Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La faculté de se mettre dans la peau des autres et de réfléchir à la manière dont on agirait à leur place est très utile si on veut apprendre à aimer quelqu’un. » Dalaï Lama

Bruno Dipama, directeur général du Fonds permanent pour le développement des collectivités territoriales : « L’heure du citoyen local a sonné »

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Moussa Diallo • mercredi 23 janvier 2019 à 00h12min
Bruno Dipama, directeur général du Fonds permanent pour le développement des collectivités territoriales : « L’heure du citoyen local a sonné »

Unique dispositif étatique de financement des projets et programmes d’investissement des collectivités territoriales, le Fonds permanent pour le développement des collectivités territoriales (FPDCT) a besoin d’un souffle nouveau. Et le nouveau directeur général, installé le 29 Décembre 2018, Bruno Dipama s’y attèle. Il veut redynamiser le FPDCT et lui permettre d’occuper toute sa place dans le développement du Burkina. Au cours d’une conférence de presse animée, le 22 janvier 2019, il a présenté la structure, les résultats atteints jusque-là et décliné les perspectives. Et les défis sont importants.

Créé en 2004, le Fonds permanent pour le développement des collectivités territoriales (FPDCT) se veut un instrument capital dans le dispositif de rapprochement de l’administration de ses administrés. Il a pour mission principale de concourir au financement des programmes prioritaires de développement des collectivités territoriales et au renforcement de leurs capacités opérationnelles. Opérationnel depuis 2007, ce n’est qu’à partir de 2011 que les activités du FPDCT ont couvert l’ensemble des 364 Collectivités territoriales du pays.

De 2008 à 2018, le FPDCT a mobilisé près de 100 milliards de francs CFA pour le financement des collectivités territoriales. « Le FPDCT est engagé à promouvoir les valeurs de professionnalisme, de dynamisme, d’intégrité, de redevabilité, de responsabilité et de solidarité au sein de l’institution et dans la manière d’exécuter ses missions. Ces valeurs aideront à guider les actions quotidiennes et les comportements des agents », a précisé Bruno Dipama, le directeur général du fonds.

une vue de quelques invités à la conférence de presse

Jusque-là, le FPDCT fait fonctionner seulement un pan de sa mission, à savoir l’appui financier à travers le guichet fonds fongible pour les subventions et les guichets spécifiques. Avec le 3e cycle de la décentralisation qui vient de démarrer, le fonds permanent est appelé à jouer un rôle plus accru, en servant de canal vers lequel vont converger tous les appuis en direction des collectivités territoriales.

Pour cela, les autres guichets du fonds doivent être effectivement activés. Ainsi le guichet « appui technique » devrait être opérationnel dans les prochains jours, tout comme le guichet « prêts et garanties » et le guichet pour « le transfert des ressources » aux collectivités territoriales.

« Les chantiers qui nous attendent sont donc immenses, titanesques, mais pas impossibles à réaliser si nous avons les bénédictions, les conseils et les prières des autorités coutumières et religieuses, si nous avons le partenariat avec la société civile et les autres acteurs de développement, si nous avons l’adhésion des forces vives, si nous avons l’appropriation par les citoyens à la base de notre vision », a confié Bruno Dipama qui n’en attend pas moins des autorités politiques.

D’ailleurs, il n’a pas manqué de lancer un cri de cœur aux plus hautes autorités politiques du Burkina. « Sans la caution politique, nous n’aboutirons à rien. Je voudrais vous exhorter à soutenir à fond le FPDCT pour un développement réel de notre nation de la base vers le sommet. L’approche techniciste du sommet à la base a échoué. Il faut une implication des populations bénéficiaires dans la conception, la planification et l’exécution et le suivi des actions de développement », a-t-il martelé.

la photo de famille avec les invités

Aux partenaires techniques et financiers, Bruno Dipama et son équipe sollicitent davantage de ressources financières, matérielles et techniques pour accompagner de manière efficiente les collectivités territoriales dans leurs efforts de développement. A l’en croire, « l’heure du citoyen local a sonné ».

Quant aux faîtières des collectivités que sont l’Association des municipalités du Burkina Faso (AMBF) et l’Association des régions du Burkina Faso (ARBF), le DG du fonds permanent n’a pas manqué de les rassurer. « Le FPDCT va travailler à mobiliser des ressources financières et techniques comme jamais pour vous soutenir car nous avons le devoir de travailler main dans la main pour l’émergence d’un nouveau modèle de société équilibrée et basée sur le partage, l’équité, la tolérance, la solidarité et l’entraide », a-t-il soutenu.

Moussa Diallo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 23 janvier à 10:41, par Le local En réponse à : Bruno Dipama, directeur général du Fonds permanent pour le développement des collectivités territoriales : « L’heure du citoyen local a sonné »

    Comme le dit Alexis de Tocqueville, « De la démocratie en Amérique » :
    « C’est dans la commune que réside la force d’un peuple libre.
    Les institutions communales sont à la liberté ce que les écoles
    primaires sont à la science : elles la mettent à la portée du peuple.
    Sans institutions communales une nation peut se donner
    un gouvernement libre, mais elle n’a pas l’esprit de liberté…
    Ôtez la force et l’indépendance de la commune, vous n’y trouverez jamais que des administrés et point de citoyens. »
    Pour dire que le local doit etre pris comme un élément essentiel dans les politiques de développement. Le développement doit commencer du bas vers le haut.
    Bon vent et plein succès au nouveau DG !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Brigade de gendarmerie de Kaya : Les élèves mobilisés pour l’érection d’une clôture
Pâques : 165 nouveaux baptisés pour la cathédrale de Ouagadougou
Avis : Agnès, jeune ivoirienne, recherche son père burkinabè
Ouargaye : La communauté yaana ne veut pas perdre sa culture
Femme et Foncier dans la région de l’Est : Le RESIANE milite pour l’accès sécurisé des femmes au foncier
Arrondissement n°9 de Ouaga : Abdoul Services offre une ambulance et des vivres
Promotion de l’auto-emploi des jeunes : Le projet GLOFAS présenté à la population de Manga
10e édition du concours littéraire : Les lauréats reçoivent leurs prix
21e édition de la Journée nationale du paysan : L’état des préparatifs jugé satisfaisant
CAMES : Accusés de manquements à l’éthique, des professeurs agrégés s’insurgent contre une « violation grave » de leurs droits
Union régionale des producteurs semenciers du centre sud (URPS/CS) : Une marche de protestation contre Adama Ouédraogo, ancien président de l’URPS/CS.
11-Décembre 2019 à Tenkodogo : Au moins 30 milliards de francs à investir
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés