Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Dans la vie on ne fait pas ce que l’on veut mais on est responsable de ce que l’on est.» Jean-Paul Sartre

Burkina Faso : Les ONGs humanitaires alertent sur la recrudescence des violences entre les communautés et prônent la cohésion sociale

Accueil > Actualités > Société • DECLARATION • mercredi 10 avril 2019 à 23h35min
Burkina Faso : Les ONGs humanitaires alertent sur la recrudescence des violences entre les communautés et prônent la cohésion sociale

Ouagadougou, 10 avril 2019 – Les ONGs humanitaires sont extrêmement préoccupées par l’escalade de la violence communautaire au Burkina Faso, alimentée notamment par la stigmatisation de certaines communautés, avec des conséquences désastreuses sur la situation humanitaire déjà difficile.

Alors que le drame de Yirgou, survenu du 1er au 3 janvier 2019 est toujours vivace dans les esprits, le Burkina Faso connait de nouveau des scènes de violences entre des communautés à Arbinda. Ces exactions, perpétrées contre des populations civiles, ont fait officiellement 62 morts des blessés et des disparus.

Outre les pertes en vies humaines, cette nouvelle vague de violence induit une augmentation des mouvements de population qui fuient leurs résidences pour des zones plus « sécurisées ».

Ces populations viennent s’ajouter aux 135 000 personnes déplacées internes, dont 65% vivent dans la région du Sahel et pour lesquelles, les acteurs humanitaires éprouvent des difficultés à apporter une assistance appropriée compte tenu du contexte sécuritaire et de la faible mobilisation des ressources financières.

Le cas de Arbinda, où l’accès à l’eau, à la nourriture, au logement et aux soins est particulièrement difficile pour les personnes déplacées internes, illustre le risque d’une crise humanitaire d’ampleur, si rien n’est fait pour stopper cette violence entre les communautés.

En tant qu’acteurs humanitaires œuvrant pour les populations les plus vulnérables du Burkina Faso, nous exprimons notre vive inquiétude au regard de l’évolution actuelle de la situation.

Nous réaffirmons notre conviction que seule une solution qui prend en compte les aspects politiques, sociaux et économiques de la crise tout en s’attaquant à ses causes réelles et profondes permettra d’instaurer une paix durable.

Nous appelons toutes les parties prenantes, notamment l’Etat, à s’investir et à œuvrer en faveur d’un dialogue intercommunautaire afin de rétablir le vivre-ensemble, seule alternative pour la construction d’une paix et d’un développement durable.

Outre les actions de réponses humanitaires d’urgence, de résilience et de construction de la paix, nous réaffirmons notre engagement à être aux côtés de toutes les communautés affectées sans aucune distinction, dans le respect strict des principes humanitaires de neutralité, d’impartialité, d’indépendance et d’humanité.
Nous sollicitons tous les acteurs pour faciliter l’accès des humanitaires aux personnes vulnérables dans l’exercice de leur mission.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Drame de Yirgou : Des OSC du Sahel dénoncent des lenteurs judiciaires
Colloque international d’hommage au Pr Salaka Sanou : Des propositions pour renforcer l’étude des cultures africaines
Enseignement supérieur : 115 lauréats du CAMES et du concours d’agrégation en médecine reçoivent leurs toges
Lutte contre le travail des enfants : Des conseillers municipaux outillés
Vivre ensemble au Burkina : L’« Appel de Manéga » officiellement lancé
Mise en œuvre du statut valorisant : La coordination des syndicats de l’éducation reste vigilante
Conférence épiscopale Burkina-Niger : Me Barthelemy Kéré fait chevalier de Saint Grégoire par le pape François
Crise de succession au trône de Banfora : Accusé de prendre parti, Héma Djaffar Ouattara nie
Société Africaine de Génétique : La section nationale du Burkina, SAGE-Burkina, est en place
Action humanitaire dans un contexte d’insécurité au Burkina Faso : défi de la prise en compte des droits de l’enfant
Centre universitaire polytechnique de Dori : L’UGEB exige la reprise des évaluations du 6 juin
Résultats du premier tour du BEPC à Ouagadougou : Des candidats entre joie et tristesse
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés