Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’angoisse est la disposition fondamentale qui nous place face au néant.» Martin Heidegger

Situation nationale : « Le Burkina Faso est un peuple uni et indivisible », galvanise Claude Ouédraogo du M/PRSCA

Accueil > Actualités > Politique • • mercredi 30 janvier 2019 à 00h55min
Situation nationale : « Le Burkina Faso est un peuple uni et indivisible », galvanise Claude Ouédraogo du M/PRSCA

« Le Burkina Faso est un peuple uni et indivisible », tel est le message principal lancé aux Burkinabè par les responsables du Mouvement plus rien ne sera comme Avant (M/PRSCA) à la faveur d’une conférence de presse animée ce mardi, 29 janvier 2019, en fin de matinée, à Ouagadougou. Claude Ouédraogo, coordonnateur dudit mouvement et ses collaborateurs se prononçaient ainsi sur les attaques terroristes, les conflits inter-communautaires, l’incivisme généralisé et la fronde sociale.

« Il y a trois ans, on justifiait le ralliement de notre jeunesse au terrorisme par le manque d’emplois, la pauvreté, la mauvaise répartition des richesses et des investissements. De même, on justifiait la conquête de la zone du nord par des djihadistes prétendus défenseurs des causes religieuses et par des narcotrafiquants pour leur commerce de stupéfiants, de drogues, d’armes, etc. De nos jours, l’expansion du terrorisme a pris des proportions très inquiétantes et a pour objectif la conquête du pouvoir par les groupes terroristes dirigés par Iag Ghali, l’ex-collaborateur de l’ancien président du Faso », apprécie le coordonnateur du M/PRSCA, Claude Ouédraogo, dans la déclaration liminaire.

C’est fort du contexte, que les responsables de l’organisation de la société civile ont requis l’extension de l’état d’urgence à l’ensemble du territoire national, le recrutement massif de Forces de défense et de sécurité, la réinstallation des anciennes bases militaires et la création de nouvelles bases ainsi que la cohésion entre militaires, gendarmes et policiers.

« Notre pays est malade de sa justice. Notre peuple ne se retrouve pas dans l’esprit de l’insurrection, en témoignent les libertés provisoires accordées à des personnalités épinglées par les rapports et audits de certaines communes urbaines et rurales. Des rapports sans suite judiciaire de l’Autorité supérieure de contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption. Le laisser-faire, le laisser-aller, l’absence de l’autorité de l’Etat sont autant d’éléments ayant contraint les populations à s’armer, à se retrouver en groupes appelés Koglwéogo pour enfin se défendre, se rendre justice et ainsi, souvent, bienvenus les dégâts », analysent les conférenciers, qui se sont dits également consternés par des propos haineux et ethnicistes sur les réseaux sociaux de certains « individus malveillants ». D’où leur invite également au Conseil supérieur de la communication pour une régularisation de l’information.

A l’ensemble de la classe politique, le M/PRSCA « rappelle » que le Burkina n’est pas en campagne électorale, « le Burkina Faso est un peuple uni et indivisible », qui a pour ennemi commun : le terrorisme.

Sur la fronde sociale, le M/PRSCA a d’abord indiqué qu’il est solidaire des luttes syndicales des travailleurs, mais déplore que ce combat soit « utilisé par les syndicats pour assécher les finances publiques, freinant ainsi les activités socio-économiques du pays ». D’où leur plaidoyer auprès des syndicats, face au contexte difficile, à la retenue.

« De même, le M/PRSCA invite le gouvernement à fusionner toutes les revendications syndicales et discuter avec les syndicats de ce qui peut être fait pour l’amélioration des conditions de vie et de travail des deux ans de son mandat », lance le mouvement.

Les animateurs de la conférence se sont également prononcés sur les évènements de Yirgou (drame du 1er janvier 2019), de Nafona (mésentente entre populations et policiers ayant occasionné trois morts), les violences faites aux enseignants à Bobo-Dioulasso…, en invitant les populations à la retenue et en appelant à l’affirmation de la justice et de l’autorité de l’Etat.

Le M/PRSCA invite la classe politique, les syndicats, les organisations de la société civile et les médias à l’union sacrée pour la défense de la patrie.

O.L
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 30 janvier à 08:06, par konkona En réponse à : Situation nationale : « Le Burkina Faso est un peuple uni et indivisible », galvanise Claude Ouédraogo du M/PRSCA

    « Le Burkina Faso est un peuple uni et indivisible », tel est le message principal lancé aux Burkinabè par les responsables du Mouvement plus rien ne sera comme Avant (M/PRSCA) .

    C’est beau et bien. Ces enseignements doivent être donnés à tous les niveaux de l’administration publique surtout. Il y a trop de mécontentement et il faut que certaines pratiques comme les abus de pouvoir cessent. Les paroles du genre : "J’ai un parent à tel endroit de l’administration va le voir avec ton dossier" doivent cesser. Des démembrements de l’administration publique comme le Ministère du travail, l’inspection du travail, le tribunal du travail doivent ouvrir l’œil et travailler de sorte à ce qu’il n y ait pas d’abus de pouvoir. Il y a trop de bruit de botte à ce niveau. Le Ministre doit ouvrir l’œil et le bon. Plus rien ne doit être effectivement comme avant. Malheur à ceux qui bâillonnent leur peuple.

    Répondre à ce message

  • Le 30 janvier à 08:07, par rtk En réponse à : Situation nationale : « Le Burkina Faso est un peuple uni et indivisible », galvanise Claude Ouédraogo du M/PRSCA

    « Le Burkina Faso est un peuple uni et indivisible » : C’est faux !!.
    Nous ne sommes pas unis, et le pire est que nous sommes bel et bien divisibles . Les massacres de Yirgou le prouvent. Et les assassins de Yirgou qui sont les kolgweogos ne seront jamais punis parce que ce sont des mossis .Par contre , A Ouagadougou , on a applaudi à grand cri les policiers qui ont massacré les jeunes à Orodara . En clair , la cohabitation avec le mossi est IMPOSSIBLE voir INACCEPTABLE . Et tant que ROCK va gouverner sur la base du régionalisme ,il n’y aura jamais de paix dans ce pays car le mepris du mossi dans les autres regions du Burkina Faso ,est déja à son comble ; et la moindre étincelle peut mettre le feu aux poudres .

    Répondre à ce message

  • Le 30 janvier à 08:51, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Situation nationale : « Le Burkina Faso est un peuple uni et indivisible », galvanise Claude Ouédraogo du M/PRSCA

    - Bande d’oiseaux manges-mils granivores, de sauteriaux, de criquets pèlerins, de serpents à sonnettes, de désouvrés et de gloutons !!! Vous n’avez rien à proposer au pays sauf faire de l’opportunisme et de la manipulation avec un des vôtres qui parle trop chaque matin sur HFM. Et encore s’il disait des choses qui ont du sens au lieu de raconter sa vie pour pester l’émission !!! Je suis de retour et vous allez m’entendre ! Tas d’hypocrites !!

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 30 janvier à 08:56, par YAAM SOBA En réponse à : Situation nationale : « Le Burkina Faso est un peuple uni et indivisible », galvanise Claude Ouédraogo du M/PRSCA

    C’est quoi le MPRES/CA entend par il faut que la classe politique soit unie ? Qui est divsé ? personne à ce que l’on sache ! Cette OSC ferait mieux de pointer du doigt la corruption et la gabegie du pouvoir MPP, qui fait souffrir la population.

    Répondre à ce message

  • Le 30 janvier à 11:56, par YAWOTO En réponse à : Situation nationale : « Le Burkina Faso est un peuple uni et indivisible », galvanise Claude Ouédraogo du M/PRSCA

    RTK SI LA COHABITATION AVEC LE MOSSI EST IMPOSSIBLE VOIR INACCEPTABLE, IL FAUT CHANGER DE PAYS. Parce que des mossis il y’ en a et il y’ en aura partout au Burkina. Un proverbe mossi dit justement " il n’y a pas de bon pays, il faut savoir s’intégrer". S’intégrer ne demande pas beaucoup de chose, seulement avoir du respect pour l’autre dans son être et sa culture, une certaine intelligence sociale.

    Répondre à ce message

  • Le 30 janvier à 12:37, par Pleures oh pays bien aimé En réponse à : Situation nationale : « Le Burkina Faso est un peuple uni et indivisible », galvanise Claude Ouédraogo du M/PRSCA

    Vous savez, aucun patriote n’est contre la réussite de Rock, et de toute façon s’il échoue ça ne sera bon pour personne. Par contre faites vous même votre examen de conscience et regarder ce qui se fait depuis 3 ans. Parlant d’unité, qui a commencé à diviser ??? regardez tous les coups qui ont été fait à l’UPC ! regardez les problèmes que les maires de l’opposition rencontrent dans leurs communes ! Les négociations mouta mouta avec les syndicats. De simples petites frustrations peuvent créer un climat malsain dans un pays surtout après tout ce qu’on a vécu. Pourtant on avait dit que tous ces tares du passé devrait être abandonnés, hélas !
    2014-2018, tout ça pour çà ???? c’est triste
    DIEU nous aide !

    Répondre à ce message

  • Le 30 janvier à 12:45, par Peuple En réponse à : Situation nationale : « Le Burkina Faso est un peuple uni et indivisible », galvanise Claude Ouédraogo du M/PRSCA

    Les braves cas du m/presca il fallait commencé a se poser des questions pourquoi ? Le budget de l’Assemblée a été doublé !plus de 500million pour des partis politiques ! Plus de 30 ministres pour un petit pays comme le notre pourquoi n.est pas faire l’État financier de tout ceux qui sont payé sur le budget de l’État et publié ! Faire la liste des institutions les budget alloué enfin si un ministre mérite un v8 pour servir le pays un militaire a besoin d’un équipement v8 pour défendre le pays et se défendre un voiture corbillard pour la couleur

    Répondre à ce message

  • Le 31 janvier à 23:25, par Maria de Ziniaré En réponse à : Situation nationale : « Le Burkina Faso est un peuple uni et indivisible », galvanise Claude Ouédraogo du M/PRSCA

    Décidément la fin notre décente aux enfers n’est pas pour bientôt avec des ministres qui rivalisent avec le nouveau CEMGA dans les fautes d’orthographe quand ils manient la langue de Molière, ( on m’a traité de tous les noms d’oiseau quand j’ai demandé si le CEMGA a fait l’école de guerre de Paris qui forme à la fonction d’état major ) voilà les nouveaux politiciens de l’après insurrection qui confondent le Burkina et les Burkinabè. Les seconds disent qu’il n’ont d’autre patrie que le Burkina Faso et ces nouveaux apprentis de la politique disent que cette patrie est un peuple uni et indivisible. Même un élève de CM2 sait faire la différence entre un pays et ses habitants mais hélas rien n’a de l’ importance dans notre Faso d’aujourd’hui. Ni nos lois et règlements bafoués à longueur de journée ( à commencer par notre constitution qu’on a jetée à la poubelle puis ramassée ) ni notre drapeau que les élèves peuvent descendre selon leur humeurs sans conséquence, ni nos souverainetés dont la première la souverainté territoriale est mise à mal par la mainmise de hors la loi sur une partie du territoire, encore moins notre langage qui dénote de l’inattention et du niveau de formation que nous avons acquis .

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Insécurité, élections de 2020 : Une mission onusienne échange avec l’opposition politique
Présidentielles 2020 : Quels sont les favoris ?
Déclaration de politique générale du Premier ministre : « Ces pleurs ne suffiront pas à lui garantir la réussite et ne sauront justifier un éventuel échec », Le Faso autrement
Déclaration de politique générale : Avis divergents sur la teneur du message du Premier ministre
Présidentielle 2020 : Des jeunes appellent à la candidature de Yacouba Isaac Zida
Présidentielle de 2020 : Kadré Désiré Ouédraogo annonce les couleurs
Politique nationale : La NAFA attire l’attention du pouvoir sur l’état de santé de Djibrill Bassolé
Vie politique nationale : Le MPP célèbre ses cinq ans d’existence
San Traoré, maire de Kourinion : « Le niveau central a accaparé de nombreuses prérogatives dévolues aux communes »
Assemblée nationale : Alassane Sakandé promet un siège flambant neuf pour le Chef de file de l’opposition
Vœux de l’UPC : Le PPR répond aux « propos démagogiques » de Zéphirin Diabré
Coopération canado-burkinabè : L’ambassadeur Edmond R. Dejon Wega reçu en audience par le porte-parole de l’opposition
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés