Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La faculté de se mettre dans la peau des autres et de réfléchir à la manière dont on agirait à leur place est très utile si on veut apprendre à aimer quelqu’un. » Dalaï Lama

Programme d’investissement forestier : Une formation pour mieux s’approprier les projets

Accueil > Actualités > Environnement • LEFASO.NET | David Demaison NEBIE • mercredi 31 octobre 2018 à 15h00min
Programme d’investissement forestier : Une formation pour mieux s’approprier les projets

Lancé officiellement le mardi 31 juillet 2018 à Dédougou, chef-lieu de la région de la Boucle du Mouhoun, le Programme d’investissement forestier (PIF) a tenu, du 25 au 26 octobre 2018 à Dédougou, une session de formation sur le manuel des Projets de développement intégré communaux (PDIC/REDD+). Cette session de formation a été précédée d’un atelier technique visant à améliorer une meilleure appropriation de ces projets.

Les PDIC/REDD+ proviennent du Projet de gestion décentralisée des forêts et espèces boisées (PGDFEB), porté par la Banque mondiale. Les Projets de développement intégré communaux pour la REDD+ (PDIC/REDD+) visent à assurer des investissements dans 32 communes. Il s’agit d’un ensemble d’activités cohérentes et intégrées contribuant à l’atteinte de l’objectif général visé par le Programme d’investissement forestier (PIF) du Burkina Faso, qui est la réduction de la déforestation et de la dégradation des forêts afin de renforcer leur capacité de séquestration de carbone, en diminuant les pressions sur les écosystèmes forestiers, grâce à une meilleure gouvernance, un développement socio-économique local respectueux de l’environnement et une gestion durable des ressources forestières et des espaces boisés.

Le coût estimatif d’un PDIC/REDD+ est d’environ 140 millions de F CFA. Son exécution doit prendre normalement un an et demi. Les PDIC/REDD+ concernent 32 communes issues de cinq régions du Burkina Faso (Boucle du Mouhoun, Centre-Ouest, Centre-Sud, Sud-Ouest et Est).

Au cours de la formation, le directeur général du Fonds d’intervention pour l’environnement (FIE), Wango Fidèle Yameogo, a déclaré que « dans le cadre de la mise en œuvre des PDIC/REDD+, une mission est assignée au FIE. Cette mission vise à permettre une facilitation fiduciaire à travers deux rôles : assurer une intervention financière entre le PIF et les 32 communes d’intervention ; assurer le contrôle du respect des procédures administratives, comptables et financiers et de passation de marchés.

Le FIE a déjà pris les devants en facilitant l’ouverture des 32 comptes dédiés aux PDIC au niveau du Trésor public pour permettre aux communes de disposer des décaissements pour la mise en œuvre des activités. En effet, dans cette mission de facilitation fiduciaire, le FIE aura comme rôle d’assurer une intermédiation financière entre le PIF et les 32 communes d’intervention ; assurer le contrôle du respect des procédures administratives, comptables et financiers et de passation de marchés dans le cadre de la mise en œuvre des PDIC/REDD+.

A cet effet, un manuel a été élaboré par le FIE pour encadrer la gestion financière des différents projets dont il aura la charge de suivre. Pour une appropriation du manuel par les acteurs, une formation a été programmée à l’endroit des acteurs intervenant dans la gestion financière des projets. L’objectif général est de former les acteurs de la chaîne financière des communes des régions PDIC sur le manuel de gestion financière des PDCI/REDD+.

Les participants, au nombre de 50 dans la région de la Boucle du Mouhoun, sont entre autres les maires des communes, les secrétaires généraux des mairies, les comptables communaux, les APDL et les contrôleurs financiers.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

David Demaison NEBIE
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Akon fait appel à l’intelligence artificielle pour développer sa vision de l’énergie verte en Afrique
Gestion du patrimoine forestier : Le Burkina Faso veut se doter d’une stratégie nationale
Programme d’approvisionnement en eau et d’assainissement : Les acteurs se concertent pour l’atteinte des résultats
Gestion des situations d’urgence en hygiène, eau et assainissement : L’institut 2ie et l’UNICEF outillent les acteurs du domaine
Conseil national de l’eau : Les membres en session à Bobo-Dioulasso
Journée mondiale de l’eau 2019 : Contribution des comités de l’AITB, spécialises dans le domaine de l’eau
Grande muraille verte : Chercheurs et gestionnaires du Sénégal et du Burkina Faso en réflexion à Ouagadougou
Gestion intégrée de l’eau : Le « Musée de l’eau » s’ouvre aux étudiants
Environnement, eau et assainissement : Le Cadre sectoriel de dialogue passe à la loupe les activités de 2018
Société Nestlé : Une journée zéro plastique à Ouagadougou
Hygiène et assainissement : Kombissiri, un exemple dans la gestion des déchets solides
Grande muraille verte : Des journalistes outillés sur la gestion durable des terres
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés