Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La véritable cause de nos malheurs actuels est l’étonnante médiocrité qui égalisе tοus lеs individus. Si un hοmmе dе géniе раrаissаit, il sеrаit lе mаîtrе.» Joseph-Alexandre de Ségur

Environnement : Des actions pour mieux lutter contre les effets du changement climatique

Accueil > Actualités > Environnement • LEFASO.NET | Par J.T.B • dimanche 18 novembre 2018 à 22h00min
Environnement : Des actions pour mieux lutter contre les effets du changement climatique

L’atelier de lancement et de planification des activités du Projet d’appui scientifique aux processus de Plans nationaux d’adaptation (PAS-PNA) a pris fin le vendredi 16 novembre 2018 à Ouagadougou. Des activités ont été définies pour permettre de mieux lutter contre les effets du changement climatique.

Pendant deux jours, les représentants du ministère de l’Environnement, la société civile, l’Assemblée nationale, les collectivités territoriales, les partenaires techniques et financiers, les projets et programmes étaient en conclave à Ouagadougou, à l’occasion de l’atelier de lancement et de planification des activités du Projet d’appui scientifique aux processus de Plans nationaux d’adaptation (PAS-PNA). Mission : définir des activités pouvant contribuer à la mise en œuvre du projet et lutter contre les effets du changement climatique.

« Je suis très satisfaite de ce qui a été arrêté à l’issue de l’atelier. Le projet avait déjà retenu certaines activités mais les participants les ont enrichies. Ils ont précisé les différentes étapes mais aussi les acteurs avec lesquels on doit travailler. Ces acteurs sont ciblés et seront impliqués dans la mise en œuvre des activités retenues. Aussi, les participants ont suggéré d’autres activités qui complètent celles que le projet avait déjà proposées », s’est réjouie Nele Bünner, chargée régionale du projet PAS-PNA.

Des activités bien définies…

Les participants à l’atelier ont défini des activités fort appréciées par les organisateurs. Elles entrent dans le cadre des quatre composantes du projet. Ainsi, dans le domaine du renforcement des capacités, il est prévu des sessions de formation au profit des acteurs du domaine. Pour la recherche, il s’est agi de trouver les techniques pour promouvoir les résultats de la recherche et les intégrer dans le renseignement sur le changement climatique.

La troisième composante porte sur les financements climatiques. Les participants ont défini des stratégies pour obtenir des financements pour la mise en œuvre du projet. Le dernier volet a porté sur la communication. Afin de faire connaître les actions menées par le PAS-PNA, il est retenu entre autres l’utilisation du web comme principal moyen de publication des résultats des réalisations du projet.

« Toutes les activités que le projet avait retenues comme principales ont été validées par l’assistance avec bien sûr des apports énormes. Ils nous ont permis de savoir avec qui, dans quelle période et surtout comment l’activité doit se faire. Cela est important parce que leur contribution est déjà le signe de leur engagement. En acceptant de proposer les activités, ils s’engagent du même coup pour leur mise en œuvre et nous savons que nous ne serons pas les seuls à le faire », a tenu à relever le colonel Hassane Diallo, coordonateur national du PAS-PNA.

Le ministère, un partenaire sur qui compter

Les résultats des travaux de l’atelier seront portés à la connaissance des premiers responsables du ministère en charge de l’Environnement qui était, du reste, représenté par le secrétaire permanent de la Commission nationale du développement durable, Justin Gougouga. Lui aussi est satisfait des résultats des travaux. « Au regard de ce que nous avons vu, d’abord du point de la participation, toutes les composantes de la population étaient représentées.

Le ministère de l’Environnement, la société civile, l’Assemblée nationale, les collectivités territoriales, les partenaires techniques et financiers, les projets et programmes ont tous pris part aux travaux. De par la composition, nous avons espoir parce que cela signifie que tout le monde est sensible au problème », a-t-il indiqué.

Le SP/CNDD s’est aussi réjoui du fait que la parole était libre : « L’autre source de satisfaction est la participation. Chacun s’est effectivement exprimé et nous avons défini, en concert, les activités à mettre en œuvre et qui prennent en compte toutes les dimensions. Il s’agit notamment de la recherche, de la communication et des activités purement d’adaptation au changement climatique ».

C’est un outil dont disposent les responsables du projet pour la mise en œuvre effective du projet sur le terrain et surtout pour obtenir des résultats probants.

J.T.B
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Journée mondiale de l’eau 2019 : Contribution des comités de l’AITB, spécialises dans le domaine de l’eau
Grande muraille verte : Chercheurs et gestionnaires du Sénégal et du Burkina Faso en réflexion à Ouagadougou
Gestion intégrée de l’eau : Le « Musée de l’eau » s’ouvre aux étudiants
Environnement, eau et assainissement : Le Cadre sectoriel de dialogue passe à la loupe les activités de 2018
Société Nestlé : Une journée zéro plastique à Ouagadougou
Hygiène et assainissement : Kombissiri, un exemple dans la gestion des déchets solides
Grande muraille verte : Des journalistes outillés sur la gestion durable des terres
Programme d’investissement forestier : Impliquer les acteurs pour la réussite de la REDD+
Migrations et environnement : L’OIM lance un nouveau programme dans deux communes du Burkina
Préservation de l’environnement : Des parlementaires à l’école de la REDD+
Gestion des ressources en eau : Faso Koom II pour renforcer les capacités opérationnelles de l’Agence de l’eau du Nakanbé
Gestion des ressources naturelles : La sécurisation des corridors biologiques au cœur d’un atelier national
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés