Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Si vous voulez aller quelque part, il est bien de trouver quelqu’un qui est déjà allé. Robert Kiyosaki» 

Evénements de Gasseliki et de Nafona : Le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (CISC) réclame de la lumière

Accueil > Actualités > Société • • vendredi 18 janvier 2019 à 00h35min
Evénements de Gasseliki et de Nafona : Le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (CISC) réclame de la lumière

Après l’organisation de la marche, le 12 janvier 2019, pour dénoncer les tueries de Yirgou, le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (CISC) revient avec cette déclaration pour réclamer la vérité sur les récents événements qui ont fait des morts à Gasseliki et à Nafona. Lisez plutôt !

Au début de l’année 2019, le monde découvrait l’horreur à Yirgou. Plusieurs dizaines de personnes y ont été massacrées. Les premières victimes ont été tuées par des individus non identifiées ; par la suite, des Burkinabè ont tué d’autres Burkinabè sur la seule base de leur identité culturelle.

Le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (CISC) est né sur les cendres de cette tragédie pour assurer la veille dans le règlement des questions urgentes (justice, prise en charge des rescapés) et mener des actions pour préserver notre pays de telles atrocités dans le futur.

Pendant que les morts de Yirgou ne sont pas encore tous enterrés, la violence a refait surface à Gasseliki et à Nafona.
En effet, des individus armés non identifiés ont attaqué par deux fois le village de Gasseliki dans la province du Soum, faisant une dizaine de morts parmi la population civile. Plusieurs biens ont été détruits. Ces violences ont poussé les populations à fuir les zones de violences, augmentant ainsi le nombre de personnes déplacées internes.

Sur la même période, à Nafona dans la province de la Comoé, suite à un incivisme généralisé, trois personnes ont trouvé la mort dont un civil et deux policiers dans l’exercice de leur fonction.

Ces faits sont inadmissibles dans une République et sont une conséquence de la faillite de l’Etat qui peine à assurer la sécurité de tous les Burkinabè.
Le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés condamne avec la dernière énergie ces violences meurtrières.
Le collectif voudrait par ailleurs exiger de l’Etat burkinabè :

• de faire toute la lumière sur ces évènements et de poursuivre leurs auteurs et les punir conformément aux lois et règlements en vigueur ;
• de prendre des dispositions pour une prise en charge complète des déplacés ;

• de prendre des mesures fortes pour ramener la sérénité et le calme à Gasseliki et d’assurer la sécurité de tous les Burkinabè ;
• de prendre des mesures fortes pour restaurer l’autorité de l’Etat pour que plus jamais un fonctionnaire ne perde la vie dans l’exercice de son métier.

Fait à Ouaga, le 17 janvier 2019
Le CISC

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Transmission du VIH mère enfant : Le REGIPIV-BF obtient des résultats satisfaisants dans la région du Centre
Commune de Pabré : Bientôt un barrage pour le village de Saalé
Diocèse de Ouagadougou : les PMC en congrès au sanctuaire notre dame de Yagma
Bobo : Les travaux du lycée scientifique lancés après vingt ans d’attente
Crise à Zoaga : Il faut agir vite pour éviter un autre Yirgou
Plan d’urgence 2019 du Burkina : Environ 1,2 million de personnes ont besoin d’assistance
Village de Koudoumbo : La paix retrouvée et célébrée par les populations
SOTRACO : Un nouveau code pour un changement de mentalité des usagers
Coopération Burkina-Japon : 4 forages au profit de la commune de Kokologho
Justice burkinabè : La gestion des carrières des magistrats par le SP/CSM bientôt une réalité
Session 2018 du PAE /JF : 11049 micro-projets sélectionnés
Education : La société minière Wahgnion Gold Operation offre 650 tables-bancs à la province de la Léraba
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés