Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La vraie noblesse s’acquiert en vivant, et non раs еn nаissаnt.» Guillaume Bouchet

Décès de Aimé Damiba : Le témoignage de la famille de Jacqueline et Joseph Ki-Zerbo à l’homme et son œuvre

Accueil > Actualités > Nécrologie • • vendredi 14 décembre 2018 à 16h59min
Décès de Aimé Damiba : Le témoignage de la famille de Jacqueline et Joseph Ki-Zerbo à l’homme et son œuvre

Je témoigne en cette soirée du 12 Décembre 2018 de l’Homme qu’a été Aimé Damiba et de son œuvre, au nom de la famille de Joseph et Jacqueline Ki-Zerbo.
Nous vous remercions de nous accorder la parole pour remplir notre devoir de mémoire et apporter notre contribution spécifique à cette veillée de prières.

Tonton Aimé, notre témoignage de ce jour est fondé sur un témoignage que toi-même nous a laissé en ces termes :

« A l’époque à laquelle je me réfère, la haute administration de l’Education nationale était tenue par un Inspecteur d’Académie français. En 1965, les autorités du pays décident de confier cette responsabilité au Professeur Joseph Ki-Zerbo. C’est alors, qu’un jour de mai 1966, sa secrétaire, une française de l’assistance technique, m’introduisit dans son bureau, somme toute modeste. Je m’adressai à l’homme que je ne connaissais que de nom :

« Bonjour Monsieur l’Inspecteur d’Académie ; je viens prendre service auprès de vous ». « Assieds-toi. Tu peux m’appeler Joseph et me tutoyer » m’a-t-il répondu. Simplicité étonnante pour moi qui venait de quitter le Rectorat d’Orléans où j’ai fait un stage dans le cadre de la formation en administration scolaire et universitaire. J’étais bien loin, à cet instant-là d’imaginer à quel point, Homme d’exception, il était et que je découvrirai au jour le jour sous sa bienveillante tutelle. Il m’a beaucoup appris, y compris à porter le Faso Danfani. Un aîné des années 20 du pays San. »

Oui, Joseph Ki-Zerbo a été et demeure ton frère aîné et vous avez eu l’un pour l’autre une affection fraternelle digne d’intérêt.

Tu as parlé de Joseph Ki –Zerbo, comme étant un parent à nous tous dans la vie quotidienne. Tu as perpétué cette parenté à l’égard de sa famille après son rappel à Dieu.

En dehors de ta présence rassurante durant les dures années d’exil à Dakar et ton œuvre majeure pour la préservation du patrimoine intellectuel de ton frère Joseph Ki-Zerbo, nous nous souvenons de ton témoignage vivace au cours de la veillée de prières à la veille de l’inhumation de Tonton Ignace Sandwidi, où le nom du Professeur est revenu plusieurs fois.

Ce que les Ki-Zerbo et alliés admirent chez toi, c’est tout : la clarté des idées, la simplicité humaniste et fraternelle, ta réserve, ton humilité, les principes de constance et de fidélité dans l’engagement, le sens du devoir, du don de soi, l’idéal de justice sociale et chrétienne.

Tu es par ailleurs expert érudit de l’UNESCO. Tu as apporté ta contribution remarquable au développement des ressources humaines du Faso et de l’Afrique, avec des frères et sœurs, comme Hyacinthe Sandwidi, Jacqueline Ki-Zerbo, Ali Lankoandé, Joseph Ki-Zerbo, Bakary Kamian. Nous en oublions certainement.

Tu as rempli vaillamment ta mission. Tu as semé dans le cadre d’une vocation collective, de groupe, tes graines dans le système éducatif du Burkina Faso et de notre continent, à titre de legs irremplaçable.

Homme de foi, tu as perfectionné ta sainteté initiale, celle de chaque chrétien, découlant de l’onction de l’Esprit-saint reçue au baptême, par tes efforts, ta vie de foi, d’espérance et de charité, pour atteindre la sainteté proche de la perfection.

Tonton Aimé Damiba est un modèle de l’engagement, de l’engagement qui ne recule pas mais qui grandit, du don de soi, de la constance.

Nous exprimons ce soir notre devoir de mémoire mais aussi notre reconnaissance à toute la famille Damiba, spécialement à Tantie Marie Madeleine.

Je m’exprime cette fois-ci aussi bien au nom de la famille de Jacqueline et Joseph Ki-Zerbo qu’en qualité de représentante de la Fondation Ki-Zerbo.

Tonton Aimé Damiba, tu es resté fidèle à ton frère et ami Joseph Ki-Zerbo après son rappel à Dieu intervenu le 4 décembre 2006. Avant et après sa disparition tu as procédé à la collecte de ses écrits. Sous ta coordination, sept ouvrages posthumes ont été publiés :

• Repères pour l’Afrique, en 2007
• Regards sur la société africaine, en 2008
• Histoire critique de l’Afrique, en 2008
• A propos de culture, en 2010
• Education et développement ; 50 ans de réflexion et d’action, en 2010
• Réflexion sur le développement, en 2012
• Paroles d’hier pour aujourd’hui et demain : convictions et prises de position politiques, en 2014.
Nous avons vécu cette fidélité encore cette année et nous continuerons à la vivre. En effet, au mois de mars dernier, tu as rassemblé des textes consacrés à des héros africains pour le huitième livre posthume que nous allons publier bientôt en te réitérant notre reconnaissance sans fin et en te rendant hommage.
Tu as dit que Joseph Ki-Zerbo a semé généreusement ses écrits à tous vents. Tu l’as aidé à le faire en pérennisant son œuvre et en témoignant au sujet de l’Homme et de son œuvre, notamment en 2012, dans le cadre de la cérémonie d’hommage organisée au siège de l’UNESCO à Paris.
Ce don généreux de ton temps et de ton intelligence a été fait pour l’éternité.
Tu es un digne fils du pays des Hommes intègres. Tu as aidé à porter son flambeau très haut.

Nous tenons à te montrer en modèle surtout aux jeunes, ceux du Burkina Faso et de notre cher continent, en cette époque marquée par la perte des repères et l’incivisme.

Nous sommes sûrs que les vieux compères partis répondre à l’appel de Dieu, Aimé, Jacqueline, Ignace, Ali, Joseph, Bakary, se retrouvent dans la clarté divine éternelle et qu’ils intercèdent pour nous. Ils nous inspirent pour continuer l’œuvre commencée.

En effet, l’Eglise nous enseigne une forme de communion des saints entre nous les vivants et nos chers défunts.

Elle se traduit aussi par notre prière aujourd’hui pour toi, Tonton Aimé.

Nous te confions à Dieu en nous disant que tu as vécu généreusement, courageusement, en donnant un bon exemple de foi, de charité et d’espérance. Dieu te fait totalement miséricorde.

AMEN !

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Décès de SUZANNE PARE épouse KONANE : Remerciements et faire part
Décès de KABORE Sibiri Germain : Remerciements et faire part
Décès de TOE / OUEDRAOGO ALIMATA JACQUELINE : Remerciements
Décès de Rakoèga Raphael KABORE : Remerciements
Décès de SAWADOGO Rélwendé Benjamin Edmond : Remerciements et faire part
Décès de OUEDRAOGO Pascaline : Remerciements
In memoria : Rabougsiba Pierre Romuald DJIGMA
Décès de Mme KAMBOU née OUEDRAOGO ALINE Remerciements et faire part
Décès de El Hadj VOKOUMA Landaogo Ousmane : Remerciements
IN MEMORIAM Idiatélé Fanta NIGNAN
In memoria : Sanou Bêma
Décès de Maman OUEDRAOGO Joanna née ROUAMBA : Remerciements
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés