Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Gilbert Diendéré : "j’avais la possibilité de quitter le pays mais je n’ai rien fait"

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • lundi 3 décembre 2018 à 10h50min
Gilbert Diendéré :

Aujourd’hui, lundi 3 décembre 2018, l’audition du général de brigade Gilbert Diendéré se poursuit. L’accusé est à son 5e jour d’audition. Le parquet militaire continue avec ses questions et observations. Tout au long de son audition, Gilbert Diendéré clame qu’il assume ses responsabilités durant les faits du 16 septembre 2015 et jours suivants. Il insiste également sur le fait qu’il a reçu l’onction de la hiérarchie militaire.

Appelé à répondre aux questions et observations du parquet militaire à la barre, le général Gilbert Diendéré se défend.

A la question de savoir si c’était lui qui signait les communiqués du Conseil national pour la démocratie (CND), Gilbert Diendéré a répondu : "Affirmatif ! J’ai signé".

- Est-ce que vous avez signé des laissez-passer ?

- "Négatif ! C’est le commandant Korogo qui rédigeait les laissez-passer".

Durant l’audition de ce lundi, le parquet militaire a procédé à la lecture des messages que le général Gilbert Diendéré a reçu durant le coup d’État de septembre 2015.

Pour les deux messages :

- "On a du soutien à la frontière"

- "S’il vous plaît, trouvez-moi rapidement 15 millions".

L’accuse dit qu’il ne sait pas de quoi il s’est agi. " Dites-moi ce j’ai dit et fait en ce moment", a repris Gilbert Diendéré.

Pour lui, dès le jour où on l’avait appelé pour lui présenter le rapport d’expertise des téléphones portables, il n’a pas reconnu cela.

Plusieurs raisons ont motivé son refus. Citant quelques une, l’accusé a fait savoir que lorsqu’on récupère les appareils (téléphone et ordinateur), on devrait les ouvrir devant lui afin qu’ensemble, ils puissent voir le contenu. Chose qui n’a pas été faite.

Selon le général Diendéré, nulle part, il a été demandé à l’expert de procéder à des écoutes téléphoniques ou surveillance téléphonique.

Parquet : "Avez-vous demandé une contre-expertise ?"

Diendéré : (Rire) Mme la procureur, quelqu’un qui dit qu’il ne reconnaît pas un travail, pourquoi s’emmerder à demander une contre-expertise ?

Le parquet a déduit que les 15 millions sont destinés pour faire venir les touaregs qui sont à la frontière.

Agacé de la lecture des messages qu’il a reçu durant le putsch, le général Gilbert Diendéré se lâche. "Je constate que vous lisez les messages que les gens m’envoient. C’est moi qui suis à la barre donc j’estime qu’il est préférable que vous me lisiez les messages que j’ai envoyés".

Si le coup d’État était bien passé, sans perte en vie humaine et la dissolution du RSP, quel serait votre sentiment ? Pour cette question du parquet, le général Diendéré n’est pas passé par quatre chemins. " Ce sont des hypothèses et je ne compte pas répondre aux hypothèses".

A la suite de la lecture de la transcription des appels téléphoniques et des SMS par le parquet, le général Diendéré a confié qu’il a eu des propositions. Après avoir rendu le pouvoir à la transition, "j’avais la possibilité de quitter le pays mais je n’ai rien fait", a t-il affirmé.

Durant le putsch, l’accusé a reçu plusieurs appels téléphoniques de la part de ses connaissances de l’extérieur. Qualifié " d’intelligence avec l’ennemi" pour faire référence à la trahison, par le parquet, Gilbert Diendéré nie ce chef d’accusation.

"Je n’avais pas d’intelligence avec qui que ce soit pour faire mal à mon pays. Beaucoup de gens m’appelaient pour faire le point de la situation", a indiqué le général.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 3 décembre à 13:20, par Alexio En réponse à : Gilbert Diendéré : "j’avais la possibilité de quitter le pays mais je n’ai rien fait"

    Mon General vous faites la honte de notre Armee Natinonale. Deposez vos armes en tant que militaires avec vos ironies malconcues.

    Rebobinez les evenements du 15Octobre 1987 avec la complicite de la Francafrique dHouphouet Felix Boigny, l ancien satellite president de cette forberie politicienne qui a saper la culture democratique en Afrique de lOuest par l asservissement des peuples.

    Apres lui c etait le deluge dans son pays. Parceque un Etat ne se batisse pas dans la mensogne,dachat des consciences des generations montantes.

    La strategie ivoiriene nous trainant aussi dans cette soupe politique que Blaise Compaore etait le barroudeur dans ses fausses mediations opportunistes.

    Si le coup avait recu la baignade de sang allait continuer, et beaucoup de nos vaillants fils du pays allaient fuir le pays ou le cimetiere de Gouguin.

    C est Clair que la France allait vous ouvrir ses portes pour votre de lakai pour la sauvegarde de ses interets cyniques dans la region. Les abus du RSP qui ont conduit asa fin naturelle. C est l evoution.

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre à 13:28, par Boubadenis En réponse à : Gilbert Diendéré : "j’avais la possibilité de quitter le pays mais je n’ai rien fait"

    Diendiere a peut’etr eu l’accord de l’armé pour assumer le putsch mais le putsch n’est pas une chose imprevue pour lui

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre à 13:34, par SOMDA En réponse à : Gilbert Diendéré : "j’avais la possibilité de quitter le pays mais je n’ai rien fait"

    Gal,il ne faut surtout pas jouer avec l’intelligence et les sentiments des burkinabè ;l’arrogance n’a jamais été une ligne de défense à l’efficacité avérée.

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre à 13:45, par Ka En réponse à : Gilbert Diendéré : "j’avais la possibilité de quitter le pays mais je n’ai rien fait"

    C’est complètement idiot. ‘’’La première chose que font les faiseurs de coups d’état, c’est de suspendre la Constitution et rendre le pays en une forêt de Bogota pour pouvoir piller, et tuer à volonté qui on veut, là où on veut.’’’ Au lieu de se lancer des diatribes ridicules, ces meneurs du coup d’état a la maternelle feraient mieux d’assumer totalement leurs actes enfantines et demander clémence aux juges. Même si Gilbert Diendéré lui-même ne nie plus son implication dans cette tentative de prise du pouvoir par les armes, au début, il avait voulu faire croire à un coup monté par des sous-officiers de l’ex-Régiment de sécurité présidentielle (RSP) en colère, dont il aurait tout ignoré. Et pour éviter un bain de sang, avait-il soutenu, il a fini par l’assumer. Pourquoi maintenant vouloir se dérober sur certaines questions dont on voit clairement les mensonges ? Peut-être mon petit Ch….. ‘’’Le Profane’’’ qui connait bien son mentor général en carton, mettra son museau sur ma critique fondée pour nous dire pourquoi ces mensonges. Ayant mis sa femme à l’abri, Gilbert Diendéré n’avait plus besoin de fuir le pays, car avec elle en face devant la justice, il ne pourra nier quoi que ça soit, puisque c’est elle qui distribuait les millions au Damiss et les Bamboula pour faire réussir son coup d’état à la maternelle.

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre à 13:57, par Black En réponse à : Gilbert Diendéré : "j’avais la possibilité de quitter le pays mais je n’ai rien fait"

    Je penses qu’avec ce procès qui se passe, chacun de nous sur ce forum a son point de vu. Cependant force est de constater que le général est resté cohérant dans tout ses propos depuis le début des auditions. Il y a toujours des zones grises, mais une chose est sûr c’est qu’il assume ses actes, ayant accepter de conduire le CND avec la bénédictions de la hiérarchie militaire. Pourquoi le parquet ne cherche pas à confronter cette hiérarchie qui est citée depuis le début ? Soit on veut la vérité au complet, soit on a déjà la vérité et ce n’est plus la peine de continuer ce procès, où les condamnés le sont déjà avant la fin du procès, soit on ne veut juste pas la vérité.
    Une chose pour laquelle je ne suis pas en accord, c’est sur la question de l’expertise des téléphones. La vraie question est de savoir comment elle a été faite. Rien ne prouve l’authenticité des messages qui sont lu durant ce procès, surtout que l’accusation le lis jamais les messages envoyés par les accusés, mais plutôt ceux qu’ils sont supposés avoir reçu. Plutôt curieux non ?
    Nous souhaitons avoir toute la vérité, pas juste une partie. Sinon ce n’est plus la peine de continuer ce procès, condamnez les en même temps pour qu’on gagne en temps.
    Je penses en toute logique qu’il y a une différence entre avoir assumé une action selon des circonstances particulières, versus en être l’instigateur, le planificateur, ou encore le stratège.
    Depuis le début le général ne fait que dire qu’il assume sa part de responsabilité, mais ne va pas assumer ce qu’il n’a pas fait, même s’il y en a parmi nous qui veulent forcément que ce soit lui qui en soit l’auteur. Je penses que le peuple Burkinabé gagnerait à réclamer une confrontation entre le général et la hiérarchie militaire, pour déterminer effectivement comment les choses ce sont passées depuis le 16 septembre et qui a conduis le général à assumer ce "Coup d’État". Il ne s’agit pas ici d’une justice partisane. Nous voulons la justice dans son entièreté. Nous voulons que la responsabilité de chacun soit située dans tout ce procès.

    Répondre à ce message

    • Le 3 décembre à 15:33, par Mafoi En réponse à : Gilbert Diendéré : "j’avais la possibilité de quitter le pays mais je n’ai rien fait"

      @Black,tu pars trop vite en besogne,on n’est pas encore à l’heure des confrontations.A ce que je sache l’ancien chef d’état major des armées le général Zagré est là bas.Alors calmos mais je comprends que les délires de ton général en plastique te contrarient car il est entrain de montrer à la face du monde qu’il ne mérite même pas d’être un caporal à plus forte raison un officier avec ses raisonnements indignes d’un enfant de 10 ans.En plus ce monstre froid se permet de rire.Quand avec l’autre monstre bilaise kouassi né compaoré ils abattait froidement les Sankara,Guébré,Lengani,Zongo etc....leur avaient-ils donné une petite seconde même pour une simple petite prière ?Que cette fripouille arrête son cirque qui l’amuse apparemment mais qui ne fait pas rire grand monde.Il était pris comme un fruit pourri et n’avait aucune possibilité de filer sous nos mains comme son mentor bilaise kouassi né compaoré puisque toute honte,il était obligé de courir dare dare pour se réfugier dans une ambassade et surtout la plus proche et comme maintenant il a la vie sauve,il est là à raconter du n’importe quoi.En tout cas la peur a changé de camp,il ne fait plus peur à personne parcequ’en réalité,il était moins que rien

      Répondre à ce message

    • Le 3 décembre à 15:33, par Bougoumbarga En réponse à : Gilbert Diendéré : "j’avais la possibilité de quitter le pays mais je n’ai rien fait"

      A en croire aux déclarations du Gl. Diendéré, le Sieur Sanfo, Expert Informatique de son état est un personnage bien connu dans le sérail politico-militaire, pour ne pas dire, des Renseignements et par voie de conséquence, bien connu par le Général en sa qualité de patron des Renseignements d’alors. Et si oui qu’avec cette technicité on est capable de détecter des choses (fausses et vraies), tout comme le font les brouteurs (escrocs de l’Internet), les travaux et prestations fournis par ce dernier (Sanfo) ne sauraient être fiables et du coup, doivent être mis à l’eau ce qu’il a pu dire sur les autres accusés qui sont passés à la Barre. Ce Monsieur doit donc être tout comme les escrocs Ibos, ghanéens, togolais et ivoiriens qui écument nos Capitales et autres régions de nos pays. Autant rejeter tout ce qu’il a pu fournir comme données d’expertise dans cette Affaire et de s’en tenir aux choses concrètes recueillies directement et à l’Audience pour analyses. Les vérités finiront par paraître au sortir des recoupements. Sanfo doit être un "Faux".

      Répondre à ce message

  • Le 3 décembre à 14:00, par Sankarafanon En réponse à : Gilbert Diendéré : "j’avais la possibilité de quitter le pays mais je n’ai rien fait"

    Quelle extrême lacheté !!! Si coup d’Etat avait marché il sera certainement le beneficiaire. Qu’il aille pourrir en prison pour le restant de sa vie pour tous les crimes avec son camarade fuyard.

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre à 14:32, par Amadoum En réponse à : Gilbert Diendéré : "j’avais la possibilité de quitter le pays mais je n’ai rien fait"

    Opter d’etre reste, de prime abord, semble courageux et louable, mais demandez a ceux qui ont fuit comment ils vivent leur exile. Je ne pense pas que l’exile soit une meilleur alternative, surtout avec toutes ces organisations de "DROIT" qui ont l’oeil sur le proces..

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre à 14:39, par kirikou En réponse à : Gilbert Diendéré : "j’avais la possibilité de quitter le pays mais je n’ai rien fait"

    "j’avais la possibilité de quitter le pays mais je n’ai rien fait"i To là tu mens trop.

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre à 14:41, par TANGA En réponse à : Gilbert Diendéré : "j’avais la possibilité de quitter le pays mais je n’ai rien fait"

    J’aime le faso.net par ce qu’il permet tout le monde de s’exprimer et même dire des inepties. Si lefaso.net n’existait, il aurait fallu l’inventer si non que beaucoup allait devenir fous à force de ne pas dire à beaucoup de personnes ce qu’ils pensent.
    Bref ;
    Mme la procureur Golf a raison. Il faut que vous sachiez que coller un message à quelqu’un est très facile ; donc allez y autrement pour essayer de prendre golf si non, cela va vous rattraper. Peut être plus facile que de faire copier coller ou couper coller.

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre à 14:47, par Indjaba En réponse à : Gilbert Diendéré : "j’avais la possibilité de quitter le pays mais je n’ai rien fait"

    Mon général on se sait. Tu as le stock de ton argent volé ici au pays. En outre Tu préfères une prison au faso qu’une à la CPI. Plein de mandat d’arrêt sont en instance contre toi et tu le sais et c’est d’ailleurs pour ça que tu as refusé les propositions de tes amis Faures, Sall, Diomande et autres. Même sous BLaise tu ne sortais pratiquement plus du pays. Ton dernier voyage sur Paris doit dater de plus de 15ans.

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre à 14:51, par sidbala En réponse à : Gilbert Diend\xe9r\xe9 : "j’avais la possibilit\xe9 de quitter le pays mais je n’ai rien fait"

    Voici un homme propre et responsable cherchons les putschistes dans la hiérarchie militaires en sons temps notamment le talentueux ZIDA et ses OSC.

    Répondre à ce message

    • Le 3 décembre à 15:46, par Bougoumbarga En réponse à : Gilbert Diend\xe9r\xe9 : "j’avais la possibilit\xe9 de quitter le pays mais je n’ai rien fait"

      Bien vu cher Monsieur. La vérité ne peut que se trouver dans ce milieu. Malheureusement, ces OSC sur place, en couverture de leur homme (YIZ) et pourquoi pas leurs propres demeures n’arrêtent pas de gratter le Général à travers la toile en fournissant les Gigas/mégas à des désoeuvrés pour distiller les fausses informations comme ils le faisaient lors de l’insurrection pour tromper la population. Diendéré en a fait cas. Malheureusement sa position du moment fait qu’on ne puisse pas oser de le croire ou de porter du crédit à ce qu’il dit car, il est un "Cabri mort". Honte à ces OSC que beaucoup de personnes respectaient pour leur bravoure pendant les périodes chaudes de l’Histoire. Mais de plus en plus, quelques personnes d’entre elles se verront tôt ou tard rattrapées par leurs Actes. Dommage.

      Répondre à ce message

      • Le 5 décembre à 11:42, par yelmingaan blaan saa hien En réponse à : Gilbert Diend\xe9r\xe9 : "j’avais la possibilit\xe9 de quitter le pays mais je n’ai rien fait"

        bien dit frère !on dirait du reste que les avocats osc de ce jugement ont désormais peur de trop titiller en face golf tant ils ont été effarouchés par la fracassante révélation non encore démentie des 50 millions avec quoi zida les as métamorphosés en gardiens enragées de son pouvoir et surtout des éventuelles révélations résiduelles qui pourraient leur être fatales !gageons prudemment la preuve du contraire et que d ici la fin,entre ces avocats et golf ce ne sera pas l histoire du "je caresse ta tare ,tu caresses ma tare la on se tait" !

        Répondre à ce message

  • Le 3 décembre à 14:53, par LoiseauDeMinerve En réponse à : Gilbert Diendéré : "j’avais la possibilité de quitter le pays mais je n’ai rien fait"

    Faux ! car par peur d’être bousillé si découvert comme Achilles dans un coffre arrière ; mais lui pouvait bénéficier de la clémence en cas de...justement.

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre à 14:53, par tororoso En réponse à : Gilbert Diendéré : "j’avais la possibilité de quitter le pays mais je n’ai rien fait"

    Quand j’écoute ce Monsieur, je ne peux m’empêcher de me demander si vraiment c’est un général, et de me dire aussi que si tous nos généraux sont comme ça, en fait ’ce pays est foutu’.
    Je m’explique ; Voilà une Général, qui jusqu’à présent ,ne sais pas ce qu’est une stratégie. Quand il insiste pour dire que toute la hiérarchie militaire était avec lui, je ne comprend pas une telle naïveté !!!! ’Oh Mon Dieu !!!!’ . Après tout ce qu’il a fait dans ce pays, il s’imagine que un gradé, ou un simple soldat allait ouvertement lui dire ’ Je ne suis pas d’accord avec toi’ !!
    Il ne sais pas que stratégiquement , tout le monde a dû faire semblant !!!! et dès que ce fut possible, on a contre attaquer.
    Le Pauvre !!! et il insiste et il insiste et il insiste. C’est triste et ça ne rassure pas si tous nos gradés devaient être si peu ’intelligents’.
    Je comprends aussi pourquoi l’autre général aime se moquer de lui.
    Bon courage mon Gl .
    Un bon repentir est mieux et peut être que ça touchera les famille de ceux qui sont morts par votre faute - Un simple repentir de grâce !!!

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre à 15:07, par caca En réponse à : Gilbert Diendéré : "j’avais la possibilité de quitter le pays mais je n’ai rien fait"

    Le général Diendéré est un bouc émissaire pour la rédemption de la hiérarchie militaire. C’est également une gloire du juge Seydou et son équipe de juger l’homme le plus craint du Burkina. Mais on constate des irrégularité dans la procédure. D’abord la perquisition des appareils du général n’a pas tout été professionnel. Comment aller perquisitionner les objets de quelqu’un à son absence et vouloir lui porter des messages qu’il ne reconnait pas ? A lire la déposition du général, ce homme est loin d’être le Diable au sein de l’armée burkinabé. L’opinion burkinabé est à craindre, mais malheureusement au Faso ils font du fantasme une vérité dogmatique inhérente à une réalité de fait. Le tribunal a intérêt à rechercher la vérité dans ce procès que de condamner un individu qui a certainement posé des actes répréhensible à la loi. Personnellement, je suis étonné de l’absence d’une expertise psychiatrique ou psychologique des prévenus. Comment le tribunal peut savoir qu’untel prévenu dit la vérité sans leur profil de personnalité ? Le genre de personnalité est importante et permet le discernement du mensonge et la vérité dans un procès.

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre à 15:14, par Neekre En réponse à : Gilbert Diendéré : "j’avais la possibilité de quitter le pays mais je n’ai rien fait"

    Black, à moins que nous ne suivons pas le même procès. Je dirais que le General essaie d’être coherent, mais comme tout mensonge il y a des passages qui ne collent. Il faut aussi remarquer que quand la question le met en difficulté, le General refuse de repondre ou de faire des commentaires. Pour quelqu’un qui est blanc, cela ne devrait pas arriver.
    Supposons que le General avait le OK de la hierachie militaire, cela ne le disculpe pas. Ensuite, vouloir entrainer tout le monde dans ses problemes est une manière de se dedouaner. Nous savions bien le pouvoir de nuisance du RSP, ce même RSP qui par la terreur qui a impose Zida sous le nez et la barbe du general Traore. Si la hierachie militaire s’était opposé frontalement au general, Gle Pingrenoma pouvait être aujourdhui 6 m sous terre. Cessons de cacher le soleil avec la main même si la logique de tout procès c’est se debattre pour s’en tirer.
    Ce n’est pas pour rien Cherif Sy était entrée dans la clandestiné.

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre à 15:54, par wonderman En réponse à : Gilbert Diendéré : "j’avais la possibilité de quitter le pays mais je n’ai rien fait"

    gilbert ,pour un général qui ment ce n’est pas digne de ton grade ,tu ne mérite même pas le grade de caporal , un général doit être digne et assumé advienne que pourra mais je constate que ton grade de général etait un deal

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre à 15:58, par Kunibè SOME En réponse à : Gilbert Diendéré : "j’avais la possibilité de quitter le pays mais je n’ai rien fait"

    Vraiment ! A suivre ce procès et les propos de certains internautes, me laisse beaucoup perplexe. Veut-on réellement la verité dans cette affaire ? Si tel est le cas, que toute la vérité soit dite en n’omettant d’entendre personne qui puisse contribuer à la manifestation de la vérité. Depuis la parution du livre de ZIDA jusqu’à ce procès, il y a certains de ses inconditionnels qui n’ont pas compris que ZIDA a pris le pouvoir sans l’accord de ses supérieurs de l’époque du RSP par opportunisme avec le soutien de certaines OSC et de certains juristes prétendument éclairés. Il a fait un coup d’état comme il le reprochait au Gl TRAORE Honoré dans son livre quand il s’est proclamé chef de l’Etat. Si l’on veut la verité dans cette affaire de coup d’état du 16 septembre, il faudrait permettre que tous ceux qui sont cités dans ce procès et qui ne sont pas couverts par une certaine immunité, puissent venir et donner leur version des faits et que la procédure pénale soit respectée tant par le tribunal que toutes les parties en cause. Juger mal ce dossier ne rendra pas service à la Nation. C’est à croire qu’il y a certaines personnes gênantes que l’on veut neutraliser à tout prix au mépris de la vérité en violant toutes les procédures idoines. Si comme l’ont déjà dit certaines personnes, si les accusés sont déjà reconnus coupables, économisons l’argent du contribuable et le temps et avançons.

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre à 16:04, par OBSCURITE En réponse à : Gilbert Diendéré : "j’avais la possibilité de quitter le pays mais je n’ai rien fait"

    Huuuum..... La vie renferme des secrets !. Aujourd’hui ce monsieur se retrouve exactement dans la même posture qu’ont connue les regrettés Henry ZONGO et Boukary LENGANI. Ces derniers demandaient la présence de DIENDERE afin qu’ils puissent s’expliquer ; ils ont pleuré comme des gamins mais on les a pas ecoutés.La loi du boomerang produit ses effets ici ; il exige la présence de la hierarchie militaire pour une confrontation et il trouve que la vérité ne sera pas dite si sa requête n’est pas prise en compte.
    En français facile ; on dit il faut goûter voir.
    Que Dieu protège notre pays BF.

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre à 17:36, par Nabiiga En réponse à : Gilbert Diendéré : "j’avais la possibilité de quitter le pays mais je n’ai rien fait"

    ..avoir reçu l’onction de la hiérarchie militaire Gilbert, n’est point ce qui intéresse le public burkinabè. As-tu reçu l’onction de la hiérarchie militaire pour faire le coup d’état ? Tu les mis devant un fait accompli et ils avaient affaire avec quelqu’un qui était craint du fait de son association avec le RSP, qu’est-ce que tu croyais ? Allaient-ils refusé ? La suite logique est exactement ce qui s’est passé. Ils se sont dit : Gilbert, tu as entamé un processus de faire un coup d’état sans nous associer, tu viens nous parler, qui sommes-nous de te contrarier’ vas-y avec ton forfait

    Dire que tu aurais pu quitter le pays si tu avais voulu est une insulte à la mémoire collective de tout burkinabè. Tu t’es échappé de justesse sinon, aujourd’hui on parlerait de toi. Tu allais passer par où pour sortir du pays. Qui allait t’exfiltrer du Burkina et par quels moyens car tu étais entouré.
    Pour les écoutes sonores téléphoniques, est-ce que tu reconnais ta voix ? Voilà ce qui importe.

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre à 18:04, par paul En réponse à : Gilbert Diendéré : "j’avais la possibilité de quitter le pays mais je n’ai rien fait"

    "j’avais la possibilité de quitter le pays mais je n’ai rien fait". OK alors explique toi sur la possibilité : par qui ? comment ? où ? Piste à creuser par le tribunal.
    Ce général félon est dans le déni comme quand il répond pourquoi demander une contre-expertise ? Il sait très bien que les carottes sont cuites pour lui et n’a même pas le courage de s’assumer. C’est un couard ! il était là pour traumatiser la population, pour s’en mettre plein les poches et jouer les intermédiaires rançonneurs avec les preneurs d’otages et autres trafiquants du désert ! le Burkina paie aujourd’hui plein pot le fait que ce général félon et son mentor ont pactisé en son temps avec le diable : la pieuvre djihadiste. Maintenant, cela ne dédouane pas le gouvernement mouta mouta actuel pour prendre le taureau par les cornes afin de le bouter hors du Burkina cette pieuvre métastasique !

    Répondre à ce message

  • Le 5 décembre à 10:54, par Ka En réponse à : Gilbert Diendéré : "j’avais la possibilité de quitter le pays mais je n’ai rien fait"

    Sincèrement la démocratie et la liberté d’expression sont une réelle réalité sur notre site bien aimé qui est Lefaso.net. Voyez seulement comment notre honorable Webmaster accepte de publier les multiples pseudos d’une personne sans aucune critique fondée et constructive que des dénigrements sur un seul internaute de bonne foi qu’il n’aime pas, car la vérité de cet internaute très fidèle a Lefasoi.net perce les cœurs sans faire des dégâts que des bonnes choses. ‘’IdiotKa, allias le profane, allias… " Quand on est une personne médiocre, un ivrogne, un personnage insignifiant" un tableau dont je qualifie de très réaliste, on ne pointe pas son museau sur les critiques et auto critiques de Ka destinées à des personnes qui peuvent contredire ou confirmer ce que dit Ka. Tout dont je te demande, il faut faire attention de ne pas avoir une crise cardiaque en lisant mes vérités qui rougissent les yeux, mais ne les crèvent pas. Merci de me lire, et continu. Ce que tu dois savoir, Gilbert Diendéré sait très bien au fond de lui-même, ainsi que les internautes de bonne foi, que je dis la vérité.

    Répondre à ce message

  • Le 8 décembre à 12:40, par Kogozanga En réponse à : Gilbert Diendéré : "j’avais la possibilité de quitter le pays mais je n’ai rien fait"

    J’avais la possibilité de quitter le pays mais je n’ai rien fait. C’est vraiment surprenant que notre général dise des idioties de ce genre . Où était il quand les gendarmes l’on cueuilli.? L’ambassade des USA qui l’a refoulé est peut-être une de ses garçonnières ? L’anonciature est aussi la maison de son père ? Quand on se barricade dans une enclave diplomatique, c’est parce que on ne peut plus quitter le pays. Pas besoin d’être Général pour le savoir. Quand aux aboies tu recherches ces genres d’endroit c’est parce tu voulais quitter le pays. Tu n’est pas aussi bête que ça.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Quand le Général Diendéré se fâche : « Gardez-moi seul à la MACA, même si c’est pour 100 ans »
Procès du putsch du CND : "Gardez-moi seul à la MACA, même si c’est pour 100 ans", déclare Gilbert Diendéré
Procès du coup d’Etat : « Je ne tape jamais en dessous de la ceinture », lance le commandant Alioune Zanré à Me Jean Yaovi Dégli
Procès du putsch du CND : "Michel Kafando a laissé le loup rentrer dans la bergerie", selon Me Mamadou Sombié, avocat de la Défense
Procès du putsch du CND : "Si le coup d’État était préparé, je n’aurais plus besoin de convoquer la hiérarchie militaire", dixit Diendéré
Procès du putsch du CND : "La seule vérité, c’est Dieu qui la détient", selon Me Jean Yaovi Dégli (Défense)
Procès du putsch du CND : Faire un coup d’Etat pour en empêcher un, pour la démocratie !
Burkina : Les gens [terroristes] sont rentrés chez nous suite à la dissolution du RSP (Diendéré)
Dissolution du RSP : Le président Kafando devait respecter sa parole donnée, reproche Gilbert Diendéré
Procès du putsch du CND : Ceux [terroristes] qui venaient ici, continuent de venir aujourd’hui, selon Diendéré
Procès du putsch du CND : Des empoignades entre le général Diendéré et Me Guy Hervé Kam
Procès du putsch du CND : Enfin les avocats des parties civiles parlent
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés