Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Tout ce qui vaut la peine d’être fait mérite et exige d’être bien fait» Comte de Chesterfield

Traitement de l’information parlementaire : les journalistes et des communicateurs outillés

Accueil > Actualités > Multimédia • LEFASO.NET | Par Edouard K. Samboé • mercredi 27 mars 2019 à 18h30min
Traitement de l’information parlementaire : les journalistes et des communicateurs outillés

La ville de Manga a abrité un atelier de formation sur les techniques de traitement de l’information parlementaire les 25, 26 et 27 Mars 2019. Une initiative du Centre parlementaire canadien au profit des journalistes des presses privées, publiques et des communicateurs parlementaires.

En démocratie, le parlement occupe une place prépondérante dans les contre-pouvoirs. Pourtant, son fonctionnement et son organisation demeurent méconnus du public dans les Etats qui ont amorcé la démocratie, depuis les années 1990. Dans ce cas de figure, le Burkina Faso ne fait pas exception. La cause étant la méconnaissance du jargon propre aux assemblées nationales par les journalistes qui sont sensés relayer l’information au public, d’une part, la traduction de ses termes en langues nationales d’autres part.

Un handicap majeur pour assurer de façon efficiente le traitement de l’information parlementaire. Pour pallier à ce déficit, le Centre parlementaire canadien a voulu relever le défi, en faisant appel au constitutionnaliste burkinabè, Pr Abdoulaye Soma et le consultant en journalisme, Moussa Sawadogo , en collaboration avec l’hémicycle burkinabè.

Pour le Pr Abdoulaye Soma, le deuxième pouvoir a toujours occupé une place de contre-pouvoir dans l’histoire du Burkina Faso. Mais, son action s’est vue imposée depuis l’indépendance, jusqu’à l’insurrection populaire de 2014. Mais, la vulgarisation des activités parlementaires n’est pas très médiatisée. Les journalistes ont donc, été outillés sur la maitrise des termes utilisés dans l’organisation et le fonctionnement des parlements, afin d’assurer le traitement de l’information parlementaire.

Aussi, les procédures d’adoption des lois, les ancrages du contrôle de l’action du gouvernement, les modalités de consentement de l’impôt par les députés ont été les thématiques sur lesquelles les journalistes ont été formés.

Entre autres, le projet de la nouvelle constitution a été abordé, afin de mettre les journalistes au parfum des débats qui ont conduit à rédaction de cette nouvelle loi fondamentale. Pour le Pr Abdoulaye Soma, la IV République souffrait d’insuffisance. Ainsi, au sortir de l’insurrection populaire, il a été question de passer à une V République prenant en compte les aspirations du peuple insurgé. Et c’est ainsi que le comité a élaboré un projet de nouvelle constitution qui est en voie d’être adoptée par voie référendaire.

Même si le comité était divisé sur le choix entre l’adoption par voie référendaire ou parlementaire. Toutefois, il a regretté l’insuffisance des garde-fous dans la nouvelle constitution et la présence des vides juridiques. Aussi, a-t-il fait appel aux journalistes d’être vigilants en tant que quatrième pouvoir dans l’essor et l’encrage de la démocratie au Burkina Faso.

Les hommes de médias ont également bénéficié d’une formation sur l’éthique et la déontologie du journalisme. Pour le consultant en journalisme, Moussa Sawadogo, la profession du journalisme requérait de la probité morale, l’intégrité et la vérité. A cet effet, il a invité les journalistes à traiter l’information parlementaire avec neutralité et professionnalisme.

Au bout de trois jours de formations, les journalistes ont mis sur pied un réseau de journalistes chargé de traiter l’information parlementaire. Ce réseau dénommé « Initiative des journalistes pour le traitement de l’information parlementaire, IJIP », est composé de onze (11) membres, élus pour trois ans renouvelables une seule fois.

Edouard K. Samboé
samboeedouard@gmail.com
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Campagne déguisée : Les régies publicitaires invitées à retirer les images de candidats aux élections.
Campagnes électorales : Le CSC définit le rôle des médias confessionnels et communaux
Phénomène des fake-news : Des journalistes formés pour détecter les fausses informations
AstuceTIC : Cette application vous permet de traquer les caméras de surveillance dans votre chambre d’hôtel
Animation des émissions interactives : Le CSC outille des animateurs et des journalistes pour une meilleure gestion des débats
Mariage d’enfants : Des hommes et femmes de médias s’engagent à promouvoir l’élimination de la pratique au Burkina Faso
Amélioration des conditions de travail dans les médias : Le SYNATIC sonne la mobilisation de ses militants
Affaire journaliste Omar Radi : La Justice marocaine rassure du respect des procédures
Approche basée sur les droits humains : Des journalistes et communicateurs outillés sur le concept
Émissions interactives des radios : Un atelier pour sensibiliser les animateurs sur la prévention des conflits
Régulation des communications électroniques : Des animateurs de radio outillés pour éclairer les auditeurs
Interdiction de couverture médiatique des activités politiques : « Je reproche au CSC d’avoir mal interprété la loi », lance le journaliste-éditorialiste Lookmann Sawadogo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés