Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’angoisse est la disposition fondamentale qui nous place face au néant.» Martin Heidegger

Enseignement supérieur : La Banque mondiale octroie 33 millions de dollars US pour renforcer la qualité de la formation

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Marcus Kouaman • vendredi 2 novembre 2018 à 00h11min
Enseignement supérieur : La Banque mondiale octroie 33 millions de dollars US pour renforcer la qualité de la formation

Dans le cadre du Projet centre d’excellence en Afrique (Projet CEA Impact), la Banque mondiale en partenariat avec le ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation a organisé une consultation publique des parties prenantes. C’est le siège national de l’institution de Breton Wood à Ouagadougou qui a servi de cadre pour cette rencontre, le mardi 30 octobre 2018.

Améliorer la qualité, la quantité et la pertinence du développement de l’enseignement post-universitaire dans les universités sélectionnées grâce à la spécialisation régionale. Tel est l’objectif du Projet centre d’excellence en Afrique (Projet CEA Impact) financé par la Banque mondiale à hauteur de 33 millions de dollars, sur la base d’un crédit de l’Association internationale de développement (AID/IDA).

Le projet CEA qui doit être mis en œuvre par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation, comporte trois composantes. La composante 1, vise à aider les universités à établir des centres d’excellence.
La seconde composante consiste à aider les institutions et les gouvernements de la région à acquérir l’assistance technique et les prestations en services éducatifs auprès du CEA. La troisième et dernière composante a pour objectif de soutenir l’élaboration des politiques régionales, la collaboration, le suivi et l’évaluation et la facilitation des projets.

Pour la Pr Bintou Séssouma, Directrice générale de l’Enseignement supérieur (DGESUP), le Projet CEA Impact est à sa troisième phase et vise essentiellement l’amélioration de la qualité de l’enseignement post-universitaire, c’est-à-dire le Master et la recherche.
Lancé courant août 2018, la première phase a connu la participation de huit universités publiques du pays des Hommes intègres. Lors de cette première phase, quatre institutions d’enseignement supérieur, ont été retenues pour être financées par la Banque mondiale.

« Vous savez que la Banque mondiale finance avec des conditions. Tous les projets doivent faire l’objet d’un Cadre de gestion environnementale et sociale (CGES) », a-t-elle souligné. C’est donc pour répondre à cette exigence que se tient cette consultation publique pour recueillir les avis, suggestions et craintes de toutes les parties prenantes. Afin que l’équipe de consultants de la Banque mondiale puisse adapter ces différents projets aux objectifs de l’institution.

Les principaux investissements structurels du projet qui sera mis en œuvre dans les universités de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso sont entre autres la construction de nouveaux bâtiments, l’extension de bâtiments actuels, et la réhabilitation d’anciens bâtiments.

Marcus Kouaman
(kmagju@gmail.com)
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés