Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Qui ose traverser les grands fleuves ne craint pas les petites rivières.» Proverbe Chinois

« Ne m’appelez pas Madame » : Une campagne contre le mariage d’enfants

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Nicole Ouédraogo • mardi 5 mars 2019 à 16h51min
 « Ne m’appelez pas Madame » : Une campagne contre le mariage d’enfants

Au Burkina, selon l’UNICEF, 52% des filles sont mariées avant l’âge de 18 ans, 10% avant l’âge de 15 ans. Face à cette situation, l’UNICEF et ses partenaires ont initié un mouvement national en vue de réduire le phénomène d’ici à 2030. Prévue pour débuter le mercredi 6 mars, la campagne « Ne m’appelez pas Madame », a été présentée aux hommes de média ce mardi 5 mars 2019.

Susciter l’engagement des populations dans la promotion de l’abandon du mariage d’enfants, une union au sein de laquelle, au moins une des parties est un enfant (âgé de moins de 18 ans). C’est l’objectif de la campagne « Ne m’appelez pas Madame », une campagne qui va s’étaler sur toute l’année.

« La campagne consiste à mettre dans l’agenda public, la question du mariage d’enfants pour que tout le monde s’en saisisse, prenne conscience que c’est quelque chose qui n’est pas bien et que les populations s’engagent à signaler et à s’occuper des victimes », a signifié le spécialiste protection de l’enfant de l’UNICEF, Désiré Yaméogo, précisant que les actions seront intensifiées durant le mois de mars. Quant à l’intitulé de cette campagne nationale « Ne m’appelez pas Madame », Désiré Yaméogo explique : « Je suis adolescente, je ne suis pas épouse et en tant qu’adolescente, je revendique mon droit d’aller à l’école et de m’épanouir ».

La lutte continue…

S’exprimant sur les conséquences de cette pratique néfaste sur la santé et l’éducation de la fille , dont notamment les cas de grossesses précoces, le taux élevé de mortalité maternelle et infantile, la déperdition scolaire, Désiré Yaméogo a relevé que l’UNICEF a toujours fait de la lutte contre ce phénomène , l’une de ses priorités.

Et si la question de l’âge légal du mariage se pose toujours au Burkina, le spécialiste protection de l’enfant de l’UNICEF a noté : « Dans le code des personnes et de la famille, les filles peuvent se marier à 17 ans (…). Nous sommes en train de faire un travail de plaidoyer et de lobbying pour que le code des personnes et de la famille soit révisé pour relever l’âge légal du mariage au Burkina à au moins 18 ans aussi bien pour la fille que pour le garçon ; cela est en bonne voie ».

Près de 5000 adolescentes, dont 1000 filles soutenues par l’UNICEF, prendront part à la cérémonie d’ouverture de cette campagne placée sous l’égide la première dame, Sika Kaboré. Notons que la campagne sera ponctuée par des actions de sensibilisation et de communication. Il s’agit notamment d’activités interactives, de la diffusion de clips vidéo et de la contribution des influenceurs à travers les réseaux sociaux.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Cybercriminalité : Une nouvelle brigade pour traquer les cyber-arnaqueurs
Redevabilité sociale et veille citoyenne : 20 communes du Burkina Faso passent à la loupe
Prix Nobel alternatif 2018 : Le gouvernement burkinabè octroie un passeport diplomatique à Yacouba Sawadogo
Réconciliation nationale : Le HCRUN consulte l’Unité d’action syndicale
Adoption du statut-cadre de la Police nationale : Des policiers expriment leur reconnaissance au Médiateur du Faso
Cantines scolaires : L’engagement présidentiel à assurer « un repas équilibré par jour » sur la table de réflexions !
Centre social de l’UFC-Dori : 29 jeunes filles achèvent leur formation en coupe-couture
Assurance agricole au Burkina : Le projet expliqué aux producteurs
Conflits communautaires : L’implication de la femme dans la restauration de la paix et la promotion de la cohésion sociale
Santé communautaire : Bientôt une task-force pour coordonner les interventions
Nestlé Burkina : Trois respirateurs pour sauver des vies
Ziniaré : Le directeur de la maison d’arrêt et de correction placé sous mandat de dépôt pour extorsion de fonds
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés