Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Mieux vaut une conscience tranquille qu’une destinée prospère. J’aime mieux un bon sommeil qu’un bon lit.»  Victor Hugo

Procès du putsch : « Aucun texte ne nous permettait d’arrêter le Général Diendéré », déclare le Général de division Honoré Nabéré Traoré

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • LEFASO.NET • mercredi 20 février 2019 à 13h32min
Procès du putsch : « Aucun texte ne nous permettait d’arrêter le Général Diendéré », déclare le Général de division Honoré Nabéré Traoré

Le Général de Division Honoré Nabéré Traoré a été appelé à la barre ce mercredi 20 février 2019 en qualité de témoin.

A l’audience d’hier (mardi 19 février 2019), le Général Gilbert Diendéré, lors du témoignage du Colonel-major, Raboyinga Kaboré, avait déclaré que la hiérarchie militaire aurait pu le mettre aux arrêts et procéder à un échange d’otages contre les autorités de la Transition.

A la question du parquet de savoir ce qu’il en pensait, le Général de Division, Honoré Nabéré Traoré a souri avant de lâcher : « Ce sont des solutions acrobatiques. On a le droit de dire qu’on n’est pas d’accord. Il a ses convictions. Il a voulu faire un coup d’Etat. Je le connais depuis le Prytanée militaire de Kadiogo. On a du respect mutuel ».

Et sur insistance des avocats de la partie civile, le témoin dira de nouveau : « Ça allait être une grosse erreur de l’arrêter. Si on l’avait fait, il y allait avoir un échange de tirs et ce serait du désordre. Ce n’est pas une idée qui nous a traversé l’esprit parce qu’aucun texte ne nous permettait de l’arrêter ».

Et le parquet de lui demander : "Si le Général Diendéré avait été ferme, alliez vous le suivre ?"

« Ça aurait pu changer s’il avait usé de la brutalité. On était au ministère de la Défense. On était lourdement encerclés », a répondu le Général Traoré.

Pour Me Prosper Farama de la partie civile, la hiérarchie a eu une posture équivoque et « le Général Diendéré a raison de parler de la "mollesse" de la hiérarchie militaire. Ce type de vision a contribué à asseoir le coup », a-t-il déploré.

Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Ecoutes téléphoniques de Djibril Bassolé : Le feu et l’enfer pour atteindre Kossyam
Procès du putsch du CND : Le parquet militaire qualifie de « coup d’État dans un coup d’État » les écoutes de Bassolé
Procès du putsch du CND : Une conversation entre le colonel Abdoul Karim Traoré et le président du MLNA
Procès du putsch : « Rien […] ne montre que c’est le mien », selon Gilbert Diendéré à propos d’un ordinateur
Procès du putsch du CND : Le parquet militaire communique plusieurs autres pièces à conviction
Procès du putsch : L’expert Younoussa Sanfo, le lieutenant Jacques Limon et les 146 millions
Procès du putsch du CND : "C’est impossible de tripoter des données et avoir des résultats fiables", dixit Younoussa Sanfo, ingénieur en informatique
Procès du putsch du CND : Des témoins déchargent le sergent Nobila Sawadogo et le sergent-chef Médard Boué
Procès du putsch du CND : Trois témoins déchargent le sergent Sawadogo Nobila
Procès du putsch du CND : Diendéré se prononce sur la controversée loi portant statut général des personnels des forces armées nationales
Procès du putsch du CND : Les écoutes téléphoniques entre Djibril Bassolé et Guillaume Soro refont surface
Procès du putsch du CND : Chérif Sy, l’homme qui a vu venir le coup d’État
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés