Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La faculté de se mettre dans la peau des autres et de réfléchir à la manière dont on agirait à leur place est très utile si on veut apprendre à aimer quelqu’un. » Dalaï Lama

Energies renouvelables : Un atelier national pour se pencher sur la régulation du secteur

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Yvette Zongo • vendredi 14 décembre 2018 à 00h10min
Energies renouvelables : Un atelier national pour se pencher sur la régulation du secteur

Ouverture ce jeudi 13 décembre 2018, à Ouagadougou, d’un atelier national sur la régulation du secteur des énergies renouvelables au Burkina Faso. Cette rencontre a été organisée par la Coalition nationale des OSC pour la promotion des énergies renouvelables et l’accès à l’énergie durable au Burkina Faso (CNPDERBF), sous l’égide de l’Organisation catholique pour le développement et la solidarité (OCADES) de Dédougou. Objectif de cet atelier, faire l’état des lieux de la régulation du secteur des énergies renouvelables. Et de façon spécifique, il vise à donner aux participants un bref aperçu de la Politique nationale de promotion des énergies, faire l’état des lieux de la normalisation et de la certification des services et produits d’énergies renouvelables de qualité, faire des recommandations, etc. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le secrétaire exécutif de l’OCADES Caritas de Dédougou, abbé André Toé.

Le secrétaire exécutif de l’OCADES-CARITAS Dédougou, Abbé André Toe

Dans le cadre de la promotion des énergies renouvelables et de l’accès à l’énergie durable au Burkina Faso, un atelier national sur « La régulation du secteur des énergies renouvelables : états des lieux de la certification et de la normalisation des produits et services » a été organisé ce jeudi 13 décembre 2018 à Ouagadougou. A l’ouverture des travaux, le secrétaire exécutif de l’OCADES Caritas Dédougou, abbé André Toé, a précisé qu’il s’agira de faire l’état des lieux de la normalisation et de la certification des produits et des services d’énergies renouvelables de qualité au Burkina Faso afin de formuler des recommandations à l’endroit des ministères en charge de l’Energie, de l’Education nationale et de la Jeunesse au cours d’un panel sur la régulation dudit secteur qui se tiendra le vendredi 14 décembre 2018.

Un processus qui, selon lui, vise à mieux engager le gouvernement pour des résultats concrets dans le sens des objectifs du plaidoyer, à savoir l’intégration d’une filière Energie renouvelables dans les écoles techniques secondaires pour former des professionnels certifiés et capables de fournir des services de qualité aux populations et un meilleur contrôle par l’Etat de la qualité des équipements importés au Burkina Faso.

Le directeur des énergies renouvelables, Amadou Diallo

Etats des lieux du secteur de l’énergie

Parlant en effet de l’état des lieux du secteur de l’énergie, il faut noter que le Burkina Faso est dans une forte demande de croissance en énergie, comme l’a souligné Amadou Diallo ingénieur en énergie à la direction générale des énergies renouvelables, dans sa présentation. Car, selon lui, cette forte demande de croissance en énergie s’explique par le faible taux d’électrification au niveau national et rural. « Un taux qui s’élève à 35% au niveau national, 60% en milieu urbain et 3,25% en milieu rural mais, dit-il, nous voudrions atteindre un taux d’électrification nationale et de couverture de 80 % à l’horizon 2020 ».

Une vue des participants de l’atelier national sur la regulation des energies renouvelables

Et c’est pourquoi la nouvelle politique énergétique du Burkina s’appuie sur les ressources endogènes de la coopération internationale pour rendre disponible l’énergie à moindre coût, a-t-il affirmé. Et de préciser qu’en termes de règlementation de ce secteur, la Burkina a créé l’Agence nationale des énergies renouvelables en vue de faciliter le contrôle et le travail avec les parties prenantes afin de permettre une bonne utilisation des équipements de qualité en matière d’énergies renouvelables. Et à cet effet, il y a la loi 014 portant réglementation du secteur de l’énergie qui permet de libéraliser la production et la distribution de l’énergie.

Yvette Zongo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Education : La CNSE exige une mise en œuvre « appropriée » des engagements
Bobo-Dioulasso : Le ministère de l’Intégration africaine et des Burkinabè de l’extérieur tient son premier CASEM de 2019
Grève du SYNTHSA : Des mesures prises pour assurer les services vitaux
Grève du SYNTSHA : « Nous estimons qu’il faut interpeller le gouvernement à beaucoup plus de sérieux », selon Pissyamba Ouédraogo, SG du SYNTSHA
Grève du SYNTSHA : Pas de service minimum pour les patients de Bobo-Dioulasso
Fête de Pâques 2019 : Le Cardinal Philippe Ouédraogo sensible au sort des victimes des attaques terroristes
Burkina : Un guide pour maitriser la poursuite des infractions douanières
Aliments thérapeutiques : InnoFaso inaugure sa nouvelle usine dans les locaux de 2iE
Situation nationale : L’ADP peint un tableau en noir
Déficit alimentaire au Burkina : Le plan de soutien aux personnes vulnérables en marche
Mouvement d’humeur au MINEFID : Le SYNAMEF appelle les agents à faire preuve de « patriotisme »
Santé : L’hémophilie, cette maladie encore méconnue
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés