Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Si tu veux aller vite, marche seul mais si tu veux aller loin, marchons ensemble.Proverbe Africain» 

Procès du putsch du CND : Faire un coup d’Etat pour en empêcher un, pour la démocratie !

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • LEFASO.NET | Marcus Kouaman • lundi 10 décembre 2018 à 00h37min
Procès du putsch du CND : Faire un coup d’Etat pour en empêcher un, pour la démocratie !

L’interrogatoire du général Gilbert Diendéré s’est poursuivi ce vendredi 7 décembre 2018, à la barre du tribunal militaire. Les avocats des parties civiles ont continué leurs questionnements pour comprendre le niveau d’implication du père spirituel de l’ex-Régiment de sécurité présidentielle (RSP) dans le coup d’Etat de septembre 2015.

Ce 8e jour de comparution du général Gilbert Diendéré a été essentiellement marqué par la suite des questionnements des avocats des parties civiles. A la manœuvre, Me Pierre Yanogo. Il demande au général pourquoi il n’a pas renvoyé les soldats vers le commandement du RSP, lorsqu’ils sont venus l’informer que les autorités étaient mises aux arrêts. Au lieu de cela, il a pris les rênes et a même instruit le chef de corps de sonner l’alerte. Les renvoyer, « cela ne serait pas responsable de ma part », répond l’accusé. Diendéré dit avoir appelé le commandement pour trouver une solution.

L’avocat se demande si l’accusé, dès son arrivée au camp Naaba-Koom II, a cherché à rencontrer le président de la Transition, Michel Kafando, qui était retenu. « Je n’ai pas cherché à le rencontrer. Ni lui, ni la hiérarchie militaire », reconnaît Diendéré, en substance. Avant le coup de force du 16 septembre 2015, le général Diendéré dit avoir à maintes reprises fait cas de la situation délétère qui prévalait et le président du Faso avait pris l’engagement de résoudre cette affaire en ne dissolvant pas le RSP. Il pouvait même délocaliser le corps de la présidence et l’envoyer au Nord ou à l’Est, selon l’accusé. Il ne fallait pas casser l’organisation sécuritaire.

« S’il n’y avait pas eu le coup d’Etat, les élections n’auraient jamais eu lieu »

Me Yanogo trouve curieux que le coup d’Etat soit intervenu quelques jours avant la fin de la Transition, à la veille de l’élection présidentielle et des législatives. Pour Gilbert Diendéré, s’il n’y avait pas eu le coup d’Etat, les élections n’auraient jamais eu lieu, puisque le Premier ministre Zida préparait un coup pour prolonger la Transition. « Aujourd’hui, on serait toujours dans un Etat d’exception », lance-t-il.
« Avez-vous saisi la hiérarchie militaire ? », questionne l’avocat. « J’en ai parlé à la hiérarchie », rétorque Golf. Il dit en avoir parlé à d’autres personnes dont l’actuel président du Faso, Roch Kaboré, candidat du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) en son temps.

Sur cette affirmation, l’avocat lance à l’accusé : « C’est pour devancer le coup d’Etat de Zida que vous avez fait pour vous ? » (Rires dans la salle d’audience). Sans pour autant répondre à la question, Diendéré, dans une dose d’humour, lâche : « C’est pour que vous puissiez arriver au pouvoir ».
Tout en expliquant que Me Pierre Yanogo (élu maire de l’arrondissement N°2 de Ouagadougou sous la bannière du MPP, parti au pouvoir) devrait remercier les soldats du RSP pour ce coup d’Etat. Il est convaincu qu’un jour viendra où cela sera reconnu.

A la suite des avocats des parties civiles, les avocats de Gilbert Diendéré ont repris la parole pour formuler des observations sur les différentes questions posées à leur client par la partie civile. Pour Me Mariam Kanyili, ce dossier a subi trois années d’instruction et cela fait neuf mois que les auditions ont débuté sans que l’on ne sache qui est l’auteur du coup d’Etat. Elle en déduit que c’était un simple mouvement d’humeur qui n’a pas été maîtrisé.

L’audience se poursuivra le lundi 10 décembre 2018.

Marcus Kouaman
(kmagju@gmail.com)
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 9 décembre 2018 à 19:30, par Dedegueba Sanon En réponse à : Procès du putsch du CND : Faire un coup d’Etat pour en empêcher un, pour la démocratie !

    Golf ne sait même pas qu’il se perd dans son raisonnement. C’est cela le propre d’un jugement, les avocats te martèlent de tas de questions, que tu finis par être incohérent.
    Lui qui disait n’avoir pas commandité ni exécuté le putsch, voudrait donc qu’on retienne qu’il n’en est pas l’auteur. Que veut donc dire assumer ?
    Golf insinue aujourd’hui que ce foireux putsch visait à en empêcher un autre que préparait son ennemi juré Zida. Donc j’en déduis que Golf n’était si passif que cela, si tant est que l’objectif visé était d’empêcher un autre putsch anti démocratique, cela ne peut se faire par improvisation. Même si les acteurs directs sont des sous officiers et des soldats, ceux ci exécutaient forcément des ordres, mais ordres de qui ?
    Si Golf en arrive à vouloir vaille que vaille noyer la hiérarchie militaire, simplement parce qu’elle n’a pas dit oui ou n’a pas dit non non plus, alors et lui Golf qui a trouvé "légitime" ce putsch parce que selon lui un "putsch de contre", contre celui en préparation de Zida, me paraît être plus que suspect. En outre la déclaration du CND disait "instaurer la démocratie" ( en fait permettre à ses amis politiques du CDP, de revenir après leur haute trahison).
    Personnellement, je pensais que ce putsch foireux était l’oeuvre de soldats du RSP qui cherchaient à s’accrocher sur leurs privilèges, car dès les premières heures du putsch le chef de corps le Col major avait dit sur les antennes, qu’il ne savait pas ce qui se passait, et qu’il irait voir... Mais avec cette sortie de Golf, je considère qu’il n’est pas "totalement" étranger à ce putsch. Il n’a certainement pas préparé ce putsch comme il voulait, mais il y a activement participé. Et étant le plus gradé, donc c’est forcément lui.
    Je pense qu’on ne pourra plus rien tirer de Golf. Il se considère comme cabri mort, et par méchanceté, il cherchera à salir beaucoup de personnes ou à brouiller les cartes. Car il y a trop de familles en deuils qui ont gardé rancune contre lui, à tort ou à raison, et si par miracle il en réchappe, il en connaitra d’autres procès à coup sûr.
    Par contre c’est outrageant d’insinuer que ce foireux putsch a sauvé notre démocratie. Un non sens, donc nous serions des insensés qui rejettent ce qui fait notre bonheur ? C’est la logique des "fleurs du mal" de Baudelaire, mais pour en arriver là, il faut croire que Golf se " cherche" vraiment.
    "Absurde de absurdité " ( Kourouma), dire qu’il a fait Saint Syr ? Pitoyable.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2018 à 19:33, par sidbala En réponse à : Procès du putsch du CND : Faire un coup d’Etat pour en empêcher un, pour la démocratie !

    Ce que je pense ne fait que se confirmer. Si la justice veux que le peuple Burkina les insurgés les victimes du 30 et 31 et ceux du 15 sachent la vérité ZIDA et les membres du balai citoyen et la hiérarchie militaire doivent être entendu à la barre.
    La vérité la vrais se trouve cachée a ce niveau. Même le plus idiot des burkinabé comprend maintenant de leurs propos a la barre découlera beaucoup de non dits.
    Dite la vérité faite éclater le vérité car tout le monde observe et les esprits avertis savent a partir de l’audition du général là où semble se cacher le vérité
    Et si es choses ne se passent pas comme ça........ ?

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2018 à 19:47, par le sage En réponse à : Procès du putsch du CND : Faire un coup d’Etat pour en empêcher un, pour la démocratie !

    On n’échappe pas a la vérité c’est Dieu même qui le veut ainsi. Nous sommes à une phase de l’histoire de notre justice ou doit s’affranchir de beaucoup de tares.
    La séparation de pouvoir doit plus que jamais se prévaloir dans tout son sens a partir de ce procès.
    Une justice équitable veut que personne ne sois au dessus de la loi.
    Tous ceux qui ont contribué dune manière ou d’une autre directement ou indirectement a ce que ce coup d’État ait lieu doivent répondre de leurs actes si non l’histoire leur sera douloureuse.
    Le temps et l’esprit du peuple s’éveille beaucoup aujourd’hui se dise que nous avons un peuple analphabète on peut tout se permette detrompez vous car la vitesse de compréhension du peuple est en croissance exponentielle.
    Le peuple n’a toujours pas la parole c’est ce qui lui manque país vous serrez désagréablement surpris.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2018 à 19:59, par yelmingaan blaan saa hien En réponse à : Procès du putsch du CND : Faire un coup d’Etat pour en empêcher un, pour la démocratie !

    Rira bien qui rira le dernier !j imagine que le brillant sourire triomphal du maire mpp yanogo déclenché par l hilarité dans la salle a pâli "jaune sombre" en quelques nano secondes quand le général a magistralement riposté !"l idée du général de redéployer les rsp a d autres missions de sécurité dans ce contexte terroriste"n est peut être pas si absurde !

    Répondre à ce message

    • Le 10 décembre 2018 à 12:08, par Bantchandi En réponse à : Procès du putsch du CND : Faire un coup d’Etat pour en empêcher un, pour la démocratie !

      yelmingaan blaan saa hien, penses-tu que le redéploiement et sa délocalisation hors de Kossyam était possible ? Redéploiement et délocalisation avaient beaucoup d’implications notamment le changement de missions et d’objectifs en sus le nom RSP n’aurait plus de sens, puisque ne remplissant plus la mission de sécurité présidentielle. Vue le contexte sécuritaire actuel du pays le Gl ne fait que faire du chantage émotionnel.

      Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2018 à 20:06, par le courageux En réponse à : Procès du putsch du CND : Faire un coup d’Etat pour en empêcher un, pour la démocratie !

    Ce qui est sur le général du haut de son âge et de sa taille ne peut en aucun moment mentir a kam devant lui. Kam s’est illustré négativement dans la vie de ce pays.
    Il y a eu des complicités avec ZIDA depuis la fameuse insurrection jusqu’au coup d’État.
    Effectivement que ceux qui veulent comprendre comprennent la faute de MBA Michel c’est de se laisser intimider par ZIDA et son balai citoyen il l’on conduit a la faute qui est la suppression du RSP et la deuxième c’est l’arrestation des membres de la transition par le RSP surpris de ce qui lui arrive.
    ZIDA sentant que son coup de rester longtemps au pouvoir ne marchera pas a mis du sable dans le coucous de tout le monde voilà pourquoi le pays a de sérieux problèmes et ce n’est que le début du commencement.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2018 à 20:21, par Gnongre paré En réponse à : Procès du putsch du CND : Faire un coup d’Etat pour en empêcher un, pour la démocratie !

    Tout tend à nous donner raison dans notre raisonnement. En effet, dans des partages antérieurs, nous avions soupçonné l’existence de "Complicités cachées dans cette affaire". Les lumières sont entrain de jaillir. Au lendemain des évènements incriminés, il se chuchotait que "Zida dans son lunatisme voulait ressembler à Thomas Sankara en réalisant sa propre Révolution". Ce qui aujourd’hui a été par le Général Diendéré dit sans détour. Zida voulait donc réaliser un Coup d’Etat qui allait empêcher la poursuite de la Transtion et instaurer ainsi une Situation d’Exception qu’il aurait appelé "Sa Révolution". Mais ce que lui et ses hommes du Balaie Citoyen ont oublié, c’est qu’ils (eux ne pourront jamais être un Isidore Thomas Sankara.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2018 à 22:12, par Le convaincu En réponse à : Procès du putsch du CND : Faire un coup d’Etat pour en empêcher un, pour la démocratie !

    Pour lamour de ce pays que nous aimons tous la séparation des pouvoir doit être très claire.
    La justice doit faire pleinement et entièrement son travaille dans ce procès. Même c’est le président du Faso lui même qui pour couvrir les lâches qu’il a utilisé pour l’aider a arriver au pouvoir dans l’ère de l’État de droit tout doit se savoir.
    Rien ne sera comme avant le peuple soufre dans tous les sens et sa colère pourra être sans pitié.
    Je demande a l’exécution c’est a dire au pouvoir de ne pas tripatouiller la justice et que la hiérarchie militaire et tous ceux qui sont impliques au même titre que le général viennent devant le peuple Burkinabe pour la vérité triomphe.
    Dieu les ancêtres ne dorment pas tout doit se savoir . il faut un début à tout.
    Ce ne va pas se passer ainsi nous n’allons pas laisser passer des choses comme ça. Vive les hommes intégrés.
    Si la constitution ne permet pas a un parti politique qui a moins de trois ans prendre le pouvoir nous comprenons maintenances pourquoi ce procès est beaucoup biaisé parce que tout simplement le MPP ne méritait d’accéder au pouvoir. Donc Roch n’est pas blanc dans cette affaire de coup d’État et quand toute la vérité venait a être dite lui Roch se retrouvera aussi a la MACA.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2018 à 22:38, par Tilade sina En réponse à : Procès du putsch du CND : Faire un coup d’Etat pour en empêcher un, pour la démocratie !

    Le Général doit seulement demander pardon car les juges vont l’amener au bout. Rien aujourd’hui ne dit que le coup n’était pas préparé comme il le prétendait.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2018 à 23:19, par Siaka En réponse à : Procès du putsch du CND : Faire un coup d’Etat pour en empêcher un, pour la démocratie !

    Tous ceux qui veulent justifier le coup d’état de DIENDERE par le fait que ZIDA voulait aussi en faire, cherchent à tromper les honnêtes citoyens que nous sommes. Ils cherchent à tout prix à noyer le poisson dans l’eau. Mais ce n’est que peine perdue.

    Actuellement, le procès qui a lieu c’est celui du coup d’état du CND de Diendere, ce n’est pas celui prétendu de ZIDA. Diendere n’avait qu’à laisser ZIDA faire le sien. C’est ZIDA qui serait jugé aujourd’hui et lui Diendere serait en liberté.

    Ce sont des raisonnements « terre à terre » de ce genre qui ont fini par me convaincre tout le long de ce procès, que Diendere, du haut de ses galons de Général, a un petit cerveau.

    Répondre à ce message

    • Le 10 décembre 2018 à 02:11, par Zot En réponse à : Procès du putsch du CND : Faire un coup d’Etat pour en empêcher un, pour la démocratie !

      Vraiment Siaka tu as tout dis et cela me fait très mal quand je vois d’autres intellectuels venir abordé dans le même sens que le général veut nous envoyer on dirait qu’ils sont incapables de réfléchir par eux même. Même si Zida voulait faire un coup d’état est-ce que cela empêche de juger le général pour son coup d’état que tout le monde entier a vu. C’est ainsi après l’assassinat de Thomas Sankara ils ont mentis qu’il préparait un coup à 20h pour arrêter Blaise. Je ne sais pas comment ce monsieur a pu avoir son grade de général mais je suis certain que Zida est plus intelligent que tous ces haut gradés voilà pourquoi il a réussi a prendre le pouvoir devant eux.

      Répondre à ce message

    • Le 10 décembre 2018 à 12:24, par Bantchandi En réponse à : Procès du putsch du CND : Faire un coup d’Etat pour en empêcher un, pour la démocratie !

      Bien dit mon Siaka ! Zida, Zida Zida, ce n’est pas le procès de Zida, assmez-vous Gl. Vous avez fait le coup d’Etat pour ramener vos amis au pouvoir et faire de votre épouse la première dame, c’est tout. Mais votre reculade sur conseils de vos avocat est légitime et humain. Mais de grâce ne nous prenez pas pour des cons.
      Certes Me Guy Hervé KAM, Pr. Augustin LOADA et cies ne sont pas blancs comme neige, mais le Faso leur est redevable car ils ont su vous enlever votre pion ZIDA que vous avez voulu utiliser comme cheval de Troie dans la Transition. Il lui ont fait un lavage de cerveau digne du KGB, peu importe les moyens usités mais le résultat est là vous ne maitrisez plus ZIDA donc il faillait le "décagnoter" et ZIDA sentant votre coup car avec Auguste-Dénise BaRRY ils vous ont mis sur écoute et à un moment donné vous avez presque réussi a emballé Mba Michel, a pris les devants, c’est tout. Le reste c’est du verbiage inutile, bon pour les archives nationales.

      Répondre à ce message

    • Le 10 décembre 2018 à 17:09, par Le verdict En réponse à : Procès du putsch du CND : Faire un coup d’Etat pour en empêcher un, pour la démocratie !

      Siaka tu as tout dit,mieux c est la meme personne en realite qui debite les meme inepties avec plusieurs pseudo.La platitude de son francais et a l image de son raisonnement.

      Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2018 à 00:16, par Dedegueba Sanon En réponse à : Procès du putsch du CND : Faire un coup d’Etat pour en empêcher un, pour la démocratie !

    Hé ! Vous là n’allez pas vite en besogne. Golf est passé maître dans les vrais coup d’État comme dans les faux. Qui vous dit que ce qu’il dit de Zida est vraie ? N’oubliez pas qu’au départ c’est lui qui a envoyé Zida pour contrer Honoré. Ne perdez pas de vue que Golf en veut à mort à Zida pour sa traîtrise. Donc ne tirons pas vite nos conclusions.
    Mais c’est infecte de vouloir trouver quelque chose de salutaire à ce foireux putsch en ce sens qu’il aurait permis d’éviter une prolongation de la transition via un coup de Zida. Et si le CND avait bien marché, notre salut serait où ?
    Autant nous avons dit non au CND, autant nous aurions dit niet à n’importe quel aventurier qui tenterait un putsch.
    Golf raconte n’importe quoi, son passé de putschiste professionnel ne le rend pas crédible dans ce registre. Il a intérêt à revoir sa défense.

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2018 à 00:23, par Nabiiga En réponse à : Procès du putsch du CND : Faire un coup d’Etat pour en empêcher un, pour la démocratie !

    Monsieur/Madame Gnongre Paré, vous devez certainement excuser ma question. Est-ce que vous avez posté pour nous chatouiller ou tout simplement, vous n’avez pas la capacité de suivre ou de comprendre la rasion d’être de ce procès ? Je peine à comprendre votre raisonnement. Exemple : Les Étalons ont les meilleurs joueurs de foot en Afrique. Les Étalons sont au final contre un autre pays ou ses joueurs ne sont si expérimentés que les nôtres. Malheureusement, c’est l’équipe avec des joueurs moins expérimenté qui ont marqué. Les Étalons contrattaquent, attaque et attaque, mais rate de justesse le but à chaque reprise. À 90 minutes, le l’arbitre signale la fin de combat. Qui va prendre la coupe ? N’est-ce pas l’équipe avec des joueurs moins expérimentés qui va la prendre ? L’expertise des Étalons nonobstant ?

    Ainsi donc, l’argument stérile selon lequel Zida voulait faire un coup d’état est bien en deçà du débat et n’a pas sa place au forum ; aucunement. Zida voulait faire un coup d’état ? Mais a-t-il fait un coup d’état ? Le coup d’état que Zida voulait faire, y -a-t-il eu des morts et des blessés ? Quel est la mission exprès du tribunal ? Déterminer qui a fait un coup d’état et non pas qui voulait faire un coup d’état. Qui est-ce qui a fait un coup d’état ? Gilbert Diendéré ? Le tribunal juge ceux qui se sont acoquinés pour faire un coup d’état et ont fait un coup d’état mais non pas pour déterminer qui voulait faire un coup d’état mais ne l’a pas fait. Si c’est ainsi, je serai jugé car moi aussi je voulais faire un coup d’état contre Zida de par ses tergiversations sur la dissolution de RSP en son temps. Chaque fois que ça chauffait à Ouaga, il partait en mission. C’est pour ces déplacements intempestifs que je voulais lui faire un coup d’état mais je ne l’ai pas fait donc le tribunal ne s’intéresse à moi. De même, le tribunal ne s’intéresse pas à Zida en ce qui a trait surtout et avant tout, à ce coup d’état car il n’a pas fait un coup d’état

    C’est une tâche ardue de vouloir réveiller quelqu’un qui ne dort pas. À chaque tour que Gilbert est coincé il cite la hiérarchie militaire. Gilbert a mis devant la hiérarchie militaire un fait accompli et leur a dit" haya, j’ai fait un coup d’état en commençant par arrêter le président et ses membres’ Faites quelque chose ! Il était quasiment impossible qu’elle dise non à ce coup d’état car impuissant devant la situation. Si par exemple Gilbert s’est assis avec eux et leur en avait parlé, s’ils n’allaient pas supporter, il allaient disposer du temps pour organiser une riposte si le coup d’état se lançait. Lorsque Gilbert rencontrait nuitamment les jeunes officiers pour leur montrer ce qu’ils devaient faire, la hiérarchie militaire, était-elle au courant ? Sans doute que non. Alors que Gilbert cesse de s’exposer à la risée de tous. Il s’est assez ridiculiser.

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2018 à 08:00, par alfa En réponse à : Procès du putsch du CND : Faire un coup d’Etat pour en empêcher un, pour la démocratie !

    « C’est pour devancer le coup d’Etat de Zida que vous avez fait pour vous ? » Tres belle question.Guegerre et blaise Kouassi on le meme comportement.souvenez vous que ce dernier disait que c’est pour anticiper le coup d’etat de Thomas que lui il la liquider.

    Répondre à ce message

    • Le 10 décembre 2018 à 15:13, par Dedegueba Sanon En réponse à : Procès du putsch du CND : Faire un coup d’Etat pour en empêcher un, pour la démocratie !

      Très juste, c’est entre autres les raisons qu’on nous avait servi. Vincent et ses hommes étaient prêts, semble-t’il, à entrer en action le même jour pour Sankara, or ce dernier curieusement dirigeait tranquillement une réunion au conseil, en tenue de sport.
      Et Vincent qui avait des hommes se retrouva tout seul et abattu dans sa fuite...
      Golf est vraiment le spécialiste des coups d’État par anticipation...
      Plus ça va plus l’homme me déçoit. J’avais admiré la posture de Golf en ce sens qu’il a été celui qui sera resté loyal à Blaise jusqu’au bout, mais ses tentatives maladroites de sauver sa peau me font de plus en plus douter de toutes les qualités d’homme que je lui concédais. La stratégie de défense semble : d’aller dans tous les sens, mentir au besoin ou se taire, noyer le maximum d’individus pour finalement rendre le jugement impossible, et le putsch devient une affaire d’État ? On verra si cela va lui réussir.
      Il sait très bien que trop de mauvaises choses du régime défunt sont attribuées à tort ou à raison, à lui et à Hyacinthe.

      Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2018 à 16:02, par Kolgweogho En réponse à : Procès du putsch du CND : Faire un coup d’Etat pour en empêcher un, pour la démocratie !

    Après le coup d’Etat le plus bête du monde, voilà le Général dans la défense la plus bête du monde. Très triste pour son généralissime GOLF. Accusant tout le monde à tous vents : c’est ZIDA, c’est la hiérarchie militaire, c’est le général ZAGRE, C’est Mgr Paul OUEDRAOGO. C’est le collège des Sage, ....c’est le Pdt KAFANDO. Faut-il en rire ou en pleurer ? DONC, AINSI, FINALEMENT, CE N’ETAIT PAS LE GENERAL DIENDERE QUI PROTEGEAIT BLAISE COMPAORE, MAIS PLUTOT BLAISE COMPAORE QUI PROTEGEAIT LE GENERAL DIENDERE ?!!!! MAINTENANT je comprends :
    1. le Général DIENDERE est en déclin depuis la fuite de BLAISE COMPAORE
    2. pourquoi le Général DIENDERE n’a pas vu l’insurrection venir
    3. pourquoi ZIDA a pris le Pouvoir
    4. pourquoi le coup d’Etat a échoué
    5. que les capacités du Général DIENDERE n’étaient qu’un mythe
    6. que la toute-puissance du Pouvoir de Blaise COMPAORE n’était qu’un leurre.
    Malheureusement, à travers ce procès, tout est su aujourd’hui. Et cela n’honore ni le Général, ni le Burkina Faso.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Procès du putsch du CND : Cinq accusés reviendront à la barre
Procès du putsch de 2015 : Deux accusés bénéficient d’une liberté provisoire
Procès du putsch du CND : Pourquoi les avocats du général Bassolé ont-ils vidé la salle d’audience ?
Procès du putsch : « Une si longue » attente de Guelwaré Minata
Procès du putsch du CND : La légalité et la crédibilité des écoutes téléphoniques toujours en question
Me Prosper Farama se fâche contre Djibrill Bassolé : "C’est cynique" , lui lance-t-il
Procès du putsch : Les avocats de Djibrill Bassolé vent debout contre le parquet
Procès du putsch du CND : "Aucun élément matériel ne relie Bassolé au putsch", selon Me Mireille Barry (défense)
Général Djibrill Bassolé : « Je suis libre de parler avec qui je veux, de ce que je veux »
Procès du putsch du CND : "Je ne souhaiterais plus répondre à vos questions", lance Djibrill Bassolé à Me Hervé Kam
Procès du putsch du CND : "Enfin, le procureur rentre dans le vif du sujet", estime Djibrill Bassolé
Djibrill Bassolé sur les enregistrements téléphoniques : « Laissez tomber tout ça, on peut gagner du temps »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés