Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a deux façons de faire face aux difficultés : soit on les transforme, soit on se transforme en les affrontant» P. Bolton

Crise à La Poste Burkina : Le dialogue n’est pas rompu, selon le PCA

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Yvette Zongo • vendredi 10 mai 2019 à 23h10min
Crise à La Poste Burkina : Le dialogue n’est pas rompu, selon le PCA

Suite à la crise qui s’est déclenchée à La Poste Burkina entre le personnel et l’administration, Lefaso.net a rencontré le président du conseil d’administration, Abdoulaye Kondé, pour recueillir sa version des faits. Il explique la situation qui prévaut au sein de la boite dans cet entretien.

Lefaso.net : Au départ, il s’agissait d’un sit-in, comment la situation a-t-elle dégénéré pour aboutir à l’expulsion du directeur général ?

Abdoulaye Kondé : Il faut préciser que tout est parti de l’adoption du statut du personnel de La Poste Burkina. Et concernant ce statut, des recommandations avaient été formulées lors de la crise qu’a connu la société en 2018 où il a été question de relire le statut du personnel à ses annexes et lorsque cela a été acté, la direction générale avait mis en place un comité composé de représentants du syndicat, du personnel ainsi que des représentants de la direction générale pour travailler sur le dossier et proposer des rapports.

Et lorsque cela a été fait, la direction générale a formulé quelques amendements par rapport à ce qui a été proposé par la commission. Et dans le but d’avoir un point de vue commun, la direction est allée vers les partenaires sociaux afin d’avoir un document consensuel à présenter au niveau de l’administration. Et en ma qualité de PCA, j’ai rencontré les membres de la commission en suggérant que tout le monde s’aligne dans la même dynamique pour faire en sorte que le document puisse être consensuel afin de faciliter la prise de décision au niveau du conseil d’administration.

C’est ainsi qu’au regard de certains points de désaccords sur certains aspects, on a pu harmoniser les choses et le dossier a été transmis au conseil pour être apprécié. A la suite de cela, un conseil d’administration extraordinaire prévu à cet effet pour adopter le statut a été convoqué le 4 avril et au cours de la rencontre, on a estimé qu’il fallait avoir certaines informations complémentaires pour pouvoir statuer sur le dossier. Ce qui a été fait et on s’est retrouvé à la session du conseil d’administration ordinaire pour l’arrêt des comptes et le conseil a encore estimé qu’il restait des informations complémentaires pour pouvoir mieux se décider.

Et vu que le dossier avait déjà été renvoyé une première fois, le conseil a donné cette fois-ci une date limite qui était prévue au 30 avril pour produire ces informations complémentaires et c’est dans cet intervalle que le syndicat a écrit à la direction générale pour dire qu’il faudra que la date du 30 avril soit respectée sinon si rien n’est fait, elle sera donc responsable de la détérioration du climat social.

Et lorsque le document a été reçu le 29, nous avons donc partagé les informations à l’ensemble des membres du conseil pour qu’il commence déjà à analyser et au même moment, on a informé les partenaires sociaux que la date du 30 n’était pas celle du conseil d’administration mais la date limite pour produire les documents et que dans ce laps de temps le conseil ne pouvait pas se tenir et qu’il ne faudra pas s’attendre à une décision d’ici le 2 mai, étant donné que le 1er était chômé.

Vu qu’un sit-in prévu était prévu le 6, le conseil a tenu à avoir une rencontre d’échange le 7 en vue d’harmoniser et de s’assurer que les éléments complémentaires avaient été remis. Et voyant que tous les éléments étaient prêts pour pouvoir convoquer un conseil extraordinaire pour se pencher sur la question, on a donc chargé le directeur général d’informer les partenaires sociaux que le conseil est fixé à la date du 14 mai prochain pour examiner le statut du personnel. Et c’est lorsqu’il est allé porter l’information à leur connaissance que la situation a dégénéré.

Du problème de statut, on arrive à une situation où le personnel ne veut plus voir le DG ; comment expliquez-vous cela ?

Je ne saurai vous donner plus de précision sur cette situation. Ce que je sais, c’est que depuis effectivement l’arrivée du directeur général, il y a eu quelques problèmes mais on avait trouvé des solutions par grâce aux efforts des uns et des autres et depuis lors, on s’est inscrit dans une dynamique de communication, de dialogue entre les partenaires, la direction générale et bien sûr avec le conseil d’administration de telle sorte que lorsqu’il y a un problème, que l’on puisse échanger, poser les problèmes et voir comment les résoudre. Et c’est dans cette démarche qu’on s’est inscrit jusqu’à ce qu’on connaisse la situation actuelle.

Maintenant que la situation a dégénéré, quelles sont les mesures prises par la société afin de sortir de la crise ?

Vous savez que dans toute situation, lorsqu’une crise s’installe, il faut aussi développer des initiatives tendant à la résoudre et il faut donc trouver un plan de sortir de crise. Pour cela, le dialogue n’est pas rompu, parce que les pourparlers sont en cours avec les différents acteurs afin de trouver des solutions pour sortir de cette crise.

C’est vrai que nous sommes dans un Etat de droit et on n’est pas contre le fait que les citoyens exercent leurs droist mais cela doit se faire dans une démarche réglementaire, sans compter qu’il y avait un processus de dialogue et de communication à l’interne et que ces voies pouvaient être utilisées pour gérer la situation pour qu’on n’arrive pas à celle qui prévaut aujourd’hui. Pour dire qu’il faut toujours s’inscrire dans cette dynamique pour permettre d’assurer la pérennité de nos structures.

Interview réalisée par Yvette Zongo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 11 mai 2019 à 00:58, par Zach En réponse à : Crise à La Poste du Burkina : Le dialogue n’est pas rompu, selon le PCA

    oui mais il faut produire UN paper trail pour soutenir ce qui est dit par le PCA. Bizarrement, c’est le meme jour que choisit le DG pour mouvoir le dossier de ses travailleurs...

    et a la direction de la Poste BF de prouver le contraire et indiquer aux gens ou retouver ces preuves. cele ne doit etre un probleme si les gens faisaient leur travail proprement, comme il se doit.

    au lieu de recuser le gouvernement, c’est peut-etre la "culture actuelle" travailler qu’il faut ?

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2019 à 05:41, par matinal En réponse à : Crise à La Poste du Burkina : Le dialogue n’est pas rompu, selon le PCA

    je ne sais pas j’aimerais savoir combien de temps faut-il pour relire un statut de personnel ? même la relecture d’une constitution ne prend pas autant de temps. cette situation est un exemple parmis tant d’autres dans ce pays. à chaque fois qu’il y’a des résolutions à prendre et qui touchent favorablement là vie des travailleurs on prend tout le temps comme si cela n’était pas important. et à chaque fois c’est quand l’étau se resserre qu’on pense à trouver des solutions urgentes. personnellement je pense que chacun a sa part de responsabilité dans cette affaire et encore plus le celle du DG qui n’a absolument rien fait pour éviter et désamorcer la crise,mieux parait-il qu’il a opté pour la sanction des manifestants. bref ! il serait mieux à chaque fois qu’il en ait question de prendre les préoccupations des travailleurs avec plus de sérieux et en toute responsabilité, car cela pourrait éviter a tous ce genre de situation dommageable a l’entreprise. aussi aux différentes structures syndicales de revendiquer et d’agire dans la l’égalité afin d’éviter toute dérapage. j’étais de passage.

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2019 à 06:47, par Ismo En réponse à : Crise à La Poste du Burkina : Le dialogue n’est pas rompu, selon le PCA

    Et quand le SG du syndicat nous dit que ce n’est pas lié au statut du personnel, il est clair qu’il ment.

    Ainsi, ce n’est pas la faute du DG, mais les informations supplémentaires demandées par le conseil d’administration. Et le DG ne peux que se soumettre au conseil d’administration. Le conseil n’est pas sous la responsabilité du DG et il ne peut leur donner des ordres pour tenir le conseil. Bien au contraire. Il subit le conseil comme tous les travailleurs.

    Et si vous regardez le processus de préparation du statut, des membres du syndicat et des représentants du personnel ont fait parti de la commission. Il ont eu meme des échanges avec le conseil. Ils sont au courant de l’volution de leur dossier.

    Alors une question : Pourquoi, s’en prendre au DG ?
    La réponse est simple : Le DG veut gerer la poste comme une Société privée, un service de qualité à la clientèle, une gestion rationnelle des ressources financières, materieles et humaines, pour faire des resultats et une rentabilité, et rendre la poste moderne comme les banques privés et leur faire la concurence. Mais les vieux loups tapis dans l’ombre voient leurs interets en jeu, et veulent s’y opposer.

    Pourquoi ?
    - Parce que quand on parle de moderniser la poste pour donner un service de qualité aux clients il faut travailler fort. Il faut utiliser la technologies. Mais beaucoup notamment les vieux ainsi que d’autres ne savent meme pas utiliser un ordinateur.

    - Mettre fin au laxisme et fournir une service de qualité aux clients comme dans les banques. VOus voyez quand vous rentrez dans les banques ? Meme dans les provinces ? Donc, ne plus travailler comme un fonctionnaire. Genre le client arrive, la date ou le vieux et souvent meme certains vieux sont derrière la vitre entrain de lire ule journal ou manipuler son portable. Le DG y a fait des avanceés et continue dans sa lancée. Encore, les vieux ne sont pas contants.

    - Il y’avais une Mafia à la poste. Genre, le dernier de la promotion quand vous sortez de l’école des poste, se voit nommer chef d’agence alors que le major et les autres qui étaient en tete restent des agents...

    - Le Dg veut mettre en avant les compétences. Genre, tu es dans la boite, mais tu as des compétences et tu t,es bien formé à la gestion, tu es dynamique et intègre, tu maitrise l’informatique et la technologies, tu as toutes tes chances de participer à ce projet de modernisation de la poste que le DG a lancé et qui a était atendu par tous les Burkinabés. Sinon, la poste meme allait disparaitre, vu l’information grandisante, avec facebook, whattapps, et le mail. On n’envoie plus de lettre. Ce sont les entreprise qui envoies des documents. Et le livret epargne semble bien depassé aujourdhui avec la numérisation des banques.

    - Des anciens vieux cadres s’octroyaient des formations et se les partageaient avec leurs prochs. Ils partaient se former à l’étranger. Mais le DG a mis fin à tout ca. En 2018, tout le monde a été formeé avec la moitié de ce que quelque personnes utilisaient pour aller se former. Les chauffeurs, les agenst de liaisons, tout le monde a été formé par le DG. C’est une 1ère.

    Beaucoup ont suivi le mouvement comme ca, sans refléchir. Mais ils savent au fond d’eux que les actions du DG sont salutaires pour eux. Sutout les jeunes, dont la plupart travaillent avec leurs grand père, qui ne peuvent meme pas allumer un ordinateur. Mais ces jeunes n’oses pas contredire ces vieux pour aider le DG à aller dans le sens que eux meme ils désirent. Il suffit de causer avec eux pour le savoir. Ils sont meme frustré de voir que l’informatisation de leurs activités n’avance pas, mais les anciens veulent pas qu’on modernise la poste.

    Mais moi je dis, qu’il faut que ces jeunes s’expriment et se manifestent. Car les anciens vont partir. La poste vous appratient et vou etes l’avenir de la poste aujourdhui. Vous serez bien en retard dans quelques années quand vous devriez prendre en charges les responsabilité et voir que les outils n’ont pas été mis en place pour cela...

    Répondre à ce message

    • Le 11 mai 2019 à 11:11, par INTEGRE En réponse à : Crise à La Poste du Burkina : Le dialogue n’est pas rompu, selon le PCA

      Je pense que les amis et les défenseurs de ce soi-disant dg doivent être sincères devant eux-mêmes et devant DIEU . Montrez nous la preuve d’une seule gestion rigoureuse d’un service que ce monsieur a faite depuis qu’il travaille . Qu’es-ce que LA SONAPOST a fait au gouvernement de RMCK pour qu’il l’envoie à l’abattoir ? Manquait-il vraiment un DG digne de ce nom parmi les travailleurs de LA SONAPOST ? Pour qu’on la mette dans les mains d’un monsieur comme nabi issa dont la seule rigueur c’est de masquer son incompétence et son plan d’enrichissement illicite par l’arrogance . Messieurs les directeurs de 5 ans de services , votre situation seulement prouve qu’il n ’y a aucun sérieux dans la gestion de ce monsieur . Depuis qu’il est là c’est des crises qui se succèdent mélangées aux autres frustrations et humiliations des vrais cadres de l’entreprise .Ou bien sa rigueur c’est d’aller de mission en mission accompagnés par ses directeurs xxxxx de 5 ans de services ? Ce qui est sur dans l’histoire de LA SONAPOST , ONP,.....,il n’y a jamais eu une telle crise et il n’y a jamais eu de problèmes criardes de gestion des ressources que ça soit humaines financiers ou logistiques .

      Répondre à ce message

    • Le 11 mai 2019 à 12:49, par INTEGRE En réponse à : Crise à La Poste du Burkina : Le dialogue n’est pas rompu, selon le PCA

      Mr Ismo , les actions de nabi issa ne sont salutaires pour personne à LA POSTE ni même au BURKINA-FASO ce n’est pour les diplômés par DEL (défense en ligne ) qui pensent qu’après avoir obtenu malhonnêtement leur diplôme doivent venir bousculer les sages et expérimentés dotés de vrais diplômes, pour s’installer au frais et faire tomber l’entreprise . Parce que leur objectif c’est pas le travail parce que ils ne le connaissent pas Vous appelez ces sages anciens et vieux , ce sont qui ont abattu un travail sérieux dans le file du temps pour que vous soyez aujourd’hui à LA POSTE .Attendez d’atteindre leur cheville d’abord avant de parler ainsi d’eux .N’exposer pas LA POSTE au ridicule ; il y a quelle entreprise au BURKINA ? dans le monde où les cadres ne font pas de mission ? Le rigoureux de nabi issa combien de missions a-t il fait depuis son installation ? On comprend votre cout de gain facile et rapide mais parlez avec respect de ces cadres consciencieux de LA POSTE car grâce à eux , si vous êtes à LA POSTE, vous avez un salaire

      Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2019 à 06:54, par Marcel En réponse à : Crise \xe0 La Poste du Burkina : Le dialogue n\u2019est pas rompu, selon le PCA

    Le PCA n’a pas tout dit. Combien de fois le syndicat l’a interpellé par rapport aux agissements du DG ? Le syndicat ne lui a-t-il pas fait savoir à plusieurs reprises soit par courrier ou de vive voix que le climat était délétère et que si rien n’était fait, la situation pouvait se dégrader à tout moment ? S’il répond honnêtement à cette question, vous comprendrai que ce n’est pas à cause du statut que les agents se battent mais au contraire ils se se battent pour leur liberté et pour la survie de leur entreprise. Que le statut soit adopté ou pas le 14 mai, le personnel en ce moment n’en fait plus une préoccupation. C’est le départ qui est à l’ordre du jour.

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2019 à 07:17, par Ali En réponse à : Crise à La Poste Burkina : Le dialogue n’est pas rompu, selon le PCA

    Internaut ISMO, oui le DG avait l’intention de moderniser La Poste en terme de nouvelles technologies mais parallèlement il se remplissait aussi les poches. C’est vérifiable.

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2019 à 07:54, par Ouedra En réponse à : Crise à La Poste Burkina : Le dialogue n’est pas rompu, selon le PCA

    internaut ISMO, c’est un gros tissu de mensonge noir quand tu dis qu’il y a une mafia à la Poste quant à la nomination des chefs d’agence. À la Poste la nomination des chefs d’agence ne tient nullement compte du rang à la sortie de la promotion. Tout agent après la formation peut être nommé chef d’agence. Toute personne peut vérifier cela dans n’importe quelle agence de la Poste Burkina. De grâce n’intoxiquez pas les Esprits.

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2019 à 08:01, par sidbala En réponse à : Crise à La Poste Burkina : Le dialogue n’est pas rompu, selon le PCA

    Le DG doit être vire, le CA renouvelé parce qu’il qu’il n’a pas joué son rôle autrement la crise n’allait sortir dans la rue.
    Tous des incompétents, des manges et taisez-vous.

    Cela dénote l’inconscience caractérisée de nos responsables, chacun se débrouille pour être nommé juste pouvoir construire sa villa et acheter sa voiture, le reste même si la maison croule ce n’est pas un problème on cherche ailleurs.

    Le PCA aussi savait que la maison a des problèmes qu’a t’il fait pour que la bombe ne s’éclate, rien si ce n’est sauvegarder son poste.

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2019 à 09:01, par Kato En réponse à : Crise à La Poste Burkina : Le dialogue n’est pas rompu, selon le PCA

    Le PCA est du moin malhonnête. Tu dis que c’est au moment où le DG a voulu annoncer la date retenu pour l’examen du dit statut que tout a dégénérer. Pour ta gouverne,le premier jour du sit in le syndicat a demandé à rencontré le DG,pourquoi il envoit son SG ?le deuxième jour,il etait au coneil d’administration d’une autre société. Si vraiment il voulait communiqué cette date il aurait fait..A mon humble avis c’est parceque tout a dégénéré que cette date a été rapidement choisi.

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2019 à 09:43, par IMPERIAL En réponse à : Crise à La Poste Burkina : Le dialogue n’est pas rompu, selon le PCA

    En toute sincérité, moi je suis contre les manifestation qui demande le départ d’une autorité(Ministre, DG...) En réalité ce n’est pas la solution à mon sens. Vous avez des préoccupations, demandez à ce qu’on les résolve. Car vous n’êtes pas sur que le nouveau DG qui viendra sera meilleur que celui dont vous avez demander le départ.

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2019 à 11:03, par Titi En réponse à : Crise à La Poste Burkina : Le dialogue n’est pas rompu, selon le PCA

    Je pense que le sit in pouvait perdurer jusqu’au solutionnement de vos revendications. Vous n aviez pas besoin de vous conduire comme des hooligans sur les réseaux sociaux. J ai eu honte de voir la tantie avec le balai. Est ce que vous accepteriez même dans vos pires erreurs qu on vous traite de la sorte ? Ça c est pas mon burkina comme ca. L argent ne doit nous faire perdre la tête. Vous pouvez ne pas apprécier quelqu’un mais respectez au moins ses droits les plus élémentaires pour lui permettre de se corriger. Tout le monde peut changer. Pourquoi le CA a laissé la situation dégénérer et n est pas venu la rescousse en livrant aux grévistes les évolutions des discussions. Peut être que le Dg a été pris de panique mais un communiqué du CA pouvait calmer les ardeurs. Mais je répète, nous ne voulons plus voir ce genre de spectacle désolant. Nos enfants n en ont pas besoin.

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2019 à 11:59, par nanukda En réponse à : Crise à La Poste Burkina : Le dialogue n’est pas rompu, selon le PCA

    Je ne suis pas agent d’une société d’état, encore moins d’un de leur syndicat ! Ce qui est arrivé est regrettable mais c’est une leçon apprise en 2014 ! Il faut que l’autorité l’arrête en jouant son rôle de gardien de l’autorité de l’Etat !
    Bref, je voudrais juste demander à certains internautes (des gâteaux et des puanteurs de la république) de commenter les faits et non défendre des chapelles en pâtisserie ! Sur les faits relatés donc :
    1. Deux ans pour une relecture de statut, c’est trop ! Même pour une constitution, c’est limite !
    2. Une version consensuelle d’un statut entre l’administration, le personnel et les acteurs sociaux ne peut pas être renvoyée deux fois consécutivement par un CA ! Le DG garant de la maison ne doit autoriser l’introduction après le premier rejet que lorsqu’il est sur que l’ensemble des amendements du premier CA sont pris en compte. Et le PCA même dans son interviews ne cite aucun des points non consensuels qui méritaient le renvoi !
    3. On ne laisse pas ses propres funérailles pour aller au baptême de quelqu’un d’autre ! En période de crise matérialisée par un sit-in, il n’est pas décent pour un DG d’aller pour des jetons de présence dans un autre CA. C’est juste un réflexe qui manque aux charognards !

    Bref, arrêtons le mouta mouta sinon on aura même plus rien à brouter !

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2019 à 12:02, par agex En réponse à : Crise à La Poste Burkina : Le dialogue n’est pas rompu, selon le PCA

    Pour repondre a ismo je dirais que c est cette tendance du DG a vouloir opposer vieux et jeune dans la boite qui lui vaut ses problemes quand tu dis que les vieux sont incapable d utiliser un ordinateur mais c est grace a eux que la poste est ce quelle est de nos jour a la separation onatel sonapost beaucoup ne donnaient pas plus de 5ans a lala sonapost pour fermer mais les vieux comme tu dis on travaillé avec abnegation sacrifice pour que la poste survive et depuis 2004 la poste fait partie des société d état excédentaire si tu ne respect pas les vieux faut au moins leur reconnaitre sa pour revenir a la crise depuis que la poste existe elle n est jamin aller en greve c est sous ce DG que cela arrive pour dire que ya quelque chose a revoir dans sa facon de faire quand tu parle d utilisation rationnelle des moyens financiers du DG quand ce mr est arrivé il a demandé une augmentation de salaire a acqui un nouveau vehicule de fonction une land cruiser trouvant que la hunday qu il est venu trouver n est pas a la hauteur de sa grandeur il a changé le visuelle et le nom de la société a coup de centaines de millions alors qu il suffisait de mettre ses millions dans la communication sur les produits qui est le veritable probleme de la poste quand mr DG est arrivé il a gelé les recrutements externes alors que l une des missions que le gouvernement a confié a la poste est de lutter contre le chômage quand tu dis que le DG gère la boite comme une boite privée moi je dis que le DG veut gérer la boite comme sa chose revenons a la relecture du statut elle est néé d une crise en 2018 quand les agents exigeaient deja le depart du DG des personnes ressources sont venues faire une mediation un accord a été trouvé portant sur la relecture du statut le DG a donné assurance au syndicat devant les personnes ressources que les agents constateront les effets de cette relecture en janvier 2019 avec rappel de depuis juillet 2018 une commission a été mise en place pour travailler a la relecture avec des instructions notament que l impact financier de la relecture du statut ne doit pas excéder 173.000.000 la commision a travailler et a deposer son rapport en septembre 2018 en respectant les instructions donnés le syndicat a été surpris que jusqu a mars 2019 le projet de relecture du statut n est toujours pas passée en conseil d administration le syndicat a interpellé le DG et le PCA sur les engagements qu ils avaient pris en retour le DG est revenu sur ses engagements en disant qu il n est plus question d un rappel a compter de juillet 2018 mais plutôt un rappel a compter de janvier 2019 le syndicat pour d avegarder l essentiel a accepté mais malgre tout sa le DG et le PCA ont toujours tout fait pour retarder l adoption du statut

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2019 à 12:04, par SMOKA En réponse à : Crise à La Poste Burkina : Le dialogue n’est pas rompu, selon le PCA

    Mr l’impérial , vous avez déjà entendu que LA POSTE a chassé un DG ? Tous ceux qui ont eu la responsabilité de gérer LA POSTE , soit , ils partent à la retraite soit ils sont nommés ministre ou à un poste international , même ceux qui n’étaient pas de la poste sont sortis en bonne et due forme . Je pense que ceux qui sont à la base de la nomination de ce nabi issa ,ne connaissent pas vraiment LA POSTE .Comme beaucoup le disent , ils pensent que c’est une administration archaïque qu’il faut moderniser . LA POSTE est un lieu de formation complète . LA POSTE , bien sur , ne fait pas la promotion des costumes cravates mais elle abat un travail scientifique sur tous les plans. Un postier réussit partout dans le public comme dans le privé mais un banquier ngaw...suivez mon regard . Je pense que le gouvernement au lieu d’accuser les travailleurs de LA POSTE , doivent s’auto-accuser de la nomination de ce monsieur et trouver une solution rapide à la crise . La force n’est pas la solution . Je pense que sanctionner les travailleurs de LA POSTE pour servir d’exemple n’est pas la solution , mais la solution c’est dorénavant dans les nominations mettre les gens qu’il faut à la place qu’il faut comme l’a dit Ablassé OUEDRAOGO

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2019 à 12:35, par Sacksida En réponse à : Crise à La Poste Burkina : Le dialogue n’est pas rompu, selon le PCA

    D’abord, il faut nommer un interimaire du DG expulse, faire un Audit approfondi de la gestion de Mr Coulibaly par l’ASCE/LC pour determiner la qualite de cette gestion et quelle a ete la responsabilite du Conseil d’Administration. Apres, tout cela, faire un appel ouvert de candidatures au poste de DG et avec une obligation de resultat. Si le pouvoir MPP qui se debat dans les multiples crises sociales, economiques et securitaires veut un tant soit peu redorer son blason ; il est plus que temps de lutter contre la mauvaise gouvernance dans laquelle des milliards ou plusieurs millions sont detournes au detriment du peuple Burkinabe. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2019 à 19:18, par Eclairage En réponse à : Crise à La Poste Burkina : Le dialogue n’est pas rompu, selon le PCA

    Comme on le dit :"aussi longue que puisse être la nuit ,le jour viendra " .Autrement dit "le mensonge a beau courir 100 ans la vérité le rattrape en un seul jour" .
    Et comme le suggère également l’INTERNAUTE SACKSIDA ,la seule solution équitable et juste à cette crise qui a pris une dimension nationale pour mettre tout le monde d’accord sur là où se trouve la vérité ,la vraie vérité ,c’est effectivement entreprendre en urgence une mission d’investigation par l’ASCE-LC sur tous les actes et sur la gestion de Mr COULIBALY pendant les 20 mois qu’il est à la tête de la Poste BURKINA FASO . En attendant ,il faut confier la direction générale à un intérimaire pour trois à six mois ,le temps que l’ASCE-LC accomplissent la mission d’investigation et dépose son rapport auprès du gouvernement qui pourra ainsi disposer d’une base transparente de sanctions dans les différents camps suivant le niveau de responsabilité de chaque acteur non seulement dans la gestion financière de l’entreprise ,mais aussi dans la détérioration du climat social et la survenue des derniers évènements ayant conduit à l’expulsion manu militari du DG

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2019 à 23:33, par Par un client En réponse à : Crise à La Poste Burkina : Le dialogue n’est pas rompu, selon le PCA

    En tout cas si jamais mardi je rentre pas en.possession de mon argent à ma CNE ne.vais faire appel à tous les clients de la.poste à la.place de ma.nation.pour faire partir nabi issa il ne connaît pas la signification de son nom. Roch il faut lui changer il va faire tomber la poste lui et son.pca. hé ibriga vite audit à la poste trop.c’est trop on est fatigué. Sa gestion est nulle. Je lance un appel à Éric bougouma de faire pardon laisser roch nommé les gens à la place qu’il faut. Depuis que je suis.client de la.poste plus de.30 ans ça.ma.première fois que je vois grêve de la poste pardonner nous voulons notre argent.

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2019 à 23:51, par Par un retraité En réponse à : Crise à La Poste Burkina : Le dialogue n’est pas rompu, selon le PCA

    Regarder dans les autres sociétés Onea, LOnab, sonabel,etc... Pourquoi c’est les gens de la.maison et à la.sonapost on envoie un gourmand pour ramasser. L’argent c’est comme ça que les anciens ont travaillé et tu est venu trouvé. Chérs collègues ne baisser pas les bras on vous soutient.

    Répondre à ce message

  • Le 12 mai 2019 à 08:16, par Humble En réponse à : Crise à La Poste Burkina : Le dialogue n’est pas rompu, selon le PCA

    Le profane c’est celui qui ignore les règles de la société, les règles de fonctionnement d’une société. Je ne suis ni un défenseur du dg, ni contre un quelconque syndicat. Mais en lisant les différentes interventions, je vois bien que le problème réel est la nomination d’un dg extérieur de la poste. Certains critiquent les diplômes de ce dg et pensent qu’ils ont les vrais diplômes. C’est vraiment ridicule comme propos, ce sont des propos d’un profane, seuls des ignorants des règles peuvent agir ainsi. Il y’a des processus pour revendiquer et demander au pire des cas le départ d’un Dg mais dans les règles de l’art. Que ce dg présente ses résultats et qui seront analysés présentés aux yeux de tous. C’est ainsi qu’on pourrait juger ce DG. évitons d’utiliser des mensonges pour incriminer quelqu’un et intoxiquer le peuple. Ne critiquez jamais sans apporter des chiffres et des sources c’est ainsi que l’on reconnaît un vrai syndicat ou un vrai internaute resté derrière sa machine pour fabriquer des balivernes.
    Les gens sont toujours prêts à critiquer les autres, prenez le soin de vous critiquez aussi.
    ce que ce DG n’a pas su faire c’est la formation de son personnel au management interculturel et ce DG a manquer aussi cette formation peut être.
    Restons intègres et patriotiques
    *Humble CA*

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Réhabilitation du tronçon Gourcy-Ouahigouya : « C’est beau, solide et techniquement agréable à visiter », selon le ministre Eric Bougouma
Grève générale de 48h contre l’IUTS : « Il y a vraiment l’argent dans ce pays », rappelle Zakaria Bayiré du SNAID
Grève des 8 et 9 juillet 2020 : La CGTB et les syndicats Autonomes des Hauts-Bassins mobilisés pour de meilleures conditions de travail
Burkina : Des syndicats et associations du secteur privé invitent la population au respect des autorités
Poème : La passe de la faucheuse
Allégations sur les exécutions extrajudiciaires : La réponse du gouvernement burkinabè
Gaoua : Les travailleurs du Sud-Ouest mobilisés contre l’application de l’IUTS
Djibo : Des fosses communes contenant au moins 180 corps découvertes, rapporte Human Rights Watch
Politique : « Actuellement, je ne vois pas un candidat qui peut sortir le Burkina de l’ornière », constate Issa Sawadogo
Promotion de l’agriculture biologique : Huit associations reçoivent un appui du Fonds PISCCA
Entrepreneuriat : Toé Dikio Claudel Rufin vainqueur du Prix Pierre Castel 2020 au Burkina Faso avec son projet de promotion du souchet appelé « tiongon ».
Boucle du Mouhoun : Trois petites filles violées, une décède
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés