Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il n’y a pas de loi historique inéluctаblе.» Henri Bergson

Affaire Sankara : Satisfaction et prudence pour le « Réseau international Justice pour Sankara » après la remise d’archives françaises déclassifiées à la justice burkinabè

Accueil > Actualités > Politique • Communiqué de presse • jeudi 27 décembre 2018 à 16h16min
Affaire Sankara : Satisfaction et prudence pour le « Réseau international Justice pour Sankara » après la remise d’archives françaises déclassifiées à la justice burkinabè

C’est avec prudence que nous apprenons la remise à la justice burkinabè des premiers documents déclassifiés côté français, tout en prenant note avec satisfaction que ces déclassifications correspondent aux engagements formulés devant les étudiants burkinabè le 27 novembre 2017.

En effet notre réseau est membre du « collectif secret défense un enjeu démocratique ». En côtoyant des familles de victimes confrontées aux blocages du secret défense (*)(voir à http://collectifsecretdefense.fr/), nous avons appris que de telles promesses ont déjà été faites et qu’elles n’ont été en général que très partiellement tenues. Des associations de familles de victimes ont eu à faire face à de multiples manœuvres en tout genre pour les empêcher de connaître la vérité.

Par ailleurs, ces avancées importantes dans la recherche de la vérité sont le fruit d’une lutte entamée depuis des dizaines d’années, notamment par notre réseau : deux pétitions de 17000 et 14000 signatures ; la deuxième demandant l’ouverture du secret défense, des centaines de réunions publiques et de manifestations de rue dans différents pays, de nombreux communiqués de presse pour interpeller les autorités françaises et pour attirer l’attention de l’opinion publique, une collaboration avec certains députés entrainant par deux fois de demandes d’enquête parlementaire etc… (voir à http://www.thomassankara.net/category/francais/actualites/justice-pour-sankara/page/2/)

Mais c’est surtout l’insurrection du peuple burkinabè tout entier, en octobre 2014, qui fut déterminante, portant l’exigence de justice au premier plan de ses revendications et, par là-même mettant les autorités françaises un peu au pied du mur.

Le peuple burkinabè en premier lieu, mais aussi d’autres peuples à travers le monde, tous ceux qui réclament justice pour Thomas Sankara et ses collaborateurs restent attentifs à l’évolution de cette affaire. Ils ne doivent pas être déçus. Pour notre part nous continuons à rester vigilants et mobilisés.

Fait à Ouagadougou, Bobo Dioulasso, Dori, Dakar, Bamako, Toronto, Ottawa, Rome, Turin, Paris, Marseille, Nîmes, Ajaccio, Montpellier, Toulouse, Uppsala (Suède) le 19 décembre 2018.

Le réseau international Justice pour Sankara, justice pour l’Afrique
Contact : contactjusticepoursankara@gmail.com

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina : « Nous n’avons pas l’impression que la crise sécuritaire préoccupe vraiment les gouvernants actuels », constate l’Opposition non-affiliée
Situation nationale : « La stigmatisation et le repli identitaire sont les fléaux qui rongent notre nation », dixit Jean-Hubert Bazié
Élections couplées de 2020 : Le Front Patriotique pour le renouveau (FPR) juge inopportun son organisation
Burkina : L’opposition non-Affiliée s’oppose à des élections de novembre 2020 ne remplissant pas les conditions
Droit de vote des détenus : La Loi sera-t-elle enfin respectée en 2020 ?
UNIR/PS : Me Bénéwendé Stanislas Sankara reste aux commandes du navire !
Burkina : « S’il y a un régime qui a eu maille à partir avec les syndicats, c’est bel et bien celui de Thomas Sankara », établit Clément Sawadogo, vice-président du MPP
Situation sécuritaire : « Pour nous, la solution n’est pas de chercher les coupables, mais de chercher des coresponsables », Oumarou Tiendrebeogo, président du Mouvement des Jeunes Patriotes pour le Progrès
Burkina : Me Bénéwendé Sankara démissionne de la présidence de l’UNIR/PS
Fin de la 1ère session de l’Assemblée nationale : « Malgré la crise sécuritaire, notre pays a su faire preuve d’une résilience certaine », Alassane Bala Sakandé
Reprise des cours : L’UPC invite le gouvernement à s’assurer d’un minimum de conditions
Conseil des ministres : La convocation du corps électoral prévu pour le 22 novembre 2020
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés