Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La faculté de se mettre dans la peau des autres et de réfléchir à la manière dont on agirait à leur place est très utile si on veut apprendre à aimer quelqu’un. » Dalaï Lama

Fonds d’intervention pour l’environnement : Un atelier pour évaluer l’état de mise en œuvre

Accueil > Actualités > Environnement • LEFASO.NET | Issoufou Ouédraogo (stagiaire) • mercredi 17 octobre 2018 à 22h38min
Fonds d’intervention pour l’environnement : Un atelier pour évaluer l’état de mise en œuvre

L’atelier de restitution du rapport final d’évaluation du Fonds d’intervention pour l’environnement (FIE) a ouvert ses travaux, ce mercredi 17 octobre 2018 à Ouagadougou. Le rapport final vise à évaluer le mécanisme du système de contrôle et de risques internes du FIE pour déterminer si l’organisation dispose de procédures et de ressources compétentes pour gérer les contributions futures pour l’atteinte des objectifs environnementaux. Cet atelier va aussi permettre de présenter l’état d’avancement de la mise en œuvre des recommandations de juin 2017.

Fruit de la volonté de l’Etat burkinabè de se doter d’un outil financier nouveau pour répondre aux enjeux environnementaux dans un contexte mondial de changement climatique, le Fonds d’intervention pour l’environnement (FIE) est l’instrument national chargé de mobiliser les financements nationaux, ainsi que les fonds extérieurs liés à l’environnement pour appuyer l’état à travers le ministère de l’Environnement, de l’Economie verte et du Changement climatique dans la réalisation des objectifs environnementaux du pays en matière de cadre de vie, de gestion durable des ressources naturelles.

Dans l’exécution de cette noble mission, le FIE doit réunir un ensemble de prérequis et montrer ses capacités de bonne gestion financière, d’organisation et de fonctionnement. Pour la quête de cette performance, le FIE, en concertation avec les coopérations suédoises et luxembourgeoises, a passé au peigne fin le système et la capacité de gestion et organisationnelle du fonds pour permettre à la structure de répondre aux normes internationales dans la recherche des fonds pour faire face aux défis environnementaux.

SG ministère de l’Environnement

Le secrétaire général du ministère de l’Environnement, de l’Economie verte et du Changement climatique revient sur l’utilité pour le Burkina de se doter d’une telle structure, en disant que « le FIE est outil de développement parce qu’il va contribuer à financer des actions qui s’intègrent dans la promotion des actions qui visent à promouvoir une économie verte et des filières porteuses pour le pays. C’est un fonds qui regroupe l’ensemble des fonds qui doivent intervenir dans le domaine de l’environnement », a confié Dr Sibidou Sina.

Dans ce rapport, plusieurs insuffisances de fonctionnement et de gestion ont été décelées, en 2017, au sein de la structure, l’amputant ainsi de sa crédibilité dans la gestion des ressources. Mais à travers les recommandations émises depuis 2017, les partenaires ont constaté en 2018 que toutes les recommandations ont été exécutées, ce qui démontre les efforts au niveau d’avancement de la mise en œuvre des recommandations.
En mai 2018, les actions ont été complètement respectées. Elles concernent les actions relatives à la tenue de l’audit externe 2017, la bonne gestion financière, le recrutement du personnel aux postes non-pourvus et l’actualisation du manuel promoteur FIE.

Dans ce contexte, le FIE élabore des termes de référence pour se mettre en symbiose avec les partenaires sur le respect des recommandations émises dans le cadre des appuis pour les projets à venir. Le directeur général du FIE, Wango Fidèle Yaméogo, estime que cet « atelier de restitution vise à rendre compte avec l’ensemble des partenaires techniques et financiers et les autres structures du ministère pour s’assurer du bon fonctionnement des capacités de gestion et de fonctionnement pour répondre au standard international.

DG du FIE Fidéle Yaméogo

Ce rapport comporte 46 recommandations. Au mois de juillet 2018, 24 recommandations sont entièrement exécutées et 20 sont en cours d’exécution. Nous constatons aujourd’hui que sur les 20 en cours d’exécution, nous avons sept qui sont totalement accomplies, donc c’est pour dire que le FIE s’est résolument engagé à pouvoir exécuter l’ensemble des recommandations à sortir de l’audit fonctionnelle et structurelle pour atteindre ses objectifs ».

Le FIE veut être cet outil au service des objectifs nationaux de lutte contre la pauvreté grâce à un mode d’intervention prenant en compte les populations les plus pauvres et les catégories vulnérables, exposées le plus souvent à la dégradation de l’environnement et des ressources naturelles.

Le fonds, en vue d’atteindre ses objectifs, a entrepris un processus d’accès aux mécanismes internationaux de financement, notamment le Fonds vert pour le climat. Le FIE intervient dans les risques et catastrophes, dans la gestion des ressources naturelles (sols et eau) pour la promotion des pratiques durables dans les secteurs productifs et l’énergie. Il travaille à mutualiser les ressources pour donner le Burkina Faso un instrument financier global pour l’environnement.

Issouf Ouédraogo (stagiaire)
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Akon fait appel à l’intelligence artificielle pour développer sa vision de l’énergie verte en Afrique
Gestion du patrimoine forestier : Le Burkina Faso veut se doter d’une stratégie nationale
Programme d’approvisionnement en eau et d’assainissement : Les acteurs se concertent pour l’atteinte des résultats
Gestion des situations d’urgence en hygiène, eau et assainissement : L’institut 2ie et l’UNICEF outillent les acteurs du domaine
Conseil national de l’eau : Les membres en session à Bobo-Dioulasso
Journée mondiale de l’eau 2019 : Contribution des comités de l’AITB, spécialises dans le domaine de l’eau
Grande muraille verte : Chercheurs et gestionnaires du Sénégal et du Burkina Faso en réflexion à Ouagadougou
Gestion intégrée de l’eau : Le « Musée de l’eau » s’ouvre aux étudiants
Environnement, eau et assainissement : Le Cadre sectoriel de dialogue passe à la loupe les activités de 2018
Société Nestlé : Une journée zéro plastique à Ouagadougou
Hygiène et assainissement : Kombissiri, un exemple dans la gestion des déchets solides
Grande muraille verte : Des journalistes outillés sur la gestion durable des terres
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés