Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «On est bien ingénieux à accréditer des illusions de toute espèce pour organiser lе рillаgе еt lе mаssасrе, mаis οn n’еn imаginе аuсunе рοur lе bοnhеur du grаnd nombre» Charles Fourier

La UNE de l’Économiste du Faso numéro 293

Accueil > Actualités > Multimédia • Communiqué • dimanche 7 avril 2019 à 00h07min
La UNE de l’Économiste du Faso numéro 293

Vos commentaires

  • Le 8 avril à 10:40, par ouedraogo En réponse à : La UNE de l’Économiste du Faso numéro 293

    Monsieur TAO, tous les burkinabés savent que vous êtes la caisse de résonance du gouvernement . Et nous aussi nous profitons vous charger de dire à RMCK et à son gouvernement que notre victoire est certaine et ça ne va pas tarder. Vous êtes en train de fabriquer une opinion publique imaginaire, qui n’existe pas quoi.je paris que votre journal n’est pourra pas survivre au delà du régime incapable et incompétent du MPP. Vous allez fermez boutique bientôt et c’est mieux de penser à votre reconversion.Cordialement

    Répondre à ce message

    • Le 8 avril à 17:34, par k En réponse à : La UNE de l’Économiste du Faso numéro 293

      M./ Mme OUEDRAOGO, vous vous en prenez à M. TAO et au journal pour zéro. Le journal ne fait que rapporter des faits. Je vous aurai compris si vous vous en preniez à l’Assemblée Nationale. N’est ce pas là bas que le Ministre a été interpellé sur les Fonds commun. A vouloir réagir de façon épidermique, vous risquez de vous attirer la colère de la population. Ce qui est sûre c’est que la montée vertigineuse du FC doit être recadrée. Que votre FC soit adossé sur des pénalités des paiements des taxes oui, mais pas sur le budget de l’Etat.

      Répondre à ce message

  • Le 8 avril à 11:01, par Sans rancune En réponse à : La UNE de l’Économiste du Faso numéro 293

    L’économiste de mes bottes, advienne que pourra. Le burkinabè a toujours jalousé sont voisin. Les urnes vont nous départager en 2020.

    Répondre à ce message

  • Le 8 avril à 11:14, par ouedraogo En réponse à : La UNE de l’Économiste du Faso numéro 293

    J’en oubliais comme contre le terrorisme, ce gouvernement va immanquablement demander de l’aide dans son suicide contre les financiers. Vous voulez de l’argent pour financer les projets et programmes de développement ; payer la dette interne et externe ; et payer les salaires et le fonctionnement de l’Etat et vous sanctionnez ceux la même qui sont chargés de mobiliser les recettes. N’est ce pas un suicide ? Alassane Dramane OUATTARA est un pure produit de la Banque Mondiale et du FMI pourquoi il n’a pas pris de telles mesures en cote d’ivoire ? parce que lui au moins il est intelligent et il sait que s’il tourne le dos aux financiers ça sera la fin de son programme. Tout laisse penser que RMCK a traversé le MINEFID sans connaître son importance et son rôle dans la mise en œuvre du programme de celui qui détient le pouvoir. Pourquoi le MINEFID des autres pays ne sont pas en ébullitions ? parce que ces pays sont dirigés par des hommes compétents et capables. ON me dira de ne pas faire des comparaisons. Ah bon ? pourquoi nous avons construit des échangeurs en regardant les autres , nous roulons sur des voies bitumées inspirées d’autres pays. Même nos lois et règlements sont inspirés de la France .Mais des ignorants arrivent a influencé tout un gouvernement corvéable et maniable qui est sur le point de se suicider. Les financiers ne vont pas se saborder pour permettre à des politiciens de se sucrer. La victoire est certaine.

    Répondre à ce message

  • Le 8 avril à 13:38, par HUG En réponse à : La UNE de l’Économiste du Faso numéro 293

    Tout ce tapage médiatique pour rien ; Les gens attendent de voir.On n’a pas besoin d’escalader un mur pour voir quelque chose qui vient dans une cour. « »

    Répondre à ce message

  • Le 8 avril à 15:32, par ouedraogo En réponse à : La UNE de l’Économiste du Faso numéro 293

    A mes chers magistrats, j’espère que vous avez compris l’intérêt de cet article ?. C’est pour déjà vous préparer mentalement à accepter votre précarisation ;pardon votre misérabilisation comme les financiers. Et à tous ceux qui sont titulaires d’un statut particulier vous savez maintenant à quoi vous en tenir. Aux enseignants ; infirmiers et policiers qui attendent impatiemment la mise en œuvre de leurs protocoles, sachez que chacun aura son lot de déception comme les financiers. Avec la nouvelle grille, il n’y aura plus de statut particulier. Le gouvernement nous a laissé croire que les agents du MINEFID sont les ennemis des autres fonctionnaires. jugez par vous mêmes.

    Répondre à ce message

  • Le 8 avril à 15:45, par ouedraogo En réponse à : La UNE de l’Économiste du Faso numéro 293

    Mon cher HUG, vous voyez que le journal confirme ce que j’avais déjà dis. c’est internaute Ouédraogo. Ya plus de statut particulier. même niveau de recrutement même salaire. Ainsi les cadres A de la santé ;du MINEFID ; de la culture ;de l’Action sociale ; de la justice etc. etc. auront maintenant le même salaire. les magistrats s’en tire légèrement mieux avec 600 000 FCFA par mois pour celui qui vient de sortir de l’ ENAM. Les magistrats sont de catégorie P. Le gouvernement a brandi le FC et les autres fonctionnaires se sont rabattus et le gouvernement profite pour mater tous les fonctionnaires.

    Répondre à ce message

  • Le 8 avril à 20:23, par SID PAWALEMDE En réponse à : La UNE de l’Économiste du Faso numéro 293

    Pour les usagers des services financiers (Trésor, Impôts et autres) ils entendent à 95% toujours que le RESEAU NE FONCTIONNE PAS. Moi je propose que le Gouvernement licencie tous ceux qui sont dans la chaine du RESEAU pour incompétence. Ensuite un audit des services viendra dénicher un à un les Diaspo saboteurs des services financiers car ils ne peuvent pas bloquer tout le pays. Il faudra que les financiers sachent qu’il n’y a pas un seul corps de métiers qui ne peut pas bloquer un pays. La Gendarmerie doit ouvrir une enquête chez les usagers des services financiers et le Gouvernement lance un audit technique des services financiers et on licencie environ une vingtaine avec des motifs bien soudés en commençant par les agents dudit RESEAU INTERNET qui est non fonctionnel depuis 2 mois. Car il y’a des projets qui ont émis des lettres de virement de l’argent des factures des entreprises depuis janvier 2019 et le RESEAU EST EN PANNE. Tous les chantiers sont bloqués car on attend que le TRESOR positionne l’argent sur leur compte en banque et le RESEAU EST EN PANNE ou du moins c’est ça qui est sur les lèvres de tous les financiers et c’est pourquoi c’est sans pitié qu’il faut licencier toute la chaine du RESEAU dans un premier temps en Conseil des Ministres et la suite on verra. Il faut des mesures fortes.

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 08:49, par HUG En réponse à : La UNE de l’Économiste du Faso numéro 293

    Internaute Ouédraogo si cela se confirmait je m’excuse auprès de vous par rapport à mon écrit de la fois passée. Cela sera alors l’acte le plus salutaire du pouvoir du MPP en plus de la gratuité de soins pour les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes. Fini alors le statuts particuliers, valorisants patati patata. Dans certains pays avoir un statut valorisant ou particulier n’est pas synonyme d’avoir de gros sous mais mais dans mon pays cela rime avoir avoir beaucoup d’argent. A SALAIRE ÉGAL DIPLÔME ÉGAL avec un peu d’équité. Vive les hommes qui aiment la justice sociale.? Vive les gens qui ne pensent pas à eux seulement.

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 10:35, par ouedraogo En réponse à : La UNE de l’Économiste du Faso numéro 293

    Monsieur SID PAWALEMDE, vous réfléchissez court. Contrairement à ce que les gens comme vous pensent, il ne s’agit pas d’un mouvement d’humeur. C’est une action bien penser. La gendarmerie peut faire ses enquêtes mais si un seul caissier est sanctionné automatiquement tous les caissiers du réseau des comptables publiques vont automatiquement démissionner( ce sont des consignes). Et tous les caissiers de toutes les directions du MINEFID ont reçu comme consignes de démissionner. Et aucun agents du MINEFID ne va accepter une nomination si un caissier est licencié. sachez que les agents du MINEFID n’ont plus rien à perdre aujourd’hui et la crise risque d’être encore très aigu si des agents sont licenciés. Faut surtout pas penser que qu’un licenciement va dissuader le reste des agents. ça sera une grosse erreur et ca va précipiter le suicide du gouvernement. Nous sommes sereins et nous avons encore d’autres moyens plus douloureux pour faire replier ce gouvernement arrogant et incompétent. Et enfin, nous sommes convaincu qu’ aucun volontaire ou retraité ne peut faire le travail à notre place. c’est un travail technique et des logiciels et il faut être formé pour ce travail.

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 15:56, par Eklipse En réponse à : La UNE de l’Économiste du Faso numéro 293

    Le gouvernement navigue à vue, sans véritable boussole et au mépris des éléments de la nature. Il se contredit dans ses actes et dans sa communication. Vous chantez sur tous les toits que vous allez réaliser la remise à plat. Pour ce faire, vous misérabilisez les financiers, avec le soutien d’une opinion jalouse, aigrie, et allergique à l’idée qu’un fonctionnaire puisse avoir des conditions de vie convenables. Dans le même temps, vous améliorez le statut particulier d’autres composantes de l’Administration et leur faites miroiter des augmentations conséquentes.
    Sachez, que la loi de finances, ne saurait entériner la suppression du FC. Les financiers sont des burkinabé comme les autres et les burkinabé ont aujourd’hui cette tendance à défendre leurs intérêts individuels, à défendre chacun sa chapelle. Accepter la suppression du FC, c’est accepter sa mort sociale. Nul ne va, de plein gré, creuser sa propre tombe. Par ailleurs l’équité n’existe dans aucun pays et ne saurait être érigée en mode de gouvernance. Même dans les derniers Etats à relents communistes, il existe une bourgeoisie. Exemple de la Corée du Nord. Les financiers sont partout logés à bonne enseigne. Nous financiers du Burkina n’allons pas déroger à la règle. Nous n’accepterons jamais devenir les cordonniers mal chaussés, n’en déplaise aux autres fonctionnaires. Dans ce pays caractérisé par la faiblesse de son tissu économique, le concours de l’ENAREF fait partie des rares espoirs de décrocher un emploi décent. Nous, enfants de lambda, qui avons eu la chance de décrocher ce concours n’allons pas brader nos privilèges. Que ceux qui nous traitent de tricheurs, viennent preuve et moyens à l’appui, purger nos rangs des fameux imposteurs qu’ils vilipendent à longueur de posts. Je dois mon admission à mon seul mérite et la plupart de mes collègues sont dans la même situation. Le prétexte de la fraude au concours ne saurait perdurer.
    Nous nous battrons pour notre survie, notre honneur et notre dignité.Nous financiers sortirons grandis de ce bras de fer, et le respect que vous nous accorderez n’en sera que plus important.

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 18:02, par SID PAWALEMDE En réponse à : La UNE de l’Économiste du Faso numéro 293

    Internaute OUEDRAOGO, j’ai dit que tous les corps de métier peuvent mettre le pays à genou comme vous apatride prétendiez le faire mais dans l’histoire des peuples, des pays ont déjà résolu des problèmes créés par de tels comportements. Chez nous au Burkina, les enseignants ont déjà bloqué le pays pendant 3 mois et ils ont été licenciés. Vous, vous ne valez même pas 1/10 des enseignants qui ont été licenciés, pas tous les enseignants, sans oublier que l’informatique, les logiciels et le travail technique dont vous parlez ne sont pas des sciences mais des outils comme une gomme, une règle ou un compas et c’est tout. Imaginez le reste. Et si on licenciait simplement le personnel incapable de faire fonctionner le RESEAU depuis les 2 mois en quoi se trouve le problème ? Votre problème ne se situe pas au niveau des Caissiers dont vous parliez mais au niveau du RESEAU INFORMATIQUE. Tous les usagers disent qu’au TRESOR, il n’y a pas de RESEAU. Est -ce si on licencie des incompétents (des incapables de faire fonctionner le RESEAU) en quoi un Caissier est mêlé ???? En quoi un fou dans les rues de Ouagadougou même est mêlé ? SVP ne vous mêlez pas des incompétents. Le licenciement pour incompétence n’a pas commencé par les informaticiens du MINEFID au Burkina Faso. C’est simple, faites un sondage ou bien radio trottoir, tous les usagers vous diront que c’est un problème de RESEAU au TRESOR depuis 2 mois. En quoi, ce n’est pas un motif valable pour licencier toute la chaine du RESEAU ? Répondez moi !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 12:01, par ouedraogo En réponse à : La UNE de l’Économiste du Faso numéro 293

    Internaute SID PAWALDE, pour votre information le président SANKARA était sur le point de les rappeler dans la fonction publique quand le malheureux coup d’état de 1987 est arrivé. Certains plus âgés de votre entourage si vous le voulez bien vous diront que SANKARA avait lui même reconnu que leur licenciement était une erreur et s’apprêtait à les réintégrer. Cependant, je vous informe que les enseignants en question ont été rappelés et dédommagés par l’Etat quand Blaise est arrivé au pouvoir. Vous savez SID PAWALDE, sanctionner un seul agent du MINEFID contribuera à bloquer d’avantage l’ administration. Puisque tous les agents sont concernés par le FC vous allez les remplacer par qui ? Le premier interlocuteur des usagers c’est les caissiers et les informaticiens sont en dernier plan. Sachez que les informaticiens qui travaillent au MINEFID bénéficient du FC et les sanctionner sera tout bonus pour les syndicats puisque la crise sera aigu( solidarité oblige).Mr SID PAWALDE si vous voulez on pari, le FC sera rétabli et mieux sécurisé par un texte règlementaire. je vous informe qu’au Niger c’est une ordonnance qui régit le FC ; en Cote d’ivoire c’est dans la loi de finance et au mali c’est un décret. Au Burkina c’est un arrêté. Les agents du MINEFID dans ces pays ont un FC trois fois plus que ce que nous prenons ici. vous pouvez vous même faire votre propre recherche et vous verrez. Cependant ,SID PAWALDE qu’est- ce que le gouvernement a fait aux GSP ? ca fait 6 mois que les détenus ne sont plus présenté aux juges. Les enseignants ont refusé d’évalué nos enfants et qu’est ce que le gouvernement a fait ? les policiers nous ont tous abandonné face aux terroriste pendant une semaine et qu’est ce que le gouvernement a pris comme sanction ? rien SID PAWALDE. Mais le gouvernement a préféré négocier. Ca sera mieux d’utiliser la même sagesse face aux financiers sinon ca sera le suicide pour ce gouvernement. Parlant d’EQUITTE Mr SID PAWALDE, j’espère que vous aimez le football ? regardez Barcelona par exemple. C’est une équipe à gagner ,harmonieuse sur le terrain mais tous les onze joueurs n’ont pas le même salaire. Messi a le double de salaire de certains joueurs qui sont sur le terrain avec lui. Ainsi, Leonel Messi est le mieux payé suivi de SUAREZ ;de COUTINHIO ; de RAKITIS ; de DEMBELE et ainsi de suite. Mais quelle équipe ose se mesurer à BARCA aujourd’hui ? Tous les fonctionnaires ne peuvent pas être traité de la même manière. je suis désolé c’est un faux débat que le gouvernement a servi pour diviser les burkinabés. Naturellement Mr SID PAWALDE, regardez la longueur de vos doigts et de vos orteils et vous serez inspirer que si les fonctionnaires du MINEFID sont devant c’est peut être parce que DIEU l’a voulu. Si un enseignant est traité de la même manière qu’un financier, y’aura un moment que l’enseignant n’aura pas son salaire à la fin du mois. Le Burkina doit être une équipe harmonieuse qui gagne comme le BARCA ou le REAL et ou les joueurs n’ont pas le même salaire. Cordialement Mr SID PAWALDE.KA SID FAN LA TOSID YE.

    Répondre à ce message

  • Le 15 avril à 10:27, par eKABILA En réponse à : La UNE de l’Économiste du Faso numéro 293

    Pour les agents du minefid ils doivent savoir raison gardes et qu ils mettent de l eau dans leur vin sinon

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Télécommunications : 48 heures de conclave pour les régulateurs ouest-africains
Carte de presse : « Il y a un travail de sensibilisation à faire au préalable », selon Cheick Beldh’or Sigué, président du Comité technique
Journalisme d’investigation : La CENOZO à la rencontre du journal Lefaso.net
NQI 2019 : « Faire de Ouagadougou, la capitale de la qualité et des innovations en Afrique de l’ouest »
Liberté de la presse : Le Burkina Faso en progression
Digitalisation des entreprises burkinabè : De nouvelles solutions pour mieux sécuriser les réseaux et offrir de meilleurs services aux clients
Internet Puissance Plus : Le haut débit sur mesure pour les entreprises et les ménages au Burkina Faso
Médias : La radio rurale célèbre le 2e anniversaire de sa réouverture
TIC et agriculture : Des experts à Ouagadougou pour promouvoir l’utilisation des données géographiques
TIC : Un cap franchi dans le processus de numérisation au Burkina Faso
Modernisation du secteur postal au Burkina Faso : Le Plan d’investissement de la couverture postale en cours de validation
Médias : 38 promoteurs de radios renouvellent leurs conventions avec le CSC
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés