Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La faculté de se mettre dans la peau des autres et de réfléchir à la manière dont on agirait à leur place est très utile si on veut apprendre à aimer quelqu’un. » Dalaï Lama

Dédougou : Kalizèta Ganamé, la « chasseuse » d’ordures

Accueil > Actualités > Portraits • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • dimanche 24 mars 2019 à 17h48min
Dédougou :  Kalizèta Ganamé, la « chasseuse » d’ordures

L’assainissement de la ville de Dédougou, Kalizéta Ganamé en a fait son cheval de bataille. Plongée dès l’âge de 22 ans dans le domaine de l’assainissement, cette veuve de 46 ans, mère de trois enfants, compte apporter son expertise pour faire de la ville de Dédougou, un modèle en matière d’assainissement. Arrivée à Dédougou dans le cadre du travail avec une ONG, Kalizéta Ganamé a constaté les difficultés des ménages à se débarrasser de leurs ordures. C’est ainsi qu’elle a décidé de créer l’association Cercle d’éveil pour la promotion de la femme (Ceprofem), pour contribuer à créer un cadre de vie sain pour les habitants.

Kalizéta Ganamé est l’exemple-type de la femme courageuse et déterminée. De Ouahigouya à Dédougou, en passant par Tougan, cette veuve, mère de trois enfants, a travaillé dans plusieurs ONG œuvrant dans l’assainissement. Après avoir fini son contrat avec une ONG basée à Dédougou, elle a pris son courage à deux mains pour entreprendre. Ainsi, Kalizéta Ganamé s’est donné pour devoir de débarrasser la ville de Dédougou de ses ordures et de faire de la sensibilisation sur la nécessité de vivre dans un cadre sain et propre. Car, pour elle, vivre dans un cadre sain et propre préserve son entourage de maladies.

« Dans ma cour, les enfants savent que l’on ne jette pas les plastiques, les bidons et autres ordures n’importe comment, puisqu’ils savent que je suis allergique aux ordures. Il m’arrive souvent d’empocher des papiers hygiéniques lors de certaines cérémonies ou autres activités pour revenir les mettre dans ma poubelle car j’ai horreur de jeter les ordures hors des poubelles et mon entourage me connaît pour cette rigueur », raconte-t-elle.

Des poubelles de l’association

A ses débuts, Kalizèta Ganamé s’est heurtée aux préjugés avant d’être adoubée par son entourage et les populations de Dédougou. Elle a commencé ses activités sur fonds propres. Ainsi, elle a pu faire confectionner les outils (charrettes, instruments de protection, poubelles) et recruter des femmes pour le travail. Après cette première étape, il fallait chercher la clientèle. « J’ai fait du porte-à-porte pour expliquer à la population l’utilité d’assainir son cadre de vie mais tout début est difficile », confie-t-elle.

La coordonnatrice du Cercle d’éveil pour la promotion de la femme (Ceprofem) dit espérer qu’avec le développement de la ville, les autorités vont travailler à faire évoluer le domaine de l’assainissement. Du reste, elle constate qu’il y a une avancée avec la présence de plus en plus d’associations qui s’occupent de l’enlèvement des ordures, de la gestion des eaux usées et des boues de vidange. Lire la suite

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Artisanat : Malick Zoungrana, l’homme qui transforme les pneus en objets d’art
Politique : Jacques Kodjo Palenfo, "l’enfant terrible" du parlement burkinabè
Stylisme : Mohase Design, la griffe de l’ancien étudiant en chimie-biologie
Mathilde Zerbo : Etudiante en médecine et oratrice hors pair
Coiffure : Zénabo Soré, un exemple de bravoure
Dédougou : Kalizèta Ganamé, la « chasseuse » d’ordures
Djamilatou Tondé : De vigile à fondatrice de société de gardiennage
Esther Rouamba : Une commerçante dans l’âme
Portrait de femme : Jeanne Koulidiaty, père et mère « sans enfant »
Christiane Coulibaly : La reine de la mangue séchée
Kadré Sawadogo : Les couveuses, c’est son affaire !
Jean-Baptiste Ouédraogo : La pauvreté, c’est pas ses oignons !
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés