Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Dès l’instant que vous apprenez à reconnaître la beauté dans ce monde, vous cessez d’être un esclave.» Mohamed Itqbal (poète, barrister et philosophe de l’époque de l’Inde britannique)

Ouagadougou : Des jeunes Africains de dix pays rendent visite à la famille de Thomas Sankara

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Edouard K. Samboé • dimanche 13 octobre 2019 à 22h00min
Ouagadougou : Des jeunes Africains de dix pays rendent visite à la famille de Thomas Sankara

Des jeunes Africains issus de dix pays ont rendu visite à la famille du président Thomas Sankara, ce dimanche 13 octobre 2019. Ces jeunes, au nombre de 61, sont issus de l’Afrique subsaharienne. Cette activité s’inscrit dans le cadre du projet dénommé « Initiative vulgarisons les leaders panafricains » conduite par le Tchadien Hassan Mahamat Hachim.

Ils ont été reçus par Valentin Sankara, frère du capitaine Thomas Sankara. Une visite inscrite dans l’agenda du retour vers les acquis des révolutionnaires africains. Valentin Sankara et les « enfants de Sankara » ont expliqué aux jeunes africains la vie, les actions et les idéaux du capitaine Sankara.

Pour Hassan Mahamat Hachim, « Initiative vulgarisons la vision des leaders panafricains » est un projet porté par de jeunes africains, visant à valoriser et promouvoir l’idéal des dirigeants et leaders panafricanistes.

Dans ses explications, il est ressorti que ce projet entend contribuer également à l’épanouissement socioculturel de la jeunesse africaine, favoriser la cohésion sociale, renforcer l’intégration et l’unité africaine. Le projet a aussi pour objectif « la vulgarisation de la vision sociale des leaders panafricanistes ». A cet effet, ils entendent mettre en commun les idées, initiatives et moyens intellectuels, matériels et financiers, afin de « voir naître l’esprit de la révolution et du panafricanisme chez les jeunes africains ».

Selon les responsables du projet, « il y a une catégorie d’ancêtres plus immortels que les autres : les figures prophétiques capables d’incarner les profondes aspirations d’égalité, de libération et de justice de leurs peuples ». Ainsi, « l’action politique et le leadership de ces leaders panafricanistes ont grandement marqué l’histoire de l’Afrique toute entière. Leurs œuvres accomplies de leur vivant et leur combat pour le développement endogène de l’Afrique restent dans le cœur des Africains et correspondent aujourd’hui encore aux besoins et aux aspirations du continent ».

En ce qui concerne Thomas Sankara, les jeunes africains ont dit ceci : « Etant considéré comme un dirigeant qui a marqué le Burkina Faso, en particulier et l’Afrique (…), les jeunes africains s’identifient et se réclament de Sankara et ils sont prêts à défendre les idéaux de la révolution burkinabè ». Ce groupe de jeunes africains, étudiants de plusieurs nationalités, ambitionnent de « mettre en commun toutes les idées et les initiatives afin de voir naître l’esprit de la révolution chez les jeunes africains au Burkina Faso ».

Ainsi, expliquent les initiateurs du projet, « l’enjeu de cette activité est de mettre en avant les acquis de la révolution et de mieux appréhender les idéaux panafricanistes du capitaine Sankara. Parce que Thomas Sankara nous a laissé, à nous jeunes africains, un style, une inspiration, une ligne à suivre ».

A cette occasion, les drapeaux des pays des communautés présentes à cette visite ont été remis à la famille Sankara, pour dire merci à Thomas Sankara pour son implication dans la lutte pour la libération des peuples d’Afrique.

La visite a été saluée par Valentin Sankara, frère de Thomas Sankara, pour qui « la vision de Thomas Sankara doit être poursuivie partout en en Afrique ». Dans le même élan, Apollinaire Nanéma, ancien étudiant à Cuba, membre des « 600 enfants de Thomas Sankara », a déclaré qu’il s’agit de rendre un hommage à Thomas Sankara.

Pour Améfa Amétépé de l’Association pour la promotion de l’intégration africaine, « nous voulons marcher sur les pas de Thomas Sankara, les pas de son leadership, les pas révolutionnaires et qui promulguent la paix ».

Après avoir touché du doigt les réalités de la famille du leader de la révolution burkinabè, entendu son vécu raconté par ses parents, les jeunes ont planté un arbre dans la cour de Thomas Sankara et se sont se rendus au monument du Conseil de l’entente (lieu de l’assassinat de Thomas Sankara en 1983) pour lui rendre hommage.

Edouard K. SAMBOE
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Séminaire national des femmes de la CGT-B : La situation nationale et les cancers du col de l’utérus et du sein au cœur des échanges
1re édition des journées du mutualiste du fisc : Les objectifs ont été atteints, selon le parrain Sié Christophe Palenfo
11e journée communautaire : Le rôle des acteurs dans la résilience des services de santé au cœur des échanges
Sécurité alimentaire au Burkina : Le projet d’appui à la gestion du stock d’intervention officiellement lancé
Gouvernance d’entreprise au Burkina : Des responsables de sociétés formés aux bonnes pratiques
Rumeurs de coup d’Etat contre le capitaine Ibrahim Traoré : Protestation de manifestants à la place de la Nation de Ouagadougou
Ouagadougou : La police municipale ferme des débits de boissons
Ouagadougou : Deux réseaux de présumés malfaiteurs mis hors d’état de nuire
Protection et assistance aux migrants au Burkina : Les FDS renforcent leurs capacités
Paix et cohésion sociale au Burkina : « Tout est possible si vous êtes prêts à payer le prix », pense Pr Basile Guissou
Journée mondiale sans achats : Le Réseau national des consommateurs du Faso invite les Burkinabè à une consommation responsable
Paix et cohésion sociale : « La crise à laquelle le Burkina Faso fait face est une opportunité pour repenser la société », Pr Albert Ouédraogo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés