Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

SIAO 2018 : Les exposants malgaches espèrent faire de bonnes affaires

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET | Cryspin Masneang Laoundiki • mardi 30 octobre 2018 à 00h57min
SIAO 2018 : Les exposants malgaches espèrent faire de bonnes affaires

La 15e édition du Salon international de l’artisanat de Ouagadougou (SIAO) s’est ouverte le vendredi 26 octobre 2018. Au quatrième jour d’exposition-vente, une équipe de lefaso.net y a fait un tour, pour s’imprégner de l’ambiance. Du côté du pays invité d’honneur, Madagascar, les exposants gardent espoir, malgré la faible affluence.

En tant que représentants du pays invité d’honneur, les membres de la délégation malgache ont effectué 6 326 kilomètres pour prendre part à la 15e édition du Salon international de l’artisanat de Ouagadougou (SIAO). Les Malgaches, à l’instar des autres exposants, sont à leur quatrième jour d’exposition, ce lundi 29 octobre 2018.

Les objets de décorations

Dans le but de recueillir leurs impressions, nous nous sommes approchés de plusieurs exposants dans les différents pavillons (Kilimandjaro, Arc-en-ciel, Marron, Vert).
Unanimement, ils saluent les mesures sécuritaires. « On se sent en sécurité avec les contrôles à l’entrée. Vu le contexte du Burkina Faso, on comprend la situation », a confié Ranton Razafintsalama, gestionnaire de Liana Création et Ankoala, deux entreprises malgaches.

Plusieurs savoir-faire de la Grande île sont exposés à cette 15e édition du SIAO. En gastronomie, Madagascar est connu pour ses vanilles et ses poivres. C’est ainsi que l’entreprise Ankoala, spécialisée en épices, expose ses articles, afin de les faire connaître aux participants de ce rendez-vous de l’artisanat africain.
Cette initiative est plutôt bonne, car « il faut reconnaître que les gens ne connaissent pas les épices spécifiques que les grands chefs cuisiniers utilisent dans les autres pays d’autres continents », a commenté fièrement Ranton Razafintsalama.

Dans son stand, M. Razafintsalama expose aussi les produits de la médecine traditionnelle de son pays. Ce sont entre autres des huiles essentielles et des écorces qui ont des vertus thérapeutiques.

Les épices made in Madagascar

L’artisanat malgache, c’est aussi les paniers à base des tissus traditionnels. Vendus dans tous les formats (petits, moyens et grands), ces paniers coûtent entre 3500 et 6500 francs CFA, selon le tissu et le design.
Les sacs en cuir sont vendus à partir de 30 000 francs CFA. Les articles tels que les chapeaux, les crochets, les sacs, les pochettes et les pagnes sont les plus vendus actuellement, nous confie Lydia Irène Raharisoa, qui ajoute que les articles en cuir sont les moins vendus.

Dany Malala Andrianasolo montrant le sac Thomas Sankara

Jour 4, faible affluence

De l’avis de tous les exposants abordés ce jour, l’affluence est faible. Pour certains exposants, les visiteurs sont pris par le travail, car c’est un jour ouvrable. En plus de cette faible présence des visiteurs, les exposants ont du mal à écouler leurs marchandises.
Selon Anadia Soameva, les gens trouvent leurs articles très chers. Chose que l’exposante, elle-même, reconnaît : « C’est vrai, c’est un peu cher, mais nous aussi, on a beaucoup dépensé pour venir ici donc si on vend moins cher, ce sera une perte pour nous ». Quant à Lydia Irène Raharisoa, elle ajoute que les frais de location des stands leur reviennent assez chers ; et cela joue sur le prix de vente.

Les articles de Anadia Soameva varient de 9000 à 69 000 francs CFA

Il faut rappeler que la 15e édition du SIAO se tient du 26 octobre au 4 novembre 2018. Les exposants à qui nous avons rendu visite en ce jour, gardent espoir que les marchandises seront écoulées, d’ici la fin de la vitrine de la promotion de l’artisanat africain. « On espère tout vendre d’ici le 4 novembre », espère Lydia Irène Raharisoa.

Cryspin Masneang Laoundiki
LeFaso.net


« Pagnelia », une entreprise malgache née au Burkina

Dany Malala Andrianasolo, une Malgache résidant au Burkina Faso, est la fondatrice de la marque « Pagnelia », une jeune marque panafricaine qu’elle a lancée il y a six mois.

Elle utilise son savoir-faire artisanal pour créer différents produits, principalement des sacs, des pochettes, des tote bags ainsi que des accessoires et objets de décoration tels que les coussins et les sets de table.

Pour ses articles, elle utilise un mix de matières premières locales (pagne wax ou tissus traditionnels) et différents matières et accessoires de Madagascar.

A cette première participation au SIAO, l’objectif de Dany Malala Andrianasolo est de faire connaître sa marque, présenter et vendre ses produits. « Mes attentes sont nombreuses, on espère avoir des retombées positives grâce aux contacts durant le salon, nouer des relations commerciales avec les différentes entités dans notre domaine », a-t-elle énoncé.

Thomas Sankara honoré par Madagascar

Au cours de notre visite dans les stands malgaches, nous sommes tombés sur un sac avec l’effigie du capitaine Thomas Sankara, avec le message : « J’ai étudié à Antsirabe ».
La tote bag est une création de l’entreprise LSD (Last Salegy in Downtown), une jeune marque d’Antananarivo. Selon Dany Malala Andrianasolo, responsable du stand, c’est un hommage au révolutionnaire burkinabè qui s’est inspiré des révolutions de 1947 et de 1972 (à Madagascar) pour diriger la Haute-Volta d’alors.

A entendre les récits de Dany Malala Andrianasolo, le capitaine Thomas Sankara était un élève de l’Académie militaire d’Antsirabe, petite ville située à 160 kilomètres au sud de la capitale de Madagascar, en 1972.
Le blog « Le messager d’Afrique depuis Ouagadougou », dans son article « Entre Thomas Sankara et Madagascar, des liens forts », précise que Madagascar a inspiré l’ancien président du Faso (http://lemessagerdafrique.mondoblog.org/2016/12/09/entre-thomas-sankara-et-madagascar-des-liens-forts/ ).

Le sac Thomas Sankara est vendu au prix de 10 000 francs CFA, l’unité.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Musique : Kheops présente son 2e album aux mélomanes de Gaoua
Industries culturelles : Des journées portes ouvertes pour renforcer la visibilité du secteur
Cinéma numérique : La 4e édition du « Festival écran à ciel ouvert » aura lieu du 5 au 9 décembre 2018
Institut des peuples noirs : Le ministre de la Culture milite pour sa réhabilitation
Récréâtrales 2018 : Quand la pièce « Formidable » de Wilfrid Ouédraogo fait parler d’elle !
Cinquantenaire du FESPACO : « On sera obligé de casser certains codes pour la bonne cause » (Yacouba Traoré, président du comité d’organisation)
SIAO 2018 : Le pavillon de la créativité porte désormais le nom Thomas Sankara
Festival feu de bois de Niou : A la découverte du mystère « des choses et des êtres »
Société : Moussa Sinon décortique le monde de l’invisible chez les Mossi
Récréatrales 2018 : Quand le chef de l’Etat "tresse son courage" à Gounghin
15e édition du SIAO : « Entreprendre au féminin » valorise les produits locaux
SIAO 2018 : Les réfugiés maliens font de bonnes affaires
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés