres spécifiques sont ouverts dans les régions du Centre-Nord et de la Boucle du Mouhoun.

En rappel, le rapport « Les filles dans la crise : Voix du Sahel » sera lancé le mardi 30 juin 2020 sur le plan international, à travers une table ronde. Au Burkina Faso, plusieurs activités sont prévues pour la dissémination du présent rapport. « Le 2 juillet 2020, nous inaugurons une exposition de photos ouverte à tous et à toutes. Nous avons voulu innover à travers ces écrans qui feront défiler les portraits grand format et des textes qui seront autant de témoignages des jeunes filles qui ont participé aux travaux de recherche au Burkina Faso et au Mali. Toujours le 2 juillet, nous proposerons une conférence-débat. Le 3 Juillet 2020, le ministre de l’Action humanitaire, Marie Laurence Ilboudo/Marshall, va présider la cérémonie officielle de lancement du rapport sur le plan national », a dévoilé M. Kané.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Grève générale de 48h contre l’IUTS : « Il y a vraiment l’argent dans ce pays », rappelle Zakaria Bayiré du SNAID
Grève des 8 et 9 juillet 2020 : La CGTB et les syndicats Autonomes des Hauts-Bassins mobilisés pour de meilleures conditions de travail
Gaoua : Les travailleurs du Sud-Ouest mobilisés contre l’application de l’IUTS
Allégations sur les exécutions extrajudiciaires : La réponse du gouvernement burkinabè
Réhabilitation du tronçon Gourcy-Ouahigouya : « C’est beau, solide et techniquement agréable à visiter », selon le ministre Eric Bougouma
Transport des échantillons biologiques : Le ministère de la Santé et La Poste Burkina Faso signe une convention de partenariat
Burkina : Des syndicats et associations du secteur privé invitent la population au respect des autorités
Poème : La passe de la faucheuse
Djibo : Des fosses communes contenant au moins 180 corps découvertes, rapporte Human Rights Watch
Politique : « Actuellement, je ne vois pas un candidat qui peut sortir le Burkina de l’ornière », constate Issa Sawadogo
Promotion de l’agriculture biologique : Huit associations reçoivent un appui du Fonds PISCCA
Entrepreneuriat : Toé Dikio Claudel Rufin vainqueur du Prix Pierre Castel 2020 au Burkina Faso avec son projet de promotion du souchet appelé « tiongon ».
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés