Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’angoisse est la disposition fondamentale qui nous place face au néant.» Martin Heidegger

Me Bénéwendé Sankara : « Que le président Blaise Compaoré vienne assumer sa responsabilité devant la justice ! »

Accueil > Actualités > Politique • • jeudi 31 janvier 2019 à 01h28min
Me Bénéwendé Sankara : « Que le président Blaise Compaoré vienne assumer sa responsabilité devant la justice ! »

Président de l’Union pour la renaissance/Parti sankariste (UNIR/PS), cet homme à la barbichette noire et à la corpulence aléthique est tout sauf un orgueilleux. Siégeant au parlement sous la bannière du même parti, Bénéwendé Stanislas Sankara se distingue par son regard vif et son calme. Portrait d’un homme politique silencieux à la main tendue qui a su incarner l’idéologie sankariste dans la douleur et le silence.

L’histoire de celui que l’on appelle « président » à l’UNIR/PS commence le 23 février 1959 dans la case de sa mère, à Toessin, village situé sur la route de Yako, dans la commune rurale de Samba, province du Passoré. C’est la commune d’origine du capitaine Thomas Sankara, issu, lui, du village de Tema-Bokin. Villageois, tout petit, il rêve de devenir grand pour sauver son village pittoresque. Après l’école primaire, il se rend à Ouahigouya pour le secondaire, puis en Côte d’Ivoire. Là, il va travailler dans une plantation et poursuit ses études. Son objectif : devenir avocat.

Laborieux et discipliné, il lui est très vite proposé un poste d’enseignant. Ce qui ne l’empêche pas de poursuivre ses ambitions. De retour au Burkina Faso, il s’inscrit au département de droit de l’Université de Ouagadougou et obtient les DEUG I et II respectivement en 1983 et 1984.

En République ivoirienne, il fit sa licence (1984-1985), sa maîtrise (1986-1987) et son Certificat d’aptitude à la profession d’avocat (CAPA) en 1988. Ensuite, il se spécialise en criminologie et obtient un Diplôme d’études approfondies (DEA) en droit privé. A cette époque, le destin de celui que le magazine Jeune Afrique a appelé « L’autre Sankara » se profile à l’horizon.

Après une période de stages qui dura de 1988 à 1992 (clerc d’avocat, barreau de Paris, avocat stagiaire), Bénéwendé S. Sankara « prend la toge » et s’inscrit au barreau du Burkina Faso le 9 février 1993. Le 1er janvier 1994, il crée le Cabinet Maître Sankara. Il va vite acquérir une notoriété particulière par sa prédilection pour les dossiers politico-judiciaires, de privatisations, de conflits de travail, de recouvrement de créances aux cotés du bâtonnier de l’époque, Paceré Titinga.

Son intérêt pour la justice va le pousser à gérer les grands litiges de cette période. Faisant de lui un mouton noir à abattre. Mais lui, comme tout bon croyant, appelle « la mansuétude de Dieu ». En ce temps, la rue gronde : le peuple réclame plus de justice, mais aussi l’instauration du multipartisme.

En tête, il marche contre la « dictature ». Contre toute attente, il se fait arrêter. Humilié devant ses proches, il fut jeté en prison. Son geôlier, rasoir dans la main, se saisit de lui en tremblotant. Dénudé devant ses bourreaux, il va passer sous les coups de rasoir. Douleurs, pleurs et silences, Bénéwendé Stanislas Sankara les vivra durant plusieurs jours.

Révolutionnaire depuis toujours

Déjà à l’université, il faisait partie des étudiants qui soutenaient la révolution de 1983. Avec le lancement de la Bataille du rail et de plusieurs autres activités, il s’était porté volontaire pour les travaux d’intérêt commun. Dans les couloirs de l’université, il organisait des rencontres de propagation d’idées révolutionnaires, puis scandait face aux contre-révolutionnaires : « La patrie ou la mort ! ». Membre du Comité de défense de la révolution (CDR) de l’université, il deviendra par la suite président du comité de l’Ecole supérieure de droit (ESD).

Le 15 octobre 1987, le capitaine Thomas Sankara est tué. Ayant entendu les coups de feu, Bénéwendé Sankara, qui tenait sa fille ainée dans ses bras, lâcha sa progéniture et se mit à courir vers la résidence du capitaine. Là, il apprend la mauvaise nouvelle. Il eut le premier choc de sa vie. Il pleure pendant des jours la mort de son « parent » et réclame justice.

A l’époque, étudiant, « l’idée de création d’un parti politique n’était pas encore née, j’étais plus dans la justice », se souvient-il. Mais les années qui suivirent vont le convaincre de la nécessité d’un parti politique pour défendre l’héritage politique du capitaine Sankara. « C’était une dictature, il fallait faire quelque chose pour contrer Blaise Compaoré », relate-t-il.

Après le drame de Sapouy, Bénéwendé Sankara, aux côtés de Joseph Ki-Zerbo et du Collectif des organisations démocratiques de masse et de partis politiques, marche en scandant « N’an laara, an saara ! » (Si nous nous couchons, nous sommes morts !), pour réclamer justice pour Norbert Zongo et ses compagnons.

Pour Me Sankara, « l’heure de l’alternance a sonné ». Pour concrétiser sa lutte pour la justice, il est membre-fondateur de la Convention des partis sankaristes (CPS) en septembre 2000. Mais il sera suspendu de ce parti politique. En novembre de la même année, il crée son propre parti : l’Union pour la renaissance/Mouvement sankariste (UNIR/MS), un parti démocratique d’obédience sankariste. Sur la tombe du leader de la Révolution, les membres du parti promettent de rester fidèles dans la défense de sa cause. Ce jour-là, les larmes et l’émotion envahissent le cimetière de Dagnoën.

Garde-flambeau des idéaux du capitaine, Bénéwendé Sankara incarne la ligne dure de l’opposition politique au régime du président Compaoré. Homme de droit et défenseur des faibles, il se saisit des dossiers chauds du moment. Opposant farouche, il dénonce les abus de pouvoir de la majorité de l’époque, et s’attire les foudres du régime en place. En 2002, l’UNIR/MS prend part aux élections législatives et s’en sort avec trois députés.

A l’Assemblée nationale, Me Bénéwendé Sankara assure la présidence du groupe parlementaire « Justice et démocratie » et est élu membre du Parlement africain. Par la suite, il s’affilie au « Groupe du 14 février » en lutte contre l’impunité depuis la mort du journaliste Norbert Zongo. Il est par la suite membre de la coalition « Alternance 2005 » mise en place par un groupe de partis politiques en vue de constituer un front unique à l’élection présidentielle du 13 novembre 2005. Mais ils seront battus.

« Je me réclame de son héritage politique »

Cela fait bien longtemps que Me Bénéwendé Sankara est député à l’Assemblée nationale. Aujourd’hui, s’il se dit satisfait que le peuple ait fait partir le président Blaise Compaoré, il regrette que le président déchu ne soit pas venu répondre devant la justice. Blaise Compaoré lui a causé du tort. Il est celui-là qui a dirigé les commandos invisibles pour « l’humilier ».

Mâchoires serrées, le sourire de Bénéwendé Sankara est empreint de douleur. « Ils m’ont humilié, enfermé injustement. J’ai été soumis à des humiliations dans ma famille et en prison. Ils m’ont rasé la barbe et les cheveux. A des heures tardives, ils ont fait irruption chez moi, devant mes enfants, pour des fouilles sans motif », se remémore l’homme de Toessin.

Puis, il paraphrase le prophète Isaïe : « J’ai livré mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe. Je n’ai pas dérobé mon visage aux ignominies et aux crachats ».

Maître Bénéwendé S. Sankara a milité dans de nombreuses associations politiques ou de développement, notamment le Comité international contre l’impunité, le Réseau des parlementaires contre la corruption au Burkina Faso, Le Mouvement burkinabè des droits de l’homme et des peuples (MBDHP), etc.

Marié et père de trois enfants, Bénéwendé Sankara est toujours à la quête de l’idéal : « la justice ». S’il n’exclut pas la conquête du pouvoir, la justice demeure l’essence de sa vie terrestre. Certes, la politique ne l’a pas satisfait en totalité, mais il croit dur qu’il a pu apporter du soutien aux faibles dans la lutte pour la liberté. Une lutte menée dans la douleur et le silence.

Edouard K. Samboé
samboeedouard@gmail.com
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 31 janvier à 04:57, par fuit En réponse à : Me Bénéwendé Sankara : « Que le président Blaise Compaoré vienne assumer sa responsabilité devant la justice ! »

    S’il te prend au mot et qu’il revient au burkina , toi tu va fuire d’ici.

    Répondre à ce message

  • Le 31 janvier à 06:49, par Souleymane KABRE En réponse à : Me Bénéwendé Sankara : « Que le président Blaise Compaoré vienne assumer sa responsabilité devant la justice ! »

    Respect Maître,le seul qui n’a jamais traité avec le dictateur BC.

    Répondre à ce message

  • Le 31 janvier à 07:50, par lagitateur En réponse à : Me Bénéwendé Sankara : « Que le président Blaise Compaoré vienne assumer sa responsabilité devant la justice ! »

    En tout cas, c’est un grand patriote, un grand combattant de la liberté. Son parcours est des plus bonorables. Que ceux qui lui reprochent d’être allé à la soupe sachent que sa situation d’aujourd’hui est le fruit de tous ces efforts, ces humiliations et cette endurance. Gardons-nous de juger les autres car nous-mêmes n’avons pas fait autant pour notre patrie.

    Répondre à ce message

    • Le 31 janvier à 19:45, par La soupe oh ! En réponse à : Me Bénéwendé Sankara : « Que le président Blaise Compaoré vienne assumer sa responsabilité devant la justice ! »

      Me Bénéwendé Stanislas SANKARA,
      Si on a souffert le martyr sous le régime de Blaise Compaoré, on ne reproduit plus le même scénario quand on est maintenant à la soupe avec un régime agonisant qu’est le Mpp avec sa longue liste de plus de 450 victimes résultant du progrom des peulh, des FDS et de simples citoyens des marchés. Cette forme de revanche et surtout cette haine viscérale que vous déblatérez laissera quel type d’héritage à vos trois enfants ? Vous les avez élevés dans la haite de l’autre alors même que vous citez des passages de la Sainte évangile. Quel blasphème caractéristique de votre nonchalance ! Sachez tout simplement que vous n’êtes pas le seul détenteur de l’héritage du Président Thomas SANKARA, Bien au contraire il y a des millions d’autres africains ou burkinabè tout simplement qui se réclament de cet héritage. Vous croyez que si Thomas SANKARA vivait aujourd’hui, il se compromettrait avec un régime corrompu et irresponsable comme le Mpp, incapable de protéger les populations contre les terroristes ? Soyez sérieux quand même ! Vous verrez de toute façon la fin de ce Mpp moribond et par contrecoup, la fin de votre propre pouvoir. Roch n’a vraiment pas de chance avec tous ces magnats qui gravitent autour de son pouvoir..
      Mais vous allez continuer à vivre tranquillement au Burkina Faso pendant que le Président Blaise Compaoré se repose tranquillement à Ziniaré. De quelle justice parlez-vous ? En tant qu’avocat vous savez bien qu’une bonne conciliation acceptée par deux parties au conflit vaut mille fois mieux qu’une décision judiciaire inapplicable. Je ne vous considère pas comme un bon avocat et encore moins comme un homme politique responsable mais simplement comme un opportuniste notoire qui a brûlé notre Assemblée Nationale pour arriver à ses fins. Faire l’insurrection, oui, mais pourquoi brûler l’Assemblée Nationale si ce n’est qu’une bande de haineux que vous avez excités en causant le crime le plus grave sur l’échiquier des peines : brûler des édifices publics et des domiciles privés. Vous savez ce que cela représente dans la tradition moaga ? C’est ce que finalement l’histoire politique de notre pays retiendra de vous : un incendiaire invétéré..
      Quant à vos admirateurs, qu’ils sachent tout simplement que la justice divine est plus implacable que celle des hommes. De manière irréversible, les burkinabè indexeront vos trois enfants en référence à l’homme à la barbichette pas du tout athlétique mais bedonnant qui a aidé les pseudo-insurgé gavés de Tramazol de Salif Diallo et de Simon Compaoré (tombé actuellement en disgrâce et c’est pourquoi Blaise ne l’avait jamais nommé ministre) à brûler l’Assemblée Nationale, lieu, par prédilection d’élaboration des lois pour favoriser le vivre ensemble. Donc mangez bien en attendant votre départ du pouvoir, vous et Laurent Bado, l’autre opportuniste déséquilibré.

      Répondre à ce message

      • Le 2 février à 19:44, par vous avez perdu le pouvoir et la lucidité aussi En réponse à : Me Bénéwendé Sankara : « Que le président Blaise Compaoré vienne assumer sa responsabilité devant la justice ! »

        Webmaster voici quelques extraits de l’intervention de l’internaute nommé La soupe oh face auxquels j’ai réagi parlant de Maître Benewendé Sankara que je refuse d’accepter en tant que l’un de ses admirateurs :
        « Cette forme de revanche et surtout cette haine viscérale que vous déblatérez…
        il se compromettrait avec un régime corrompu et irresponsable comme le Mpp…
        Roch n’a vraiment pas de chance avec tous ces magnats qui gravitent autour de son pouvoir….
        Je ne vous considère pas comme un bon avocat et encore moins comme un homme politique responsable mais simplement comme un opportuniste notoire qui a brûlé notre Assemblée Nationale pour arriver à ses fins…
        De manière irréversible, les burkinabè indexeront vos trois enfants en référence à l’homme à la barbichette pas du tout athlétique mais bedonnant qui a aidé les pseudo-insurgé gavés de Tramazol de Salif Diallo et de Simon Compaoré… »

        Webmaster je vous demande de publier SVP ma réaction que j’ai postée depuis hier. Plus ça dure, plus personne ne la lira et surtout l’internaute La soupe oh. Et la voilà in extenso :

        Ah oui, croyez-vous que la bile que vous déversez sur Maître Sankara pourra vous guérir de votre maladie congénitale du nanisme intellectuel ? Pourra-t-elle (la bile) vous ramener le pouvoir que vous avez définitivement perdu par la sanction divine les 30 et 31 octobre 2014 ? Votre haine morbide et avilissante qui vous traque la gorge chaque jour que Dieu fera ne vous permettra pas de retrouver le pouvoir perdu à jamais par la main divine. Vous parlez de brûler l’Assemblée Nationale et des domiciles : je dis simplement honte à vous car sous le règne sans partage de votre idole blaise kouassi née compaoré, notre émérite et éminent journaliste Norbert ZONGO a été assassiné et brûlé de la plus horrible manière digne de cannibales des temps modernes. Rappelez vous de l’assassinat de Oumarou Clément OUEDRAOGO, de la liquidation de LINGANI, de Henri ZONGO jusqu’au juge NEBIE. Une fois de plus honte à toi et ton mentor qui avez semé la désolation dans les familles de nos compatriotes. Vous ne pourrez jamais vous comparer à la cheville de Maitre Sankara qui a connu les pires humiliations quand vous étiez les plus forts du moment durant votre long règne sur le pays des hommes intègres excepté toi, ton mentor et votre clan. Sachez que Maitre Sankara a gagné honnêtement sa vie et pendant bien entendu le règne de ton mentor blaise kouassi compaoré. Vous pourrez vous référer à la publication de ses biens dans différents journaux de la place lors de sa prise de fonction à l’Assemblée Nationale. Pour dire simplement qu’il n’était ni un indigent ni un clochard pour aller à la soupe comme tu le prétends. Il était multimillionnaire voire milliardaire avant l’alliance de son parti d’avec la majorité présidentielle. Renseigne-toi auprès de ton mentor et il te le dira bien, entre lui et Maître Sankara, qui a peur de la justice divine. Cesse d’halluciner et de rêver. Le pouvoir d’Etat, vous l’avez perdu à jamais du fait de votre gourmandise…

        Répondre à ce message

  • Le 31 janvier à 08:17, par HUG En réponse à : Me Bénéwendé Sankara : « Que le président Blaise Compaoré vienne assumer sa responsabilité devant la justice ! »

    Les vrais opposants le demeure jusqu’à’ à leur dernier souffle. Ils ne cèdent pas face à la soupe du parti au pouvoir. Ce fut le cas d’Etienne TSEQUEDI en république démocratique du Congo qui a toujours refusé la soupe des dirigeants car il était un homme très convaincu. C’est pourquoi lors de l’investiture de son fils devenu président, ceux qui étaient dans la salle avaient scandé à plusieurs reprises lors de son discours : président papa avait dit, le peuple d’abord.

    Répondre à ce message

  • Le 31 janvier à 09:04, par Ka En réponse à : Me Bénéwendé Sankara : « Que le président Blaise Compaoré vienne assumer sa responsabilité devant la justice ! »

    Oui mon cher combattant de la première heure contre l’impunité et l’injustice du règne de l’ère Compaoré, tu as complétement raison. Blaise Compaoré pour son honneur d’être un des fils de Bila Compaoré digne fils de Ziniaré, doit revenir répondre ses actes devant la justice de son pays. Oui je confirme : Pour faire plaisir à Blaise Compaoré et son frère François, on nous rasait les têtes, les barbares. Mais toutes ces cruautés se payent, et de nos jours ceux qui étaient a la manœuvre de cette cruauté, Djibril Bassolé, Diendéré Gilbert, François Compaoré, Blaise Compaoré, sont devant la porte de cette sanction divine réservé à ceux qui font du mal à leurs semblables.

    Quant au ralentissement de ta lutte pour les opprimés mon cher Bénéwendé, malheureusement il arrive parfois que la lutte de classes dans une société comme la nôtre ne soit plus très vive. Cela se vérifie quand une bonne partie des exploités ignorent complètement qu’ils sont l’objet d’une exploitation éhonté. Et personne ne t’en voudra Actuellement car tu mérite une indulgence selon ton calcul,

    Même si de nos jours L’UNIR/PS ne réponde plus à l’idéologie du fils de l’Afrique qui était Thomas Sankara, dont quelques-uns de tes fidèles compagnons de lutte t’ont abandonné, tu restes un combattant de la première heure pour l’impunité et l’injustice de l’ère Compaoré.

    Répondre à ce message

    • Le 31 janvier à 15:07, par Un Burkinabê En réponse à : Me Bénéwendé Sankara : « Que le président Blaise Compaoré vienne assumer sa responsabilité devant la justice ! »

      Tonton Ka,
      L’Unir/PS a gagné des mairies et est encore entrain de gérer des mairies telles que celle de Solenzo, chef-lieu de la province des Banwa dans la Boucle du Mouhoun. Cette commune sémi-rurale est dirigée par un Député-Maire (summun de la réussite en politique). Je suppose que la gestion de cette commune est/devrait être la miniature de ce que serait la gestion du pouvoir grandeur Faso si l’Unir/PS arrivait au pouvoir. Mais je suis désolé de vous informer que Solenzo est de loin une mairie attractive en terme de gestion d’un pouvoir public en comparaison avec Dori sous feu Arba Diallo. De même le Ministère de l’Environnement est dirigé par un Ministre de l’Unir/PS. Revoyez la note du ministre Bassière lors du sondage du Lefaso.net pour vous convaincre que les leaders de l’Unir/PS ne montrent aucune qualité lorsqu’ils ont l’opportunité d’étre exposés à la gestion des pouvoirs publics.
      Lefaso.net est entrain de faire du griotisme au lieu de s’en tenir aux faits historiques.

      Répondre à ce message

      • Le 1er février à 10:28, par Ka En réponse à : Me Bénéwendé Sankara : « Que le président Blaise Compaoré vienne assumer sa responsabilité devant la justice ! »

        Je confirme mon jeune internaute ‘’’Un Burkinabé :’’’ Et si tu as remarqué dans ma critique, j’ai dit que Malheureusement il arrive parfois que la lutte de classes dans une société ne soit plus très vive. Cela se vérifie quand une bonne partie des exploités ignorent complètement qu’ils sont l’objet d’une exploitation éhonté ; je voulais par-là donner l’exemple qui est celui de notre héros d’autre fois, qui est Sankara Bénéwendé. S’il mérite une indulgence selon son calcul, en voulant aussi racler les casseroles de ceux dont il méprisait en tant qu’un farouche avocat contre l’injustice et l’impunité, c’est qu’il s’est dit que c’était le moment avant une retraite mérité. Alors il est claire qu’il a bradé son parti politique en un parti ‘’satellite’’ du MPP et tout ce qui va avec, que ça soit députés, maires, ministres, ne peuvent rien faire que de prendre des ordres venant de haut. C’est pourquoi ce recule dont tu parles.

        Il faut savoir mon jeune internaute, que c’est la mode et le jeu politique de nos jours concernant les petits partis politique de se sacrifier en parti satellite face aux partis puissants pour être financer. Dans notre pays rare sont les personnes morales (entreprises, fondations qui peuvent seuls financer un parti. A l’exception des partis politiques eux-mêmes, qui peuvent se faire des dons entre eux. Pour contourner les limitations, les politiques comme ce fut le cas du CDP durant des années, ont créé de nombreux « partis satellites » pour émerger dans tout le pays. Aujourd’hui le MPP fait la récupération de ces partis satellites, parmi ces partis celui de Benewendé. Ce qui cachent la magouille de ces grands partis comme autrefois le CDP, et maintenant le MPP, ‘’c’est qu’aucune loi n’interdise ni n’empêche ces petits partis de reverser ce qu’ils touchent à un grand parti et ça se partage entre copains avec les yeux fermés.’’ Merci de me lire mon jeune internaute.

        Répondre à ce message

  • Le 31 janvier à 09:16, par Wadal En réponse à : Me Bénéwendé Sankara : « Que le président Blaise Compaoré vienne assumer sa responsabilité devant la justice ! »

    Son passé démontre qu’il a lutté ! Mais ce que je déplore chez lui, c’est le fait de s’arrêter (sa lutte) et s’affilier à un parti dont les tares congénitales ne font pas avancer le pays ! Je pense qu’en homme averti, il devrait prendre position face à ces dérives de ce pouvoir. Mais non, il se complaît comme si le pays va mieux ! Quelle curiosité ? S’il était constant sur toute la ligne, on allait le comprendre. Mais jusqu’à maintenant, j’ai du mal à le suivre. Alors, il pense qu’il reste crédible comme cela ?

    Répondre à ce message

  • Le 31 janvier à 10:24, par maan ne sugri En réponse à : Me Bénéwendé Sankara : « Que le président Blaise Compaoré vienne assumer sa responsabilité devant la justice ! »

    Maitre ne chercher plus à divertir le peuple, les mossis disent :"Gômda pogyaangan a somdayelle, ta bassin yet tii saanguin koui yaaga" quand on parle des choses sérieuses, vous avez un regard vers le levée du soleil. Ce qui importe aujourd’hui, c’est la sécurité des burkinabés, la paix et la quiétude. Le jugement de Blaise n’apportera pas la solution aux vrais problèmes du peuple dont votre carence et participation calamiteuse à la gouvernance MPP macabre que le Faso n’ait connu a assombri le ciel du Faso. Votre présence est une honte à la majorité, Thom SANK vous reconnait pas, vous n’avez rien apporté de solide dans la Gouvernance du MPP. Ainsi vous applaudissez à tout bout de champ, même les actions ténébreuses du régime. Sachez qu’en 2020 votre parti sera au delà du 7ième rang des partis présents à l’assemblée et si vous osez vous présenter comme président, votre échec sera fracassant et lamentable. Pendant que les vrais et honnêtes citoyens prônent la cohésion sociale et la véritable Reconcialiation, vous prônez la haine. Dieu vous le rendra au centuple de vos biens materiels et immateriels. Maître être croyant, c’est compatir également avec le peuple. Vous ne semblez pas vivre les mêmes réalités du peuple, Sinon les cris et pleurs des veuves et orphelins vous parviennent-ils ? Soyez plus humain dans un contexte aussi crucial que celui que vit le Faso actuel.

    Répondre à ce message

    • Le 31 janvier à 11:43, par Burkindbila En réponse à : Me Bénéwendé Sankara : « Que le président Blaise Compaoré vienne assumer sa responsabilité devant la justice ! »

      Mr ou Mme, vous n’êtes pas Burkinabè car un vrai Burkinabè ne parle pas comme cela , il réfléchit même le fils de Blaise Compaore ne dira pas ce que tu viens de verser

      Répondre à ce message

    • Le 31 janvier à 14:00, par KOUGRI En réponse à : Me Bénéwendé Sankara : « Que le président Blaise Compaoré vienne assumer sa responsabilité devant la justice ! »

      Bonjour MA NI SUGRI . pose toi la question a savoir ceux qui ont fait les crimes reconnaissent leur forfaiture et ont une face de cohesion sociale ? qui s’abotte le programme actuel du président du faso depuis son instalation à today ? ont-il un coeur répentit du vivre ensemble et egal ? A Toutes Questions je repond non. au contraire c’est l’arrogance leur caractère et la chute du pouvoir, la souffrance de la population leur prière quotidienne. pour se vanter ensuite de leur pouvoir de SANS NOUS VOUS N’ETES RIEN. non mon frère nous sommes tous complementaires. et toute chose a son temps. un temps pour pleurer un temps pour rire,un temps pour semer un temps pour récolter. si tu crois que la liberté s’acquiert facilement sans lutte,détrompe toi. le peuple insurgé doit s’armer de courage et de foi pour rélever le défis d’un sclave qui s’affranchit. maitre Sankara n’est peut être pas l’élu mais le gardien des espoirs et de la justice de la veuve et l’orphelin

      Répondre à ce message

  • Le 31 janvier à 12:03, par La paix En réponse à : Me Bénéwendé Sankara : « Que le président Blaise Compaoré vienne assumer sa responsabilité devant la justice ! »

    Je respectais maitre D’Ankara depuis le jour où j’ai fait sa rencontre a Gassan au Sourou dans le cadre de l’exécution des travaux d’intérêt commun précisément le barrage de Gassan.il galvanisait les élèves qui venaient en convoi depuis Ouaga. Les véhicules qui partaient de Ouaga refusaient du monde tellement les élèves avaient a coeur d’accéléré le développement du pays. J’ai pleuré comme tant d’autres a l’arret brutal de la construction de mon cher Faso. Beaucoup de s’en remettront pas. Je croyais que maitre en faisait partie. A ma grande surprise, je vois maitre d’Ankara pactiser avec ceux qui ont comploter a l’assassinat du père de la révolution. Salif diallo l’a déclaré haut et fort. Rock et Simon qui ont vécu a l’ombre de Blaise sont tout aussi coupables de l’assassinat de Thomas. Et si par analogie Blaise est le bourreau de Thomas sankara, et supporté par Rock,Simon et Salif, maître sankara qui lèche ses babines aux côtés de ces derniers est lui même bourreau. Si le ridicule pouvait tuer...remarquer maitre a maintenant des moustaches bien lisses et luisantes. Comme quoi chacun a un prix. Depuis 2016 ils ont trouvé le prix de maître. Et comme il se prénommait Benewendé c’est à dire celui qui est avec Dieu, il doit actualiser son prénom maintenant qu’il dine avec les amis du Diable qui ont fait Thom

    Répondre à ce message

  • Le 31 janvier à 12:36, par kambou koumbou hermann jackson En réponse à : Me Bénéwendé Sankara : « Que le président Blaise Compaoré vienne assumer sa responsabilité devant la justice ! »

    Sans un lien avec les commentaires ci -dessus , juste pour demander à Maître SANKARA de remettre la subvention de l’Etat reçue récemment au titre de six partis .

    Répondre à ce message

  • Le 31 janvier à 13:07, par ouedraogo En réponse à : Me Bénéwendé Sankara : « Que le président Blaise Compaoré vienne assumer sa responsabilité devant la justice ! »

    Maitre, je loue votre courage. Vous étiez le seul burkinabè en 2011 à dire que le pouvoir de Blaise Compaoré était vacant. C’était au péril de votre vie. j’en suis personnellement reconnaissant. Mais, Maitre notre pays rencontre aujourd’hui de nombreuses difficultés qui m’amènent à penser que vous pouvez jouer un rôle important. En l’occurrence demander à ceux qui nous dirigent actuellement de ravaler leur ego et allons à la réconciliation. ça ne sera pas vu comme une défaite si RMCK prenait son avion et se rendait en RCI pour parler à Blaise. Même les talibans et les autorités de l’Afghanistan étaient obligés de s’assoir et discuter .Notre pays est en ébullition. Certes, c’est bon pour la vitalité de la démocratie mais c’est une ébullition malsaine. Dans tous les secteurs le pouvoir MPP n’a plus d’amis.
    - le secteur de l’enseignement est bloqué ;
    - le secteur de la justice est un chaos ;
    - le monde économique fonctionne à ralenti ;
    - le secteur de la santé attend un moment propice pour donner le ton ;
    - le secteur des finances est bloqué ;
    - l’insécurité est intenable ;
    - le prix des denrées a flambé ;
    - il y a la vindicte populaire sur tout l’étendu du territoire national
    - les communautés s’entretuent
    Le secteur qui devrait être l’ami du pouvoir est en crise. Je veux parler du MINEFID. Comment faire face aux dépenses de fonctionnement de l’Etat, payer la dette, payer les fonctionnaires, honorer les factures des prestataires de services ,honorer les engagements pris avec les syndicats si le personnel du MINEFID n’est pas content et si les recettes propres ne rentrent pas. S’il y’a des burkinabè pour résoudre ces crises se sont ceux qui sont au pouvoir. Acceptons certaines choses non par faiblesse mais par stratégie.merci

    Répondre à ce message

    • Le 31 janvier à 16:08, par Burkindbila En réponse à : Me Bénéwendé Sankara : « Que le président Blaise Compaoré vienne assumer sa responsabilité devant la justice ! »

      Mr OUEDRAOGO
      Ce que vous dites est grave et vous devez même exécuter votre propre proposition et non suggéerer à autrui car si Celui dont vous proposez de rencontrer est Burkinabè et qu’il constate ce qui se passe dans son pays, est-il vraiment indiqué que quelqu’un aille lui dire de trouver une solution ? Vous voulez dire que lui seul peut trouver la solution donc il est le problème ou a créé le problème.
      Alors vous pouvez plus facilement aller lui dire puisse que vous avez éléments montrant qu’il peut trouver la solution et sûrement qu’il vous écoutera plus que les autres.
      Mais si on est Burkindbila et patriote on doit lutter contre le diable car négocier avec le diable c’est soit être dans camp pour toujours ou attendre à des représailles au cas ou tu ne fais pas son affaire, alors vaut mieux s’en débarrasser
      Je ne pense pas qu’un OUEDRAOGO peut penser ainsi ou vous vous êtes trompé ?

      Répondre à ce message

  • Le 31 janvier à 15:09, par Nankolenduse Pierre En réponse à : Me Bénéwendé Sankara : « Que le président Blaise Compaoré vienne assumer sa responsabilité devant la justice ! »

    Je pense que le président Compaoré devrait prendre son courage et rentrer. Il sera accueilli par la justice burkinabè et va tous suivre le procès. Le verdict dépendra sûrement de la puissance du moment

    Répondre à ce message

  • Le 31 janvier à 16:14, par TIENFO En réponse à : Me Bénéwendé Sankara : « Que le président Blaise Compaoré vienne assumer sa responsabilité devant la justice ! »

    Faire partie de la fameuse AMP n’est pas là le problème. Mais de sa part sa position de premier vice-président de l’Assemblée Nationale, il regarde passivement sinon activement la pourriture contraire à l’idéale sankariste du régime actuel c’est ça le problème. Les frais de mission empochés et non justifiés ne sont qu’un petit exemple parmi tant d’autres. Comme le dirait quelqu’un, TOM SANK s’en est allé avec l’intégrité. Me Bénéwendé Sankara devrait être au sein de l’AMP le défenseur de l’idéale et des aspirations sankaristes. À ce titre, il allait contribuer à freiner les dérives du régime. Il préfère aller à la soupe comme tout le monde. Il s’est même identifié au slogan « qui est fou, c’est mon jour qui s’est levé ». Il a peut-être raison, chacun assure ses arrières.
    L’Union pour la renaissance/Parti sankariste (UNIR/PS) a raté une occasion en or de prendre le pouvoir en 2015 par faute de manque de vision.
    Heureusement que l’espoir est toujours permis : les vrais sankaristes arrivent à pas ralentis mais avec assurance. La relève est inévitable. Elle se fera de force ou de gré. Comme le dirait feu Norbert ZONGO, « tôt ou tard » ...

    Répondre à ce message

  • Le 31 janvier à 16:47, par LASS En réponse à : Me Bénéwendé Sankara : « Que le président Blaise Compaoré vienne assumer sa responsabilité devant la justice ! »

    Merci Maitre. Tous ceux qui peuvent œuvrer pour que Compaoré Blaise vienne, qu’ils le fassent. Nous serons fiers de le cueillir a l’aéroport et l’accompagner a la MACO ou a la MACA. C’est a lui de choisir. Ce monsieur est jeté dans la poubelle de l’histoire.

    Répondre à ce message

  • Le 31 janvier à 17:26, par La paix En réponse à : Me Bénéwendé Sankara : « Que le président Blaise Compaoré vienne assumer sa responsabilité devant la justice ! »

    Je respectais maitre D’Ankara depuis le jour où j’ai fait sa rencontre a Gassan au Sourou dans le cadre de l’exécution des travaux d’intérêt commun précisément le barrage de Gassan.il galvanisait les élèves qui venaient en convoi depuis Ouaga. Les véhicules qui partaient de Ouaga refusaient du monde tellement les élèves avaient a coeur d’accéléré le développement du pays. J’ai pleuré comme tant d’autres a l’arret brutal de la construction de mon cher Faso. Beaucoup de s’en remettront pas. Je croyais que maitre en faisait partie. A ma grande surprise, je vois maitre d’Ankara pactiser avec ceux qui ont comploter a l’assassinat du père de la révolution. Salif diallo l’a déclaré haut et fort. Rock et Simon qui ont vécu a l’ombre de Blaise sont tout aussi coupables de l’assassinat de Thomas. Et si par analogie Blaise est le bourreau de Thomas sankara, et supporté par Rock,Simon et Salif, maître sankara qui lèche ses babines aux côtés de ces derniers est lui même bourreau. Si le ridicule pouvait tuer...remarquer maitre a maintenant des moustaches bien lisses et luisantes. Comme quoi chacun a un prix. Depuis 2016 ils ont trouvé le prix de maître. Et comme il se prénommait Benewendé c’est à dire celui qui est avec Dieu, il doit actualiser son prénom maintenant qu’il dine avec les amis du Diable qui ont fait Thom

    Répondre à ce message

  • Le 31 janvier à 18:58, par Tie En réponse à : Me Bénéwendé Sankara : « Que le président Blaise Compaoré vienne assumer sa responsabilité devant la justice ! »

    cher ouedraogo, les problèmes dont tu soulèves ici ne trouveront pas de solution par le fait que "ça ne sera pas vu comme une défaite si RMCK prenait son avion et se rendait en RCI pour parler à Blaise". il faut plutôt travailler. Seul le travail paye. chaque burkinabé doit son salut dans le travail, sa reponsabilité de faire ses devoirs tout en reconnaissant ses droits. Mais ici chacun demande ses droits mais ne veux pas faire ses devoirs. Si depuis 27 ans passés, le plan de développement mis en place par la révolution avait été exécuté, on ne serait pas dans cette situation. Aujourd’hui il faut cesser de se lamenter et faire face à la dure réalité tout en s’assumant en tant que homme intègre. Un élève qui va à l’école, s’il n’apprend pas ses leçons, ne fait pas ses devoirs, il sera renvoyé de l’école. Mais s’il apprend bien ses léçons, il fait bien ses devoirs, il sera brillant de sa classe car il recoltera de bonnes notes ainsi de suite. Pour sortir de cette situation, il est préférable pour nous de soutenir les autorités en place afin que cette jeune démocratie grandisse pour le bonheur des burkinabé. il fût un temps ici tous les injures lancées envers le Président, il y a longtemps que ces gens étaient 2 mètres sous terre. Mais aujourd’hui, chaqcun dit ce qu’il pense, insulte qui il veut et quand il veut et n’importe comment, rentre dormir tranquille. Je comprends maintenant pourquoi, l’homme n’aime pas la paix. il faut qu’il aille chercher des problèmes où il y en a pas. Ouedraogo, tu penses vraiment ce que tu dis ? Je vous assure, ce que nous n’avions jamais vu, c’est ce qu’on allait vivre si le coup d’état du 16 septembre 2015 marchait, car blaise revenait et je ne te dis pas............Maintenant on est sous la coupe d’un civil qui n’a ni bâton ni fusil qui peut dégainer à tout moment, on demande qu’il aille voir celui qui fusille quand il veut et qui il veut. c’est vrai on a vecu 27 ans de dictature, donc cette liberté actuelle nous dérange. en fait tous ces tueries qui se passent vous pensiez que ce sont les djihadistes qui font cela ? non, c’est tout dont blaise a besoin d’entendre. Oui c’est moi et personne d’autre peut gouverner ce pays. Car il a dit cela : "j’ai pitié de celui qui va gouverner ce pays après moi". Donc Ouedraogo, parmi les 18 millions et plus des burkinabé là, il n’y a pas un seul qui peut gouverner ce pays si ce n’est pas blaise ? Mais avant blaise, il y a eu des Présidents. Donc dis-toi bien qu’après blaise il y aura des Présidents. le débuts seront durs, en vrai burkinabé, on y arrivera.

    Répondre à ce message

    • Le 1er février à 12:57, par un digne fils de OUEDRAOGO ne baisse pas les bras En réponse à : Me Bénéwendé Sankara : « Que le président Blaise Compaoré vienne assumer sa responsabilité devant la justice ! »

      M. Tie Je partage entièrement votre analyse et dire simplement qu’un digne fils de OUEDRAOGO ne baisse pas les bras. En effet, quand on se sent incapable d’apporter des idées novatrices on laisse les dignes fils du pays faire de belles propositions pour un combat devant conduire à la victoire. On ne s’accroche pas au diable par facilité et baisser les bras. Et comme vous le dites si bien, le nommé « ouedraogo » nous insinue à travers ses dires que Blaise kouassi compaoré est le problème et par conséquent connait la solution. Alors qu’il désactive ses connexions, les poseurs de bombe qui nous cause beaucoup de ravage et tant de peine.

      Répondre à ce message

  • Le 1er février à 08:13, par HUG En réponse à : Me Bénéwendé Sankara : « Que le président Blaise Compaoré vienne assumer sa responsabilité devant la justice ! »

    Internaute Burkindbila, le père de l’actuel président de la RDC n’a jamais soupé avec Mobutu. Etienne TSECHIKEDI a toujours resté égal à lui même et a toujours refusé la soupe qu’on lui tendait contrairement ce certains qui se disent opposant politique.Je m’explique : l’actuel président est le cinquième président. Si en 1991 ,il dévient premier ministre sous mobutu suite à la recommandation de la conférence nationale souveraine chargée de redresser le pays tenu en 1990, cela ne veut pas dire qu’il a soupé avec Mobutu ? les postes qu’il a occupé sous Mobutu étaient décidé lors de forum national ou de conférence nationale tenue lors des grandes instabilités et il ne s’est jamais désigné lui même pour occupers ses postes. C’est pourquoi lors de l’investiture de son fils comme président les invités ont maintes fois scandé, président papa avait dit le peuple d’abord. internaute Burkindbila HUG connait bien l’histoire de la RDC. Si ce que j’ai dit est faux contredisez moi et apporter vos preuves car ceux avancées sont très légères et s’apparentent à des affirmations. Quant à l’internaute Sankara Saidou c’est lorsqu’on fait la politique du ventre qu’on ne demeure pas éternellement opposant. Dans nos républiques bananières beaucoup font la politique non pour l’intérêt général mais pour son ventre ce qui est dommage,

    Répondre à ce message

  • Le 1er février à 09:02, par OUEDRAOGO Abdoulaye En réponse à : Me Bénéwendé Sankara : « Que le président Blaise Compaoré vienne assumer sa responsabilité devant la justice ! »

    Monsieur ou madame TIE. Simplement merci. Bonne réaction d’un intellectuel et d’un burkinbila. Chapeau.

    Répondre à ce message

  • Le 1er février à 14:07, par luther En réponse à : Me Bénéwendé Sankara : « Que le président Blaise Compaoré vienne assumer sa responsabilité devant la justice ! »

    Toi, j’ai honte à la place de tes enfants.
    Tu soupe avec qui actuellement ?
    Avoir au moins une once d’honnêteté lorsqu’on s’adresse au public.
    Le Burkina Faso a besoin de tous ses fils mauvais comme biens pour relever les défis actuels à sa survie et toi c’est BC qui t’intéresse.
    Il est en CI, va le chercher et si possible le tuer là on aura la paix ici.

    Répondre à ce message

  • Le 1er février à 14:09, par HUG En réponse à : Me Bénéwendé Sankara : « Que le président Blaise Compaoré vienne assumer sa responsabilité devant la justice ! »

    "Révolutionnaire pour toujours" mon oeil mais de qui se moque t- il. Entre Thomas SANKARA et maître sankara c’est comme le jour et la nuit. Thomas SANKARA lui au moins avait une conviction : le bien être général c’est pourquoi en quatre ans de règne les burkinabés ont mangé à leur faim. Et je parie que si Thomas SANKARA était vivant, il n’allait pas allé soupé avec un quelconque parti au pouvoir.

    Répondre à ce message

  • Le 1er février à 19:00, par El_monstro En réponse à : Me Bénéwendé Sankara : « Que le président Blaise Compaoré vienne assumer sa responsabilité devant la justice ! »

    Il faut parfois reconnaitre qu’il y a des peuples ingrats. Voila quelqu’un qui a sacrifié sa vie à lutter sous Blaise pour des causes justes et sans jamais se compromettre avec le régime de l’époque. Une révolution arrive en 2014 et chasse la dictature et le peuple n’a trouvé de mieux que de confier sa destinée à ceux là qui ont dîné et soupé avec le Diable. Notre pauvre Bénéwendé s’en sort avec à peine 2% des électeurs. Quel peuple original. Alors 3 lectures s’offraient à ce pauvre Bénéwendé. Soit il s’était trompé de combat, soit il persistait dans son chemin d’intégrité sans issu pour un peuple ingrat, soit il se rattrapait avec les nouveaux princes afin de sauver au moins sa progéniture. Faites vous même la lecture en toute lucidité.

    Répondre à ce message

  • Le 2 février à 00:01, par Dibi En réponse à : Me Bénéwendé Sankara : « Que le président Blaise Compaoré vienne assumer sa responsabilité devant la justice ! »

    Cette biographie est très très surfaite. L’homme n’en demande pas tant ! Il a eu le bon flair de petit politicien néocolonial bon teint de surfer par homonymie sur le nom d’un héro, un patriote, un révolutionnaire panafricaniste, entré dans l’histoire par la grande porte et que lui Bénéwendé ne le sera jamais ; et dire cela, n’est pas l’insulter, mais le considérer pour ce qu’il est : celui qui n’est pas et ne sera jamais l’homme des ruptures qui émancipent notre peuple.
    Il restera Sankara au regard de l’Etat civil, mais jamais au plan de l’Histoire où il apparait comme un usurpateur de Nom. On l’a espéré ; mais on ne l’a pas vu.
    En style direct, comment peux-tu convoquer Blaise Kouassi-Compaoré, sans jamais oser t’affronter au système que représente et a incarné Kouassi-Comparé pendant 27 ans à Ouagadougou ; ce gros nid de la réaction historique coloniale et néocoloniale qui a assassiné la Révolution et qui demande aujourd’hui le retour au pouvoir de celui qui fut chassé comme un chien par notre peuple ?
    C’est pathétique et ce retournement tragique des consciences délavées nous étouffe ; mais n’a rien d’étonnant dans les néocolonies d’Afrique !
    Maître Bénéwendé, tu sais bien qui a exfiltré le Satrape ? La France et ses troupes basées à Ouagadougou que tu n’as jamais condamnées ni demandé leur départ !
    D’ailleurs qui à Ouagadougou pose aujourd’hui cette question ?
    Demander que Blaise vienne répondre de ses crimes, c’est demander à la France qui l’a exfiltré chez Ouattara, cette autre pourriture néocoloniale, de le ramener devant le tribunal.
    C’est demander à la France que tous ces gens ont servi et servent toujours avec ta complicité-collaboration de le livrer. Le peux-tu à la place où tu es ? On peut en douter !
    Parce que tu n’es pas dans des ruptures mais te situes dans des alternances de bourgeoisie compradore néocoloniale et dont les mots mêmes de sa dénonciation manquent à ton vocabulaire.
    Sinon autrement, notre peuple te soutiendrait avec ferveur et élan ! Va ton bonhomme de grand bourgeois devenu et arrête d’agiter de faux chiffons rouges !
    Na an lara, an sara !
    La Patrie ou la mort !

    Répondre à ce message

    • Le 2 février à 20:25, par Trop de haine et de divagation En réponse à : Me Bénéwendé Sankara : « Que le président Blaise Compaoré vienne assumer sa responsabilité devant la justice ! »

      Mon frère Dibi, balle à terre car ce à quoi vous insinuez avec des propos empreints d’une dose de jalousie et de revanche ne peut en aucun cas ressembler à Maître Benewendé SANKARA. Pourquoi tant de haine gratuite dans vos propos aux antipodes de ce que l’homme est véritablement ? Et pourtant c’est grâce à sa détermination dans la lutte des braves hommes durant des décennies que vous bénéficiez aujourd’hui des fruits de la démocratie véritable que sont entre autres la liberté de penser, la liberté de presse que vous en usez d’ailleurs à volonté sous ce régime de Rock KABORE. Sinon, rappelez vous simplement de l’expression si tu fais on te fait et il n’y a rien. Ne soyons pas ingrat et soyons reconnaissant même si vous n’aimez pas l’homme pour le fait qu’il ait combattu farouchement votre idole blaise compaoré pour l’instauration d’une démocratie véritable dans notre pays, salué d’ailleurs par le monde entier. C’est en grande partie grâce à la lutte inlassable de Maître Benewendé Sankara que tout le monde parle fièrement ou cite allègrement Thom Sank à tout vent sans aucun risque de se faire buter. Et lui-même l’a dit je cite SEULE LA LUTTE LIBERE. Maître Benewendé SANKARA l’a compris très top et l’a expérimenté jusqu’à obtenir gain de cause avec l’aide du SEIGNEUR, LE TOUT-PUISSANT.

      Merci de me comprendre et d’adoucir vos propos M. Dibi. Cordialement à vous.

      Répondre à ce message

  • Le 2 février à 11:20, par lebedem En réponse à : Me Bénéwendé Sankara : « Que le président Blaise Compaoré vienne assumer sa responsabilité devant la justice ! »

    Ce n’est qu’après la mort du capitaine Sankara que certains sont sortis brusquement du bois pour se réclamer d’un idéal sankariste. On les comprend, c’est le tube digestif qui les guide ! Pendant que le peuple du Burkina cherche la paix des politiciens qui se trompent d’époque continuent de faire des déclaration s incendiaires s

    Répondre à ce message

  • Le 4 février à 07:46, par HUG En réponse à : Me Bénéwendé Sankara : « Que le président Blaise Compaoré vienne assumer sa responsabilité devant la justice ! »

    Des internautes comme Bulkindbila passe tout leur temps à dénigrer les autres mais ne sont pas capable d’apporter les preuves de ce qu’il avance. Cela est très grave. J’attend toujours vos preuves selon laquelle Etienne TSECHEQUEDI a soupé avec le pouvoir de MOBUTU. Je vous dit encore internaute Bulkindbila les opposants convaincu comme Étienne TSECHEQUEDI sont toujours resté égal a eux mêmes, il n’a jamais soupé avec un quelconque parti au pouvoir contrairement à votre champion.

    Répondre à ce message

  • Le 4 février à 10:16, par N’en déplaise En réponse à : Me Bénéwendé Sankara : « Que le président Blaise Compaoré vienne assumer sa responsabilité devant la justice ! »

    C’est très intéressant le débat.

    Je me réjouis maintenant que l’UNIR/PS à un chargé de communication.
    Bon vent à toi maître.

    Répondre à ce message

  • Le 4 février à 23:20, par ADO En réponse à : Me Bénéwendé Sankara : « Que le président Blaise Compaoré vienne assumer sa responsabilité devant la justice ! »

    QUAND ON EST NUL EN CLASSE ON ACCUSE TOUJOURS LE PROFESSEUR. DU N’IMPORTE QUOI. C’EST TRÈS TRISTE DE SA PART DE FAIRE DES DÉCLARATIONS ENFANTINE

    Répondre à ce message

  • Le 5 février à 08:16, par Nonmwendé En réponse à : Me Bénéwendé Sankara : « Que le président Blaise Compaoré vienne assumer sa responsabilité devant la justice ! »

    Si le retour de Blaise Compaoré peut contribuer à ramener la paix dans notre pays comme le disent l’association, je milite pour ce retour parce que depuis que le MPP a pris le pouvoir on enregistre plus de 500 morts. Yirgou seul compte plus de 200. Notre pays depuis son existence n’a jamais connu ces drames. Tantôt se sont les terroristes qui nous tuent, tantôt ce sont les kogleweogo qui massacrent la population, tantôt se sont les populations qui tuent des policiers etc... y en a marre !

    Répondre à ce message

  • Le 7 février à 08:26, par DA Sié Constant En réponse à : Me Bénéwendé Sankara : « Que le président Blaise Compaoré vienne assumer sa responsabilité devant la justice ! »

    Mais où est ce vaillant homme aujourd’hui, que le peuple burkinabé clamait autre fois ? est-il toujours présent ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Insécurité, élections de 2020 : Une mission onusienne échange avec l’opposition politique
Présidentielles 2020 : Quels sont les favoris ?
Déclaration de politique générale du Premier ministre : « Ces pleurs ne suffiront pas à lui garantir la réussite et ne sauront justifier un éventuel échec », Le Faso autrement
Déclaration de politique générale : Avis divergents sur la teneur du message du Premier ministre
Présidentielle 2020 : Des jeunes appellent à la candidature de Yacouba Isaac Zida
Présidentielle de 2020 : Kadré Désiré Ouédraogo annonce les couleurs
Politique nationale : La NAFA attire l’attention du pouvoir sur l’état de santé de Djibrill Bassolé
Vie politique nationale : Le MPP célèbre ses cinq ans d’existence
San Traoré, maire de Kourinion : « Le niveau central a accaparé de nombreuses prérogatives dévolues aux communes »
Assemblée nationale : Alassane Sakandé promet un siège flambant neuf pour le Chef de file de l’opposition
Vœux de l’UPC : Le PPR répond aux « propos démagogiques » de Zéphirin Diabré
Coopération canado-burkinabè : L’ambassadeur Edmond R. Dejon Wega reçu en audience par le porte-parole de l’opposition
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés