Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a deux façons de faire face aux difficultés : soit on les transforme, soit on se transforme en les affrontant» P. Bolton

Journée mondiale sans tabac : Afrique contre le tabac (ACONTA) invite chaque acteur à agir dans la lutte

Accueil > Actualités > Société • • dimanche 31 mai 2020 à 15h00min
Journée mondiale sans tabac : Afrique contre le tabac (ACONTA) invite chaque acteur à agir dans la lutte

Ceci est un message de Afrique contre le tabac (ACONTA), à l’occasion de la journée mondiale sans tabac. Cette organisation de la société civile rappelle que le gouvernement seul ne doit pas être le seul acteur de la lutte. Elle invite, par ailleurs, chacun à agir et soutenir la lutte.

Aujourd’hui 31 mai le monde entier célèbre la journée mondiale sans tabac. Le Burkina Faso, pays partie à la Convention Cadre de l’OMS pour la Lutte Antitabac depuis 2006 ne se mettra pas en marge de cette célébration.

En plus du tabagisme, actuellement notre pays fait face à deux (02) autres fléaux majeurs qui tendent à annihiler nos efforts de développement et sapent nos efforts de lutte contre le tabac. Il s’agit notamment du terrorisme et de la pandémie du COVID-19. Ces trois gangrènes ensemble, endeuillent nos braves populations malgré la mise en place de stratégies de résilience.

Nous présentons nos condoléances à toutes les familles éplorées à cause du Covid19 et du terrorisme. Nous compatissons aussi avec les blessés suite aux attaques terroristes et souhaitons prompte rétablissement aux malades et toutes les autres victimes du tabac.

Pour cette année 2020, le thème de la journée mondiale sans tabac est : « Protéger les jeunes contre les manipulations de l’industrie et les empêcher de consommer du tabac et de la nicotine ».

Ce thème en dit long sur les préoccupations actuelles et interpelle plus d’un sur les stratégies mercantiles des industries du tabac. En effet ceux-ci ne reculent devant absolument rien pour continuer à faire de la publicité, la promotion et le parrainage malgré les mesures restrictives dans notre pays. L’interdiction de la publicité est bafouée aux yeux de tous et nous avons toujours interpellé qui de droit à savoir nos autorités.

Le Gouvernement peine vraiment à appliquer la règlementation en la matière qui ressemble plus à un vœu pieux, qu’à une règlementation objective et sincère pour protéger les jeunes. On peut citer entre autres des comportements assimilables à une violation de la règlementation sur le tabac :

­ l’interdiction de la publicité de la promotion et du parrainage qui est contournée par la publicité aux points de vente ;

­ L’interdiction de la vente au détail et aux mineurs, tout le monde sait que n’importe quel enfant peut acheter des cigarettes, parfois même dans certains établissements scolaire, ou en tout cas devant la porte ;

­ L’apposition des avertissements qui est contournée par la présence des paquets ne portant aucune image. Ces importateurs et industriels sont connus mais ne sont pas sanctionnés

­ l’adoption d’un nouveau décret sur la protection du domaine scolaire qui lui aussi n’a connu aucun début d’application

Les autres actions que l’on ne s’attardera pas d’égrener ici témoignent du faible intérêt du Gouvernement de lutter contre les industriels de tabac et partant de protéger efficacement la santé des Burkinabè en général et celle des jeunes en particulier mais démontre aussi son manque d’engagement à faire appliquer les mesures prises.

Les jeunes sont la cible privilégiée des industriels de tabac et la célébration de cette JMST 2020 autour de ce thème est d’une importance capitale.

Chers parents, à l’occasion de la célébration de la fête des mères ACONTA vous souhaite une bonne fête. Mais elle vous lance un appel et ne cessera de répéter, que cette lutte ne concerne pas seulement le gouvernement. La famille doit jouer son rôle qui est entre autres de protéger les enfants et les jeunes contre la consommation du tabac. Rappelons que le tabagisme est la porte d’entrée pour la consommation de la drogue et de nombreux autres vices. Chacun à son niveau doit agir et soutenir la lutte pour que les enfants depuis leur bas âge reçoivent les informations appropriées. Les parents doivent aussi avoir un comportement exemplaire et ne pas fumer à la maison et dans les lieux publics.

Pendant que nous commémorons cette journée, l’industrie du tabac continue de renforcer sa publicité et ses autres actions pour attirer plus de jeunes. Elle diffuse des « fake news » profitant de l’épidémie du Covid19 pour tromper la vigilance des jeunes et les inciter à la consommation de ses produits toxiques et cancérigènes.

Contrairement au gros mensonge orchestré par les vendeurs de tabac selon lequel la consommation de tabac permet de protéger contre la Covid19, il est clairement établi et largement démontré que la fumée de tabac affaiblit le système immunitaire du fumeur, et est à la source de nombreuses maladies y compris la tuberculose. A cause de l’industrie du tabac les fumeurs sont exposés à ce virus très dangereux qui a déjà fait des milliers de morts à travers le monde. Les fumeurs peuvent s’infecter rapidement en portant la main infectée à la bouche.

Il est de notre devoir de rappeler le gouvernement et particulièrement le ministère de la santé, celui en charge du commerce, celui en charge de la communication, en charge de la sécurité et les autres ministères impliqués que la situation actuelle exige une implication active dans la lutte antitabac, chaque ministère devant jouer pleinement son rôle. Ce rôle n’est pas seulement celui du ministère de la santé. Le ministère du commerce fait de son mieux pour le renouvèlement des avertissements sanitaires graphiques mais la société civile en particulier ACONTA demande plus d’engagement de sa part.

En réalité, nous attendons que les images sur les emballages de tabac soient renouvelés, cependant nous ne comprenons pas la lenteur avec laquelle la question est traitée au niveau du Gouvernement. Dans les jours à venir nous osons croire que les actions concrètes seront posées afin de se conformer à l’arrêté prescrivant le renouvellement des avertissements sanitaires graphiques au Burkina Faso.

Notre pays traverse des moments difficiles, mais la vie doit se poursuivre. La protection de la santé doit se poursuivre et la place ne doit pas être laissée aux industriels de tabac. En effet, il est important de savoir que les industriels sont de fins stratèges et n’ont pas d’amis. Ils cherchent « leur argent » peu importe que notre jeunesse soit sacrifiée. Nos autorités sont donc interpellées.

Enfin, nous ne saurons terminer notre propos sans réitérer nos remerciements aux familles, aux autorités coutumières et religieuses, les personnes ressources, les acteurs engagés de la lutte antitabac et nos partenaires nationaux et internationaux qui nous ont toujours accompagné dans cette lutte pour le bien-être de nos populations.

Vive la lutte antitabac.

Vos commentaires

  • Le 1er juin à 08:41, par kwiliga En réponse à : Journée mondiale sans tabac : Afrique contre le tabac (ACONTA) invite chaque acteur à agir dans la lutte

    "En plus du tabagisme, actuellement notre pays fait face à deux (02) autres fléaux majeurs.... Il s’agit notamment du terrorisme et de la pandémie du COVID-19. Ces trois gangrènes ensemble, endeuillent nos braves populations..."
    Ben voyons, le palu, la typhoïde, la méningite,... les accidents de la route, le manque de soins et d’équipements,... la corruption, les détournements, la gabegie,... les crises syndicales, les clash ethniques,...
    Lutter contre le tabagisme, c’est bien, mais raconter n’importe quoi pour vous classer dans les principaux fléaux de notre pays, c’est, soit terriblement mensonger, soit un manque total de lucidité.
    Rajouter par exemple : "Rappelons que le tabagisme est la porte d’entrée pour la consommation de la drogue et de nombreux autres vices." relève de la pure invention.
    Quant-aux effets constatés du tabagisme relativement au virus du covid19, vous n’en savez rien et aucune étude sérieuse n’a pu tirer de conclusion.
    Le drame de nos gouvernants est d’être incapables d’identifier nos priorités, nos urgences.
    J’ai bien peur que vos priorités ne soient justifiées que par votre vénalité : "remerciements à nos partenaires internationaux".

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Transport des échantillons biologiques : Le ministère de la Santé et La Poste Burkina Faso signe une convention de partenariat
Réhabilitation du tronçon Gourcy-Ouahigouya : « C’est beau, solide et techniquement agréable à visiter », selon le ministre Eric Bougouma
Grève générale de 48h contre l’IUTS : « Il y a vraiment l’argent dans ce pays », rappelle Zakaria Bayiré du SNAID
Grève des 8 et 9 juillet 2020 : La CGTB et les syndicats Autonomes des Hauts-Bassins mobilisés pour de meilleures conditions de travail
Burkina : Des syndicats et associations du secteur privé invitent la population au respect des autorités
Poème : La passe de la faucheuse
Allégations sur les exécutions extrajudiciaires : La réponse du gouvernement burkinabè
Gaoua : Les travailleurs du Sud-Ouest mobilisés contre l’application de l’IUTS
Djibo : Des fosses communes contenant au moins 180 corps découvertes, rapporte Human Rights Watch
Politique : « Actuellement, je ne vois pas un candidat qui peut sortir le Burkina de l’ornière », constate Issa Sawadogo
Promotion de l’agriculture biologique : Huit associations reçoivent un appui du Fonds PISCCA
Entrepreneuriat : Toé Dikio Claudel Rufin vainqueur du Prix Pierre Castel 2020 au Burkina Faso avec son projet de promotion du souchet appelé « tiongon ».
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés