Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Toucher le fond est une victoire pour celui qui s’en sort.» Smarty

Lettre à mon camarade Dabo Boukary, assassiné le 19 Mai 1990

Accueil > Actualités > Société • Témoignage de Séni Kouanda, ancien SG de l’ANEB • lundi 19 septembre 2022 à 11h18min
Lettre à mon camarade Dabo Boukary, assassiné le 19 Mai 1990

Le procès de l’assassinat de Dabo Boukary s’est ouvert ce 19 septembre 2022 à Ouagadougou. A cette occasion, nous vous proposons de nouveau le témoignage que son compagnon, Séni Kouanda, lui avait rendu sur nos pages en mai 2020, lors du 30e anniversaire de sa mort dans les locaux du Conseil de l’Entente, siège du pouvoir du Front populaire. A l’époque des faits en mai 1990, Séni Kouanda était président de l’ANEB et subira, comme beaucoup d’autres militants de l’association, la répression qui s’est abattue sur eux.

30 ans déjà que tu es parti sans crier gare.
30 ans sans nouvelles de toi. 30 ans, 30 ans.

Où es-tu mon camarade ? où t’ont-ils mis mon camarade ?
Nous sommes à ta recherche depuis 30 ans. Les hommes qui t’ont arraché à notre affection depuis cette date fatidique de Mai 1990, qui t’ont souillé de leurs mains assassines, n’ont toujours pas eu le courage de reconnaître leur forfait.

Depuis 30 ans, nous cherchons à faire ton deuil. Impossible car Il n’y a ni sépulture, ni tombe.
Depuis 30 ans, mes souvenirs de toi ne se sont jamais estompés. Je revoie ton visage toujours serein. Je ressens ta manière d’entrer chez moi, à pas feutrés. Et cette voix calme qui ne s’élève jamais. Cette voix celle d’un homme déterminé, plus mature que nous à l’époque.

Ce jeune homme se battait pour le bien commun. Il a été exclu de plusieurs universités de la sous-région pour ce combat. Je ne t’ai jamais entendu te plaindre de ta situation, même quand celle-ci était difficile, car non boursier.

Ceux qui t’ont assassiné pensaient avoir tué toute idée de combat. Eh bien, ils se sont trompés lourdement. Ton visage incarne celui du combat étudiant, partie intégrante de celui de notre peuple pour la liberté et la justice sociale. Depuis 30 ans, les jeunes qui n’étaient pas nés en 90 ont poursuivi le combat. Le flambeau de la lutte a continué à briller. Le 19 Mai est célébré Journée de l’étudiant burkinabè.

Quant à nous, tes compagnons (nous sommes devenus des cinquantenaires), nous continuons à maintenir haut le flambeau, à nous battre pour les idéaux pour lesquels tu as sacrifié ta vie même si certains ont flanché (c’est aussi cela la vie).

Mon cher Camarade, qu’aurait été ta vie si tu n’avais été assassiné ? cette vie prématurément arrachée à cet amour qui préfigurait de la fondation d’une famille. Je crois que tu aurais été heureux à ses côtés. Ce fut dur, terrible pour elle. Quel choc ?

Sur le plan professionnel, je n’ai aucunement de doute que tu aurais été un bon médecin apprécié par tes malades. Interne au CHU Yalgado, les malades t’aimaient parce que tu prenais soin d’eux. Tu prenais ton temps, les écoutant et essayant de trouver une solution médicale et parfois sociale à chacun d’eux. Tu n’étais jamais pressé quand tu étais auprès des malades. Avais-tu la prémonition de ce qui allait arriver pour te dire que tu allais consacrer le peu de temps de ta vie à prendre soin des autres ? Non, je ne le crois pas. C’était simplement toi, Dabo.

Nous aurions continué côte à côte, faisant chemin ensemble sur le front de la lutte pour la justice sociale et la liberté parce que nous aimons la vie, parce que nous aimons ce peuple qui est pauvre, démuni mais courageux, qui nous a tout donné, qui nous a permis d’avoir une éducation de niveau supérieur.

Mon camarade, mon cher Dabo,

Notre peuple a réalisé une insurrection de portée historique les 30 et 31 octobre 2014. Il a chassé du pouvoir le capitaine Blaise Compaoré. Le régiment de sécurité présidentielle qui a succédé aux fameux commandos du conseil de l’entente a été dissout après son coup d’Etat de septembre 2015.

Des espaces de liberté se sont ouverts plus grandement. Les magistrats commencent à prendre leurs responsabilités. L’espoir renait quant à ce que la justice fasse son travail et que ta tombe soit identifiée. Sur cette tombe, nous ferons le « Doua » nécessaire pour que ton âme tourmentée repose enfin en paix.

Il y a des hommes qui méritent que l’on les rencontre. Tu es de ceux-là. Je suis fier d’avoir eu le privilège de te connaitre, d’avoir été ton compagnon en une vie si brève mais pleine. Ton filleul qui porte ton nom est devenu aujourd’hui un jeune homme.

Mon cher Camarade, mon cher Dabo, ton souvenir restera toujours vivace en nous. Merci pour tout.

Ton camarade et compagnon de lutte
Seni Kouanda

Vos commentaires

  • Le 18 mai 2020 à 23:02, par Diongwale En réponse à : Lettre à mon camarade Dabo Boukary, assassiné le 19 Mai 1990

    Oui, assurément, et même si personnellement je ne peux apporter aucune pierre à la Vérité sur la mort de Dabo Boukary, je suis convaincu que derrière celle-ci il y a toujours eu l’ombre de Salif Diallo et de l’homme de main de Blaise Compaoré, Gilbert Diendéré.
    Malheureusement, il est à craindre que ce lâche n’avouera jamais son forfait.
    Merci, Monsieur Seni Kouanda, de nous avoir rappelé votre ami à la mémoire. .

    Répondre à ce message

  • Le 18 mai 2020 à 23:15, par Seydou En réponse à : Lettre à mon camarade Dabo Boukary, assassiné le 19 Mai 1990

    Message très émouvant. Il témoigne de la sincérité et de la fidélité d’une vraie amitié.
    On ne pleure pas un combattant tombé sur le champ d’honneur. On récupère son arme et on poursuit son combat.. C’est ce que bon nombre de compagnons de DABO BOUKARY ont fait. Bravo à vous et bon courage.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2020 à 00:10, par Dr Albert OUEDRAOGO, Consultant En réponse à : Lettre à mon camarade Dabo Boukary, assassiné le 19 Mai 1990

    Merci Professeur Seni Kouanda pour cette lettre. J’ai les larmes aux yeux. Ca fait effectivement 30 ans que nous attendons la vérité et la justice sur la mort de notre camarade Dabo Boukary. A l’époque j’étais en deuxième année de Sciences Economiques et membre du Comité Exécutif de l’ANEB. Nous avons certes tous subi la répression barbare du régime de Blaise Compaoré mais notre cher Dabo en a payé le prix le plus fort. C’est grâce à son sacrifice que nous ses anciens camarades sommes ce que nous sommes devenus aujourd’hui. La vérité et la justice finiront par triompher. Reposes en paix cher compagnon de lutte.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2020 à 05:46, par Mouta mouta En réponse à : Lettre à mon camarade Dabo Boukary, assassiné le 19 Mai 1990

    Merci Prof Kouanda
    C’est émouvant comme message
    La lutte continue.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2020 à 06:28, par Le Sage En réponse à : Lettre à mon camarade Dabo Boukary, assassiné le 19 Mai 1990

    Merci prf KOUANDA, pour ce message poignant qui vient rappeler aux auteurs de cet assassinat que 30 ans ne nous ont pas amenés à oublier Boukary DABO, et que ce que nous attendons d’eux demeure d’actualité. Courage à nous tous. Que la terre libre du Burkina te soit légère Boukary.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2020 à 07:42, par Chasseur d’insurrescrocs En réponse à : Lettre à mon camarade Dabo Boukary, assassiné le 19 Mai 1990

    Malgré les nombreux témoignages accablant feu salif diallo sur cette affaire, celui n’a jamais été inquiété ni sous la transition, ni sous le MPP. Ce sont les contemporains de dabo boukary qui sont pour la plupart les magistrats et les avocats qui garnissent le système judiciaire aujourd’hui. Pourquoi tout ce beau monde, formé aux frais du contribuable n’arrive pas à faire la lumière sur cette affaire où une multitudes de témoignages ont révélé des pistes et des suspects sérieux ?
    Il faut craindre qu’en réalité, la mort de dabo boukary ne soit qu’un moyen de chantage au mains de quelques individus peu scrupuleux qui s’en servent comme fonds de commerce pour beurrer leurs épinards. Peut-être qu’en réalité, les contemporains de dabo boukary qui disposent de tous les leviers de la justice connaissent les vrais responsables de ce crime mais ont intérêts pour le moment, à faire comme s’ils ne savaient rien (par pur calculs politiques). Comme l’Aneb elle-même fonctionne comme une secte, peut-on jamais savoir les pactes qui lient les différents membres qui passent très souvent des oppositions radicales au pouvoir et vice versa ?
    Tout ça ressemble à de la comédie à laquelle il faudra mettre fin un jour !!!

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2020 à 08:18, par urgent En réponse à : Lettre à mon camarade Dabo Boukary, assassiné le 19 Mai 1990

    j’aurai voulu que tu nous dise les étudiants "gâteaux" qui étaient charger d’indiquer les domiciles des militants ANEB en son temps. ils sont là et nombreux aux affaires aujourd’hui. dit la vérité aux jeunes car ils ont besoin de savoir qui à fait quoi sur le campus en son temps . le président de l’université c’était qui en son temps etc etc . soit courageux si tu veux rendre justice à ton soit disant ami.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2020 à 09:28, par le fou En réponse à : Lettre à mon camarade Dabo Boukary, assassiné le 19 Mai 1990

    DABO est un martyr, et à l’image du président thomas Sankara il mérite une reconnaissance nationale ( rue, maison d’étudiant etc..) si ce n’est encore fait. Ce fut un combattant de la liberté, et malgré sa jeunesse il n’a pas reculé devant les monstres du conseil. Merci Dr Kouanda pour ce souvenir.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2020 à 11:41, par Yovis En réponse à : Lettre à mon camarade Dabo Boukary, assassiné le 19 Mai 1990

    Pour des crimes de cette envergure, on doit pouvoir fixer des délais aux juges. Observons toutes ces affaires criminelles (crimes d’Etat) qui hantent, parfois depuis la nuit des temps, les bureaux et les couloirs du Palais de Justice. Des affaires qui, si elles étaient résolues, permettraient d’avancer vers la réconciliation.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2020 à 11:44, par ali baba En réponse à : Lettre à mon camarade Dabo Boukary, assassiné le 19 Mai 1990

    Merci Pr Seni Koanda, ton message est un rappel historique important, je suis un ancien de l’ANEB a la FLASH ( faculté des langues, sciences sociales et humaines pour nos jeunes frères et sœurs qui n’ont pas connu cette appellation ) et je ne que m’incliner devant la mémoire de notre illustre camarade parti trop tôt, trop jeune et injustement dans des conditions jusque la obscures. Merci a toi Seni pour ce rappel et félicitations pour ton leadership au sein de l’ANEB en son temps.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2020 à 13:12, par Le réaliste En réponse à : Lettre à mon camarade Dabo Boukary, assassiné le 19 Mai 1990

    Paix à son âme. Il me semble que son camarade ayant conduit les militaires du CNEC à son domicile est un homme au mauvais moment au mauvais lieu et qui aime jouer surtout au mauvais rôle. Certes, certains acteurs de cet assassinat sont morts, mais d’autres dont le célèbre lecteur de communiqués putschistes est bel et bien là. Nous puissions croire que ce dernier indiquera au moins lieu de la tombe lorsque nos juges accepteront de le lui enjoindre au moment venu. Tôt ou tard

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2020 à 14:07, par Bedjou En réponse à : Lettre à mon camarade Dabo Boukary, assassiné le 19 Mai 1990

    Quelque soit la durée de la nuit, le jour se lèvera ; sûr et certain. Repose en paix combattant. Tes boureaux répondrons tous ; ici ou dans l’au delà.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2020 à 15:49, par Le Pacifiste En réponse à : Lettre à mon camarade Dabo Boukary, assassiné le 19 Mai 1990

    Un très bon témoignage qui en est en même temps un très bel hommage. Nous, nous avons connu Monsieur Seni lui-même sur le campus. Un intrépide combattant lui aussi. Le témoignage qu’il fait de son camarade Dabo est vraiment émouvant. Mais il le faut pour que la jeunesse sache un peu la lutte que votre génération, celle de Mr Kouanda et de Dabo Boukari a menée pour qu’en matière de lutte estudiantine, les étudiants sachent qu’il l y a eu d’intrépides combattants à l’UO devenue aujourd’hui Université Professeur joseph ki-Zerbo. Un jour la vérité, toute la vérité jaillira. Si la rédaction de lefaso.net avait demandé à Mr Kouanda sa photo, peut-être qu’elle l’aurait eu pour illustrer cet écrit, cela aurait permis à la jeunesse de le connaitre. Je pense qu’il n’est pas tard. Elle peut toujours le faire

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2020 à 23:12, par PARE Dramane Raphaël En réponse à : Lettre à mon camarade Dabo Boukary, assassiné le 19 Mai 1990

    Merci Camarade et Professeur Séni KOUANDA pour ce beaucoup et poignant témoignage. Comme le Dr. Albert OUEDRAOGO, j’ai des larmes aux yeux. Justice sera rendue à notre Grand camarade, tôt au tard !!!

    Courage à toi Pr. KOUANDA. Aussi longue soit la nuit, le soleil de la victoire se lèvera. et comme l’a dit Norbert ZONGO, le pire n’est pas la méchanceté des gens mauvais mais le silence des gens biens.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mai 2020 à 21:28, par Boro En réponse à : Lettre à mon camarade Dabo Boukary, assassiné le 19 Mai 1990

    MAIS ON CONNAIT L ASSASSIN DE DABO . RECLAMONS LES DENTS DE LA PENTHERE A CELUI QUI A CONSOMMER LA TETE. BLAISE EST VIVANT. DIENDIERE EST VIVANT. CELUI QUI A APPUYĖ SUR LA GACHETTE EST MORT ..CELUI QUI A MANGÈ LA TETE DE LA PANTHERE EST LA . AYONS LE COURAGE DE LUI RECLAMER LA DENT.

    Répondre à ce message

  • Le 19 septembre à 15:25, par kayalais En réponse à : Lettre à mon camarade Dabo Boukary, assassiné le 19 Mai 1990

    Merci beaucoup pour ce rappel historique. Voila 30 ans que les gens n’ont pas baissé la garde et ça, c’est interpellateur

    Répondre à ce message

  • Le 19 septembre à 18:51, par Bol Sidnoma En réponse à : Lettre à mon camarade Dabo Boukary, assassiné le 19 Mai 1990

    Merci Pr Kouanda pour ce message. Merci à tous ceux qui ont tenu à ce que ce procès ait lieu. Merci à l’ANEB pour la résilience et pour sa maturité légendaire...
    Je partage l’avis de l’internaute "Boro" : "Réclamons la dent de la panthère à celui qui a mangé sa tête !"
    Dieu bénisse le Burkina !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Assises criminelles : Le dossier Ousmane Guiro de nouveau renvoyé à la prochaine session
Extrémisme violent : Les familles en quête de stratégies de résilience
Burkina Faso : L’association Iqra sème la graine de la paix
Journée du fournisseur minier au Burkina : La 3e édition met l’accent sur l’efficacité du contenu local
Journée de l’excellence : L’Association Beoog neeré récompense les meilleurs producteurs du Ganzourgou
Agriculture au Burkina Faso : La CAIMA fait un bilan à mi-parcours
Prise en charge des PDI dans le Centre-nord : Le projet « Tileegré » pour contribuer à leur relèvement
IIIe Journée de pathologie et IVe journée du registre de cancer : Réfléchir sur la redynamisation du registre du cancer
Sécurité : Le commissariat de police de l’arrondissement 8 de Ouagadougou ouvre ses portes
Evaluation en milieu universitaire : Un colloque international pour échanger sur les pratiques, les enjeux et les défis
Entrepreneuriat : Le programme 2SCALE fête ses dix ans de promotion de l’agrobusiness inclusif en Afrique
Partenariat pour l’action en faveur de l’économie verte au Burkina Faso : 8 ans sur le chemin de l’économie verte et inclusive
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés