Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La voie de l’homme sage s’exerce sans luttеr.» Li Eul, dit Lao-Tseu

Burkina Faso : Le président Roch Kaboré appelle à une trève sociale

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Roch Marc Christian Kaboré, président • • lundi 31 décembre 2018 à 23h16min
Burkina Faso : Le président Roch Kaboré appelle à une trève sociale

Dans son message à la nation à l’occasion du nouvel an 2019, le président Roch Kaboré a appelé les partenaires sociaux à une trève et a annoncé l’élargissement à toutes les personnalités et à la haute administration publique des mesures destinées à réduire le train de vie de l’Etat.

Burkinabè de l’intérieur et de l’extérieur
Chers compatriotes

Au seuil de l’année 2019, je vous adresse mes vœux de santé et de prospérité, dans la paix et la cohésion sociale.

L’année 2018 qui s’achève a été entre autres marquée au plan national par la répétition des attaques terroristes sur notre territoire et la multiplication des revendications syndicales dans un contexte de reprise de la croissance économique que nous devons amplifier. J’exprime la reconnaissance de la Nation à tous les éléments de nos Forces de Défense et de Sécurité tombés sur le champ d’honneur, ainsi qu’à toutes les victimes du terrorisme et ma solidarité avec leurs familles ainsi que mes vœux de prompt rétablissement aux blessés.

Il me plait de saisir l’occasion que m’offre ce message à la Nation pour saluer l’engagement et la détermination de nos Forces de Défense et de Sécurité dans l’exécution quotidienne de leurs missions. J’apprécie également la mobilisation des forces vives de la Nation, à travers nos régions, qui leurs ont spontanément manifesté leur solidarité et leurs soutiens.

La lâche attaque qui a eu lieu à Toéni ce 27 décembre, comme toutes les autres attaques terroristes nous interpellent sur l’impérieuse nécessité d’accélérer les réformes au sein des Forces de Défense et de Sécurité car, tout doit être mis en œuvre pour que le retour à la sécurité soit une réalité pour notre peuple.

C’est pourquoi, j’ai décidé, après délibération en Conseil des ministres ce matin, et conformément à l’article 58 de la Constitution, d’instaurer l’état d’urgence à compter du 1er janvier 2019 dans les régions de l’Est, du Sahel, et dans les provinces de la Kossi, du Sourou, du Koulpélogo, du Kénédougou et du Lorum. Au regard de la prolifération des groupes armés terroristes dans ces zones et de leur mode opératoire, les mesures envisagées dans le cadre de l’état d’urgence permettront à nos Forces de les combattre avec plus d’efficacité et de résultats.

Au titre du budget 2019, l’augmentation des crédits alloués à la défense et à la sécurité participe également de notre volonté d’améliorer leurs capacités opérationnelles.

Peuple du Burkina Faso

L’année qui s’achève a connu une effervescence sur le front social, essentiellement autour des préoccupations de la vie chère et des questions des rémunérations.
La mise en œuvre concertée des conclusions de la Conférence nationale sur le système de rémunération des agents publics que nous avons tant souhaité doit nous permettre d’assurer la maîtrise de la masse salariale et l’équité dans le traitement des agents publics, pour une meilleure prise en compte des aspirations fondamentales des populations.

Ces exigences de politique budgétaire sont incontournables si nous voulons créer les bases d’un Burkina Faso de progrès.

En ces moments difficiles pour notre pays, confronté à la menace terroriste, j’invite tous les partenaires sociaux à une trêve, en privilégiant le dialogue social pour la satisfaction de leurs plates-formes revendicatives. J’engage le Haut conseil pour le dialogue social et le Gouvernement, à prendre les dispositions pour entamer avec diligence, des discussions avec les partenaires sociaux, à l’effet d’apporter des réponses aux préoccupations des travailleurs, dans les limites des possibilités de nos ressources financières, de nos engagements et de la situation difficile que traverse notre pays.

C’est au regard de ces réalités et dans ce contexte où nous devons tous faire des efforts que j’ai donné les instructions au Premier ministre de prendre toutes les dispositions pour renforcer et élargir à toutes les personnalités et à la haute administration publique, les mesures destinées à réduire le train de vie de l’Etat.
En dépit des difficultés rencontrées ces dernières années, la situation économique du pays s’améliore sensiblement, grâce aux efforts des régies de recettes, aux investissements structurants et au dynamisme du secteur privé.

La bonne tenue des finances publiques est à poursuivre pour nous permettre de continuer à faire des bonds qualitatifs.

Cette même nécessité de préserver les intérêts de nos concitoyens nous oblige à apporter des réponses aux questions de justice et de lutte contre la corruption.
Les dossiers judiciaires du putsch de septembre 2015, de Norbert ZONGO et de Thomas SANKARA ont connu des évolutions notables. J’appelle les acteurs judiciaires, sur ces dossiers, à répondre à la quête de vérité et de justice de nos populations.

De même, il est de la responsabilité du Gouvernement de renforcer la lutte contre la corruption, la fraude et le blanchiment des capitaux. Des mesures énergiques seront prises pour mettre fin à ces fléaux qui impactent négativement le développement du pays.

Ce n’est qu’au prix de la constance dans nos efforts conjugués que nous pourrons bénéficier pleinement de tous les effets positifs de la croissance.

Peuple burkinabè

Au plan sous-régional et international, le rayonnement du Burkina Faso se consolide tant au niveau bilatéral que multilatéral.

A ce titre, je me réjouis de l’établissement des ambassades résidentes de l’Inde, des Pays-Bas et de l’Italie ainsi que de la reprise de la coopération avec la Chine.
Nous devons donc capitaliser les efforts qui nous valent la reconnaissance internationale afin de réussir la Présidence du G5 Sahel en 2019.
Cette reconnaissance internationale doit également nous motiver à redoubler d’efforts pour élargir la coopération et la solidarité avec les pays et partenaires techniques et financiers au profit des besoins de développement de notre pays.

Chers compatriotes

Le succès qu’a connu le premier forum de la diaspora burkinabè a permis de poser les jalons d’une réelle prise en compte de nos compatriotes vivant à l’extérieur dans notre processus de développement.

Ce fut pour moi une excellente occasion d’apprécier l’engagement de la diaspora en faveur du développement économique et social du pays.

C’est pourquoi des efforts ont été faits pour rapprocher l’administration burkinabè de notre diaspora, en ouvrant des consulats généraux dans certains pays.

L’année 2019 s’ouvrira avec un agenda très chargé en raison des nombreuses réformes à engager au plan politique avec l’adoption de la Constitution de la Vème République, et aux plans économique et social pour développer les capacités de résilience de nos populations. Ces reformes permettront également d’améliorer les performances des secteurs public et privé dans la mise en œuvre des plans et programmes de développement.

Au plan social, 2019 verra aussi l’opérationnalisation de la gratuité de la planification familiale afin de permettre à notre pays de mieux assurer la capture du dividende démographique conformément aux objectifs de développement durable.
Et je sais pouvoir compter sur l’engagement et la détermination des Burkinabè à construire le Burkina Faso de nos rêves partagés, de nos aspirations profondes et de nos ambitions communes.

En cette fin d’année, j’ai une pensée pour toutes les personnes hospitalisées ou affectées par la maladie et leur souhaite un prompt rétablissement.
J’exprime ma reconnaissance aux Forces de Défense et de Sécurité, à tous les personnels d’astreinte en cette nuit du 31 décembre ainsi qu’aux volontaires qui veillent sur la sécurité routière.

Je félicite les actrices et acteurs du monde rural dont l’ardeur au travail associée à la relative bonne pluviométrie nous a permis d’enregistrer les bons résultats de la campagne agricole écoulée.

Peuple du Burkina Faso
Chers Compatriotes

J’ai l’intime conviction qu’unis et déterminés, nous traverserons ces moments difficiles.

Bonne et heureuse année 2019

Vos commentaires

  • Le 31 décembre 2018 à 20:50, par Le fils de l’homme. En réponse à : Burkina Faso : Le président Roch Kaboré appelle à une trève sociale

    Il n’y aura de trêve pour un régime incapable. Peuple du Burkina debout comme un seul homme et barrer la route aux voleurs de la république.
    Des FDS tues comme des mouches l’argent du pays bradé à tous les niveaux.

    Vivement que les choses changent avec l’anéantissement de ce régime fantoche impopulaire et sans pudeur.

    Que les mânes de nos ancêtres nous aident a les faire disparaitre.

    Répondre à ce message

    • Le 1er janvier à 12:04, par le pays va mieux En réponse à : Burkina Faso : Le président Roch Kaboré appelle à une trève sociale

      Tu es vraiment un cafard. Que nos ancêtres n’acceptent pas que des hypocrites politiciens n’accèdent jamais au pouvoir au Burkina Faso ! Le regime de Roch a des insuffisances certes, mais cela ne devrait pas etonner un averti. Quel que soit le régime qui succède à celui de 30 ans de Blaise ne peut se targuer de redresser la merde qu’il a instaurée.

      Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2018 à 21:49, par LAGUI ADAMA En réponse à : Burkina Faso : Le président Roch Kaboré appelle à une trève sociale

    Exercice PATHÉTIQUE Bref Tout flatteur vit aux dépends de celui qui l’écoute qu’Allah sauve le Faso Vive la DÉMOCRATIE Vive le PEUPLE Vive le RESPECT INCONDITIONNEL DE LA CONSTITUTION Vive le CDP Qu’Allah bénisse et protège son Excellence Blaise Compaoré et sa noble famille

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2018 à 23:22, par KABORE En réponse à : Burkina Faso : Le président Roch Kaboré appelle à une trève sociale

    Monsieur le Président les voyants sont vraiment au rouge einn !! Moi j’ai des suggestions à vous faire.. Comme vous refusez catégoriquement de nommer des militaires dans votre gouvernement et que la situation sécuritaire vas de mal en pis alors je me dit pourquoi ne pas nommer CHERIF SY à la défense et ERIC BOUGOUMA à la sécurité. Pourquoi ça ? CHERIF SY est quand même le fils du général BABA SY et celui qui a réussi à dissoudre le RSP. Il doit donc avoir des compétences très pointues en matière de défense et comme vous l’avez dans votre camp pourquoi ne pas en profiter !! ERIC BOUGOUMA quant à lui est vraiment un bon manager, un leader digne de ce nom !! un gas bouillonnant d’énergie qui saura par sa belle maitrise du parler en public insuffler une forte dose de motivation à nos policiers et gendarmes déjà épuisés par la guerre asymétrique qui nous est imposées.
    Enfin !! c’est juste des suggestions einn !! Pas la peine que les tenguiste (vrai burkinabé aigri) versent leur aigreur sur moi. Sur ce BONNE et HEUREUSE ANNEE 2019 à tous et à chacun !!

    QUE DIEU BÉNISSE NOTRE BURKINA !!

    Répondre à ce message

  • Le 1er janvier à 00:10, par nous peuple En réponse à : Burkina Faso : Le président Roch Kaboré appelle à une trève sociale

    Je pense quil es temps pour Rock de demissioner .

    si non il sera tard

    Répondre à ce message

  • Le 1er janvier à 01:09, par Mechtilde Guirma En réponse à : Burkina Faso : Le président Roch Kaboré appelle à une trève sociale

    Il y exactement un an, plus précisément le 26 décembre 2017, un internaute prophétisait ceci :

    19. Le 26 décembre 2017 à 21:32, par sidbala En réponse à : An II Roch Kaboré : 55% des Burkinabè non satisfaits

    Ce qui reste à faire pour ce pays, c’est de tout faire et ce dès à présent mener toutes sortes d’actions pour chasser ces soulards et ces bons à rien de la tète du pays, car l’avenir est très sombre, l’année 2018 sera pire que tout.
    La communauté internationale ne fera que nous applaudir pour notre prise de conscience maintenant. Tous ceux qui pensait que le Burkina est un labo de démocratie savent maintenant qu’on est tombé tout bas et il n’y a pas plus aveugle que celui qui refuse de voir.

    Monsieur le Président, votre prédécesseur était encore à ces sortes de reformettes, que vous proposez, lorsque par la grâce de Dieu un midi, il fut exfiltré pour la Côte d’Ivoire après avoir démissionné.

    Monsieur le Président, SoumaneTouré et bien d’autres intervenants vous ont tracé une ligne claire et nette :

    « la solution à la crise actuelle du pays « passe obligatoirement » par une réconciliation du peuple avec sa Constitution et les lois et règlements ».

    La balle est dans votre camp.

    Répondre à ce message

    • Le 1er janvier à 11:31, par Desireless En réponse à : Burkina Faso : Le président Roch Kaboré appelle à une trève sociale

      7. Le 30 décembre 2018 à 02:12, par Mechtilde Guirma En réponse à : Situation nationale : « Les partis politiques de notre pays ne sont que des comités électoraux qui ont complètement failli… », Soumane Touré du PITJ
      « Pour le PITJ, la solution à la crise actuelle du pays « passe obligatoirement » par une réconciliation du peuple avec sa Constitution et les lois et règlements ».
      ABSOLUMENT. Qu’on convoque immédiatement un forum de réconciliation nationale de façon inclusive, ensuite une Assemblée Constitutive immédiatement après et de façon inclusive. Que tous ceux qui ont eu à travailler à faire des propositions dans le cadre d’un parti politique ou de la décentralisation de façon neutre puissent défendre leurs idées.
      Pour cela, la CENI devrait être dissoute immédiatement, j’ai bien dit « dissoudre la CENI ». Que ses membres en ballade actuellement rentrent illico et presto et tout de suite au bercail. On a assez tergiverser, tourner et tourner encore en rond. Voilà la réalité qu’on veut cacher en faisant croire qu’en 2020 il faudrait tout simplement procéder par les élections au changement ou renouvellement du gouvernement. Assez de coups d’épée dans l’eau pour tenter d’éclabousser tout le monde. Cela ne mène nulle part sinon que le pays sombre davantage dans l’abîme où il est déjà engagé. Assez d’hésitation et de gueule de bois.

      Madame,continuez avec les excentricités de votre imagination tout comme votre Soumane Touré
      Bonne dégustation et surtout bonne année

      Répondre à ce message

      • Le 1er janvier à 18:13, par Mechtilde Guirma En réponse à : Burkina Faso : Le président Roch Kaboré appelle à une trève sociale

        Merci à vous, monsieur ou madame : « Moi non plus ». Et que la sagesse innonde enfin le Peuple burkinabé et ses leaders de conscience dans la paix et la sérénité. Je glorifie Dieu pour les amis retrouvés.
        Que Dieu vous bénisse chers Amis.

        À vous tous BONNE ET HEUREUSE ANNÉE 2019. Même à ceux qui nous indexent comme des ennemis. En effet Seul Dieu reste juge de l’homme dans tous ses faits, gestes et actes.

        AMEN.

        Répondre à ce message

  • Le 1er janvier à 07:21, par Hess En réponse à : Burkina Faso : Le président Roch Kaboré appelle à une trève sociale

    SVP Monsieur le Président, déterminez l’énemi pour que l’on le combatte ! Enquêttez sérieusement !

    Deux ans après le début de ses attaques meurtrières contre notre paysm, pour plusieurs d’entre nous la principale question est qui nous attaque ? On ne parle pas des pauvres exécutants manupilés mais tu penseur et instigateur de tout ceci. M. le Président et son Gouvernement ne sont pas parvenus à nous donner une réponse claire. il y a quand même des pistes qui sont proposées régulièrement notamment par les sympathisants de l’ancien régime à travers un voccable récurrent qui en l’occurence revêt un autre sens. Alors que le pays est attaqué avec des dizaines de morts au compteur, on attend : reconciliation nationale, CDP, Généraux à libérer, Constitution à respecter, Blaise compaoré, RSP, etc. Tout le monde à pu constater cela.

    Au Gouvernement d’enquêter en profondeur à partir de cette constellation et de déterminer l’enemi afin que le peuple lui oppose la resistence qu’il mérite. Peut-être l’enemi est ailleurs, mais là on s’aura !

    Répondre à ce message

  • Le 1er janvier à 07:39, par tengen-biiga En réponse à : Burkina Faso : Le président Roch Kaboré appelle à une trève sociale

    Un peu de lucidité, messieurs !
    Ce message ne peut pas justifier la haine des premiers commentaires.
    De telles rancunes sont incompréhensibles.
    Nulle part, je n’ai vu la haine produire des effets positifs.

    Répondre à ce message

  • Le 1er janvier à 07:52, par Issouf En réponse à : Burkina Faso : Le président Roch Kaboré appelle à une trève sociale

    Très honnêtement, ce discours achève de me convaincre que le groupe de Rock est tout sauf des politiques. Ce discours n’est pas la hauteur des enjeux et défis Mr le Président. Quelques éléments dans le discours : une trêve alors que acteurs tels que les syndicats du Mena ou du Minefid jouent leur survie...je serai étonné qu’ils aillent dans votre sens. C’est le haut conseil du dialogue qui jouera les intermèdes alors que sa légimité est non reconnue par ces mêmes acteurs, bizarre tout de même. Les engagements qui seront pris...comment garantir leur mise en oeuvre....le cas des enseignants du primaire est là...bien d’autres syndicats encore. A mon avis, l’analyse du contexte politique n’est pas bien faite...vos gars ne sont pas bons.. ;enfin je suppose que vous les écouter !

    Répondre à ce message

  • Le 1er janvier à 08:39, par Jacobin En réponse à : Burkina Faso : Le président Roch Kaboré appelle à une trève sociale

    Avec le recul, je constate (et cela n’engage que moi) que ce régime se comporte exactement de la même manière que les 3 dernières années du fin de règne du précédent régime. Il s’était entouré de courtisant incompétent qui l’accompagnait dans sa chute vertigineuse et n’entendait plus les alertes. Roch, c’est la même fin qui l’attend car les mêmes causes produisent les mêmes effets. Comme le disait si bien Machiavel, si le prince est mal entouré c’est que c’est lui-même le mauvais. Et la gouvernance de Roch aujourd’hui est le problème. Je ne pense pas qu’il changera de cap, trop tard. Il n’a ni la compétence ni la carrure pour ça. Le pire c’est que nous sommes embarqués dans une mauvaise situation ou la sortie peut être fatale. Néanmoins, il a intérêt à se débarrasser de ces prédateurs incompétents notoires qui n’ont de vision que leur ventre.

    Répondre à ce message

  • Le 1er janvier à 09:44, par NIMI Boubacar En réponse à : Burkina Faso : Le président Roch Kaboré appelle à une trève sociale

    Beau discours mon Président, mais pour bien gouverner et contenir ce phénomène nouveau, il faut de la vision de l’audace et de s’entourer personnes vertueuses. Pourquoi, la population croie facilement à certains leaders coutumiers et religieux, tout simplement parce qu’ils ont un minimum de droiture en eux et se soucient des autres. Formons,éduquons et organisons nos frères intelligemment et stratégiquement. Inspirons-nous des modes d’interventions de ses criminels, projetons-nous dans le temps, comptons sur nous-mêmes et vous verrez qu’il aura de l’amélioration sur le plan sécuritaire. Il faut que les Burkinabè évitent d’utiliser les solutions simples pour juguler les problèmes auxquels ils sont confrontés. Que l’âme de nos frères tombés repose en paix. Courage au peuple.

    Répondre à ce message

  • Le 1er janvier à 10:21, par COB En réponse à : Burkina Faso : Le président Roch Kaboré appelle à une trève sociale

    Tous les messages de haine au-dessus ont été ecrits par le même groupe de personnes. C’est pas grave. DIEU existe. Même si le Gouvernement est incapable, la haine ne triomphera pas dans ce pays. Tout se paiera !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 1er janvier à 10:52, par HUG En réponse à : Burkina Faso : Le président Roch Kaboré appelle à une trève sociale

    Ce discours est bien dans le fond mais Il y a eu un problème car généralement on avait l’habitude de suivre ce discours à 20 heures avec quelque légers retards mais cette fois ci on n’a rien compris le retard était de 5o minutes soit 2O h 51 minutes. Il a duré en gros 9 minutes mais cela n’est pas un problème car c’est la qualité qui compte. Monsieur le président si vous traduisez en acte le contenu de votre discours je parie que votre cote de popularité va augmenté en 2019. Mais on dit qu’il y a un écart entre ce que les gens disent et ce qu’il font. A vous voir vous semblez être un bon samaritain mais sachez qu’on ne gouverne pas avec un chapelet à la main comme le disait MACHIAVEL. Il faut avoir souvent le courage de sanctionner des personnes qui fautent parmi lesquels figurent les ministres et autres mal causeurs et ceux qui s’adonnent souvent à des actions peu catholiques .Il faut être renard pour déjoué les pièges et loup pour effrayer les agneaux. Nous souhaitons plein succès.

    Répondre à ce message

  • Le 1er janvier à 11:03, par HUG En réponse à : Burkina Faso : Le président Roch Kaboré appelle à une trève sociale

    Monsieur le président pendant que vous appelez les syndicats à dialoguer avec leurs ministres de tutelle et le haut conseil pour le dialogue social est ce que vous savez que certains de vos ministres ont opté de prendre la voie de la brimade et de la force comme réponse aux revendications sociales ? Heureusement ou malheureusement certains se sont brisés les dents car ils oublient que les syndicalistes ont quant même des cerveaux. Demandez à votre ministre de la femme, elle vous en parlera. Elle a suspendu 88 agents de leurs fonctions dans le mois aout 2018 mais pourqoui elle n’a jamais fait une communication orale en conseil de ministre pour expliquer ses agissements. Pourquoi et pourquoi. Je crois en votre sincérité et je pense que votre appel aura un écho favorable de la part de certains de vos ministres qui pensent qu’ils ont en face des enfants et des Zero.

    Répondre à ce message

  • Le 1er janvier à 12:01, par Tagsgo En réponse à : Burkina Faso : Le président Roch Kaboré appelle à une trève sociale

    Ce discours me laisse encore plus sceptique sur l’avenir du Burkina Faso avec Rock et sa clic. Si le message du nouvel an n’était qu’une rétrospective (encore faut-il qu’elle soit bien faite), il aurait fallu le laisser à la presse. Dans ce discours, on a aucune mesure forte, mais plutôt un gouvernement qui prend le terrorisme comme échappatoire aux revendications justes des syndicats. Le sujet du terrorisme mérite certes une attention particulière de tous, mais le gouvernement ce n’est pas un seul ministère. Nous avons besoin de mesures fortes, à commencer par un remaniement ministériel pour mettre des hommes qui vont inspiré l’action notamment à la Défense, la sécurité et à la fonction publique. Il serait aussi bien de supprimer les postes de retraite politique comme celui de Simon, Chérif Sy et autre... Le plus inquiétant, est que ce discours au ton pessimiste en dit long sur le niveau des conseillers à la communication du president et par généralisation, celui des autres conseillers.
    Bonne année à tous les Burkinabé !

    Répondre à ce message

  • Le 1er janvier à 12:17, par Ka En réponse à : Burkina Faso : Le président Roch Kaboré appelle à une trève sociale

    Oui les parole orale disparaissent, mais les écrits restes : Remercions le site de Lefaso.net de conserver nos écris pour que nous les relisions pour mieux avancer avec nos critiques fondées. Apres un bon réveillon avec ma famille, ce matin j’ai pris mon temps a analysé le discours du premier Burkinabé et ses promesses. Aussi j’ai pris acte des premières réactions des internautes de bonne foi de ce discours pour un Burkina qui veut avancer. Et celle qui m’a retenu est celle de notre sœur internaute M. Guirma qui a repris la critique de Sidbala de l’année dernière.

    J’ai toujours tiré à bout portant avec mes critiques fondées au régime gouvernant, ou à l’opposition : Ici, je n’e suis pas là pour faire un jugement au président du Faso comme d’autres le font. Mais comme je le dis souvent : ‘’’Un régime qui refuse d’entendre les critiques, et, pire, qui les fait taire par tous les moyens possibles et imaginables, n’a aucun avenir devant un peuple comme celui du Burkina averti par les crimes, la corruption à ciel ouvert, l’impunité et l’injustice.’’’ Ce n’est pas avec les obséquieuses louanges et les cirages de pompes de discours avec des promesses non tenues à tout va qu’avait adopté le régime Compaoré durant 27 ans qu’on progresse, mais par des actes concrètes objectives et indépendantes, quitte à ce qu’elles soient désagréables à plaire à ceux qui veulent la continuité.

    Le Burkina de 2018 est (du moins en théorie) dans des démocraties modernes, on n’est plus dans des régimes de monarchie absolue de droit divin, où prévalait le crime de lèse-majesté, prétexte à toutes sortes d’agissements arbitraires. Le meilleur allié du dirigeant actuel (moderne,) qui a de l’envergure et qui veut aller de l’avant...), c’est la critique, l’écoute oreilles grandes ouvertes tous azimuts.

    Je suis en contradiction avec des internautes qui veulent parler de la réconciliation nationale à la légère avec des solutions qui les arranges, en oubliant la justice qui est la base de tout qui nous divise : Car, La première cause qui mine le développement d’un pays, c’est sa JUSTICE ! La première cause qui crée des crises sociales dans un pays, c’est sa JUSTICE. Il faut quitter ce face-à-face mortel pour explorer d’autres voies profitables aux citoyens et non aux politiques enfermés dans leur égoïsme. Cela est possible, pourvu que les assassins payent leurs crimes selon les lois de notre constitution pour apaiser les cœurs des familles des victimes et tout le peuple.

    Aux internautes qui parlent de la réconciliation nationale avec nos lois pour la soudure sociale sachent une chose : ‘’’’La réconciliation est l’œuvre de tous, elle n’est pas l’apanage ni l’exclusivité du microcosme politique ou des lois, qu’il soit ou non représentatif. S’il y a une volonté ferme et clairement revendiquée du peuple à se réconcilier, la réconciliation s’imposera d’emblée aux décideurs et il leur suffira d’en prendre acte. Mais tant qu’il subsistera des foyers de haine profonde et viscérale comme on en voit encore, surtout des criminels a la salle des banquets devant les juges en rigolant, et narguant les familles de victimes, la réconciliation ne pourra avoir lieu, surtout si certains de ces abcès purulents sont au sein du microcosme politique, et y fait la pluie et le beau temps.

    En internaute averti, et qui suit les discours du président depuis son investiture, dont j’analyse souvent en les reprenant dans mes critiques sur ce forum, je dis à son excellence monsieur le président du Faso, que de parler dans son discours cette année comme celle de l’année dernière le combat pour la corruption qui empoisonne notre pays, ‘’’que ce ne sont pas les discours d’un président ou les lois qui mettront fin à la corruption. La corruption est un état d’esprit, dont la matérialisation physique se fait dans les administrations comme dans les commerces. C’est un état de conscience vis à vis de soi et des autres, et l’exemple doit venir du président et son équipe.’’’ Et si des internautes comme Sidbala et notre Sœur M.Guirma se permettent d’attirer votre attention, c’est qu’à mon avis cette question que je vous pose : ‘’’’Que faisons-nous, avec la Charte de bonne gouvernance ?’’’’ Comment attendre d’un ministre un résultat quand sa nomination ne dépend pas de sa compétence, mais de sa capacité à bien "gratter votre dos ?" Comment ce ministre peut-il se sentir redevable auprès du peuple Burkinabé quand il sait que sa "présence là où il est" ne dépend pas du résultat de sa gestion, mais juste de la longueur de ses griffes à "bien gratter votre dos ?" Il est temps de mettre des personnes de votre équipe a la place qu’il faut : Au regard des quatre coins du pays (nord-sud- Ouest- Est),Il existe plus de 1000 intellectuels politiquement outillés pour succéder ces ministres incapables autour de vous et relever le défi. Gouverner un pays comme le nôtre, ce n’est pas une affaire de super homme. La gestion d’un pays recommande une gestion participative, l’amour du prochain, et surtout en mettant en avant l’égalité des chances.

    A mes amis d’internautes de bonne foi, je voulais que cette critique soit une analyse de votre vieux internaute Ka pour vos critiques constructives, mais restons entre nous en internautes compétentes et compétents, et dire comme le dis souvent aux internautes ou les acteurs des maquis qui désinforment tous les biens faits, ‘’’’qu’un peuple sans culture est un peuple sans âme.’’ Et la difficulté des politiques au gosier large et revanchards de notre pays de 2018, se caractérise par l’absence de culture politique. La plupart des personnalités dans le régime Kaboré ou dans l’opposition, ne sont pas ou n’étaient pas des militants politiques engagées, mais des cadres de parents ou des amis recrutés pour occuper des responsabilités dans les instances des partis politiques : Et je dis à ces margouillats autour de Roch Kaboré ou de Zépherin Diabré, que le militantisme n’est pas spontané, mais un engagement. Il n’existe pas de générations spontanées, mais une génération qui dit ‘’que rien ne sera plus comme avant’’ et l’applique sans attendrissement ni favoritisme.

    Conclusion : Si le Burkina reste embourbé dans son sous-développement : il est incapable se de mobiliser autour de grands objectifs et de faire passer l’intérêt général avant les intérêts personnels. Ensemble comme les dix doigts de la main, nous vaincrons les terroristes déguisés, et la corruption a ciel ouvert qui retardent l’avancer du pays que nous aimons.

    C’était votre vieux Ka à propos des Vœux du premier Burkinabé a la nation. Bonne année a tout le peuple Burkinabé. Que Dieu bénisse le Burkina.

    Répondre à ce message

    • Le 1er janvier à 16:37, par Mafoi En réponse à : Burkina Faso : Le président Roch Kaboré appelle à une trève sociale

      @Ka et bien sûr à tous les autres compatriotes intègres,je vous souhaite une bonne et heureuse année 2019.Maintenant concernant ces chantres de la réconciliation nationale,j’ai aussi du mal à les suivre car je ne sais pas au juste de quoi ils parlent puisque dans le même temps,ils font semblant de réclamer une république irréprochable.Quelle belle hypocrisie.Il est donc préférable de ne pas répondre à leurs jacasseries en les laisser dans leurs propres embrouillaminis

      Répondre à ce message

  • Le 1er janvier à 12:38, par warzat En réponse à : Burkina Faso : Le président Roch Kaboré appelle à une trève sociale

    Il est est rare ceux qui aiment ce pays, ne veulent pas d’une trêve sociale, de la sécurité et de la paix. Cependant le comportement à la limite irresponsable de certains membres du gouvernement par rapport à la situation sécuritaire actuelle que l’on peut lire dans la presse, le comportement boulimique, les magouilles font qu’il est difficile de convaincre les acteurs sociaux avisés des difficultés réelles qu’ils trouvent supposées du pays. Par ailleurs, si même le pauvre quidam est meurtri dans sa chair en apprenant les assassinats de nos frères gendarmes, alors que les dirigeants se distraits et font comme si de rien n’étaient....que voulez vous que l’on pensent d’eux ? De ceux qui sont sensés être de bons exemples de comportements, de certains ministres de ce gouvernement.

    Répondre à ce message

  • Le 1er janvier à 13:00, par Raogo En réponse à : Burkina Faso : Le président Roch Kaboré appelle à une trève sociale

    "Heureux le politicien qui a une haute idée et une profonde conscience de son rôle.
    Heureux le politicien dont la personne reflète la crédibilité.
    Heureux le politicien qui travaille pour le bien commun et non pour son propre intérêt.
    Heureux le politicien qui reste fidèlement cohérent.
    Heureux le politicien qui réalise l’unité.
    Heureux le politicien qui s’engage dans la réalisation d’un changement radical.
    Heureux le politicien qui sait écouter.
    Heureux le politicien qui n’a pas peur.[5]"

    Répondre à ce message

  • Le 1er janvier à 14:27, par Chasseur d’insurrescrocs En réponse à : Burkina Faso : Le président Roch Kaboré appelle à une trève sociale

    Cette demande de trêve est une nouvelle mamoeuvre d’escroquerie visant à gagner du temps pour mettre à l’abri les fortunes colossales amassées sur le dos du peuple. Pour vous en convaincre, jetez un coup d’oeil sur le classement Forbes des 10 hommes les plus riches du Burkina façon :
    BURKINA FASO : voici le top 10 des personnalités les plus riches en 2018

    Avez-vous déjà voulu savoir qui est la personne la plus riche du Burkina Faso ? Eh bien, aujourd’hui, Forbes, le célèbre magazine américain, a publié la liste des 10 personnes les plus riches du pays des Hommes intègres, en 2018.

    1-Blaise Compaoré
    Blaise Compaoré est un homme politique burkinabé qui a été président du Burkina Faso de 1987 à 2014. Il était l’un des principaux associés du président Thomas Sankara dans les années 1980 et, en octobre 1987, il a mené un coup d’État au cours duquel Sankara a été tué.
    2-Roch Marc Christian Kaboré

    Roch Marc Christian Kaboré est un politicien burkinabé et le président du Burkina Faso, en poste depuis 2015.
    3-Michel Kafando
    Michel Kafando est un diplomate burkinabé qui a été président de transition du Burkina Faso de 2014 à 2015.
    4-Yacouba Isaac Zida

    Yacouba Isaac Zida est un officier militaire burkinabé qui a brièvement occupé le poste de chef d’Etat par intérim du Burkina Faso en novembre 2014. Il a pris le pouvoir à la suite du soulèvement burkinabé de 2014, laissant un officier supérieur, Honoré Nabéré Traoré.
    5-Gilbert Diendéré
    Gilbert Diendéré est un officier militaire burkinabé et le président du Conseil national pour la démocratie, la junte militaire qui a brièvement pris le pouvoir au Burkina Faso lors du coup d’état de septembre 2015.
    6-Simon Compaoré
    Simon Compaoré est un homme politique burkinabé qui a été maire de Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, de 1995 à 2012
    7-Paul Kaba Thieba
    Paul Kaba Thieba est un économiste burkinabé qui a été Premier ministre du Burkina Faso depuis 2016. Thieba a été nommé par le président Roch Marc Christian Kaboré le 6 janvier 2016, peu de temps après la prise de fonction de Kaboré.
    8-Zéphirin Diabré
    Zéphirin Diabré est un politicien burkinabé. Au cours des années 90, il a été ministre des finances du gouvernement du Burkina Faso. Il s’est présenté comme candidat à l’élection présidentielle de novembre 2015, se classant deuxième derrière Roch Marc Christian Kaboré.
    9-Tertius Zongo
    Tertius Zongo a été Premier ministre du Burkina Faso de juin 2007 à avril 2011.
    10-Bénéwendé Stanislas Sankara
    Bénéwendé Stanislas Sankara est un politicien burkinabé et le président du parti Union pour la renaissance / mouvement sankariste

    Avez-vous noté dans cette liste, un seul opérateur économique ? Par contre, trônent en bonne place ceux qui étaient sensés nous apporter le changement après le départ de B.C. Cette liste nous renseigne sur les compétences des princes qui nous dirigent actuellement : enrichissement rapide.

    Répondre à ce message

  • Le 1er janvier à 18:12, par le courageux En réponse à : Burkina Faso : Le président Roch Kaboré appelle à une trève sociale

    Internaute le pays va mieux. Si tu penses que dire ce que l’on pense mérite d’être traiter de cafard c’est lâche de ta part.

    Ce qui est sur et même certain ce sont ces mêmes poltrons qui sont au pouvoir qui ont alimentés et entretenu le régime CDP pendant tout le temps que Blaise a régner.

    Si aujourd’hui vous avez use de tous les moyens illégaux qui n’est rien d’autre qu’un coup d’État pour usurper le pouvoir ce arrive au pays ne vous est pas etranger.

    Mais si dieu le veut la monnaie vous sera rendue combien de familles sont endeuillées a cause de vos intérêts égoïstes. Votre premier par sa mauvaise foi avait même dit que l’article 37 était modifiable. Il ne faut pas nous amener a parler sans quoi on fera des révélations.
    Ce qui est sur le verre est déjà dans le fruit si l’autorité de l’État n’existe dans les contrés où on tue chaque jour c’est la faute a qui ? Poses toi d’abord cette question et le jour où tu sera confronté à cette triste réalité tu n’auras même plus tes yeux pour pleurer parce que tu n’auras plus de larme.
    Espèce d’inconscient les architectes de la faillite du pays sont ceux qui le dirigent actuelles et personne d’autre.

    Répondre à ce message

  • Le 1er janvier à 23:12, par Ka En réponse à : Burkina Faso : Le président Roch Kaboré appelle à une trève sociale

    Oui mon ami internaute Mafoi : Ceux qui crient la soudure de notre société sans passé par la justice pour couvrir des amis impliqués dans les crimes, ont toujours des discours qui encourage à l’optimisme. Malheureusement, entre les discours et la justice pour tous, les Burkinabé ne s’y retrouvent pas. Cela veut dire qu’il y a un problème. Car, ceux qui prennent un raccourci pour blâmer le peuple en disant de tout oublier et permettre les criminels d’avoir la liberté pour leur continuité malsaine, ces personnes savent que le combat pour la justice est celui le plus difficile à mener , par ce qu’on ne se bat pas pour personne en particulier, mais pour que la JUSTICE soit pour TOUS (sans exception). Et je dis que le peuple Burkinabé n’est pas amnésique, et sait que les charabias des personnes ou quelques internautes de mauvaise foi, qui veulent la réconciliation sans la justice, c’est de la farine, car, tout ce qu’ils font c’est allègrement dans le virtuel, puisqu’ils ont échoué dans le monde réel. Comme ça, si on ne voit rien, on n’aura rien a les reproché.

    Ce que je peux dire a ces personnes qui veulent duper les familles des victime a la faveur de leurs amis criminels : "La réconciliation et le rassemblement, oui" mais pas à n’importe quel prix. L’impunité n’est pas acceptable, mais la justice doit faire part d’un peu plus de sérieux que ce qu’on constate actuellement, sinon, au lieu de favoriser "La réconciliation et le rassemblement", une "justice des vainqueurs" partiale et plus ou moins fantaisiste, voire expéditive, ne fera que mettre de l’huile sur le feu pour embraser de plus notre pays qui n’est pas épargné par nos frères déguisés en terroristes pour tuer leur propre famille.

    Répondre à ce message

  • Le 2 janvier à 16:15, par Sans rancune En réponse à : Burkina Faso : Le président Roch Kaboré appelle à une trève sociale

    Je suis desole monsieur le President mais pas de treve social. De plus le train de vie de l’etat doit etre discute avec les forces vives de la nation tout comme le systeme de remuneration des salaires des fonctionnaires l’a ete. Annee 2019, annee de tous les dangers : baisse drastique des recettes propres

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
An 3 de la gouvernance MPP : Une performance de 7,19/20 selon les résultats de notre sondage
Burkina Faso : Le président Roch Kaboré appelle à une trève sociale
58e anniversaire du Burkina Faso : Le message à la nation du président Roch Kaboré
An 2 de la gouvernance MPP : Le verdict implacable de nos internautes
An II Roch Kaboré : 55% des Burkinabè non satisfaits
Le Président du Faso réaffirme son soutien au nouveau président élu de la CAF
Le Président du Faso invite les hommes d’affaires égyptiens à investir au Burkina
Le Président Roch Kaboré chez le grand imam de la mosquée Al-Azhar du Caire et Théodore II d’Alexandrie
Réconciliation nationale : Roch Kaboré n’apporte aucun soutien à la CODER, selon la présidence du Faso
Entretien à l’Elysée entre les Présidents Roch Marc Christian KABORE et François HOLLANDE
Gouvernement Thièba II : La sécurité, priorité des priorités selon nos enquêtés
Remaniement ministériel : Voici la composition du Gouvernement Paul Kaba THIEBA II
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés