Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Chaque nation qui délaisse la foi en dieu et l’éducation est une nation en proie aux incivilités.» Salim Boudiaf

Procès du putsch : « Aucun texte ne nous permettait d’arrêter le Général Diendéré », déclare le Général de division Honoré Nabéré Traoré

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • LEFASO.NET • mercredi 20 février 2019 à 13h32min
Procès du putsch : « Aucun texte ne nous permettait d’arrêter le Général Diendéré », déclare le Général de division Honoré Nabéré Traoré

Le Général de Division Honoré Nabéré Traoré a été appelé à la barre ce mercredi 20 février 2019 en qualité de témoin.

A l’audience d’hier (mardi 19 février 2019), le Général Gilbert Diendéré, lors du témoignage du Colonel-major, Raboyinga Kaboré, avait déclaré que la hiérarchie militaire aurait pu le mettre aux arrêts et procéder à un échange d’otages contre les autorités de la Transition.

A la question du parquet de savoir ce qu’il en pensait, le Général de Division, Honoré Nabéré Traoré a souri avant de lâcher : « Ce sont des solutions acrobatiques. On a le droit de dire qu’on n’est pas d’accord. Il a ses convictions. Il a voulu faire un coup d’Etat. Je le connais depuis le Prytanée militaire de Kadiogo. On a du respect mutuel ».

Et sur insistance des avocats de la partie civile, le témoin dira de nouveau : « Ça allait être une grosse erreur de l’arrêter. Si on l’avait fait, il y allait avoir un échange de tirs et ce serait du désordre. Ce n’est pas une idée qui nous a traversé l’esprit parce qu’aucun texte ne nous permettait de l’arrêter ».

Et le parquet de lui demander : "Si le Général Diendéré avait été ferme, alliez vous le suivre ?"

« Ça aurait pu changer s’il avait usé de la brutalité. On était au ministère de la Défense. On était lourdement encerclés », a répondu le Général Traoré.

Pour Me Prosper Farama de la partie civile, la hiérarchie a eu une posture équivoque et « le Général Diendéré a raison de parler de la "mollesse" de la hiérarchie militaire. Ce type de vision a contribué à asseoir le coup », a-t-il déploré.

Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Le Gal Djibrill Bassolé est rentré au Burkina et se porterait bien
Procès du putsch du CND : Les plaidoiries renvoyées au 23 avril prochain
Procès du putsch : Ce fonctionnaire de police secouru par le colonel-major Boureima Kiéré
Procès du putsch du CND : L’accusé piégé par une tablette nie toujours les faits
Procès du putsch : Boukaré, la victime qui se soigna avec de la potasse et du sel
Putsch du CND : « Il était le pilier de la famille », relate l’oncle d’une victime décédée
Procès du putsch du CND : P.S, ce professeur de français sauvé grâce à un autre élément du RSP !
Procès du putsch : Gildas, l’homme qui a eu in extremis la vie sauve
Vidéos du putsch : « Un film d’horreur » scande la partie civile, « Rien de nouveau », répond la défense
Procès du putsch du CND : "Comment prétendre maintenir l’ordre avec des cagoules", s’interroge Me Prosper Farama
Procès du putsch du CND : "Je n’ai pas d’observation par rapport aux images", a lâché général Gilbert Diendéré
Ismaël Diendéré filme son père : « Mon papa président ! C’est historique »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés