Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La véritable cause de nos malheurs actuels est l’étonnante médiocrité qui égalisе tοus lеs individus. Si un hοmmе dе géniе раrаissаit, il sеrаit lе mаîtrе.» Joseph-Alexandre de Ségur

Bobo-Dioulasso : Des jeunes outillés sur l’analyse des politiques publiques et la stratégie de plaidoyer

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET | Par Romuald Dofini • lundi 17 décembre 2018 à 00h43min
Bobo-Dioulasso : Des jeunes outillés sur l’analyse des politiques publiques et la stratégie de plaidoyer

L’Institut Général-Tiémoko-Marc-Garango pour la gouvernance et le développement (IGD) a organisé une série d’activités, les 14 et 15 décembre 2018, à Bobo-Dioulasso. Cette série d’activités entre dans le cadre du projet « Jeunesses africaines et résilience à la violence, à l’exclusion sociale et à l’injustice » mis en œuvre en partenariat avec le Centre de recherche pour le développement international (CRDI) du Canada.

Il s’est agi de l’organisation d’un concours de Slam sur le thème « Jeunesse et citoyenneté », dans l’après-midi du vendredi 14 décembre et d’une formation des jeunes à l’analyse des politiques publiques et la stratégie de plaidoyer, le samedi 15 décembre 2018 à Bobo-Dioulasso. Selon le Dr Abdoul Karim Saidou, chargé de programme à l’IGD, cette activité s’inscrit dans le cadre des activités menées par l’institut, notamment en faveur des jeunes.

A l’en croire, il s’agit de donner à des jeunes, issus des partis politiques et des organisations de la société civile, des connaissances et des compétences sur l’action publique ainsi que sur les étapes et les stratégies à suivre pour faire un plaidoyer. « Nous avons choisi les jeunes parce que nous travaillons sur les politiques publiques qui affectent les jeunes. Et nous avons pensé que le fait de leur donner des rudiments, des compétences, pour comprendre l’action publique et savoir comment inscrire des problématiques dans l’agenda public est une initiative importante. Cela va leur permettre d’accroître leur influence dans le fonctionnement de l’Etat burkinabè », a-t-il laissé entendre.

Dr Abdoul Karim Saidou

Il a par ailleurs indiqué que l’engagement des jeunes dans la politique est pluriel. Pour lui, il y a des jeunes qui sont engagés dans des partis politiques et d’autres dans la société civile. Et il leur manque un certain nombre de connaissances pour améliorer la qualité de leur intervention dans le fonctionnement de l’Etat. C’est dans ce sens que l’IGD a identifié cette thématique, action publique et plaidoyer, « pour amener ces jeunes à mieux encadrer leur intervention, et faire en sorte que leur participation dans le fonctionnement de l’Etat soit qualitative, afin qu’ils puissent apporter une contribution importante dans l’édification de la démocratie au Burkina Faso ».

Les participants apprécient l’initiative à sa juste valeur. Antoine Nikiéma, militant du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) et membre du bureau politique national, a remercié l’IGD pour l’initiative de former les jeunes. Selon lui, dans le passé, les jeunes n’avaient pas eu cette occasion de se faire former. C’est pourquoi il estime que « ce que nous apprenons aujourd’hui est vraiment important et cela va beaucoup nous galvaniser, nous former. Désormais, nous n’allons plus faire la politique de manière désordonnée », a-t-il indiqué.

Antoine Nikiéma, participant

Toutefois, il déplore le fait que les jeunes entrent dans la politique sans formation, sans aucune notion. C’est pourquoi il a signifié qu’après cette formation, ces jeunes pourront avoir une nouvelle vision de la politique et pourront comprendre comment la politique se passe.

Romuald Dofini
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 23 décembre 2018 à 11:34, par M. OUEDRAOGO En réponse à : Bobo-Dioulasso : Des jeunes outillés sur l’analyse des politiques publiques et la stratégie de plaidoyer

    je salue cette belle initiative de former la jeunesse burkinabé pour une politique participative à l’édification de notre nation. pour que l’objectif visé puisse atteindre , je pense qu’il est nécessaire que cette formation puisse se dérouler dans toutes les 13 régions du Burkina afin de faire bénéficier les bonne attitudes politique à toute la jeunesse burkinabé. si la solution pour un Burkina apaisé passe par cette initiative , il faut l’étendre à tous en particulier l’élite politique actuel. je vous remercie de m’avoir lu.
    « « » »

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Gaoua : L’UPC tient ses premières journées parlementaires de l’année
Présidentielle 2020 : Les favoris et les priorités selon notre deuxième sondage
Vie des partis au Burkina : Naissance du Front africain pour le changement
Situation nationale : « Le Burkina n’a rien d’autre à offrir aux terroristes que le combat sans merci », affirme Jean De Dieu Somda, vice-coordonnateur du Haut-conseil du CDP
40 ans de vie politique et syndicale : Dr Emile Paré prépare ses mémoires
Elections de 2020 : « Il est hors de question de découpler la présidentielle et les législatives », déclare l’opposition
Inauguration de « La Ruche » à Ouagadougou : « Ça sent la duperie », selon Dr Ablassé Ouédraogo
Eddie Komboïgo à des étudiants : « Si vous n’avez pas confiance en l’avenir, vous aurez un comportement négatif »
Réseau libéral africain : Gilbert Noël Ouédraogo désigné président délégué
Décès de Jean-Baptiste Natama : Un an déjà
Bobo-Dioulasso : Les responsables de l’URD échangent avec leurs militants
Programme d’urgence pour le Sahel : Plus de 47 milliards de FCFA investis en 2018
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés