Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Les talents sont innés, l’éducation les développe, les circonstances les mettent en jeu ou les rendent inutiles.» François Gaston de Lévis

Village de Koudoumbo : La paix retrouvée et célébrée par les populations

Accueil > Actualités > Société • • vendredi 15 février 2019 à 13h17min
Village  de Koudoumbo : La paix retrouvée et célébrée par les populations

Le village de Koudoumbo, dans la commune de Gourcy, a failli franchir une ligne de non-retour. Il y a quelque temps, les solides liens d’une longue et vieille cohabitation pacifique auraient pu se rompre : deux familles ont failli en venir aux mains. Aujourd’hui, cela n’est qu’un sombre souvenir ; la paix est revenue au village. Les fils et filles ont fumé le calumet de la paix le 3 février 2019 autour d’une cérémonie de réconciliation en présence et sous la houlette du haut-commissaire de la province du Zondoma et des autorités coutumières.

Tout est parti d’une volonté d’occupation d’une terre par les fils des premiers habitants du village en vue de réaliser des œuvres sociales. Il se trouve que cette partie du village avait été cédée à une famille, historiquement arrivée deuxième dans le village. Ces seconds arrivants n’ont donc pas apprécié que la terre qui leur avait été cédée soit exploitée sans leur accord, quand bien même ils n’en sont pas les propriétaires terriens. Et voilà comment est né un problème qui a failli faire basculer la quiétude d’un village, jadis havre de paix.

Les autorités administratives de la province du Zondoma ont été alertées par l’entremise de certains fils du village afin de s’impliquer pour trouver une solution au danger que courait leur village. Alors, le haut-Commissaire de la province du Zondoma, Mme Abibata Bamouni/Traoré, qui a pris le problème comme une vraie préoccupation, a mené des négociations par le dialogue avec tous les protagonistes.

Le président de l’Association des ressortissants de Koudoumbo pour le développement promet que le 3 février sera retenu comme journée de la paix

Elle réussira à ce que les parties se parlent, s’expliquent et acceptent de repartir sur de nouvelles bases. Après ce qu’il convient d’appeler une crise « circonscrite », l’Association des ressortissants de Koudoumbo pour le développement, cheville ouvrière de cette démarche de réconciliation, après avoir œuvré à apaiser les cœurs, a battu le rappel des fils et filles du village autour des personnes âgées pour une cérémonie symbolique de réconciliation afin de repartir sur de nouvelles bases.

C’est peu avant 9h, ce 3 février, que le haut-Commissaire de la province du Zondoma, Mme Abibata Bamouni/Traoré, accompagnée du préfet du département de Gourcy et de l’adjoint au maire de la commune de Gourcy, ont foulé le sol de Koudoumbo. Ils sont accueillis par les habitants du village avec les sages, le chef de terre de Koudoumbo en tête, assis à même le sol, pour marquer son attachement et sa révérence à la terre mère. Le Dytaniè chanté par les élèves de l’école primaire publique de Koudoumbo a ouvert la série des interventions.

« Hommes, femmes, jeunes et enfants, nous ne dormions pratiquement plus mais aujourd’hui, c’est une immense joie pour tout le monde », s’est exclamée la présidente de l’association des femmes de Koudoumbo, Bintou Ouédraogo. Et pour El Hadj Ousseni Zoromé, c’est un retour à la paix et le souhait est que l’entente soit meilleure entre les habitants que de par le passé. Madi Sawadogo, représentant de la famille Sawadogo, dira bien plus en faisant observer que « nos anciens ont vécu en parfaite harmonie et cela ne devrait jamais être interrompu. C’est comme si nous étions au paradis aujourd’hui ».

Il a témoigné à l’endroit de la famille Zoromé la joie et la reconnaissance de la famille Sawadogo pour ce grand pas franchi. Le représentant de Naaba Baongo, chef de Gourcy, a également salué l’initiative des habitants d’aller à la réconciliation car, dit-il, Naaba Baongo a un grand attachement à la paix entre populations. Le président de l’Association des ressortissants pour le développement de Koudoumbo, Issa Sawadogo, tout en saluant les efforts consentis par tous, précise que « la crise a été contenue et le pire évité ».

Fr. François Savadogo, Clerc de Saint Viateur, fils de Koudoumbo : « Les hommes valent mieux non pas parce qu’ils sont ensemble mais parce qu’ils sont capables de produire ensemble quelque chose de bien »

Pour Frère François Savadogo, religieux Clerc de Saint Viateur et membre de l’Association des ressortissants pour le développement de Koudoumbo, « les hommes valent mieux non pas parce qu’ils sont ensemble, mais parce qu’ils sont capables de produire ensemble quelque chose de bien ». Tout en manifestant sa joie à l’endroit de ses frères et sœurs, frère François Savadogo dira que pour ce nouveau départ, il est indispensable que chaque fils et fille de Koudoumbo apporte sa pierre car ce n’est qu’une étape : « la paix a besoin de s’enraciner », a-t-il conclu.

Le haut-Commissaire du Zondoma, Abibata Bamouni/Traoré, qui a été l’actrice centrale de cette réconciliation, largement ovationnée par les populations, dans son adresse a souligné que la population a compris que « l’amertume et la haine ne doivent pas peser ni sur leur avenir ni sur celui des générations futures et ne devraient pas constituer une menace pour leur volonté de vivre ensemble. » Et si les populations sont arrivées à se pardonner et à repartir sur de nouvelles bases, elles « devront unir leurs forces, leurs différences, leurs talents pour bâtir un Koudoumbo plus prospère empreint d’égalité, de fraternité et de tolérance ».

Alors, la réconciliation permettra « que toutes les actions à Koudoumbo soient guidées par l’esprit de pardon, de tolérance, de concertation, de respect mutuel et de considération. » Elle a exhorté les populations à mettre de côté leurs égos et tout bâtir sur la communication et la concertation au sein des communautés.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Ecole nationale de santé publique de Bobo-Dioulasso : 72 heures de récréation utile
Lycée provincial de Dori : Donner le goût de la langue allemande aux élèves
Insécurité et protection des droits des enfants : L’UFC-Dori outille les formateurs religieux
Commune de Niou : Un barrage et un périmètre irrigué dans quatorze mois
MBDHP/Séno : Arrêt sur le rôle de la femme dans la promotion de la paix
Aménagement de la gare routière Ouaga-Inter : La libération des emprises dédiées aux travaux est fixée au vendredi 05 avril 2019
Incendie à CIPAM Bobo : Des dégâts matériels chiffrés à plus d’un milliard de FCFA
Décentralisation et participation citoyenne : Le DEPAC 2 pour renforcer les capacités de 30 collectivités territoriales
Autonomisation des jeunes et des femmes : Des bénéficiaires du PAE/JF en formation à Bobo-Dioulasso
Service national pour le développement (SND) : 3000 jeunes à l’école du civisme et du patriotisme
Action contre la Faim Burkina et ses partenaires plaident pour la nutrition et la gestion des risques de catastrophes
Concours « Lecture pour tous d’ici à 2020 » : La 10e édition a mobilisé plus de 1 000 élèves
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés