Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

7e conférence ministérielle de l’OCI : Les ministres à la tâche !

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • LEFASO.NET | Par Justine Bonkoungou • dimanche 2 décembre 2018 à 23h23min
7e conférence ministérielle de l’OCI : Les ministres à la tâche !

Ce samedi 1er décembre 2018, le Premier ministre Paul Kaba Thiéba a procédé à l’ouverture de la 7e session de la conférence ministérielle sur le rôle de la femme dans le développement des Etats membres de l’Organisation de la coopération islamique (OCI). Au cours de la cérémonie, Hélène Marie Laurence Ilboudo, ministre en charge de la Femme, a été désignée présidente de la 7e conférence des ministres de l’OCI pour deux ans.

Après la réunion des experts tenue le 30 novembre 2018, c’est autour des ministres de se pencher sur les documents à eux soumis par les experts.

Se tenant sous le thème « Autonomisation de la femme dans les Etats membres de l’OCI : enjeux, défis et perspectives », la 7e session de la conférence ministérielle sera l’occasion pour les ministres de discuter des avancées sur les questions d’autonomisation des femmes et d’identifier les obstacles auxquels elles sont confrontées dans les différents pays.

« Aujourd’hui, les femmes représentent plus de 50% de la population mondiale. Il n’est pas admissible que cette cible soit oubliée. Et pour arriver à un développement durable, on ne peut aspirer à cela sans compter avec cette population nombreuse qui est là. Donc il était important que nous avancions avec l’OCI pour donner ces enjeux ». La 7e conférence ministérielle sera aussi l’occasion de partager les expériences, afin que chaque Etat membre de l’OCI puisse bénéficier de l’expérience des autres pour atteindre une réelle autonomisation des femmes.

Mme Ramata Bakayoko ministre ivoirienne de la femme de la famille et de l’enfant.

Et en termes d’expériences pour l’autonomisation de la femme, le Premier ministre Paul Kaba Thiéba a relevé, dans son discours d’ouverture, que le Burkina Faso met en œuvre de nombreux programmes et projets allant dans ce sens. A cela s’ajoutent l’adoption des textes juridiques portant sur les violences faites aux femmes et aux filles et la loi portant fixation de quota pour les élections législatives et municipales, mais également la création de mécanismes de promotion des droits de la femme.

Le Burkina Faso à la tête de la 7e conférence ministérielle de l’OCI

Lors de cette cérémonie, Marie Laurence Ilboudo/Marchal a été désignée présidente de la 7e session de la conférence ministérielle. Une mission accueillie avec joie par la ministre, qui mesure également l’ampleur de la tâche qui lui est confiée. « A partir des sillons que vous avez tracés et avec la bénédiction d’Allah le très miséricordieux, je prends l’engagement, avec l’accompagnement des plus hautes autorités de mon pays, de réussir la mission qui m’a été confiée.

Nous travaillerons à la suite de nos prédécesseurs à accélérer la mise en œuvre de notre plan d’action commun (...) Nous allons nous engager aux côtés de nos frères des Etats islamiques pour aider les femmes à avoir un avenir meilleur dans nos Etats », a dit la ministre burkinabè en charge de la Femme.

Pour la ministre ivoirienne de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, Ramata Bakayoko, l’élection de Marie Laurence Ilboudo/Marchal à la tête de la 7e conférence ministérielle de l’OCI est un honneur et une opportunité pour toute l’Afrique de l’Ouest de partager ses acquis en matière de promotion de la femme, mais aussi « de faire un pas en avant dans l’autonomisation de la femme ».

Ainsi, elle a souligné que son pays a réalisé des progrès dans la prévention et la prise en charge des violences basées sur le genre. Le développement de l’entreprenariat féminin se trouve également au cœur de la politique socio-économique du pays. De nombreux fonds sont mis à la disposition des femmes, afin de leur permettre d’être autonomes.

Au sortir de cette 7e conférence, des résolutions et une Déclaration de Ouagadougou devraient être adoptées en vue d’orienter les actions des Etats membres de l’OCI pour l’atteinte de l’autonomisation réelle de femme.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 3 décembre à 06:10, par maan ne sugri En réponse à : 7e conférence ministérielle de l’OCI : Les ministres à la tâche !

    Je félicite le gouvernement pour la réussite de cette organisation et la désignation de Mme le ministre de’la femme comme présidente. Je reviens néanmoins sur une affirmation d’un journal qui dit que c’est la première rencontre de cette institution en Afrique Subsaharienne. C’est archifaux, vous, vous aviez eu des miettes pour organiser une telle conférence, au Sénégal, l’Affaire Karim WADE a pour racine les fonds destinés à l’organisation de la grande conférence de l"OCI qui a eu lieu à Dakar où d’important fonds avait été alloué pour la réalisation d’infrastructures en vue de cette conférence. Dire que Ouagadougou accueille pour la première fois en Afrique Subasharienne une conférence importante de l’OCI n’est pas juste, le Sénégal fait-il partie du Maghreb ? Non de l’Afrique de l’Ouest Subasharienne. Soyons humbles

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre à 11:46, par Vous aussi En réponse à : 7e conférence ministérielle de l’OCI : Les ministres à la tâche !

    La conférence du Senegal n’est pas pareille à celle qui s’est tenue à Ouaga. celle de Ouaga est ministérielle par contre celle de Dakar est plutôt des Chefs de l’Etat à travers le 11ème sommet de l’Organisation de la conférence islamique (OCI), donc le budget ne peut être le même ni l’envergure. arrêtons la critique facile. en definitive, il se peut que cette 7e conférence (et pas Sommet) ministèrielle sur la condition de la femme soit bel et bien la 1ere en Afrique Subsaharienne.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Coopération sino-burkinabè : Séjour instructif pour 29 journalistes à Pékin
Une demi-douzaine de recommandations pour promouvoir l’industrie extractive dans les Etats membres de la CEDEAO
Interdiction des armes chimiques : Le Burkina veut créer un centre de compétence
Relations sino-burkinabè : Bilan satisfaisant après six mois de coopération
Coopération : Bientôt l’ouverture de la chancellerie du Burkina à Pékin
Programme d’investissements prioritaires du G5 Sahel : Partenaires et bailleurs de fonds ont délié le cordon de la bourse !
Espace G5 Sahel : La parole à la jeunesse des pays membres
Sécurité transsaharienne : Les parlements du G5 Sahel renforcent leur coopération
UEMOA : Le Conseil du travail et du dialogue social examine l’égalité en milieu professionnel
Coopération Burkina-Allemagne : 11,4 milliards de F CFA pour appuyer le secteur de l’eau et de l’assainissement
Coopération Burkina-Allemagne : Deux accords de financement au profit de la décentralisation et de l’eau
7e conférence ministérielle de l’OCI : Les participants recommandent la promotion de l’autonomisation des femmes
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés