Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La véritable cause de nos malheurs actuels est l’étonnante médiocrité qui égalisе tοus lеs individus. Si un hοmmе dе géniе раrаissаit, il sеrаit lе mаîtrе.» Joseph-Alexandre de Ségur

Musique : Le slam burkinabè s’exporte avec Modibo Sangaré

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET | Par Mariam OUEDRAOGO (stagiaire) • vendredi 14 décembre 2018 à 00h14min
Musique : Le slam burkinabè s’exporte avec Modibo Sangaré

« Mot dit beau », de son vrai nom Cheick Sidi Modibo Sangaré, est un étudiant en génie industriel et maintenance à l’Université Nazi-Boni de Bobo-Dioulasso. Agé de 24 ans, l’étudiant s’essaie au slam. Des différents concours de slam auxquels il a participé dans la ville de Bobo-Dioulasso, il finit par investir les scènes à l’international, comme Fish Mali à Bamako ou FISPA à Moncton au Canada. Le jeune burkinabè a entamé une tournée intercontinentale pour mettre son expertise au service des jeunes.

Une personne en plus pour hisser haut l’art et la culture du Burkina Faso. Un jeune artiste slameur burkinabè était sur les scènes du Festival international de slam/poésie en Acadie (FISPA), à Moncton au Canada. C’était du 24 novembre au 2 décembre 2018. Il s’agit de Modibo Sangaré, connu sous le slamonyme de « Mot dit beau ». Durant cette tournée à Moncton, il a défendu les couleurs du drapeau national.

C’est la culture burkinabè qui y a été valorisée. L’ambassadeur de la culture burkinabè à Moncton, « Mot dit beau », a déclamé lors des soirées slam. Il a aussi tenu des ateliers de formation en écriture slam face à des élèves canadiens. Autour d’une table ronde, il a participé aux débats sur l’inclusion sociale. Et enfin, une de ses missions a consisté à aller dans les bus à la rencontre des populations pour parler de slam.

Le slam est une tribune qui permet à l’artiste d’attirer l’attention du public sur les faits de société. Le slameur choisit ses mots parmi les questions sociales, éducatives et de gouvernance en Afrique. Pour l’heure, l’artiste prépare la sortie officielle de son album de quatre titres intitulé « Ma devise ». « Je compte sur des bonnes volontés pour préparer cette sortie », avoue-t-il.

Il envisage la tenue d’ateliers en vue de promouvoir le slam et amener les jeunes à s’intéresser à la littérature. L’artiste, qui officie beaucoup plus à Bobo-Dioulasso, allie les études à la musique. Malgré les difficultés de conciliation, il dit « avoir du temps pour ce qu’il aime ».

Notons que c’est le sacre obtenu au concours de slam « Eloquence slam éveil » en 2017 qui a permis à Modibo Sangaré de surfer sur les scènes à l’international. Le Mali a été sa première destination. Là encore, une seule scène a suffi pour son envolée vers le Festival international de slam/poésie en Acadie (FISPA) tenu du 24 novembre au 2 décembre. En 2016, l’artiste slameur a été classé troisième sur six finalistes à sa première compétition de slam au Burkina.

Mariam Ouédraogo (Stagiaire)
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Humour : « Je vous salue maris », le nouveau spectacle de Philomène Nanema dite Philo
Kundé d’or 2019 : Floby, Maï Lingani et Nabalum sont les nominés
Slam : « Non loti jeune », le nouvel album de Dabross
Femmes artistes musiciennes : Maï Lingani prend la tête de l’ABFAM
Prestations d’artistes lors des cérémonies : Et si on faisait appel à des porteurs de messages ?
1e édition du BIFA : 26 acteurs de la mode et du textile distingués
Musique : Salif Widiga, la coqueluche des commerçantes
Culture, sports et loisirs : Le cadre sectoriel fait son introspection
Cinéma : La salle de Pissy rebaptisée « Canal Olympia Idrissa Ouédraogo »
Langues maternelles : « On ne peut rien construire de durable en empruntant l’outil langagier à une autre culture », Pr Albert Ouédraogo
Religion et culture : L’archidiocèse de Ouagadougou va se doter d’un musée
FESTICO 2019 à Bobo-Dioulasso : Pari gagné pour les organisateurs
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés