Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La faculté de se mettre dans la peau des autres et de réfléchir à la manière dont on agirait à leur place est très utile si on veut apprendre à aimer quelqu’un. » Dalaï Lama

Boucle du Mouhoun : « La situation sécuritaire se dégrade de jour en jour », selon le MBDHP

Accueil > Actualités > Société • • mercredi 23 janvier 2019 à 00h09min
Boucle du Mouhoun : « La situation sécuritaire se dégrade de jour en jour », selon le MBDHP

Dans cette déclaration, la section du Mouhoun du Mouvement burkinabè des droits de l’Homme et des peuples (MBDHP) revient sur l’embuscade qui a coûté la vie à dix gendarmes, le 26 décembre dernier à Toéni. Au-delà de cette attaque, le MBDHP alerte les autorités sur la dégradation de la situation sécuritaire dans la région de la Boucle du Mouhoun.

Le 26 décembre 2018, dix gendarmes sont tombés dans une embuscade tendue par des groupes d’individus non-identifiés aux environs de Toéni (province du Sourou). Cette attaque a plongé une fois de plus de nombreux Burkinabè et les populations du Mouhoun dans l’angoisse et la crainte.

C’est dans une douleur indescriptible et dans une atmosphère chargée de vive émotion et de tristesse que, le 30 décembre 2018, les populations du Mouhoun ont accompagné les dix vaillants éléments des FDS à leur dernière demeure, au cimetière militaire de Dédougou,
C’est le lieu pour nous de rendre un vibrant hommage à ces dix braves gendarmes et à tous les éléments des FDS tombés sur le champ de bataille pour la patrie et aux victimes civiles.

La section MBDHP du Mouhoun dénonce avec force cette attaque barbare. Elle présente ses condoléances à l’ensemble des familles éplorées, souhaite prompt rétablissement aux blessés et apporte son soutien à tous ceux qui sont meurtris dans leur chair et dans leur âme.

Il faut noter que la situation sécuritaire dans le Mouhoun se dégrade de jour en jour avec les attaques dans les provinces de la Kossi et du Sourou. Dans les zones de turbulence que sont Barani et Kombori (province de la Kossi), Toéni et Kiembara (province du Sourou), on assiste à de nombreux déplacements des populations, à la fermeture en cascade des écoles.

Le sentiment qui anime les Burkinabè en général et les Mouhounlais en particulier, est que notre Etat a failli à son devoir d’assurer la sécurité de tous les citoyens en faisant en sorte que chacun se sente à l’abri de tout danger et de toute agression physique ; que les biens soient protégés et ne fassent pas l’objet de destruction.

Mais, jusqu’à maintenant, personne n’est épargné. Les symboles de l’Etat (les institutions, les représentants des Forces de défense et de sécurité, les agents des douanes, des Eaux et Forêts, de la police nationale, les écoles, les bureaux de l’administration déconcentrée, etc.) sont attaqués et les civils sont aussi tués et pris au piège.

Le bilan des attaques terroristes fait état d’environ 300 victimes et des dégâts matériels très importants entre 2015 à 2018.

Les attaques du Cappucino en 2016 et du café Aziz Instanbul en 2017 et celles spectaculaires et simultanées de l’ambassade de France et de l’Etat-major général des armés en 2018, toutes en plein cœur de la capitale, Ouagadougou, ont fini de convaincre les populations de la vulnérabilité de notre pays et de la capacité des terroristes de frapper partout sur le territoire national.

D’où la peur légitime, l’anxiété, la psychose et les manifestations de signes de détresse sur toute l’étendue du territoire. Tout laisse croire que le pire est devant nous !

Face à cette dérive de la situation sécuritaire, très préoccupante pour l’ensemble du pays, la section MBDHP du Mouhoun
-  Apporte son soutien aux vaillantes Forces de défense et de sécurité qui œuvrent dans des conditions morales et matérielles très difficiles pour assurer la sécurité des personnes et leurs biens ;[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]


Dédougou le 5 janvier 2019
La section MBDHP du Mouhoun/Dédougou

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Brigade de gendarmerie de Kaya : Les élèves mobilisés pour l’érection d’une clôture
Pâques : 165 nouveaux baptisés pour la cathédrale de Ouagadougou
Avis : Agnès, jeune ivoirienne, recherche son père burkinabè
Ouargaye : La communauté yaana ne veut pas perdre sa culture
Femme et Foncier dans la région de l’Est : Le RESIANE milite pour l’accès sécurisé des femmes au foncier
Arrondissement n°9 de Ouaga : Abdoul Services offre une ambulance et des vivres
Promotion de l’auto-emploi des jeunes : Le projet GLOFAS présenté à la population de Manga
10e édition du concours littéraire : Les lauréats reçoivent leurs prix
21e édition de la Journée nationale du paysan : L’état des préparatifs jugé satisfaisant
CAMES : Accusés de manquements à l’éthique, des professeurs agrégés s’insurgent contre une « violation grave » de leurs droits
Union régionale des producteurs semenciers du centre sud (URPS/CS) : Une marche de protestation contre Adama Ouédraogo, ancien président de l’URPS/CS.
11-Décembre 2019 à Tenkodogo : Au moins 30 milliards de francs à investir
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés