Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Quelle que soit la difficulté de la vie, il y a toujours quelque chose que vous pouvez faire et réussir.» Stephen Hawking Artiste, Astronome, Astrophysicien

Décès du juge Salifou Nebié : 6 ans après, le dossier connait toujours une lenteur

Accueil > Actualités > Société • Déclaration • jeudi 28 mai 2020 à 12h35min
Décès du juge Salifou Nebié : 6 ans après, le dossier connait toujours une lenteur

Le Syndicat autonome des magistrats du Burkina (SAMAB), dans une déclaration dont nous avons obtenu une copie, interpelle le gouvernement sur la nécessité de mettre tous les moyens appropriés à la disposition du juge d’instruction chargé du dossier et à tous les collègues de l’instruction qui subissent les critiques de l’opinion sur la lenteur des procédures.

DÉCLARATION A L’OCCASION DU 6e ANNIVERSAIRE DU DÉCÈS DU JUGE NEBIE SALIFOU

Peuple burkinabè,

Collègues et Camarades militants,

Cela fait déjà six ans que le juge NEBIE Salifou, juge au Conseil Constitutionnel Burkinabè trouvait la mort à Saponé dans la nuit du 24 mai 2014.

Les circonstances de cette mort nous indiquaient clairement que le décès de notre camarade était manifestement un homicide volontaire. Cette conviction sera renforcée par les constations médico-légales des médecins burkinabè qui ont suivi.

Face au choc que cette disparition brutale a provoqué et pour donner plus de chance aux investigations d’aboutir, une autopsie était requise. Il vous souviendra que Stéphane CHOCHOIS, expert français, dans une démarche douteuse livrait des conclusions surprenantes, lesquelles étaient d’abord publiées dans les médias avant d’être communiquées au magistrat chargé de l’enquête.

Il vous souviendra également que le juge NANA Théophile qui était chargé de l’affaire a trouvé la mort dans des circonstances troublantes en décembre 2015.

Ces rappels sont nécessaires pour comprendre la complexité du dossier NEBIE.
Peuple burkinabè, Collègues et Camarades militants.

Le dossier NEBIE est un dossier complexe dont la bonne conduite et la découverte de la vérité commande nécessairement la collaboration de tous.

Comme tous les crimes aux mobiles soupçonneusement politiques, leur élucidation requiert des moyens scientifiques appropriés, la contribution des citoyens témoins et des techniciens des affaires criminelles dévoués. C’est la raison pour laquelle, à l’occasion de ce 6ème anniversaire, le SAMAB vous invite à une collaboration franche et sincère avec les personnes chargées de la conduite du dossier. Il invite particulièrement tous ceux qui détiendraient des informations et des éléments sur ladite affaire à accompagner la justice dans la quête de la vérité.

Le SAMAB interpelle également le Gouvernement sur la nécessité absolue de mettre tous les moyens appropriés à la disposition, non seulement, du juge d’instruction chargé de ce dossier mais aussi de tous les collègues de l’instruction qui, par manque de moyens, subissent les critiques de l’opinion sur la lenteur des procédures.

Pour l’histoire de notre pays, pour la dignité de la famille.

Pour un Burkina Faso démocratique, nous devons impérativement connaitre la vérité dans ce dossier.

Paix à l’âme du collègue et camarade NEBIE Salifou.

Ouagadougou le 28 mai 2020

Le Secrétaire Général

Emmanuel Sidinyidé OUEDRAOGO

Vos commentaires

  • Le 28 mai 2020 à 13:40, par ARMAND En réponse à : Décès du juge Salifou Nebié : 6 ans après, le dossier connait toujours une lenteur

    Belle déclaration. C’est propre mais nul pour tous les magistrats qui ne savent que reclamer leur salaire pour faire la concurrence des batiments a niveau . Il n’y a pas que le dossier de Nébié qui souffre dans vos tiroirs. Dites a Bassolma de faire une cotisation pour vous permettre de gérer le dossier. Il a déjà fait pour aider les grevistes. Pas besoin de citer les dossiers que vous connaissez a force de célébrer les annoversaires de décès

    Répondre à ce message

  • Le 28 mai 2020 à 18:48, par Sidpassata Veritas En réponse à : Décès du juge Salifou Nebié : 6 ans après, le dossier connait toujours une lenteur

    En fait les magistrats et tout l’appareil judiciaire burkinabè devraient mettre un point d’honneur à faire avancer les dossiers concernant les crimes économiques et de sang qui se sont produits sous le régime COMPAORE. En tout cas, ces dossiers qui sont entre les mains de la Justice semblent être tenus sous une chape de plomb. Personnellement je me demande si c’est juste un fait du hasard que les turpitudes des éléments du fameux RSP sous la Transition aient été jugés par la justice militaire et que plusieurs des crimes de l’époque de COMPAORE ne connaissent pas de dénouement judiciaire jusqu’à présent. Le procès du dernier gouvernement de Blaise COMPAORE qui avait été remué semble oublié. On se demande si les affaires produits sous le règne PMM ne vout pas être résolues avant, puisqu’on voit que l’ancien ministre de la défense J.C. BOUDA est aux arrêts.
    Une chose est sûre, la Justice Burkinabè (civile surtout) est très attendue par les citoyens qui ne lui feront pas de cadeau, vue les sacrifices consentis dans la douleurs l’indépendance économiques des magistrats afin d’assurer l’Indépendance tout court de la Justice.
    Wait and see !

    Répondre à ce message

  • Le 28 mai 2020 à 19:03, par David En réponse à : Décès du juge Salifou Nebié : 6 ans après, le dossier connait toujours une lenteur

    CHERS MAGISTRATS
    Moi je m’attendais à une déclaration commune de l’Inter syndical des magistrats, avec un contenu plus volontariste. L’Inter syndical des magistrats s’est mobilisé comme un seul homme pour une revendication pécuniaire relative à l’extension de l’IUTS. Ce qui était très bien. Mais cette fois-ci, il s’agit de l’assassinat crapuleux d’un magistrat qui est un aîné pour beaucoup d’entre vous. Moi je cherche à comprendre, pourquoi une déclaration en solo du SAMAB ?
    Êtes-vous si divisés jusqu’à ce point ? C’est comme si la seule chose qui vous lie entre magistrats, c’est l’argent ?
    Ou bien avez-vous peur de quoi ou de qui ? Si vous en tant que magistrats vous avez peur entre vous, c’est grave. Dans ce cas, nous les citoyens ordinaires, ce sera le sauve qui peut.
    Nous attendons une déclaration argumentée de l’inter syndical des magistrats sur le dossier de l’assassinat du juge NÉBÎÉ Salifou.
    J’espère sue je ne serai pas l’objet de recherche pour outrage à magistrat.
    Sinon, le SAMBA n’a même pas osé parler d’assassinat dans sa déclaration, il parle de décès.
    Et pourtant, tout le monde le sait, le juge NÉBIÉ a bel et bien été ...........
    Le contexte au moment de son assassinat explique sans doute cela.
    Vous devez vous mobiliser comme un seul homme à l’image de votre mobilisation contre l’extension de l’IUTS pour élucider l’assassinat d’un de vos illustre collègue. Si vous ne le faites pas, vous aurez collectivement failli.
    Je n’ai aucun lien avec le regretté, je ne l’ai jamais vu physiquement en personne, en dehors de la télé.
    Ce n’est que le cri de coeur d’un simple citoyen qui observe.

    Répondre à ce message

  • Le 28 mai 2020 à 19:38, par Sacksida En réponse à : Décès du juge Salifou Nebié : 6 ans après, le dossier connait toujours une lenteur

    De toute facon, quand on a affaire a un Etat total Bourgeois qui organise des Juridictions elles aussi Bourgeoises, on ne peut que deplorer un certain laxisme ou une certaine lenteur de la justice voulue
    et qui defend des interets loin de ceux du peuple. Nous ne disons pas qu’il faut de la precipitation dans des dossiers judiciaires, mais si l’Etat est bien progressiste, l’on peut avoir des procedures et des jugements judiciaires assez rapides avec tous les moyens humains et materiels necessaires. En tout etat de cause, cette justice generalement decriee par des justiciables, leurs acteurs s’ils font expres dans cette lenteur seront juges au centuple par la justice divine. Que Dieu sublime aide le peuple du Burkina Faso. Salut.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : Le ministère en charge de la Réconciliation nationale rappelle qu’« il n’est pas en mesure d’accorder un quelconque soutien financier »
Guinée : L’ancien porte-parole du gouvernement arrêté par des hommes cagoulés
Coupe CAF : L’ASFA se qualifie aux 16e de finale en battant le FC San Pedro
GANZOURGOU : La journée marathon du ministre Bougouma
« Surveillance rapide de la mortalité au Burkina Faso » : près de 25 000 décès enregistrés en 2020 et 2021
Semaine nationale de l’information et de l’orientation post-baccalauréat : « Une belle opportunité d’échanges avec les nouveaux bacheliers sur la formation et le financement des études », selon Dr Lydia Rouamba
Communes à statut particulier : Des réflexions pour améliorer la législation
Kaya : SOS village d’enfants clôture son projet d’aide d’urgence
Burkina : L’ONU-HABITAT et ses partenaires renforcent les capacités des acteurs du Centre-nord sur la gouvernance foncière locale
Camp Ouezzin Coulibaly : Sortie de la 47e promotion des Sous-officiers de la gendarmerie
Maintien de la paix dans le monde : 147 policiers et gendarmes burkinabè prêts à servir
Journée mondiale de la sécurité des patients au Burkina : Les soins maternels et néonatals sans risque au cœur de la célébration
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés