Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La vraie noblesse s’acquiert en vivant, et non раs еn nаissаnt.» Guillaume Bouchet

Médias : Des manquements dans la conduite des émissions interactives au Burkina, selon le CSC

Accueil > Actualités > Multimédia • Communiqué • mercredi 23 janvier 2019 à 00h16min
Médias : Des manquements dans la conduite des émissions interactives au Burkina, selon le CSC

Dans ce communiqué, le Conseil supérieur de la communication (CSC) constate que certains propos discourtois sont tenus dans les émissions interactives. L’organe chargé de la régulation des médias au Burkina invite donc les animateurs à plus de responsabilité. Lisez plutôt.

Le Conseil supérieur de la communication reconnaît et félicite les efforts déployés au quotidien par les médias et les animateurs pour conduire les émissions interactives. Toutefois, depuis un certain temps, il constate que la tenue de certaines émissions échappe à leurs animateurs. Des propos erronés, véhéments et discourtois y sont soutenus. Cela met en péril notre volonté de vivre ensemble.

Cette situation est préoccupante, surtout dans le contexte où des conflits intercommunautaires de plus en plus cruels opposent des communautés. Par ailleurs, on constate que les éléments des forces de défense et de sécurité, investis de l’autorité de l’Etat, sont devenus la cible de populations qui refusent de s’y soumettre.

C’est pour toutes ces raisons que le Conseil supérieur de la communication voudrait exhorter les animateurs à plus de responsabilité. Le CSC réaffirme aux acteurs concernés sa volonté de promouvoir la liberté de presse et d’expression et voudrait compter sur leur bonne compréhension afin qu’ensemble nous restaurions la paix et la quiétude dans notre pays.

Ouagadougou le 14 janvier 2019

Pour le Conseil Supérieur de la Communication
Le Président

Me S. Mathias TANKOANO
Commandeur de l’Ordre de l’Etalon

Vos commentaires

  • Le 23 janvier à 15:22, par sidbala En réponse à : Médias : Des manquements dans la conduite des émissions interactives au Burkina, selon le CSC

    C’est vraiment dommage que ça soit maintenant que le CSC constate des manquements graves dans ces fausses émissions interactives.

    La tension sociale est alimentée dans la cité par ces émissions, il y’a beaucoup de paramètres qui font c’est des émissions à supprimer.
    1 l’analphabétisme des intervenants
    2 leurs niveau de culture très bas
    3 ces sont des rendez-vous que les politiciens utilisent pour intoxiquer la masse
    4 les animateurs de ces émissions interactives ne sont pas du tout à la hauteur de la tâche ils laissent beaucoup apparaître leur bord
    5 il y’a des sujets que ces genres d’émissions ne doivent pas aborder parce que très très sensible et mal compris par beaucoup.
    6 en un mot ce sont des émissions à supprimer carrément et simplement sans elles sont les sources de beaucoup de problèmes.

    Sans connaitre le règlement intérieur du CSC ,je pense qu’à leur niveau aussi ils ont beaucoup d’insuffisance dans l’encadrement des médias, l’information doit être maîtrisée surtout dans un pays où la majeur partie de sa population ne peut pas chercher l’information, elle ne fait que consommer tout ce qui lui tombe dans les mains.
    La liberté d’expression ne rime pas avec l’intoxication et le désordre.
    A ce niveau monsieurs du CSC vous avez à faire.

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 23:09, par pourquoi pas En réponse à : Médias : Des manquements dans la conduite des émissions interactives au Burkina, selon le CSC

    La liberté d’expression ne saurait tolérer les appels déguisés à la violence. J’en appelle à la responsabilité du CSC

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
NQI 2019 : « Faire de Ouagadougou, la capitale de la qualité et des innovations en Afrique de l’ouest »
Liberté de la presse : Le Burkina Faso en progression
Digitalisation des entreprises burkinabè : De nouvelles solutions pour mieux sécuriser les réseaux et offrir de meilleurs services aux clients
Internet Puissance Plus : Le haut débit sur mesure pour les entreprises et les ménages au Burkina Faso
Médias : La radio rurale célèbre le 2e anniversaire de sa réouverture
TIC et agriculture : Des experts à Ouagadougou pour promouvoir l’utilisation des données géographiques
TIC : Un cap franchi dans le processus de numérisation au Burkina Faso
Modernisation du secteur postal au Burkina Faso : Le Plan d’investissement de la couverture postale en cours de validation
Médias : 38 promoteurs de radios renouvellent leurs conventions avec le CSC
Protection des données à caractère personnel : La CIL sensibilise des stagiaires en travail social
Médias : Des élèves journalistes de l’ISTIC visitent Lefaso.net
Conseil supérieur de la communication : La déléguée régionale de l’Ouest installée
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés