Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Mieux vaut une conscience tranquille qu’une destinée prospère. J’aime mieux un bon sommeil qu’un bon lit.»  Victor Hugo

Identifiant unique de la personne au Burkina : Le comité de suivi de la mise en œuvre installé

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Aïssata Laure G. Sidibé • mardi 12 mars 2019 à 22h35min
Identifiant unique de la personne au Burkina : Le comité de suivi de la mise en œuvre installé

Dans la matinée du 12 mars 2019, à Ouagadougou, le ministre du Développement de l’économie numérique et des Postes, Hadja Ouattara/Sanon, a mis en place pour un an, un comité de suivi de la mise en œuvre de la feuille de route pour l’implémentation de l’Identifiant unique de la personne au Burkina Faso. Cette instance est dirigée par le secrétaire général dudit ministère, Kisito Traoré, et compte 31 autres membres.

Sur la base des conclusions des travaux de l’atelier national inclusif de réflexion pour la mise en place de l’Identifiant unique (IU) au Burkina Faso, tenu les 15 et 16 mars 2018, le Conseil des ministres, en sa séance du 2 mai 2018, a adopté une feuille de route pour la mise en place effective de l’IU. Cette feuille de route a prévu un dispositif de suivi de sa mise en œuvre qui est le comité dont l’installation est intervenue ce 12 mars 2019 à Ouagadougou.

A l’occasion, le ministre du Développement de l’économie numérique et des Postes (MDENP), Hadja Ouattara/Sanon, a invité les membres du comité à s’investir à la tâche afin de doter le pays, à l’horizon 2020, d’un dispositif d’IU de la personne. Rappelons que le projet de mise en place de l’IU est un engagement prioritaire du chef de l’Etat, Roch Kaboré, afin de doter le Burkina Faso d’une base neutre d’identification des populations et de développement de l’e-gouvernement.

« L’IU s’acquière dès la naissance jusqu’à la disparition, pour ce qui concerne les Burkinabè. Les itinérants, quand ils entrent dans notre pays pour la première fois, quel que soit le document qu’ils vont utiliser, doivent avec le numéro », informe Mme le ministre, tout en réaffirmant les avantages de ce dispositif.

« Il permet de maîtriser la démographie, de sécuriser notre cyber espace ou système de communication parce que les plateformes que nous installons et mettons en exploitation, il est important pour nous de pouvoir identifier chaque utilisateur de façon unique et fiable. Si nous permettons que les gens puissent déclarer les naissances en ligne, qu’ils puissent demander des documents très importants comme le casier judiciaire, il est important de pouvoir identifier qui a fait la demande pour délivrer le document. Ça permet de créer la confiance digitale », a relevé Hadja Ouattara/Sanon.

Mais pour l’instant, le processus n’est pas opérationnel. « C’est en cours d’élaboration. Nous continuons d’utiliser les identifiants qui sont disponibles. A terme, ce numéro va remplacer tous les identifiants que nous avons comme le numéro sur la carte d’identité, sur le passeport, de la sécurité sociale et même, on peut penser plus tard que ça peut remplacer les comptes bancaires, les numéros du téléphone. Le processus vient de démarrer. Le comité de suivi est en place et nous allons travailler à ce que ça soit une réalité ».

Fort de 32 membres, le comité de suivi est piloté par Kisito Traoré, secrétaire général du MDENP. Sa mission, qui s’étalera sur douze mois, consistera à superviser l’étude approfondie pour la mise en place de l’IU. A ce propos, le rapporteur du comité, Izaï Toé, donne plus de précisions : « Cette étude sera réalisée par un cabinet de consultants qui va être recruté suite à un appel d’offres international qui sera lancé grâce à un financement de la Banque mondiale dans le cadre du projet e-gouvernement ».

Une fois l’étude bouclée, les membres seront amenés à se confronter aux questions suivantes : « Comment l’IU va aujourd’hui être géré ? Quel est le cadre institutionnel et organisationnel à mettre en place ? Quel est le dispositif juridique à mettre en place pour accompagner la mise en place de cet IU ? ».

En plus de s’appesantir sur les aspects techniques et de biométrie, le comité sera chargé de coordonner la mobilisation des ressources financières pour la mise en œuvre de l’IU, car « l’enrôlement massif nécessite beaucoup de ressources financières », a fait remarquer le rapporteur. La réalisation de l’application informatique pour l’IU est aussi au programme.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Incendie de la centrale électrique de Dori : Trois provinces sans électricité
Projet d’assainissement dans la Région du Centre-Est : L’ONG WaterAid et les parties prenantes se concertent
Approvisionnement en eau potable et assainissement dans la Boucle du Mouhoun : Le ministère de l’eau réagit à nos articles sur la situation des villages de Kary et Soukuy
Journées scientifiques de l’enfance : Un moment de partage des connaissances et des pratiques
Message du ministre de la sante a l’occasion de la journée mondiale de la santé bucco-dentaire 2019
Ecole nationale de santé publique de Bobo-Dioulasso : 72 heures de récréation utile
Lycée provincial de Dori : Donner le goût de la langue allemande aux élèves
Insécurité et protection des droits des enfants : L’UFC-Dori outille les formateurs religieux
Commune de Niou : Un barrage et un périmètre irrigué dans quatorze mois
MBDHP/Séno : Arrêt sur le rôle de la femme dans la promotion de la paix
Aménagement de la gare routière Ouaga-Inter : La libération des emprises dédiées aux travaux est fixée au vendredi 05 avril 2019
Incendie à CIPAM Bobo : Des dégâts matériels chiffrés à plus d’un milliard de FCFA
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés