Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Médias francophones : C.F.I.-T.V. K.O., T.V.5. O.K.

Accueil > Actualités > Documents > Sommet de la Francophonie > Actualité • • mercredi 31 décembre 2003 à 17h35min

Les jours de l’an de grâce 2003 sont désormais plus que comptés ! Tout autant que l’année qui s’achève, les jours de CFI - Canal France International pour ne pas la nommer - sont comptés.

Sorti d’une méditation alter-CNN, le chef de l’État français, "Jack le visionnaire", avait entretenu ses ouailles de "l’ardente obligation" qu’avait la France de créer une chaîne internationale française.
En fait, l’ardent rêve de Jacques Chirac, c’est d’offrir au paysage audiovisuel mondial une chaîne qui serait pour la France et pour la communauté francophone du Nord et du Sud, ce que CNN est pour la puissante Amérique et ce que BBC World est pour la communauté anglo-saxonne. Une chaîne de télévision qui rééquilibrerait, aussi, l’offre d’images, d’analyses et de commentaires aux côtés d’Al Jazira et d’Al Arabiya.

Hervé Bourges l’a dit, "l’image constitue le meilleur contrepoids à la force". Et il sait de quoi il parle. Plusieurs décennies de responsabilités dans le monde huppé de l’audiovisuel français, en plus de ses fonctions actuelles de président du l’Union de la presse francophone (UPF), donnent tout le poids nécessaire à ses propos. D’ailleurs, la campagne d’information annonçant les obsèques prochaines de CFI-TV a démarré. "CFI s’arrête et continue sur TV5", nous apprend-on laconiquement.

Autant dire que la messe est dite pour CFI-TV, la chaîne sur laquelle les Africains adorent se regarder : de Kadie jolie aux Bobodioufs en passant par Monia et Rama, la quasi-totalité des séries africaines, euh, burkinabè, disons-le, qui nous ont donné tant à rire et à réfléchir, ont connu un succès international grâce à CFI-TV.

Il n’en fallait pas plus pour que des Africains se mettent à pleurnicher. Le styliste nigérien Alphadi se dit même "outré de la disparition programmée de CFI" et, rageur, comptait en parler au prince de la Chiraquie en personne lors de sa dernière visite au Niger. Comme on comprend tous ces artistes et créateurs dont la visibilité internationale ne dépendait, en grande partie, que de CFI !

"Au 21e siècle, pour participer au concert des nations, pour faire entendre sa différence, il faut être puissant sur les ondes." Et, après les ondes radiophoniques où elle dispute, avec RFI, la première place à la BBC, la France veut être puissante sur les ondes télévisuelles où elle s’est laissée distancer par les autres. Et c’est pour rattraper cette distance dans ce siècle de la communication qu’une mission de l’Assemblée nationale française a rédigé un rapport fort documenté sur ce projet grandiose.

Ainsi, CFI-24 diffusera 30 minutes d’informations toutes les heures et opérera quatre décrochages par jour, en anglais et en arabe. Les députés indiquent, par ailleurs, qu’il ne s’agit pas seulement de "diffuser dans le monde une vision française de l’actualité mondiale", mais aussi "de contribuer au pluralisme de l’information sur la scène internationale". La nouvelle chaîne devra ainsi "refléter la diversité des opinions existant dans le monde et favoriser l’approche multilatérale dans la résolution des crises internationales".

Entre 80 et 100 millions d’euros seront donc nécessaires pour nourrir cette ambition et la CNN à la française, ainsi que l’a appelée Jacques Chirac himself, devrait commencer à émettre, en 2004, sur la zone Europe-Afrique-Moyen-Orient en français, anglais et arabe, avant de s’étendre aux Amériques et à l’Asie. On estime qu’il lui faudra un terme moyen de sept ans pour avoir une diffusion mondiale et émettre en espagnol, en portugais, en chinois mandarin... Bref, tout ce que vous voulez, mais pas du swahili, du wolof ou du mooré.

En attendant, CFI-TV, tel qu’on l’a connu, ne tourne pas le dos au continent noir puisqu’il va continuer à fournir gratuitement des programmes aux télévisions d’Afrique. Les Bobodioufs peuvent donc se rassurer. Même non visible, CFI sera là pour relayer les talents africains émergents. Encore faut-il que les télévisions locales se donnent la peine de les reprendre...

S.M.T.
JOurnal du jeudi

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés