Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La faculté de se mettre dans la peau des autres et de réfléchir à la manière dont on agirait à leur place est très utile si on veut apprendre à aimer quelqu’un. » Dalaï Lama

Nutrition : Désormais des données fiables sur le Burkina

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Justine Bonkoungou • mardi 22 janvier 2019 à 23h30min
Nutrition : Désormais des données fiables sur le Burkina

Ce lundi 21 janvier 2019, le secrétaire général du ministère de la Santé, Dr Robert Karama, a procédé au lancement officiel du projet « Plateforme nationale d’information pour la nutrition (PNIN) ». Un projet qui vise à améliorer la nutrition en rassemblant et en analysant l’information et les données disponibles de tous les secteurs ayant une influence sur la nutrition.

La malnutrition touche encore de nombreuses personnes au Burkina Faso avec ses conséquences indéniables sur leur santé. C’est conscient de cela que le pays a adhéré au SUN (Scalling Up Nutrition) en 2011. Ce qui lui a permis de s’engager dans une dynamique de renforcement de la nutrition, suivant une approche multisectorielle. Selon Dr Robert Karama, secrétaire général du ministère de la Santé, « l’un des enjeux majeurs de l’amélioration de l’état nutritionnel de la population est de disposer d’informations fiables et pertinentes en temps opportun, susceptibles d’aider à la prise de décisions optimales en faveur de la nutrition. »

L’initiative « Plateforme nationale d’information pour la nutrition » (PNIN) vient donc à point pour répondre à cette problématique de disponibilité de données fiables et pertinentes. Il est mis en œuvre dans différents pays d’Afrique dont le Burkina Faso et vise à aider les pays membres du mouvement SUN à renforcer leurs capacités à rassembler et analyser les données existantes sur l’état nutritionnel des populations et sur les facteurs ayant une influence sur le statut nutritionnel, y compris les politiques, les programmes et les investissements en lien avec la nutrition. Ce qui va permettre de mieux prévenir la malnutrition.

Et au Burkina Faso, c’est l’Institut national de la statistique et de la démographie (INSD) qui a été retenu pour abriter la plateforme. Une unité capable d’administrer la plateforme, d’analyser et de diffuser l’information relative à la nutrition sera ainsi créée au sein de l’INSD.

Cette plateforme, dont le lancement officiel est intervenu ce lundi 21 janvier 2019, est financée à hauteur de 1 092 729 000 F CFA par l’Union européenne, le Département du développement international (DFID) du Royaume-Uni et la Fondation Bill et Melinda Gates, pour une durée de 56 mois. Comme l’a souligné Thierry Barbé, chef de la coopération de l’Union européenne au Burkina Faso, « il faut dire que si les progrès constatés dans la nutrition sont substantiels au Burkina Faso, il n’en reste pas moins que du fait de la croissance démographique, le chiffre brut d’individus frappés par la malnutrition augmente. » Et c’est pour faire face à ce défi qu’il estime être celui de la multi-sectorialité, que l’Union européenne appuie la mise en place de la plateforme.

Cet appui concerne outre l’INSD, le Secrétariat technique en charge de l’alimentation et la nutrition, ainsi que la direction de la nutrition.

La mise en œuvre de la Plateforme nationale d’information pour la nutrition va permettre de baisser les indicateurs de la malnutrition estimés à 8,4% pour la malnutrition aigüe, 25% pour la malnutrition chronique et 17,8 d’insuffisance pondérale.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 23 janvier à 12:19, par Tafala En réponse à : Nutrition : Désormais des données fiables sur le Burkina

    "La mise en œuvre de la Plateforme nationale d’information pour la nutrition va permettre de baisser les indicateurs de la malnutrition estimés à 8,4% pour la malnutrition aigüe, 25% pour la malnutrition chronique et 17,8 d’insuffisance pondérale".
    Mon cher Journaliste , c’est pas la plateforme qui va permettre de baisser les prevalences de la malnutrition mais plutot l’engagement du gouvernement a travers le ministere de la sante.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Brigade de gendarmerie de Kaya : Les élèves mobilisés pour l’érection d’une clôture
Pâques : 165 nouveaux baptisés pour la cathédrale de Ouagadougou
Avis : Agnès, jeune ivoirienne, recherche son père burkinabè
Ouargaye : La communauté yaana ne veut pas perdre sa culture
Femme et Foncier dans la région de l’Est : Le RESIANE milite pour l’accès sécurisé des femmes au foncier
Arrondissement n°9 de Ouaga : Abdoul Services offre une ambulance et des vivres
Promotion de l’auto-emploi des jeunes : Le projet GLOFAS présenté à la population de Manga
10e édition du concours littéraire : Les lauréats reçoivent leurs prix
21e édition de la Journée nationale du paysan : L’état des préparatifs jugé satisfaisant
CAMES : Accusés de manquements à l’éthique, des professeurs agrégés s’insurgent contre une « violation grave » de leurs droits
Union régionale des producteurs semenciers du centre sud (URPS/CS) : Une marche de protestation contre Adama Ouédraogo, ancien président de l’URPS/CS.
11-Décembre 2019 à Tenkodogo : Au moins 30 milliards de francs à investir
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés