Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Si chacun faisait ce qu’il dit, on ne manquerait point d’honnêtes gens.» Proverbes danois

Hygiène et assainissement : Kombissiri, un exemple dans la gestion des déchets solides

Accueil > Actualités > Environnement • LEFASO.NET | Par Etienne Lankoandé (stagiaire) • mardi 5 mars 2019 à 23h15min
Hygiène et assainissement : Kombissiri, un exemple dans la gestion des déchets solides

La mairie de la commune de Kombissiri a reçu la visite de l’ambassadeur de France au Burkina, Xavier Lapeyre de Cabanes, ce mardi 5 mars 2019. Il est venu constater les réalisations de la mairie dans le cadre d’un projet appuyé par l’ONG française Burkinasara. Depuis 2014, l’ONG Burkinasara soutient la commune de Kombissiri dans la gestion des déchets solides et a, à son actif, plusieurs ouvrages réalisés dans ladite commune.

La mairie de la commune de Kombissiri a reçu l’ambassadeur de France au Burkina, Xavier Lapeyre de Cabanes, le mardi 5 mars 2019, dans le cadre d’une visite des sites de gestion des déchets solides dont le promoteur est l’ONG française Burkinasara. C’est depuis 2014 que l’ONG Burkinasara s’est investie dans l’appui à la gestion des déchets solides sur demande de la mairie de Kombissiri avec pour objectif d’améliorer les conditions d’hygiène et réduire la pollution des sols et eaux.

Les deux loges

Sur ce projet, Burkinasara agit en partenariat avec l’ONG CEAS, le conseil général Haut-Rhin, Fontana Ingénierie et bien d’autres. C’est un travail de gestion exhaustive des déchets solides qui est exécuté dans la ville de Kombissiri, allant de la collecte à la valorisation des matières plastiques solides et à la décharge des déchets non valorisables. Grâce à l’appui des partenaires, un centre de tri est construit sur une superficie de 1800 m2 et emploie six personnes, avec un forage équipé d’un système d’entrainement solaire, un château d’eau, une décharge sur une superficie de 2185 m2 composée de deux loges d’une capacité 1060 m3 chacune, un bassin de décantation et un magasin.

Les deux loges ont été construites pour recevoir les déchets de la ville de Kombissiri pour une durée de quatre ans chacune. Le président de Burkinasara, Hussherr Michel, a fixé le cap : « Nos objectifs sont de réduire l’impact sur l’environnement et la santé publique, développer une filière de valorisation des déchets et créer des emplois dans le domaine ».

Visite de la décharge comportant les deux loges et le bassin

Selon lui, la vie se résume à la santé, à l’éducation et au travail et leur action tourne autour de ces trois volets pour le bien des populations. Pour ce faire, une équipe de collecteurs des déchets est mise en place. Chaque famille paye une poubelle à 1000 F CFA et s’abonne à 500 F CFA pour l’enlèvement des déchets chaque semaine.

La mairie soutient que la sensibilisation a eu son effet, car de plus en plus une prise de conscience des citoyens est observable sur le terrain même si elle progresse à pas de tortue. Autres activités réalisées dans ce cadre, la sensibilisation des élèves à travers une journée « école propre » et « l’heureux gagnant » qui touchent près de 420 élèves de Kombissiri.

Les difficultés ne manquent pas, mais les acteurs sont conscients que c’est une œuvre de longue haleine et s’activent à atteinte des résultats escomptés. Le centre de tri et l’adduction d’eau ont coûté près de 26 millions de F CFA et la décharge près de 40 millions de F CFA. Les ouvrages sont réalisés et c’est leur fonctionnement qui doit être le plus important.

Visite du centre de tri

L’ambassadeur de France s’est dit émerveillé par ce qui est fait sur le terrain et promet de réfléchir sur un éventuel appui au projet. Il espère surtout que d’autres contrées, à savoir d’autres communes , puissent emboiter le pas de Kombissiri car dit-il , « c’est un phénomène dont les conséquences sont négligées alors que la santé humaine est également mise à mal à chaque fois par ce fléau et également le pourcentage d’animaux qui meurent par la faute de ces déchets plastiques est très élevé ».
Pour lui, Kombissiri est plus qu’un exemple, c’est une école et il se dit très édifié et très satisfait d’avoir pu effectuer le déplacement pour visiter le véritable chef-d’œuvre réalisé dans la commune de Kombissiri.

Visite du centre de tri

Burkinasara est une ONG française créée par trois propriétaires d’entreprises. Depuis 2007, Burkinasara intervient dans la ville de Kombissiri et à Tampinko. Elle y développe et accompagne des projets créateurs d’emplois avec pour objectif, de développer une économie locale, en s’appuyant sur les ressources disponibles, selon le président de Burkinasara, Hussherr Michel, avec pour slogan « apprendre à pêcher et non apporter le poisson ».

Quant à CEAS Burkina, elle est une association active au Burkina Faso depuis 1983, affiliée à CEAS qui est une ONG suisse et appuie à la maîtrise d’ouvrage communale en matière de gestion des déchets solides. Elle a pu accompagner plusieurs communes en matière de gestion des déchets solides.

Etienne Lankoandé (stagiaire)
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Journée internationale de l’environnement : Nestlé Burkina nettoie le marché de Dassasgho
Forêt communale de Fada N’Gourma : La Fondation Konrad Adenauer outille les comités de gestion et de surveillance
Forêt de Kua : Le ministre de l’Environnement devrait démissionner, estime Adama Séré (Parti des écologistes)
Controverse autour de la forêt de Kua : La honte nationale !
Lettre ouverte au président du Faso : « Il faut sécuriser la forêt de Kua et déplacer le chantier vers un autre site »
Forêt de Kua : L’interdiction de manifester jugée « arbitraire » par le député Moussa Zerbo
Forêt classée de Kua : La plateforme FasoKooz sonne la démobilisation pour la marche du 1er juin
Nouvel hôpital de Bobo : Il faut attendre les résultats de l’étude d’impact environnemental, plaide l’AD-HB
Forêt classée de Kua : Les raisons de la présence des champs
Forêt classée de Kua : La jeunesse de l’UPC dénonce une « légèreté » de la part du gouvernement
Nouvel hôpital de Bobo-Dioulasso : L’ADF-RDA invite le gouvernement à identifier un autre site
Déclassement de la forêt de Kua par le conseil municipal de Bobo : « Une illégalité manifeste », selon des juristes environnementalistes
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés