Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Dans la vie on ne fait pas ce que l’on veut mais on est responsable de ce que l’on est.» Jean-Paul Sartre

G5 Sahel : Des OSC mobilisées contre l’esclavage et la traite des personnes

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | • jeudi 6 juin 2019 à 09h30min
G5 Sahel : Des OSC mobilisées contre l’esclavage et la traite des personnes

Amadou Diemdioda Dicko, promoteur du FESTICHAMS, a participé à la conférence sous -régionale sur l’esclavage et la traite des personnes, tenue à Bamako le 25 mai 2019. Le communiqué de presse ci-dessous nous en dit plus.

Monsieur Amadou Diemdioda Dicko, Promoteur du Festival du chameau, des arts et de la culture du Sahel (Festichams), a pris part à une conférence sous -régionale sur l’esclavage et la traite des personnes, le 25 mai 2019 à Bamako au Mali.

La conférence, qui réunissait les organisations de la société civile des pays du G5/Sahel contre l’esclavage (TEMETT du Mali, IRA de la Mauritanie, Festichams du Burkina Faso et TIMIDRIA du Niger) avait pour thème : « Esclavage et traite des personnes ». Les participants ont attiré l’attention des gouvernements et des acteurs civils et politiques du Sahel, et des organisations internationales sur la nécessité d’une prise de conscience et d’actions rapides d’envergure contre l’esclavage et la traite des personnes au Sahel.

En effet, il est ressorti que l’esclavage persiste, dans plusieurs pays, notamment au Mali où, dans la région de Kayes, des communautés entières sont victimes de graves violations des droits de l’homme aux relents esclavagistes. Ces violations sont perpétrées sur des femmes et enfants, avec une destruction sans précédent de biens matériels, ponctuée par des déplacements massifs de familles.

défenseurs des droits humains sont quotidiennement saisis pour des cas d’agressions physiques avec coups et blessures, d’interdiction d’accès aux services sociaux de base, de confiscation de biens immobiliers, d’actes de vandalisme, d’interdictions de séjour, d’actes de tortures, d’intimidations, de viols, de menaces, d’invectives, d’injures, etc. Ces exactions sont commises dans presque tous les villages de la région de Kayes. Les organisations de la société civile des pays du G5/Sahel / esclavage se sont indignées face à ces actes barbares qui n’honorent pas la République du Mali.

A cet effet, elles ont exigé du gouvernement de la République du Mali des poursuites contre les auteurs et commanditaires de ces graves violations des droits humains en justice. Elles lui ont aussi demandé d’identifier, de dédommager toutes les victimes afin de les rétablir dans leurs droits, de prendre sans délais les dispositions pour le retour des familles chassées dans leurs villages respectifs en toute sécurité, et d’interdire et sanctionner toute initiative visant à faire l’apologie de l’esclavage et des pratiques assimilées.

Par ailleurs, les gouvernements du Mali et du Burkina Faso ont été invités à adopter une loi criminalisant l’esclavage à l’instar des autres pays membres du G5/Sahel. Car il est apparu que les populations vivant au Nord du Burkina Faso sont les mêmes que celles du G5 Sahel. C’est pourquoi le Sahel burkinabè est une synthèse culturelle des peuples du Liptako Gourma.

Les participants ont en outre appelé la MINUSMA à prendre ses responsabilités, conformément à son mandat, en s’impliquant davantage dans la lutte contre les violations des droits de l’homme.

Pour Monsieur Diemdioda Dicko, le lien entre esclavage et terrorisme n’est plus à démontrer. En effet, selon lui, les vendeurs d’illusion instrumentalisent les frustrations des populations dites esclaves et leur promettent la liberté et des réparations des préjudices subis, en échange de leur engagement à combattre à leurs côtés.

De ce fait, M. Dicko a plaidé pour que dans le combat contre le terrorisme, notamment au Burkina Faso, les autorités prennent en compte la nécessité de criminaliser l’esclavage et de combattre énergiquement l’esclavage et d’autres maux comme l’ethnicisme et le communautarisme qui constituent des menaces pour la cohésion sociale.

Ouagadougou, le 03 juin 2019
Le service de communication et de relations publiques du Festichams

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Drame de Yirgou : Des OSC du Sahel dénoncent des lenteurs judiciaires
Colloque international d’hommage au Pr Salaka Sanou : Des propositions pour renforcer l’étude des cultures africaines
Enseignement supérieur : 115 lauréats du CAMES et du concours d’agrégation en médecine reçoivent leurs toges
Lutte contre le travail des enfants : Des conseillers municipaux outillés
Vivre ensemble au Burkina : L’« Appel de Manéga » officiellement lancé
Mise en œuvre du statut valorisant : La coordination des syndicats de l’éducation reste vigilante
Conférence épiscopale Burkina-Niger : Me Barthelemy Kéré fait chevalier de Saint Grégoire par le pape François
Crise de succession au trône de Banfora : Accusé de prendre parti, Héma Djaffar Ouattara nie
Société Africaine de Génétique : La section nationale du Burkina, SAGE-Burkina, est en place
Action humanitaire dans un contexte d’insécurité au Burkina Faso : défi de la prise en compte des droits de l’enfant
Centre universitaire polytechnique de Dori : L’UGEB exige la reprise des évaluations du 6 juin
Résultats du premier tour du BEPC à Ouagadougou : Des candidats entre joie et tristesse
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés