Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Tout ce qui vaut la peine d’être fait mérite et exige d’être bien fait» Comte de Chesterfield

Exclusion sociale des femmes : Les députés du Bazèga s’en préoccupent

Accueil > Actualités > Politique • • lundi 16 mars 2020 à 14h00min
Exclusion sociale des femmes : Les députés du Bazèga s’en préoccupent

Les députés de la province du Bazèga ont tenu une rencontre de plaidoyer sur le phénomène de l’exclusion sociale des femmes, les 20 et 21 février 2020 à Kombissiri. L’objectif était de faire l’état des lieux du phénomène de l’exclusion dans la province, d’identifier les raisons principales et de formuler des recommandations en vue d’aboutir à zéro exclusion dans le Bazèga. L’atelier a réuni les autorités administratives et communales, coutumières et religieuses, des représentants des organisations de la société civile et des leaders d’opinion. La rencontre a été organisée avec l’appui du programme commun d’appui à l’Assemblée nationale du Burkina Faso.

Malgré l’existence d’un cadre juridique réprimant la violation des droits des citoyens, le phénomène de l’exclusion sociale demeure d’actualité Burkina Faso. C’est pour lutter contre l’exclusion sociale que les députés, Gaoussou Compaoré et Kouliga Nikièma, se sont réunis en conclave avec les acteurs pouvant intervenir ou contribuer à l’abolition du phénomène. Au cours des échanges, la directrice provinciale de la Femme, de la solidarité nationale, de la Famille et de l’Action humanitaire du Bazèga, Olivia Millogo/ Yaméogo, a souligné que le phénomène de l’exclusion sociale au Bazèga prend de plus en plus de l’ampleur.

Les acteurs locaux se sont mobilisés pour le succès de la rencontre

Pour le député Kouliga Nikièma, les victimes d’exclusions sociales sont essentiellement des personnes démunies, sans soutiens ou des personnes du troisième âge. Selon le député, le motif généralement évoqué est la sorcellerie. Au terme des échanges, les acteurs ont identifié les rôles de chacun afin de venir à bout de l’exclusion sociale au Burkina Faso. Ayant servi de cadre de plaidoyer et une occasion de dresser un état des lieux du phénomène, la rencontre a aussi permis de faire un bilan des actions menées pour l’endiguer. Des pistes de solutions on peut noter les recommandations à l’endroit des autorités coutumières qui sont invités à peser de leur autorité pour interdire de façon formelle les exclusions de personnes pour fait de sorcellerie et autres pratiques nuisibles aux victimes dans leur localité.

Le conseiller national du PROCAB, Amidou Yonaba, a exhorté les participants à Kombissiri dans leur plaidoyer contre l’excision sociale

Autres recommandations à l’endroit des acteurs, appelés à mener des cadres de consultations régulières entre religieux et coutumiers afin de trouver des solutions idoines en cas d’exclusion de personne. Il est souhaité aussi de mener des médiations entre les familles des accusateurs et les personnes exclues afin de préserver la cohésion sociale et surtout veiller à trouver et promouvoir des stratégies pour l’abolition des exclusions.

Le Présidium de la rencontre à Kombissiri

Les députés ont conclu qu’au-delà de la mise en œuvre des recommandations faites, l’application de la législation en vigueur au Burkina Faso au niveau local et la création de services sociaux de base dans toutes les mairies demeure une piste royale pour lutter contre l’exclusion.

Correspondance particulière
Issaka Ouédraogo

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina : Un nouveau site pour la construction de l’hôpital de référence de Bobo-Dioulasso
Burkina Faso : L’Opposition non-affiliée exige une « large majorité » pour la modification du Code électoral
Burkina Faso : La CENI s’entoure de toutes les précautions pour des élections apaisées
Affaire Jean-Claude Bouda : L’ex ministre de la Défense reste en prison
Cadre sectoriel « gouvernance administrative et locale » : Des taux d’exécutions de 38, 60% et de 29,87% à mi-parcours en 2020
Vie politique : L’UPC outille une quinzaine de journalistes sur les contours de l’idéologie sociale-libérale
Périple à l’intérieur du Burkina : Le Premier ministre en visite dans la région des Hauts-Bassins
Modification du code électoral au Burkina : L’ Opposition non affiliée appelle à de larges concertations
Élections de 2020 au Burkina : 2 376 100 nouveaux inscrits, dont 41,90% de femmes, selon les statistiques brutes de la CENI
Siaka Coulibaly, analyste politique : « La situation de la sous-région prête au pessimisme »
Burkina Faso : Quand les partis politiques bradent la dignité humaine !
AG des établissements publics de l’Etat 2019 : 16,801 milliards de dettes soit une baisse de 73% par rapport à 2018
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés