Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Une des sources les plus fréquentes d’erreur est de prétendre expliquer аvес lа rаisοn dеs асtеs diсtés раr dеs influеnсеs аffесtivеs οu mystiquеs.» Gustave Le Bon

Entrepreneuriat : Le projet Job Booster offre des formations à des jeunes

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET | Par Romuald Dofini • jeudi 14 mars 2019 à 17h30min
Entrepreneuriat : Le projet Job Booster offre des formations à des jeunes

Les acteurs du projet Job Booster, en partenariat avec ceux de la Maison de l’entreprise, initient du 12 au 16 mars 2019 à Bobo-Dioulasso, une session de formation en entrepreneuriat au profit de 30 jeunes venus de Orodara, Koti, Fafo et Bobo-Dioulasso. Placée sous le thème « Esprit et création d’entreprise, montage de plans d’affaires », cette formation vise à renforcer les capacités des jeunes en entrepreneuriat afin qu’ils aient l’esprit entrepreneurial, qu’ils sachent identifier les idées d’entreprises et rédiger des plans d’affaires.

Cette formation est une initiative du programme Job Booster qui est mis en œuvre par un consortium de quatre ONG à savoir Woord en Daad, le SPONG, le CREDO et l’AEAD. Le projet Job Booster vise à réduire la pauvreté à travers l’amélioration de l’accès d’au moins 15 000 jeunes à l’emploi. Le projet a une durée de 4 ans (2017-2021) et, à terme, il formera 20.000 jeunes. Selon le coordinateur régional du programme Job Booster, Wolfgang Sanou, cette initiative consiste à créer un environnement favorable à la formation professionnelle et à l’employabilité des jeunes.

« Ce projet couvre les Hauts-Bassins et la Boucle du Mouhoun. Job Booster a pour objectif principal de travailler à l’insertion professionnelle de 15 000 jeunes et pour y arriver, nous avons inscrit toutes nos actions sur quatre axes », a indiqué le coordinateur régional du programme Job Booster, Wolfgang Sanou.

Wolfgang Sanou, coordinateur régional du programme Job Booster

Le premier axe concerne le plaidoyer, pour améliorer l’environnement de la formation professionnelle au Burkina Faso. Le second axe porte sur le renforcement des capacités des centres de formation professionnelle. Le troisième axe, c’est la formation professionnelle des jeunes dans les différents corps de métier. Et d’ici à l’horizon 2022, le programme compte former 20 000 jeunes.

Le dernier axe d’intervention s’intéresse au renforcement des capacités des jeunes, notamment dans le domaine de l’entrepreneuriat, dans le domaine des techniques de recherche d’emploi. C’est dans la mise en œuvre des activités de l’axe 4 qu’un partenariat a été noué avec la Maison de l’entreprise. Le but étant de renforcer les capacités des jeunes dans le domaine de l’entrepreneuriat, qu’ils aient l’esprit entrepreneurial, qu’ils sachent identifier des idées d’entreprises et aussi élaborer des plans d’affaires.

« Cette formation a été l’initiative de Job Booster qui est un consortium de quatre ONG, avec lequel la Maison de l’entreprise a eu à ratifier une convention de partenariat en septembre 2018. C’est dans le cadre de la mise en œuvre de ce partenariat que la Maison de l’entreprise a été sollicitée afin de former des jeunes en entrepreneuriat et création d’entreprises et aussi en élaboration de plans d’affaires au profit des apprenants des centres de formation », a laissé entendre Wilfried Hovice Kansié, chef du service de l’appui-conseils et de l’innovation aux entreprises au sein de la Maison de l’entreprise à Ouagadougou.

Au cours de cette session de formation, trois modules seront abordés. « Le premier module porte sur l’esprit d’entreprise. Il s’agit de conforter les jeunes sur le choix et la volonté d’entreprendre. Quelles sont les motivations réelles, quelles sont les qualités d’un entreprenant ? Le deuxième module a trait aux formalités d’entreprises.

Wilfried Hovice Kansié, formateur

C’est un module à travers lequel on permet aux participants de comprendre les différentes pièces à fournir, comment les obtenir et quel est le centre qui pourrait les assister dans la création de leur entreprise. Et le troisième module est relatif à l’élaboration du plan d’affaires. C’est un module qui permet aux apprenants de bénéficier des éléments pour l’élaboration d’un plan d’affaires », a expliqué Wilfried Hovice Kansié.

Au terme de la formation, les apprenants devraient ainsi être à mesure de se rassurer quant à leur capacité réelle d’entreprendre. Ils sauront ce qu’il leur faut comme pièces administratives et qui est leur partenaire attitré pour la formalisation de leur entreprise. De même, ils pourront élaborer leur plan d’affaires. Toutefois, le coordinateur régional du programme Job Booster fonde l’espoir qu’avec la Maison de l’entreprise, ils pourront appuyer mutuellement ces jeunes pour le financement de leurs plans d’affaires.

Yéli Emilie Kambiré, participante

Ces jeunes qui prennent part à cette formation sont issus de divers domaines de formation, notamment l’élevage, l’électricité bâtiment, l’électricité auto, etc. Yéli Émilie Kambiré a salué les acteurs du programme pour l’initiative de la formation. Elle estime qu’il faut ce genre d’ateliers pour pouvoir bien entreprendre. « Cette formation va m’apporter beaucoup de choses dans mon travail. Cela va me permettre d’entreprendre, de pouvoir élaborer mon plan d’affaires et approcher les bailleurs », a-t-elle indiqué.

Séraphin Somda, participant

Embouchant la même trompette, Séraphin Somda, a ajouté que « cette formation est venue nous donner les idées et les pistes pour pouvoir comprendre ce que nous devons savoir sur l’entrepreneuriat. Elle nous permet d’avoir l’esprit d’entreprise, de connaitre les formalités de création d’une entreprise et de pouvoir élaborer notre plan d’affaires ». Par ailleurs, il souhaite que cette formation puisse s’étendre à d’autres personnes afin qu’elles puissent en bénéficier.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
CASEM 2019 du MINEFID : Un taux de recouvrement de 99,31% au premier trimestre
Inclusion financière : Les opportunités du digital, l’opération de charme de l’UNCDF
Filière coton : Tirer les leçons des privatisations dans l’espace UEMOA et au Tchad
Chambre de commerce et d’industrie du Burkina : La relance du club de presse au menu d’un dîner
Street marketing weeks : La 1ère édition se tiendra du 4 juin au 8 novembre 2019
Union économique et monétaire ouest-africaine : Un niveau de récoltes globalement satisfaisant
Mise en garde du CREPMF contre les arnaques : Léopold Ouédraogo de l’antenne nationale de la BRVM apporte des éclaircissements
Labellisation du Faso Danfani : Une arme pour lutter contre la contrefaçon
Mises en garde contre les arnaques financières : Le président de l’Association professionnelle des banques et établissements financiers du Burkina se prononce
Échangeur du Nord : « L’échangeur a permis la fluidité de la circulation, mais le pôle économique de Tampouy est détruit », selon un riverain
Banque mondiale-Burkina Faso : Trois accords de financement pour renforcer la politique économique et sociale
Professionnels des banques : L’heure est à la vulgarisation des cartes bancaires
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés