Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Tout arbre qui vit en tranquillité finit un jour par être secoué.» Proverbe vietnamien

8 Mars 2019 : Les femmes de l’UPC appellent à l’« union sacrée »

Accueil > Actualités > Politique • DECLARATION • vendredi 8 mars 2019 à 13h58min
8 Mars 2019 : Les femmes de l’UPC appellent à l’« union sacrée »

A l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, l’Union nationale des femmes de l’UPC (Union pour le progrès et le changement) a délivré le message ci-dessous dans lequel elle appelle à l’ « union sacrée des filles et fils du Burkina ».

Femmes et filles du Burkina Faso,

chères concitoyennes et chers concitoyens,

Le Burkina Faso, tout comme les autres pays, commémore ce vendredi 8 mars, la Journée internationale de la Femme. En cet anniversaire chargé de symboles et d’histoire, l’Union pour le progrès et le changement (UPC) souhaite à toutes les femmes une joyeuse fête. De prime abord, l’UPC a une pensée spéciale à l’endroit des vaillants éléments de nos Forces de défenses et de sécurité, à l’endroit de leurs épouses ou époux, de leurs mères, de leurs familles. Notre parti rend hommage à tous ceux qui sont tombés dans la guerre contre le terrorisme dans notre pays. Que la terre leur soit légère !

En rappel, le 8 mars a été institué de façon officielle « Journée internationale des droits de la femme » par l’Organisation des Nations Unies en 1977, pour rappeler toutes les œuvres réalisées par la Communauté internationale en faveur de l’amélioration des conditions des femmes. Pour nous, les femmes, chaque 8 Mars est l’occasion de dresser un bilan de l’évolution de notre situation, de recadrer les actions en vue d’entreprendre des changements pour l’amélioration de notre situation. Tant que l’égalité entre les hommes et les femmes ne sera pas une réalité, la route sera encore longue. Comme le dit si bien le Manifeste de l’UPC, notre ambition est :

- d’améliorer ce qui est déjà fait ;
- de corriger ce qui est mal fait ;
- de réaliser ce qui n’est pas encore fait.

Cela passe en partie par l’amélioration des conditions de la femme au Burkina Faso. Cette année 2019, le thème international est : « Le leadership féminin ». Au plan national, le thème retenu est : « La contribution de la femme et l’édification d’un Burkina Faso de Sécurité, de paix et de cohésion sociale ». Ce thème est en parfaite adéquation avec les priorités actuelles de notre cher pays. L’UPC avait déjà placé son congrès de Juillet 2018 sous un thème similaire.

Etre leader, c’est avoir une vision et se battre pour la matérialiser. Aujourd’hui, le leadership féminin s’impose et en réalité, il ne doit être ni féminin ni masculin.
La femme est longtemps considérée comme le sexe faible. Mais pour l’UPC et son leader, M. Zéphirin Diabré, la femme est le socle du développement, une partenaire de l’homme dans tous les domaines. Tant dans la place occupée par les femmes que dans le programme de son candidat Zéphirin Diabré, l’UPC est le parti ayant les meilleures idées pour l’émancipation et l’épanouissement de la femme burkinabè.

Chers sœurs et frères,

Dans la vision de l’UPC, il y a des barrières à lever pour faire émerger des femmes leaders. Il faut que les femmes soient suffisamment outillées pour démontrer leur savoir-faire dans leurs domaines d’activité respectifs par :

- la création de la Banque des femmes qui est plus qu’un impératif ;

- la promotion de l’éducation des filles ;

- le renforcement de l’égalité des sexes ;

- le combat contre les pesanteurs sociales défavorisant la femme ;

- la réelle autonomisation des femmes.

Les femmes burkinabè doivent développer plus d’influence dans leurs secteurs d’activités, de la petite échelle (la femme au foyer) à la présidente, en passant par l’entrepreneure, de même que dans les prises de décisions publiques et politiques. Cette citation de Michelle Bachelet le dit bien : « Quand une femme est un leader, ça la change. Lorsque plus de femmes sont des leaders, ça change la politique » Dans notre contexte burkinabè, promouvoir le leadership féminin, c’est contribuer à la réduction des inégalités de genre et rendre la femme plus autonome et responsable pour contribuer au développement économique, politique et social du pays. Mais le grand obstacle aujourd’hui, pour nous, est l’insécurité, le manque de cohésion sociale et l’éloignement de la paix.

Chers sœurs et frères,

Le 8 Mars se tient dans un contexte difficile pour le Burkina Faso. C’est pourquoi les femmes de l’UPC appellent à l’union sacrée des filles et fils de ce pays. Ce qui passe forcément par une véritable réconciliation nationale. Et, l’UPC est le parti le mieux outillé pour apporter cette réconciliation, car occupant une position lui permettant de parler à tous, de travailler avec tous, pour le bien du Burkina Faso.
Bonne commémoration à toutes les femmes et filles du Burkina Faso !
Démocratie – Travail – Solidarité

Pour Le Bureau Politique National de l’UPC,
La Présidente de l’Union fationale des Femmes
Jacqueline SOURATIE épouse KONATE

Vos commentaires

  • Le 8 mars à 16:16, par Mafoi En réponse à : 8 Mars 2019 : Les femmes de l’UPC appellent à l’« union sacrée »

    Si Jacqueline Souratié a des problèmes avec son mari Konaté,qu’elle les règle avec lui et surtout dans leur chambre à coucher puisque ça ne nous regarde pas.Après elle pourra qualifier l’attente amoureuse retrouvée avec son mari de "véritable réconciliation nationale",c’est son problème car en amour tous les superlatifs sont bons à entendre mais le Burkina Faso en tant que pays,entité,nation n’a pas ce problème puisque ses filles et ses fils de tout bord politique,de toute religion,de toute ethnie peuvent le traverser d’Est en Ouest,du Nord au Sud sans être inquiétés.Bien sûr certains me parleront de ces bandits qui sèment la merde par ci,par là mais où est le rapport avec la chansonnette "véritable réconciliation nationale" que les mêmes nous bassinent tout le temps ?
    S’il y a un rapport,qu’ils nous le disent et dans ce cas,ma conclusion est toute faite à savoir que ce sont ceux qui réclament cette fumeuse "véritable réconciliation nationale" qui foutent la merde dans le pays pour des desseins inavoués.Si c’est le cas,leur forfaiture sera vouée à l’échec car ces bandits,ces criminels qu’ils financent seront matés et cela prendra le temps qu’il faut mais les vrais fils intègres de ce pays ne céderont jamais à ce chantage de bas étage.Alors vous pouvez mettre et en profondeur votre chansonnette là où je pense.
    Enfin pour faire simple,si leur chansonnette n’a aucun rapport avec ces actes crapuleux,je pourrai financer la tournée de Mme Konaté à travers le Burkina et pour rassurer Mr Konaté,vous retrouverez votre amoureuse car le Burkina Faso est un havre de paix et il ne faudra pas qu’en tant que femme,mère,elle tombe dans les bassesses de ces politiciens sans scrupules.A bon entendeur,salut !

    Répondre à ce message

    • Le 10 mars à 11:52, par YAAM SOBA En réponse à : 8 Mars 2019 : Les femmes de l’UPC appellent à l’« union sacrée »

      Qu’est ce que la bonne dame à dit de faux, monsieur le haineux ? Elle a raison de dire qu’il faut que nous nous reconcilions pour pouvoir bâtir un Burkina meilleur. Elle a également raison lorsqu’elle dit que l’UPC est le seul parti qui peut amener les fils et filles du pays à l’union sacrée. La preuve est que le18 janvier 2014, c’est grâce à l’UPC que le MPP a pu faire son mea culpa. L’UPC n’a pas d’ennemis, et n’a pas le mains tachées de sang. Donc, cher monsieur le haineux, faites balle à terre avec vos propos.

      Répondre à ce message

  • Le 8 mars à 18:39, par Amadou En réponse à : 8 Mars 2019 : Les femmes de l’UPC appellent à l’« union sacrée »

    Mafoi c’est bien dit. Vous voyez ou la politique nous mène. L’UPC à critiqué ceux qui étaient de ROSE vêtus au fespaco pour signifier que le fespaco appartient à tous les Burkinabé. Le 8 mars aussi n’appartient pas aux femmes de L’UPC. La recherche du pouvoir ne peut rassembler les femmes des autres partis encore moins prôner une réconciliation nationale. En personnalisant le 8 mars qui se veut être une fête de toutes les femmes du monde et non une fête des femmes de L’UPC Est voué à l’échec en parlant de réconciliation

    Répondre à ce message

  • Le 9 mars à 13:41, par Yves En réponse à : 8 Mars 2019 : Les femmes de l’UPC appellent à l’« union sacrée »

    Mafoi et Amadou, relisez ce que vous écrivez, vous racontez des conneries. Vraiment quand on n’a rien à dire on se tait gentillement, à moins qu’on soit payé par tiers pour intervenir sans réfléchir. Vraiment ça fait pitié, ressaisissez vous.

    Répondre à ce message

  • Le 9 mars à 21:03, par gohoga En réponse à : 8 Mars 2019 : Les femmes de l’UPC appellent à l’« union sacrée »

    Mafoi que Dieu te bénisse plusieurs milliards de fois. Il faut qu’on réponde à ceux qui chantent réconciliation, réconciliation. Pourquoi les évènements politiques survenus dans notre pays depuis 1960 n’ont pas donnés la rection de leur part ? Pourquoi ils n’ont pas demandé la reconciliation à l’occasion des évènements : 3/01/1966, 08/02/1974, 25/11/1980, 7/011/1982, 4/08/1983 et surtout le 15/10/1987 ?

    Répondre à ce message

  • Le 10 mars à 09:37, par yacou dit yac En réponse à : 8 Mars 2019 : Les femmes de l’UPC appellent à l’« union sacrée »

    S’il plait arrêtez d’insulter les gens de cette façon, cela n’est pas burkinabé.
    Qu’est que la femme a dit de mauvais dans son message pour que vous parlez de son foyer ? Cher mafoi.

    Répondre à ce message

  • Le 10 mars à 11:44, par Mea Culpa En réponse à : 8 Mars 2019 : Les femmes de l’UPC appellent à l’« union sacrée »

    Il y’a des gens même si UPC dit bonjour ils vont trouver un moyen. Tout ça pour assouvir leurs besoins immédiats. Arrêtez ça, ce n’est pas bien !

    Répondre à ce message

  • Le 10 mars à 11:58, par Ferkêbougou En réponse à : 8 Mars 2019 : Les femmes de l’UPC appellent à l’« union sacrée »

    Lorsque je lis les commentaires de @Amadou et @mafoi, je me demande si ces derniers ont lu l’article en question avant de venir tomber comme des mouches dans du lait sur ce forum. C’est vraiment regrettable de voir des intellectuels se jeter dans la critique facile, en débitant des insanités d’une bassesse notoire. Prochainement, qu’ils prennent le soin de lire avant de s’illustrer négativement de la sorte.
    Webmaster, merci d’avoir fait passer mon message.

    Répondre à ce message

  • Le 10 mars à 12:26, par Bigbalè En réponse à : 8 Mars 2019 : Les femmes de l’UPC appellent à l’« union sacrée »

    Salut à tous ! Dans le présent article, Mme Souratié soutient que "la création de la Banque des femmes est plus qu’un impératif" et je suis un peu confus car la formulation « banque des femmes » pourrait laisser dire qu’on peut y aller des femmes ! Je suppose qu’il s’agit de la création d’une banque dont la clientèle serait exclusivement des femmes et si c’est le cas, il faut bien formuler les idées la prochaine fois !
    Pour être plus sérieux, cette proposition de créer une banque pour les femmes a-t-elle été déjà testée dans d’autres pays et quels sont les résultats ? On a vu des Fonds comme le FAARF opérer dans toutes les régions, quels sont les résultats actuels qui peuvent nous permettre d’aller vers la création d’une banque exclusivement réservée aux femmes ? Quand on sait que derrière les dossiers de prêts au profit des femmes, il y a certains maris avides d’argent, on se demande s’il faut une structure de la taille d’une Banque juste pour faire plaisir à certaines femmes et à certains politiciens !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Elections de 2020 : La CENI et ses partenaires se concertent
Présidence du Faso : L’ambassadeur d’Autriche fait ses adieux au Burkina
COMPAORE - KABORE : De l’humilité en politique
Nouveau code électoral : La Codel renforce les capacités de ses membres
Opposition politique : « La situation de crise sécuritaire appelle au renforcement de la tolérance et du vivre-ensemble »
Zéphirin Diabré sur la gouvernance : « Ils ont pris le pouvoir, ils ne pensaient qu’aux privilèges »
Burkina Faso : Grabuge de « co-épouses » autour de Yacouba Isaac Zida !
Burkina : 2020, c’est parti !
Situation nationale : Le CISAG constate que le président Roch Kaboré n’est pas aidé par ses proches
Vie politique : Le RPR vient en aide à des personnes vulnérables de l’arrondissement 7 de Ouagadougou
Présidentielle de 2020 : Un « taureau » nommé Abdoulaye Soma dans l’arène !
Burkina Faso : « Le pouvoir du MPP est passé du tâtonnement à l’impasse », constate l’opposition politique
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés