Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

SIAO 2018 : Sous le signe de l’adaptation aux exigences du marché

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET | Nicole Ouédraogo • vendredi 26 octobre 2018 à 23h35min
SIAO 2018 : Sous le signe de l’adaptation aux exigences du marché

Pour la quinzième fois, Ouagadougou abrite, du 26 octobre au 4 novembre 2018, le Salon international de l’artisanat de Ouagadougou (SIAO). Placée sous le thème « Artisanat africain, exigences du marché et développement technologique », la présente édition consacre les 30 ans d’existence de la biennale de l’artisanat africain.

La cérémonie d’ouverture est intervenue ce vendredi 26 octobre, en présence du chef de l’Etat et de la gouverneure générale du Canada, Julie Payette. Madagascar est le pays invité d’honneur.

25 pays prennent part à la biennale de l’artisanat africain. Cadre par excellence de la valorisation de la civilisation africaine, cette biennale, qui rythme la vie des acteurs de l’artisanat africain et du reste du monde depuis 30 ans, sert de plateforme de rencontres entre l’offre et la demande en produits artisanaux. « Edition après édition, le SIAO est parvenu à se bâtir une notoriété internationale qui fait de lui le plus grand marché de l’artisanat en Afrique », a relevé le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, Harouna Kaboré.

Et la ministre malgache en charge de la Culture, Eléonore Johasy, de renchérir : « Nous sommes ici pour rencontrer l’Afrique de la créativité, l’Afrique des artisans, l’Afrique des petites mains, l’Afrique des petits métiers, mais qui peuvent faire de grands changements ». Ce salon dédié au continent, poursuit-elle, « rend justice à nos artisans, à leur activité plus que séculaire qui maintient et qui fait évoluer nos traditions ».

Toutefois, après 30 ans d’existence, Harouna Kaboré estime que les artisans africains qui font de cette biennale une vitrine incontournable du continent, doivent s’adapter au contexte du moment. « Le monde évolue et les goûts de la clientèle changent à tout gré. L’artisanat africain doit s’adapter à ces changements, aux risques de se faire noyer par la concurrence », a-t-il signifié.

A ce propos, se référant au thème de cette 15e édition, le président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, par ailleurs parrain du SIAO 2018, dit relever un signal fort de la nécessaire prise en compte des normes internationales et des nouvelles technologies dans la production artisanale et la conquête des marchés.

« Pour être compétitif à l’échelle mondial, il est impératif que toutes les filières artisanales fassent un recours constant sans pour autant perdre leur identité aux structures et actions nouvelles les mieux conformes aux temps nouveaux, dans lesquelles nous vivons », a-t-il noté . Puis de poursuivre : « L’art africain se pliera à cette exigence ou ne sera pas dans les siècles à venir. Le secteur de l’artisanat africain, quoique riche et diversifié, doit se libérer de l’ornière de l’informel et de certaines pesanteurs socio-culturelles dans lesquelles il semble être enfermé ».

Aussi, à l’ère du numérique, dit-il, l’exigence de l’excellence et de l’innovation permanente commandent que les pouvoirs publics accompagnent le monde de l’artisanat par des politiques ambitieuses. « L’Afrique se fera avec l’artisanat ou ne fera pas.
Elle a donc le devoir d’être à l’écoute de ses artisans dont l’inestimable apport à la création des richesses de nos nations est malheureusement inversement proportionnel aux égards et à l’appui qu’on leur porte », a noté Alassane Bala Sakandé, rassurant de la disponibilité du Parlement burkinabè à fournir les outils législatifs nécessaires à l’émergence d’un artisanat qui nourrit véritablement son homme.

Hommage au père de la Révolution burkinabè

Après 30 ans d’existence, le SIAO 2018 ne pouvait passer sous silence le nom d’un grand acteur qui a été à son origine. « Le fait que, jusque-là, rien ne soit associé au nom du président Thomas Sankara, est une ingratitude mémorielle qui doit cesser », a signifié le président de l’Assemblée nationale. Et pour joindre l’acte à la parole, Bala Sankandé a convié le commissariat général du SIAO à dédier, dès la prochaine édition, le pavillon de la créativité à Thomas Sankara et à intégrer un « prix spécial Thomas Sankara » sur la créativité.
Ce prix, dit-il, devra récompenser l’œuvre d’art dont l’originalité tiendra à la fois du génie créateur et de l’esprit panafricaniste de son auteur. A cet effet, Bala Sakandé a indiqué que l’Assemblée nationale est disposée à accompagner le SIAO par l’institutionnalisation d’une ligne budgétaire consacrée au financement dudit prix.

En attendant la prochaine édition, Madagascar, pays invité d’honneur, a invité les visiteurs à faire un détour dans ses stands, pour découvrir quelques facettes de sa culture.

Nicole Ouédraoogo
Lefaso.net

Messages

  • "A cet effet, Bala Sakandé a indiqué que l’Assemblée nationale est disposée à accompagner le SIAO par l’institutionnalisation d’une ligne budgétaire consacrée au financement dudit prix."
    QUELLES RECETTES FAIT L’ASSEMBLÉE NATIONALE POUR POUVOIR FINANCER CE PRIX ?

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Musique : Kheops présente son 2e album aux mélomanes de Gaoua
Industries culturelles : Des journées portes ouvertes pour renforcer la visibilité du secteur
Cinéma numérique : La 4e édition du « Festival écran à ciel ouvert » aura lieu du 5 au 9 décembre 2018
Institut des peuples noirs : Le ministre de la Culture milite pour sa réhabilitation
Récréâtrales 2018 : Quand la pièce « Formidable » de Wilfrid Ouédraogo fait parler d’elle !
Cinquantenaire du FESPACO : « On sera obligé de casser certains codes pour la bonne cause » (Yacouba Traoré, président du comité d’organisation)
SIAO 2018 : Le pavillon de la créativité porte désormais le nom Thomas Sankara
Festival feu de bois de Niou : A la découverte du mystère « des choses et des êtres »
Société : Moussa Sinon décortique le monde de l’invisible chez les Mossi
Récréatrales 2018 : Quand le chef de l’Etat "tresse son courage" à Gounghin
15e édition du SIAO : « Entreprendre au féminin » valorise les produits locaux
SIAO 2018 : Les réfugiés maliens font de bonnes affaires
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés