Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il ne peut y avoir d’aujourd’hui, sans d’hier ou de lendemain, sans aujourd’hui.» Kim Jong-un

« Ne m’appelez pas Madame » : Une campagne contre le mariage d’enfants

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Nicole Ouédraogo • mardi 5 mars 2019 à 16h51min
 « Ne m’appelez pas Madame » : Une campagne contre le mariage d’enfants

Au Burkina, selon l’UNICEF, 52% des filles sont mariées avant l’âge de 18 ans, 10% avant l’âge de 15 ans. Face à cette situation, l’UNICEF et ses partenaires ont initié un mouvement national en vue de réduire le phénomène d’ici à 2030. Prévue pour débuter le mercredi 6 mars, la campagne « Ne m’appelez pas Madame », a été présentée aux hommes de média ce mardi 5 mars 2019.

Susciter l’engagement des populations dans la promotion de l’abandon du mariage d’enfants, une union au sein de laquelle, au moins une des parties est un enfant (âgé de moins de 18 ans). C’est l’objectif de la campagne « Ne m’appelez pas Madame », une campagne qui va s’étaler sur toute l’année.

« La campagne consiste à mettre dans l’agenda public, la question du mariage d’enfants pour que tout le monde s’en saisisse, prenne conscience que c’est quelque chose qui n’est pas bien et que les populations s’engagent à signaler et à s’occuper des victimes », a signifié le spécialiste protection de l’enfant de l’UNICEF, Désiré Yaméogo, précisant que les actions seront intensifiées durant le mois de mars. Quant à l’intitulé de cette campagne nationale « Ne m’appelez pas Madame », Désiré Yaméogo explique : « Je suis adolescente, je ne suis pas épouse et en tant qu’adolescente, je revendique mon droit d’aller à l’école et de m’épanouir ».

La lutte continue…

S’exprimant sur les conséquences de cette pratique néfaste sur la santé et l’éducation de la fille , dont notamment les cas de grossesses précoces, le taux élevé de mortalité maternelle et infantile, la déperdition scolaire, Désiré Yaméogo a relevé que l’UNICEF a toujours fait de la lutte contre ce phénomène , l’une de ses priorités.

Et si la question de l’âge légal du mariage se pose toujours au Burkina, le spécialiste protection de l’enfant de l’UNICEF a noté : « Dans le code des personnes et de la famille, les filles peuvent se marier à 17 ans (…). Nous sommes en train de faire un travail de plaidoyer et de lobbying pour que le code des personnes et de la famille soit révisé pour relever l’âge légal du mariage au Burkina à au moins 18 ans aussi bien pour la fille que pour le garçon ; cela est en bonne voie ».

Près de 5000 adolescentes, dont 1000 filles soutenues par l’UNICEF, prendront part à la cérémonie d’ouverture de cette campagne placée sous l’égide la première dame, Sika Kaboré. Notons que la campagne sera ponctuée par des actions de sensibilisation et de communication. Il s’agit notamment d’activités interactives, de la diffusion de clips vidéo et de la contribution des influenceurs à travers les réseaux sociaux.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Université Joseph KI-Zerbo : La corporation ANEB de l’UFR-SDS décrète une grève de 72 heures
Assurance : L’UAB lance son produit d’assistance automobile
Diocèse de Banfora : Un prêtre porté disparu
Santé : « La résistance aux antimicrobiens est l’une des principales menaces de notre temps », Dr Zakaria Gansané, médecin épidémiologiste
ASCE-LC : Une procédure de mise en demeure lancée à l’encontre de deux ministres et huit députés pour non déclaration de biens
Burkina : 243 condamnés à la perpétuité de 2010 à 2019 (VIDÉO)
Processus de réconciliation nationale : Zéphirin Diabré à la Fédération des associations islamiques du Burkina
Kaya : SOS village d’enfants redonne le sourire aux enfants en situation de déplacement
Violences basées sur le genre : Stop au fléau dans les sites des déplacés internes (VIDÉO)
Yirgou, deux ans après : Le MBDHP Seno interpelle les autorités et les acteurs judiciaires
Eglise du Burkina Faso : La vie et la formation des futurs prêtres au cœur de l’Assemblée plénière ordinaire de la Conférence épiscopale Burkina-Niger
Réconciliation nationale : « Au Burkina, personne ne semble prêt à confesser quoi que ce soit », regrette Moriba Traoré (SG du SBM)
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés