Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La vraie noblesse s’acquiert en vivant, et non раs еn nаissаnt.» Guillaume Bouchet

Maroc : Le TGV Tanger-Casablanca sur les rails

Accueil > Actualités > International • LEFASO.NET | Sita TARBAGDO (Collaborateur) • vendredi 16 novembre 2018 à 13h00min
Maroc : Le TGV Tanger-Casablanca sur les rails

En ce 15 novembre 2018, au moment où, à Ouagadougou, le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré, procédait à l’inauguration officielle de l’échangeur du Nord, le plus grand des quatre échangeurs de la capitale burkinabè, à Tanger au Maroc, le roi Mohammed VI et son invité de marque, le président français Emmanuel Macron, inauguraient, eux, la ligne de Train à grande vitesse (TGV) Tanger-Casablanca. Au Burkina Faso, il s’agit d’un joyau de 70 milliards de F CFA. Au Maroc, c’est « un chantier titanesque » de plus de deux milliards d’euros, soit plus de 1 310 milliards de F CFA. A chacun selon ses moyens ! Une chose est certaine, ces deux infrastructures, qui permettront la fluidité du trafic, font la fierté nationale des pays concernés.

Le Train à grande vitesse (TGV) Tanger-Casablanca, inauguré le 15 novembre 2018, en présence du roi du Maroc Mohammed VI et du président français Emmanuel Macron, est la première Ligne à grande vitesse (LGV) d’Afrique. Cette ligne via la ville de Rabat, la capitale politique marocaine, est longue d’environ 350 km. Sa construction a coûté, au total, deux milliards d’euros, dont 49% à la charge du Maroc.

La présence d’Emmanuel Macron à cette inauguration, n’est pas un fait fortuit. En effet, « l’Etat français a financé 51 % du projet, grâce à plusieurs prêts accordés par l’Agence française de développement (AFD) de 220 millions d’euros ». En plus, « de nombreuses entreprises françaises ont participé à la construction de cette Ligne à grande vitesse ». C’est la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) qui a assuré l’assistance de l’Office national des chemins de fer marocains (ONCF) pour la maîtrise d’ouvrage.

Selon l’Agence marocaine de presse (MAP), cette toute nouvelle Ligne à grande vitesse, qui relie les deux pôles économiques majeurs du Royaume du Maroc, « reflète la profondeur des relations bilatérales fondées sur un partenariat solide et fort » entre le Royaume du Maroc et la République française. C’est « un symbole de la profondeur du partenariat » entre Paris et Rabat.

Cette Ligne à grande vitesse est aussi l’expression « du savoir-faire des entreprises françaises » qui ont réalisé le projet. Pour le Maroc, elle permettra de générer 1 500 emplois directs et 800 indirects, et engrangera entre 6 et 8 millions de passagers par an.

Pour mémoire, les travaux de construction de cette ligne considérée comme une vitrine de la modernisation du Maroc, ont été lancés en 2007 en présence du roi du Maroc, Mohammed VI, et du président français de l’époque, Nicolas Sarkozy. Mais pour des retards de procédures d’expropriations, le chantier n’a réellement démarré qu’en 2011. Soit sept ans de travaux !

Si aujourd’hui le Maroc peut s’enorgueillir de sa LGV, son coût faramineux a exaspéré une partie de sa population, qui dénonce « que tant de milliards soient investis pour la construction d’une seule ligne, alors que le reste du réseau ferroviaire connaît beaucoup de problèmes actuellement ».

Cette dénonciation était portée depuis 2012 par un collectif dénommé « Stop TGV ». Pour ce collectif, « l’Etat, à travers l’Office national des chemins de fer du Maroc, aurait plutôt intérêt à investir dans les trains régionaux afin d’atteindre certaines villes isolées et de désenclaver ainsi le monde rural ».

Le Roi du Maroc et son invité d’honneur le Président Macron

L’argumentaire des pro-TGV

Malgré les polémiques autour de la pertinence ou non de la Ligne à grande vitesse, les autorités marocaines n’ont pas fléchi. Bien au contraire, elles ont argumenté en faveur de ce nouveau fleuron dont les retombées sont multiples et multiformes. D’abord en termes économiques, du fait que cette ligne reliera les deux régions les plus dynamiques du Royaume.

Ensuite, en termes de facilitation du trafic, avec ce qu’elle comporte comme gains en temps. Pour exemple, le TGV en circulation à 320 km/h, va relier Tanger à Casablanca en 2h10mn au lieu de 4h45mn auparavant.

Sur le volet de la sécurité routière, les études prévoient « 150 victimes évitées sur les routes marocaines par an ». Sans oublier le confort et l’aisance du voyage ainsi que le respect des horaires. Ce n’est pas un secret, les usagers des transports publics marocains font face à des pannes et à des retards à répétition sur des lignes ferroviaires datant parfois de 1950, avec des équipements dans un état défectueux.

C’est dire donc toute la pertinence du TGV Tanger-Casablanca via Rabat et dont la réalisation est « le tout premier pas d’un projet ambitieux visant à doter le territoire marocain d’un réseau LGV de 1 500 kilomètres ». En attendant, le grand public espère l’ouverture de la ligne aux voyageurs d’ici à la fin du mois ; et au prix du billet accessible à tous.

Sita TARBAGDO (collaborateur)

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 16 novembre 2018 à 23:11, par Ka En réponse à : Maroc : Le TGV Tanger-Casablanca sur les rails

    Le Maroc croit être plus malin que les pays de l’Afrique de l’Ouest avec sa population à peau noire. Malheureusement cette Maroc se trompe. Ce pays que je connais dont le roi Mohamed VI tenait avec sa main de fer commence à ramollir avec ses deux princes, le plus jeune M. Rachid le libéral de l’aile gauche du palais, et le grand frère successeur du père a l’aile droite du palais, tous deux commencent à ramollir ce pays en argile, et laisse le champ aux nouveaux colonisateurs. Ce qui se passe avec les 51% que détienne la France sur le TGV marocain, sans oublié l’implantation de Renaud a 70% pour la France, et la chine qui a sa part du gâteau avec toute une ville chinoise qui pousse sur le sol Marocain, je dis aux Marocains que voici une nouvelle forme de colonisation avec chantage à l’appui qui se profile à l’horizon dans ce pays, et qui veut à son tour colonisé l’Afrique de l’Ouest en voulant récupérer L’UA et la CEDAO.

    Le joyau Burkinabé qui est son échangeur, reste Burkinabé : Tant dis qu’au Maroc avec son TGV qui reste un poison de la France, c’est "Je te donne beaucoup de moyens pour ton développement et tu rompt tes relations avec un tel, comme la Chine ou les Etats Unis. Le Maroc que je connais, en prime avec des amis Marocains de longue date, devrait faire attention au gâteau empoisonné qui peut le ruiné et surtout empoisonné la sous-région dans l’avenir. Ce qui est sûr et Certain, il y a une grande différence entre notre échangeur acquis dans la pauvreté et qui est à 100% la propriété du pays des hommes intègres du valeureux capitaine Thomas Sankara, et un TGV de Luxe qui appartient a plus de la moitié a un colonisateur plus futé. Bon vent à ce TGV Marocain.

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2018 à 14:36, par Alexio En réponse à : Maroc : Le TGV Tanger-Casablanca sur les rails

    Le reseau reroviaire en Afrique de l Ouest es absolete pour realiser une performance du marche. Pour ecoulement de nos produits locaux soit en Cote d Ivoire et vise versa. Le colonialiste francais ne veut pas que cette chasse gardee l echappe dans la main des Chinois quio au moins ne singerent pas dans les affaires internes de nos pays en Afrique. Surtout dits francophones. Depuis les annees d independances juqu a nos jours.

    Le Train roule sur la meme direction. Ouaga-Bobo-Abidjan-(Niger) Le Niger est dans les reves non realises, et les dossiers sont dans les tirroirs de l oublie administractive.

    La Cote D Ivoire un pays qui contribuer avc ses richesses au developpement est restee sans insfractures qu elle la merite aujoudhui. Sans innovation ala modernite comme le TGV innaugure au Maroc.

    Le Maroc est un pays corrompu et sattelite qui joue la courroie de transmission des entreprises francaises deguisees en Afrique. Puique le Capital sous coulisse er francais et prete-nom.

    Le Maroc sous Hassan 2 voulait devenir un membre de EF, aujoudhui UE(union europeenne).

    Maintenant, il voit que l avenir est en Afrique Noire, Et ce rebond spectaculaire pour redevenir membre d une famille africaine est hypocrite.

    Et nos dirigeants corrompus joue son jeux sans broncher de quoi qu il se soit. Maintenant leur strategie est l achat des secteurs comme la l information et Telecom.Etc. pour assoir son influence.

    Les entreprises francaises de la high Tech ont demenages au Maroc avec des regimes demunis des standards universels pour les droits des travailleurs sous pressions. Les greves sont interdites.

    Donc des entreprises qui sont pretes et favorisees pour l evasion fiscales dans les paradis fiscaux. Aux Seychelles, Luxembourg, Panama.Etc.

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2018 à 18:30, par Maurice En réponse à : Maroc : Le TGV Tanger-Casablanca sur les rails

    Qui voyage de loin prépare sa monture.
    bravo les Marocains avec le train à grande vitesse tant mieux pour les Burkinabè avec leur échangeurs sur fonds propres

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés