Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a deux façons de faire face aux difficultés : soit on les transforme, soit on se transforme en les affrontant» P. Bolton

Interopérabilité des systèmes d’information : Des acteurs se familiarisent avec le référentiel

Accueil > Actualités > Société • • vendredi 18 octobre 2019 à 20h00min
Interopérabilité des systèmes d’information : Des acteurs se familiarisent avec le référentiel

Le Ministère du Développement de l’Economie Numérique et des Postes (MDENP), à travers la Direction Générale des Technologies de l’Information et de la Communication (DGTIC) a organisé, du 15 au 17 octobre 2019, un séminaire de formation au profit des directions en charge des systèmes d’information sur le Référentiel Général d’Interopérabilité (RGI). Les cérémonies d’ouverture et de clôture de ce séminaire qui a connu l’accompagnement du projet e-Burkina et de la Banque Mondiale, ont été présidées les 15 et 17 octobre dernier, à Ouagadougou, par Izaï TOE, Directeur Général des Technologies de l’Information et de la Communication.

Ils sont plus d’une quarantaine de participants, issus des ministères et institutions publics, à prendre part à ce séminaire de formation sur le RGI. Eux, ce sont les directeurs en charge des systèmes d’information.

L’objectif de ce séminaire est de faciliter l’appropriation du RGI par les différents directeurs des services informatiques afin de faciliter sa mise en œuvre.
Le RGI, faut-il le relever, est un cadre de recommandations référençant des normes et standards qui favorisent l’interopérabilité des systèmes d’information des administrations. Il fixe les règles techniques qui permettent d’assurer l’interopérabilité des systèmes d’information et détermine les répertoires de données, les normes et les standards qui doivent être utilisés par les autorités administratives.

« C’est un recueil de protocoles. C’est-à-dire des règles de communication recommandées pour certains et obligatoires pour d’autres, indispensables au développement des applications informatiques », a indiqué Izaï TOE, Directeur Général des Technologies de l’Information et de la Communication.

« Dans le cadre du développement numérique et des différentes applications informatiques, il est important qu’on puisse s’aligner sur un certain nombre de référentiel au niveau international et qu’on puisse parler le même langage quand on développe les applications », a-t-il souligné.

A l’en croire, ce référentiel est basé sur trois niveaux d’interopérabilité. Ce sont respectivement les niveaux sémantique (savoir se comprendre), syntaxique (savoir communiquer) et technique (pouvoir communiquer).

S’approprier le RGI

Pour le formateur Yaya OUATTARA, ingénieur de conception, il s’est agi d’outiller les participants sur les différentes notions du RGI. « Nous avons ensuite mis en relief le cadre d’interopérabilité entre les systèmes d’information avant de décortiquer le guide qui a donné le nécessaire aux participants sur ce qu’il faut prendre en compte face à des systèmes d’information », a-t-il relevé.

A titre illustratif, Yaya OUATTARA a pris le cas des centres de santé et des sociétés d’assurances qui traitent à peu près des mêmes questions. Ceux-ci peuvent communiquer les informations afin d’éviter aux usagers de courir d’une administration à une autre pour faire valider un document. « Cela ne peut se faire que s’il y a une harmonisation des différents systèmes en termes de communication », a fait savoir l’ingénieur de conception.

Cheville ouvrière de la mise en œuvre des référentiels numériques dans les administrations, ce séminaire de formation au profit des directeurs des services informatiques vient à point nommé. « Il va vraiment me permettre d’accroitre davantage mes connaissances dans le domaine du numérique », foi de Sansan DA du service informatique du Premier ministère. D’où la satisfaction du Directeur Général des Technologies de l’Information et de la Communication, Izaï TOE.

Tout en remerciant le facilitateur pour la qualité des apprentissages, il a demandé aux participants de faire siens le RIG au bénéfice des administrations et des usagers.

Toua TRAORE

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Grève générale de 48h contre l’IUTS : « Il y a vraiment l’argent dans ce pays », rappelle Zakaria Bayiré du SNAID
Grève des 8 et 9 juillet 2020 : La CGTB et les syndicats Autonomes des Hauts-Bassins mobilisés pour de meilleures conditions de travail
Burkina : Des syndicats et associations du secteur privé invitent la population au respect des autorités
Poème : La passe de la faucheuse
Allégations sur les exécutions extrajudiciaires : La réponse du gouvernement burkinabè
Gaoua : Les travailleurs du Sud-Ouest mobilisés contre l’application de l’IUTS
Djibo : Des fosses communes contenant au moins 180 corps découvertes, rapporte Human Rights Watch
Politique : « Actuellement, je ne vois pas un candidat qui peut sortir le Burkina de l’ornière », constate Issa Sawadogo
Promotion de l’agriculture biologique : Huit associations reçoivent un appui du Fonds PISCCA
Entrepreneuriat : Toé Dikio Claudel Rufin vainqueur du Prix Pierre Castel 2020 au Burkina Faso avec son projet de promotion du souchet appelé « tiongon ».
Boucle du Mouhoun : Trois petites filles violées, une décède
IUTS sur les primes et indemnités : Les travailleurs du privé et du public de la province du Gourma exigent sa suppression
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés