Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La faculté de se mettre dans la peau des autres et de réfléchir à la manière dont on agirait à leur place est très utile si on veut apprendre à aimer quelqu’un. » Dalaï Lama

Tour du Faso 2018 : Mathias Sorgho récupère le maillot jaune

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Tour du Faso 2018 • LEFASO.NET | Jacques Théodore Balima • dimanche 28 octobre 2018 à 11h30min
Tour du Faso 2018 : Mathias Sorgho récupère le maillot jaune

Mathias Sorgho de l’équipe nationale du Burkina porte depuis ce samedi 27 octobre 2018 le maillot jaune du Tour du Faso 2018 à l’issue de la deuxième étape courue entre Manga et Bolgatanga (Ghana). La victoire des Etalons à cette étape a été assurée par Daouda Ouédraogo, de l’équipe régionale de l’Ouest, qui a bouclé les 155 kilomètres en 3heures 51 minutes 9 secondes.

Les Etalons sont véritablement en forme en ce début du 31e Tour du Faso. Ils l’ont confirmé ce samedi lors de la deuxième étape disputée entre Manga (chef lieu de la région du Centre-sud) et Bolgatanga au Ghana. Après avoir été coiffés à l’arrivée à la première étape, les Burkinabè sont rentrés dans leurs droits en malmenant leurs adversaires sur les routes du Ghana.

Partis de Manga, les 76 coureurs sont vite passés à l’essentiel sans observation. A Guiba, où a été le départ réel, des cyclistes ont placé, en vain, dès ces instants, les premières attaques. Les dix secondes d’avance qu’ils s’étaient données ont été vite gommées par le peloton. Puis on patiente et on recommence. A l’entrée de Nobéré, trois hommes parviennent à prendre le large, parmi eux deux Burkinabè : Seydou Bamogo et Salifou Yarbanga.

Au premier sprint intermédiaire disputé dans cette bourgade située à 36,5 km du point de départ, Seydou Bamogo, sans un véritable duel, décroche les trois points de bonification et la prime qui vont avec.
La même prouesse se répète à Po (chef lieu de la province du Nahouri), lieu du deuxième point chaud. Puis à Navrongo, en territoire ghanéen, Seydou Bamogo, accompagné de Salifou Yarbanga et de Souleymane Traoré de la Côte d’Ivoire enlève encore les points et la prime du troisième et dernier sprint intermédiaire.

Fatiguer les autres avant l’arrivée

Après Navrongo, la cadence de la course s’accélère. Les Etalons mettent le pied sur la pédale. Des courtes échappées mais aussi une longue d’environ 6 minutes, sont réalisées par les Burkinabè obligeant les autres à suivre le rythme. « C’était l’objectif. Nous avons voulu faire courir les autres avant l’arrivée », explique Martin Sawadogo, directeur technique national de la Fédération burkinabè de cyclisme.

La stratégie s’avère payante. Car à tour de rôle, les Etalons se relaient en tête de course. Mais Mathias Sorgho, victime d’une chute la veille, Paul Daumont qui avait aussi joué les premiers rôles sur l’axe Ouaga-Manga, le capitaine de l’équipe Abdoul Aziz Nikiema, Souleymane Koné sont restés muets comme des carpes et ont suivi le groupe. Par contre, Daouda Ouédraogo, Seydou Bamogo et Salifou Yarbanga tiennent bien leurs rôles. A une dizaine de kilomètres de l’arrivée, le Belge Bouvry Dieter creuse un écart de 20 secondes. Il les maintient jusqu’au dernier kilomètre et mal lui en a pris.

Les Etalons, conscients de l’imminence de l’arrivée reprennent les choses en main. Il est repris par le peloton qui avance désormais groupé vers la ligne d’arrivée. « S’ils viennent groupés, ce ne sera pas bien pour nos hommes », soupire un supporter burkinabè. Mais c’était sans connaitre la détermination des hommes de Karim Yaméogo. A 200 mètres de la ligne, le sprint est lancé.

Un homme, Daouda Ouédraogo, pas très connu dans le milieu, sort rapidement du groupe et prend de l’avance. Les autres concurrents essaient de le rattraper mais c’était peine perdue. Seul, il franchit la ligne, les bras levés vers le ciel calme de Bolgatanga dans un tonnerre d’applaudissements.

Le Burkina tient sa première victoire d’étape qui va, pourtant, changer les choses. Mathias Sorgho endosse désormais le maillot jaune, en plus du vert. Seydou Bamogo porte celui des sprints intermédiaires. Le maillot du meilleur jeune revient à Paul Daumont et Salifou Yarbanga se drape de celui de la combativité. Les principaux maillots sont la propriété des Burkinabè.

Comme on le dit souvent, une chose est de remporter les maillots et une autre est de les conserver. Pourront-ils conserver tous les maillots ? La sentence finale le 4 novembre prochain. Mais en attendant, l’étape du jour, longue de 90 kilomètres, sera courue entre Bolgatanga et Po.

Jacques Théodore Balima
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés