Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La faculté de se mettre dans la peau des autres et de réfléchir à la manière dont on agirait à leur place est très utile si on veut apprendre à aimer quelqu’un. » Dalaï Lama

Mils d’or 2018 : Karim Namaono remporte le premier prix

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Mines, mineurs, miniers, énergie • LEFASO.NET | Issoufou Ouédraogo (stagiaire) • samedi 10 novembre 2018 à 18h34min
Mils d’or 2018 : Karim Namaono remporte le premier prix

Le documentaire scientifique « Le niébé OGM : la controverse » de Karim Namaono est le lauréat de la 8e édition du festival consacré au documentaire scientifique africain, « Les Mils d’or 2018 ». Le festival, qui a connu son apothéose ce vendredi 9 novembre 2018 à Ouagadougou, a pour objectif de faire découvrir, par l’image, le travail des chercheurs et la contribution de la recherche dans la résolution des défis sociétaux des pays du Sud.

Sur sept films au total, trois films ont été retenus par le jury de la 8e édition du festival scientifique africain « Les Mils d’or ». Les trois productions scientifiques répondent aux critères et à l’esprit du festival. De ces trois documentaires en compétition, l’œuvre scientifique sur « Le niébé OGM : la controverse » de Karim Namaono a remporté le premier prix.

Présidnet du jury

La recherche sur le niébé ou haricot a produit près de 500 variétés. Toutes ces variétés ont pour ennemi commun l’insecte maruca vitrata. Grâce à des partenaires australiens, l’Institut de l’environnement et des recherches agricoles (INERA) expérimente le niébé transgénique en laboratoire pour résister à l’insecte. Mais des opinions portées par la société civile sur le niébé OGM sont divergentes. Les réponses à ces questions se trouvent dans l’œuvre de Karim Namaono.

« C’est un sujet d’actualité, et en tant que réalisateur, nous nous sommes interrogé sur ce qui est en matière de recherche au Burkina Faso. Ainsi, nous avons donc approché l’INERA pour suivre le processus et nous avons compris que ces gènes cédés par l’Australie ont permis à nos chercheurs de les étudier pour voir si c’est adapté au Burkina », a confié Karim Namaono.

PHOTO DE FAMILLE

L’ambition du festival est de mettre en valeur le travail des chercheurs et leur donner envie d’utiliser l’audiovisuel pour diffuser ce qu’ils produisent. Il cherche à mobiliser les réalisateurs sur des sujets de recherche et informer sur l’avancée de la recherche et sur l’actualité des sciences.

Le deuxième prix du concours est revenu à Laurent Ouédraogo. Son œuvre porte sur l’accès limité des femmes rurales à la terre et sur l’inaccessibilité de celles-ci à la propriété foncière en campagne. Le troisième prix échoit à Ishaq Chewou du Bénin, qui nous amène à la découverte des bienfaits de la plante Akaya.

La représentante de l’IRD au Burkina, Dominique Dumet, a rappelé que l’esprit du festival est de trouver des résultats et de les partager.
Les critères du concours sont entre autres la pertinence du thème et la qualité du message.

Représentante IRD AU Burkina

Le directeur de l’Institut de l’image et du son (ISIS), président du jury, Souleymane Ouédraogo, est revenu sur le choix porté sur l’œuvre « Le niébé OGM : la controverse ». Pour lui, « le documentaire a su camper la problématique de l’utilisation des OGM. C’est le débat entre des experts qui portent des convictions et une société civile qui désapprouve, (…) avec une touche de création qui permet de densifier la trame du film et une musique qui vient apporter une touche assez dramatique ».

Le festival du film scientifique n’est pas orienté uniquement vers les étudiants et les chercheurs, mais aussi vers les écoles. Certains films scientifiques vont être diffusés pour créer des vocations pour la recherche chez les plus jeunes.

Issoufou Ouédraogo (stagiaire)
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Exploitation minière au Burkina : Une activité à repenser ?
Energies et énergies renouvelables : Un accord de 155 MW signé en une journée !
Emploi des femmes dans les sociétés minières : « Tout part de la formation », selon Tidiane Barry de la Chambre des mines
Nordgold intensifie son programme d’investissement dans ses mines au Burkina Faso
PDAC 2019 : IAMGOLD célèbre sa présence au Burkina Faso
Exploitation minière au Burkina : Le ministre Oumarou Idani paraphe trois contrats d’exploitation
Mine d’or d’Essakane : L’objectif « Zéro incident » au cœur des Journées santé sécurité et environnement
Leasing de matériels miniers : IAMGOLD Essakane et la BICIAB signent une convention
Industries extractives : Afric Carrière lance les travaux d’exploitation de sa 4ème carrière
Travail des enfants sur les sites aurifères : Les acteurs à la recherche d’alternatives durables
Artisanat minier au Burkina : Eau vive examine la situation des droits humains sur les sites d’orpaillage
Mines : Les nouveaux membres de la Commission consultative du travail renforcent leurs connaissances sur le secteur
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés